Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
  • Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Description :
    La ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Montbrison est une ligne à voie unique, non électrifiée . La longueur totale entre Clermont (Puy-de-Dôme) et Montbrison (Loire) est de près de 107 km, dont 61 km environ pour le tronçon de Clermont jusqu'en limite de l'Auvergne, peu après Chabreloche (le chemin de fer repasse, un peu plus loin, sur le territoire auvergnat, mais sur moins d'1 km).
    Annexe :
    Guide bleu 1957 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 20. DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-ETIENNE (Lyon Guide bleu 1949 p. 19. DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-ETIENNE (Lyon). Pittoresque traversée des monts Guide bleu 1970 p. 16. IV DE CLERMONT-FERRAND A THIERS A SAINT-ETIENNE ET A LYON. Pittoresque Guide bleu 1920 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 151 : Entre Lezoux et Boën, belle traversée des Guide bleu 1935 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 362 : Belle traversée des monts du Forez entre Guide Joanne 1883 : Clermont-Chabreloche p. 200 : La ligne de Thiers, se détachant de celle de Paris à Clermont en vue de Montferrand, prend la direction de l'E. et passe à côté des usines de Bourdon Dore. Pont-de-Dore ; bifurcation pour Ambert, La Chaise-Dieu et Le Puy. La ligne de Saint-Etienne monts du Forez ; se placer à dr. pour les vues magnifiques de Thiers et la très pittoresque vallée de la Durolle. P. 152 : La ligne de Saint-Etienne se détache de celle de Paris en face de Montferrand (à g.) et
    Illustration :
    Le "château de Chignat", à l'est de Pont-du-Château. Bien visible de la voie, il n'est cependant Anciens silos Domagri en gare de Chignat. Ces grands silos de la société coopérative agricole du Puy-de-Dôme sont restés en service jusqu’en 2010. Les bâtiments de Domagri, entreprise spécialisée dans le commerce de gros de céréales, semences, aliments pour le bétail et tabac non manufacturé (produits en lien avec l’implantation de Chignat dans la plaine de Limagne), sont situés dans l’emprise même des terrains de la gare, presque face aux quais de voyageurs. IVR84_20166300124NUC4A Tour de Courcourt sur la commune de Seychalles. Visible depuis la voie ferrée malgré son relatif éloignement, elle est signalée par la plupart des guides ferroviaires à partir de 1910 : "Après la gare de Vertaizon, on voit à gauche sur un monticule (467 m), la tour de Courcour [sic], base d'un donjon du XIIIe Gare de Lezoux, côté voie. Elle a été bâtie selon le modèle de gare de voyageurs "pour station de
    Historique :
    2015, a desservi, à son apogée, une douzaine de stations auvergnates : Clermont-Ferrand, Aulnat, Pont La ligne Clermont-Ferrand - Boën - Montbrison et au-delà, Saint-Etienne, (comprise, pour sa partie auvergnate, entre Clermont et Chabreloche) est un chemin de fer d'intérêt général. La convention de Courty, de Courty à Thiers et de Thiers à Boën ; juin pour celles de Clermont à Vertaizon et de Vertaizon de Clermont à Vertaizon et de Vertaizon à Pont-de-Dore ouvrent les premiers, en mai 1869. Puis ce concession à la compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) date de 1863 (mai pour les sections de Pont-de-Dore à à Pont-de-Dore). L'ouverture "à tous les trafics" s'est échelonnée entre 1869 et 1877 : les tronçons sont ceux de Pont-de-Dore à Courty et de Courty à Thiers, en mai 1872. Enfin, en août 1877 ouvre le tronçon de Thiers à Boën, le plus complexe à réaliser techniquement. La ligne, toujours en activité en -du-Château, Vertaizon, Lezoux, Saint-Jean-d’Heurs, Pont-de-Dore, Courty, Thiers, La Monnerie - Saint
    Référence documentaire :
    différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Saint-Etienne. Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Saint-Etienne (archives 63). Fonds d'archives concernant Ligne Clermont - Saint-Etienne Ligne Clermont - Saint-Etienne, plans, rapports. 1892-1913.
  • Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Description :
    La ligne Clermont - Tulle parcourt, transversalement, la moitié ouest du département du Puy-de-Dôme . Elle a été classée dès l'origine comme chemin de fer d'intérêt général. Elle représente, entre Clermont -Ferrand et Eygurande-Merline une longueur d'environ 87 km (et pour la partie auvergnate de la ligne, de Clermont à la sortie de la Cellette, près de 84 km) ; soit, par section, environ 20 km entre Clermont et d'une ligne à double voie, non électrifiée, de Clermont à Volvic (un peu au-delà de la gare, jusqu'à Volvic ; un peu plus de 44 km entre Volvic et Laqueuille et 22 km de Laqueuille à Eygurande. Il s'agit l'embranchement avec l'ancienne ligne de Volvic à Lapeyrouse), puis à voie unique, non électrifiée, depuis cet embranchement de Volvic jusqu'à la Cellette.
    Annexe :
    -Clermont-Ferrand p. 58 : Les grandes transversales A/ Ligne de Bordeaux à Clermont-Ferrand (par Périgueux saison thermale. De Volvic à Clermont-Ferrand, l'on verra se dérouler maintenant un des plus beaux et du Mont-Dore, ... 64 km de Laqueuille à Clermont-Ferrand, magnifique parcours contournant, sur la Guide Joanne 1910-1911 : Clermont-Ferrand-Laqueuille p. 182 [de Clermont-Ferrand à Laqueuille] De Guide Bleu 1957 : Bourg-Lastic-Clermont-Ferrand p. 42 : On remonte la gorge rocheuse et boisée de Guide Bleu 1920 : Auvergne. p. 244 Clermont-Ferrand - Le Mont-Dore : au départ de Clermont le Propositions de différents tracés, 1864 (édition) (BCU Clermont-Ferrand - A 34 961). - "Chemin de Guide Bleu 1920 (suite) [Clermont-Ferrand - Volvic]: p. 244. Au départ de Clermont le chemin de fer -Ferrand. p. 311 : [Clermont-Ferrand - Laqueuille] En quittant Clermont, ... la ligne décrit autour de la Guide Bleu 1957 : Clermont-Ferrand-Laqueuille p. 24 En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille
    Illustration :
    La gare de Royat-Chamalières et le site de Clermont-Ferrand à l'arrière-plan, probablement au partie de la ligne située au nord-ouest de Clermont-Ferrand : « Mais cette vue (…) varie à chaque Le grand ensemble de logements du quartier Saint-Jacques (dit "la Muraille de Chine"), à Clermont Vue sur la ville de Clermont et sa cathédrale, côté sud-ouest, depuis la voie ferrée. Dès 1862, le guide Joanne affirme que la "descente de Royat à Clermont [par le train] qui est fort belle, est 1910-1911 de surenchérir : "le chemin de fer décrit autour de Clermont une grande courbe qui laisse voir sous toutes ses faces la ville dominée par sa cathédrale. Ce circuit de Royat à Clermont termine Vue sur le puy de Dôme dans la perspective de la voie ferrée, depuis le sud-ouest de Clermont. Le parcours en chemin de fer étant le plus souvent décrit par les guides dans le sens Bourg-Lastic - Clermont Le viaduc ferroviaire de Royat et la ville de Clermont à l'arrière-plan. Ce viaduc est, pour les
    Historique :
    La ligne Clermont-Ferrand - Eygurande-Merlines (Corrèze) par Laqueuille en direction de Tulle différents tronçons, Clermont-Ferrand - Volvic, Volvic - Laqueuille et Laqueuille - Eygurande-Merlines, font de Clermont. Jusqu'au début du 20e siècle, il fallait alors prendre des diligences affrétées Vauriat, Volvic, Chanat, Durtol – Nohanent, Royat - Chamalières, Clermont-Ferrand – la Rotonde, Clermont -Ferrand, celles de la Cellette, Bourgeade, les-Rosiers-sur-Sioule, Saint-Ours-les-Roches et Chanat sont encore jusqu'à Laqueuille depuis Clermont, la partie ouest de la ligne entre Laqueuille et Tulle par , classée comme chemin de fer d'intérêt général, est déclarée d'utilité publique en juin 1868. Après de longues négociations concernant le tracé à choisir pour la création de cette ligne (voir annexes), les tous les trois l'objet d'une convention de concession en août 1872 : ils dépendent alors de la compagnie Clermont-Tulle. En décembre 1877, l'Etat rachète l'ensemble. Toute la ligne est ouverte "à tous
    Référence documentaire :
    Gare de Royat-Chamalières et panorama sur Clermont-Ferrand. "57. Royat [- Chamalières]. La gare et différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - Tulle. le panorama sur Clermont-Ferrand, ND", photo N&B, s.n., s.d. Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - Tulle (archives 63). Fonds d'archives concernant Contentieux municipalité de Durtol et la compagnie du PO. AD du Puy-de-Dôme. 2 O 3970. Durtol . Contentieux avec la compagnie des chemins de fer Paris-Orléans.1912-1938. Et pour compléter : AD du Puy-de -Dôme. 2 O 3973. Durtol. Acquisition de la propriété Montchany.1923-1924.
  • Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Titre courant :
    Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Description :
    la ligne est électrifiée, entre Paris et Gannat, puis entre Riom et Clermont-Ferrand. La longueur de La ligne Clermont-Ferrand - Villeneuve-sur-Allier, traverse, dans sa partie auvergnate, les deux Moulins et Roanne d'une part et entre Clermont-Ferrand et Lyon d'autre part. On fut ainsi amené à choisir la section de Saincaize (Nièvre) à Clermont est d'environ 167 km. La construction s'est faite par Clermont-Ferrand, environ 14 km. départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme. D'après Daniel Nebout, le passage par Saint-Germain-des-Fossés s'est imposé aux ingénieurs de la compagnie du PO car ils cherchaient à établir une seconde voie de Saint-Germain-des-Fossés comme point de bifurcation." La ligne a été classée à sa création comme chemin de fer d'intérêt général. Construite à voie unique à l'origine, une grande partie de la ligne, de son ouverture. Seul le tronçon Gannat - Riom est encore à voie unique, non électrifiée. Une partie de
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Joanne 1910-1911 : section Riom-Clermont-Ferrand [De Riom à Clermont-Ferrand] p. 150 : Au . A g. se détache la ligne de Montbrison. Clermont-Ferrand. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... Guide Joanne 1883 : section Saint-Germain-des-Fossés - Gannat - Clermont-Ferrand p. 161 : DE PARIS
    Illustration :
    Toulon-sur-Allier et son église romane, visible depuis la ligne de chemin de fer et pourtant à En bordure de voie, à Saint-Loup, près du quarter des Mézilles, vraisemblablement le bâiment d'une A l'arrière-plan, le château de Chazeuil, simplement cité, sans commentaires, par les guides entre Le village et le château de Billy à proximité de la voie ferrée. Le site est décrit ainsi dans le guide Joanne de 1883 : "Billy, dominé par les ruines pittoresques d'un château du XIIIe ou du XIVe ligne de chemin de fer et dominent encore le village comme une menace". IVR83_20150300098NUC4A La grande verrière à structure métallique (système de fermes "Polonceau") protégeant les voies et les quais de la gare de Saint-Germain-des-Fossés. IVR83_20150300108NUC4A Détail de la grande halle à structure métallique et verrières au-dessus des quais de la gare de Vue de la vallée de l'Allier près de Saint-Germain-des-Fossés, depuis la voie ferrée. Toute la
    Historique :
    -Escurolles, Gannat, Aigueperse, Aubiat, Pontmort, Riom-Châtelguyon, Gerzat, Clermont-Ferrand. La gare de ligne Clermont-Ferrand - Gannat - Saint-Germain-des-Fossés, toujours en activité, sert actuellement de La ligne Paris - Villeneuve-sur-Alier - Clermont-Ferrand, qui passe depuis les années 1930 et -des-Fossés, Gannat, Aigueperse et Riom. Cette section Saincaize - Clermont-Ferrand ouvre dans les en août 1853, à Saint-Germain-des-Fossés en juin 1854, puis à Gannat, Riom et Clermont-Ferrand en mai compagnies se sont succédées dans l'exploitation de cet axe Clermont - Nevers : GC (Grand Central de France années 1850 : le chemin de fer arrive à Moulins en mai 1853, à La Ferté-Hauterive et Varennes-sur-Allier 1855. Les stations auvergnates sont au nombre de 15 : Villeneuve-sur-Allier, Moulins-sur-Allier, Bessay Saint-Germain-des-Fossés va devenir un important noeud ferroviaire. Une grande partie de la ligne a été ouverture) ; celles de Moulins - La Ferté-Hauterive, La Ferté-Hauterive - Varennes-sur-Allier et Varennes
    Référence documentaire :
    concernant différentes sections de la ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat). concernant différentes sections de la ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat). Ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand, par Gannat (archives 03). Fonds d'archives Ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand, par Gannat (archives 63). Fonds d'archives p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine Le passage de la ligne par Saint-Germain-des-Fossés. NEBOUT, Daniel. Le rail à Saint-Germain-des -Fossés. Histoire d'une rencontre. Bulletin de la société d'émulation du Bourbonnais, 4e trimestre 1992, p Gares : plans de situation, 1862-1908 AD Puy-de-Dôme. S 5968. Gares : plans : Aigueperse, Riom , Gerzat, Clermont ; Sarliève, Le Cendre, Coudes, Les Martres, Vic-le-Comte, Issoire, Le Broc, Brassac. Par
  • Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Description :
    . Les différents tronçons réalisés se répartissent ainsi : section de Clermont-Ferrand à Issoire, 35 km La ligne compte 303 km entre Clermont-Ferrand et Nîmes et environ 168 km entre Clermont et les limites de l'Auvergne, peu avant Langogne (Lozère). Il s'agit d'un réseau de chemin de fer d'intérêt général, qui, dans sa partie auvergnate, traverse les départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire environ ; section d'Issoire à Brassac-les-Mines,19 km environ ; section de Brassac-les-Mines à Arvant , près de 6 km ; section d'Arvant à Laroche-Faugère, un peu plus de 4 km ; section de Laroche-Faugère à Beaumont-Lauriat, 3 km environ ; section de Beaumont-Lauriat à Brioude, un peu plus de 3 km ; section de Brioude à Saint-Georges-d’Aurac, près de 24 km ; section de Saint-Georges-d’Aurac à Langeac, environ 8 km ; enfin, section de Langeac à Langogne, un peu moins de 67 km. Ce réseau ferré est à double voie jusqu’à
    Annexe :
    Guide Bleu 1970 : section Arvant - Saint-Georges d'Aurac. p. 18 DE CLERMONT-FERRAND AU PUY, ... : p quittant Clermont-Ferrand, on a une belle vue d'ensemble de la ville et du Puy de Dôme, puis à droite de Guide Bleu 1949. Section Clermont-Ferrand - Arvant. p. 15 Clermont-Ferrand - Arvant. Au-delà de Guide Joanne 1910-1911 : Section Clermont-Issoire [Clermont-Issoire] p. 214 : Clermont-Ferrand , belle vue d'ensemble de Clermont et du Puy de Dôme, puis de Mont-Rognon et de sa tour, du plateau de l'Allier dans un couloir étroit qui sépare nettement la grande Limagne de Clermont de la Limagne d'Issoire Guide Joanne 1883 : Section Clermont-Arvant p.251 Route 62 DE PARIS A NIMES. Le parcours du chemin de fer de Clermont à Nimes est d'une beauté exceptionnelle, aussi ne saurions-nous trop engager les Clermont à Langeac et de Langogne à Nîmes. Paris-Saint-Germain (R 1) Saint-Germain-des-Fossés - Clermont (R48). Au-delà de Clermont, on laisse à droite la ligne de Tulle et, plus loin, Mont-Rognon et le
    Illustration :
    La gare de la Pardieu depuis les quais du tramway. IVR84_20166300039NUC4A La gare de la Pardieu depuis les quais. IVR84_20166300037NUC4A (Photographie de chercheure). Sur cet extrait de plan figure le château de Sarlièves dont le guide Joanne de 1883 nous dit qu'il date de 1720 et qu'une sucrerie y est alors établie. IVR83_20106300756NUCA La gare de Cournon-d'Auvergne, côté voies. Il arrivait qu’une gare soit implantée à mi-distance de Sarliève et Cournon. La municipalité de Cournon (le registre des délibérations du conseil municipal en », cela éviterait « aux marchands de vin toute hésitation quant à l’envoi de leurs futailles ». D’autant gare porte le double nom de Sarliève-Cournon. IVR83_20156300528NUC4A Pont ferroviaire de Longues, sur l'Allier. La plupart des guides signalent à peine le franchissement de la rivière en ce point, quelle que soit l'époque : "pont sur l'Allier en amont du pont suspendu
    Historique :
    concernent la région Auvergne (départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire), entre Clermont-Ferrand et Clermont-Ferrand à Issoire et d'Issoire à Brassac-les-Mines - Sainte-Florine, mai 1856 pour celui de (changement obligatoire à Clermont-Ferrand), la fermeture de plusieurs gares (8 ne sont plus en service : Le Sur les quelque 303 km que compte la ligne Clermont - Nîmes, dite du "Cévenol", près de 167 km seulement du territoire auvergnat) : Clermont-Ferrand, Clermont - La Pardieu, Sarliève - Cournon, Le Cendre de Clermont à Issoire et d'Issoire à Brassac-les-Mines - Sainte-Florine). Les différentes sections Clermont et Brioude). Le tracé de la ligne dans la traversée des Cévennes (d'où l'appellation de "Cévenol Jonchères (peu avant Langogne, en limite de région côté Lozère), et desservaient, à l'apogée de la ligne, 26 gares (27 si l'on compte Chapeauroux, dont la gare est en Lozère, mais à une centaine de mètres - Orcet, les Martres-de-Veyre, Vic-le-Comte, Parent - Coudes - Champeix, Issoire, Le Broc, Le Breuil-sur
    Référence documentaire :
    sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes. différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes. l'art : Clermont-Ferrand 2 : 1993. Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes (archives 43). Fonds d'archives concernant "Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central." 2011. CROZES, Daniel. " Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central". Editions du Rouergue, 2011. "Géographie des Chemins de Fer français [...]." 1948. LARTILLEUX, Henri. "Géographie des Chemins de Fer français : 2e Volume. Réseaux divers". Paris : impr. de Chaix, 1948. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL, Pascal
  • Ligne Vichy - Riom
    Ligne Vichy - Riom
    Description :
    de fer d'intérêt général et fait partie de l'actuelle ligne Paris - Clermont-Ferrand. Comme l'ensemble de la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont par Vichy et Riom, ce tracé est en double voie La ligne Vichy - Riom est implantée sur le département Puy-de-Dôme. Elle est classée comme chemin 1923, qui provoqua un tollé et ne fut pas suivi d'effet). Cette section parcourt environ 41 km de Vichy
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... . De Paris à Clermont-Ferrand. De Paris à Saint-Germain-des-Fossés ligne décrite (p. 10-12). [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom. De la gare de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand, située dans le vallon du Mourgon, la ligne de Vichy contournant le bourg étagé à dr
    Illustration :
    "Vue d'avion : la gare [de Vichy]". Photographie noir & blanc, s.n., 1935. IVR83_19890300398X "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F. "Vichy sous Napoléon III La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des travaux du Casino, 1863-1865 Ateliers d’embouteillage de l'eau de Vichy, déplacés en 1898 près de la gare, sur l’avenue de Gramont. Cette proximité de la voie ferrée a permis de bénéficier d’embranchements privés raccordés au réseau principal, facilité évidente pour l’expédition dans la France entière (près d’un million de autre usine de la Compagnie Fermière. Les anciens bâtiments, laissés à l’abandon, ont été transformés en Chapelle de l’hôpital civil de Vichy. L’architecture contemporaine de la rédaction des guides ne constitue pas un thème digne d’attention. Très proche des rails et en position dominante, la chapelle de l’hôpital de Vichy construite entre 1885 et 1887 aurait pu être saluée, mais les seules églises signalées
    Texte libre :
    Le guide Joanne de 1883 signale le fait que "[la construction de] l'embranchement de Vichy [...] a fait découvrir de nombreuses antiquités gallo-romaines". Ce même guide s'attarde aussi, fait exceptionnel, sur la gare de Vichy ("On s'arrête bientôt dans la belle gare de Vichy, à laquelle est reliée , par un embranchement, la gare d'expédition des eaux minérales de l'établissement thermal") : les
    Historique :
    ; correspond à l'ancien arrêt de Varennes-sur-Morge) et Riom. La ligne Clermont-Ferrand - Paris (par Vichy) est -Méditerranée), que la ligne Paris - Clermont-Ferrand (qui suivait à l'origine un tracé par Gannat) va emprunter C'est grâce à l'ouverture de ce tronçon de ligne Vichy - Riom en 1931 par la Cie du PLM (Paris-Lyon ), même si l'embranchement Saint-Germain - Vichy a été ouvert dès 1862, en lien avec la venue de Napoléon III en cure. Le projet de construction d'une voie ferrée entre Vichy et Riom a mis 25 ans à se réaliser, puisque la convention de cession (à titre éventuel) de la ligne à la Cie du PLM date de 1905 . L'ouverture elle-même, le 1er juillet 1931, avait été retardé de plusieurs semaines en raison de crues de l'Allier, survenues en 1930, ayant perturbé le chantier. 7 stations étaient desservies par les trains de la ligne : Vichy, Hauterive, Saint-Sylvestre, Randan - Saint-Clément-de-Reignat, Thuret, Varennes-sur de desserte pour le département de l'Allier, en particulier en direction de Montluçon, au nord-ouest.
    Référence documentaire :
    -Clermont-Ferrand Archives régionales Auvergne-Rhône-Alpes, site de Clermont-Ferrand. Randan. Prolongement p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine L'hôpital civil de Vichy LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, et al. L'hôpital en France Vue aérienne de la gare de Vichy, 1935. "Vue d'avion : la gare". Photographie noir & blanc, s.n Gare de Vichy, s.d. "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F La gare de VIchy, s.d. La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des Randan, la gare, s.d. "Randan (P. de D.). La gare", carte postale, , s.d. [milieu 20e s.], s.n. Ligne Riom - Vichy (2). Archives départementales de l'Allier. S 753. Enquête d'expropriations Ligne Riom - Vichy (5) Ligne Riom - Vichy, acquisitions de terrains. 1920-1930.
  • Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy
    Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy
    Description :
    voie et a été électrifiée, au même titre que le reste de la ligne Clermont-Ferrand - Villeneuve-sur La ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy est située sur le territoire du département de l'Allier . Elle a été classée à sa création comme chemin de fer d'intérêt général. Elle est actuellement à double . Cette section de Saint-Germain-des-Fossés à Vichy, prévue à l'origine pour desservir la station thermale
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... . De Paris à Clermont-Ferrand. De Paris à Saint-Germain-des-Fossés ligne décrite (p. 10-12). [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom. De la gare de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand, située dans le vallon du Mourgon, la ligne de Vichy contournant le bourg étagé à dr
    Illustration :
    La grande verrière à structure métallique (système de fermes "Polonceau") protégeant les voies et les quais de la gare de Saint-Germain-des-Fossés. IVR83_20150300108NUC4A Détail de la grande halle à structure métallique et verrières au-dessus des quais de la gare de Vue de la vallée de l'Allier près de Saint-Germain-des-Fossés, depuis la voie ferrée. Toute la partie nord de la ligne de chemin de fer suit, de plus ou moins près, le cours de l'Allier. La section de la ligne passant par Gannat le traverse au sud-ouest de Saint-Germain et s'en éloigne, alors que la section passant par Vichy en suit la rive droite jusqu'au-delà de la station thermale "Vue d'avion : la gare [de Vichy]". Photographie noir & blanc, s.n., 1935. IVR83_19890300398X Vue aérienne du quartier de la gare de Vichy (en 1987). IVR83_19870300111XA "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F. "Vichy sous Napoléon III
    Historique :
    Aujourd'hui, la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy est une section de la ligne Clermont-Ferrand ligne entre Vichy et Riom en 1931, a permis de faire le lien avec Clermont-Ferrand. Ce tracé remplace par la municipalité à partir de 1858 mais c'est la venue de Napoléon III en cure qui a accéléré la réalisation de la desserte ferroviaire de la station thermale, alors très en vogue. Le prolongement de la (dès 1949 au moins) la portion Gannat - Riom pour les express Paris - Clermont - Nîmes (voir dossier ligne Clermont - Chapeauroux - Nîmes : IA00141337). La ligne est toujours en activité en 2015.
    Référence documentaire :
    p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine sections de la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy. Gare de Vichy, s.d. "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F La gare de VIchy, s.d. La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des Vue aérienne de la gare de Vichy, 1935. "Vue d'avion : la gare". Photographie noir & blanc, s.n
  • Ligne Montluçon - Gouttières
    Ligne Montluçon - Gouttières
    Description :
    distances suivantes : de Montluçon à Marcillat-en-Combraille, 25 km ; de Marcillat-en-Combraille à Pionsat , 8 km ; de Pionsat à Gouttières, environ 12 km.
    Annexe :
    - Clermont-Ferrand par Gouttières p. 84 : Ligne de Paris à Royat et à Clermont-Ferrand : De Montluçon à Clermont-Ferrand (par Néris et Gouttières) : A la sortie de Montluçon, la voie s'élève en une grande courbe Clermont. De Volvic à Clermont-Ferrand, sur un trajet de 30 km, la ligne emprunte le trajet de la grande Guide Bleu 1949 p. 24 DE MONTLUCON A CLERMONT-FERRAND A/ par Néris, Gouttières et Volvic ; en 1948 ligne de Lapeyrouse ... de Gouttières à Clermont-Ferrand comme ci-après B. transversale Bordeaux - Clermont-Ferrand via Ussel. ., château moderne de Ferrières. Chamblet-Néris : à la gare, on trouve des omnibus des principaux hôtels et ferroviaires de Montluçon à Clermont s'établissent par Lapeyrouse, … La ligne de Montluçon à Gouttières Guide Bleu 1935 : Montluçon - Gouttières p. 134 [De Montluçon à Clermont par] B/ par Néris et redescend légèrement. Gouttières, où l'on rejoint la ligne ci-dessus A/. Clermont-Ferrand.
    Illustration :
    Vestiges de la rotonde ferroviaire de Montluçon. En 1880, deux demi-rotondes avaient été construites pour le nouveau dépôt de la gare de Montluçon, permettant d'abriter 38 machines qui manoeuvraient entièrement démolie en 1975 ; celle restante a été amputée de 7 travées sur les 19 d'origine, et deux des Ancien viaduc de Néris-les-Bains, construit entre 1921 et 1926 dans le cadre non de la desserte spécifique de la station thermale, mais de la découverte de charbon (bassin houiller de Gouttières-Pontaumur ). Il est fermé au trafic voyageurs en 1931, sauf pendant la saison thermale, avant de l’être à tout de plusieurs kilomètres. Aujourd’hui, grâce à son surplomb, il continue de favoriser l’accès aux vues Ancienne gare de Néris-les-Bains. Actuellement utilisée comme centre socio-culturel, la gare de Néris est l'oeuvre de l'architecte Louis Brochet et a été protégée au titre des monuments historiques en 1975 (inscription par arrêté du 29/10/1975). Ouverte comme l'ensemble de la ligne en 1931, elle n'a
    Historique :
    compagnie du PO (Paris-Orléans), elle était classée comme chemin de fer d'intérêt général. A cheval sur les départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme, elle a été construite en trois tronçons, tous ouverts "à tous trafics" en mai 1931 : tronçon de Montluçon à Marcillat-en-Combraille, tronçon de Marcillat-en-Combraille à Pionsat et tronçon de Pionsat à Gouttières. Dès mai 1939, un an après la reprise de l'exploitation par la SNCF, la ligne dans son ensemble ferme au trafic voyageurs. En 1948, le trajet de Montluçon à Gouttières est assuré par un service d'autocars. La gare de Néris-les-Bains, qui desservait la station thermale, reste cependant en activité jusqu'en 1957 pour les trains de voyageurs en provenance de Paris . Puis en février 1950, le trafic de marchandises, lui aussi, est interrompu sur la section de Gouttières à Pionsat. Enfin, en novembre 1969, les deux autres sections, de Pionsat à Marcillat-en-Combraille et de Marcillat à Montluçon, ferment aussi au trafic de marchandises. Les stations de la ligne
    Référence documentaire :
    La ligne Montluçon - Gouttières. VIGNÉ, Jacques. La ligne ferroviaire de Montluçon à Gouttières par Néris-les-Bains. Bulletin des amis de Montluçon, 2006, n° 57, p. 97-106. Ligne Montluçon - Gouttières (archives 03). Fonds d'archives concernant différentes sections de la Ligne Montluçon - Gouttières (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes sections de la
  • Ligne Vichy - Darsac
    Ligne Vichy - Darsac
    Description :
    ; Puy-Guillaume - Courty, un peu moins de 13 km ; Courty - Pont-de-Dore, environ 4 km ; Pont-de-Dore - Giroux, près de 23 km ; Giroux – Ambert 25 km environ ; Ambert - Arlanc près de 16 km ; Arlanc – Saint -Sauveur-la-Sagne, un peu plus de 9 km ; Saint-Sauveur-la-Sagne – Saint-Alyre-d’Arlanc, plus de 4 km ; Saint-Alyre-d’Arlanc – Sembabel, 17 km environ ; Sembabel - Darsac 20 km. La gare de Pont-de-Dore viaduc de 31 m de hauteur maximale et de 130 m de longueur pour la traversée de la vallée de la Dore au droit du confluent du ruisseau de Saint-Alyre ; trois "souterrains" (c'est-à-dire trois tunnels) de 300 m, 170 m et 146 m de longueur. L'espacement moyen alors prévu entre les 9 stations de ce tronçon (Ambert, Marsac, Arlanc, Saint-Sauveur-la-Sagne, Saint-Alyre, La Chaise-Dieu, Sembadel, Allègre et Marsac ) est de 7,8 km. Parmi les éléments signalés dans le guide ferroviaire Joanne de 1910-11 qui ont disparu figurent le château dit de Couhasse dont "les remaniements ont fait perdre tout caractère", ainsi que
    Annexe :
    ligne de Clermont-Ferrand à Saint-Etienne. Courpière. Giroux, au-delà duquel la ligne remonte sur 20 km pour Thiers et Saint-Etienne. Pont-de-Dore, bifurcation pour Clermont-Ferrand. La voie remonte Guide Bleu 1949 p. 17 : DE PARIS AU PUY B/ par Vichy et la Chaise-Dieu. De Paris à Vichy p. 14. La - Saint-Etienne. On franchit la Dore. Pont-de-Dore, ... gare de correspondance de la ligne de Clermont à la Chaise-Dieu : la montée d'Arlanc à la Chaise-Dieu est de plus de 400 m sur une distance de 25 km Chapelle-Geneste (969 m), dans le vallon supérieur de la Sénouire. La Chaise-Dieu (1083 m) : vue à dr. sur Guide Bleu Cévennes 1951 : Vichy-Darsac p.15 : DE PARIS AU PUY B/par Vichy et la Chaise-Dieu Livradois, s'élève sur le plateau de la Chaise-Dieu par un grand contour vers l'O., en remontant les *gorges supérieures de la Dore : superbe parcours. Saint-Alyre. La Chaise-Dieu. La voie court à travers des pâturages plateau de la Chaise-Dieu. La Chaise-Dieu. La voie court à travers les pâturages coupés de bois de sapins
    Illustration :
    . Ce croisement entre la voie ferrée et la route de Saint-Alyre d'Arlanc (et au-delà, de la Chaise-Dieu L'abbaye de la Chaise-Dieu, au second plan, depuis la voie ferrée. En 1920, le guide Bleu décrit ainsi le site de la Chaise-Dieu : "... à 1083 m d'altitude sur un haut plateau de pâturages semés de L'ancienne gare et l'abri des voyageurs de la Chaise-Dieu. Comme les stations voisines de Saint -Alyre-d'Arlanc et de la Chapelle-Geneste, celle de la Chaise-Dieu appartient au type PLM "de 3e classe "Vue d'avion : la gare [de Vichy]". Photographie noir & blanc, s.n., 1935. IVR83_19890300398X Vue générale de la gare de Vichy depuis le parvis. IVR83_19840300734X Gare de Pont-de-Dore (commune de Peschadoires), côté voies. La gare de Pont-de-Dore illustre le modèle de gare de voyageurs pour "station de 2e classe", sur laquelle a été greffée une petite annexe La gare de Courpière, côté voies. Elle est, avec ses cinq travées et sa marquise abritant le quai
    Historique :
    la ligne de Clermont à Saint-Etienne, était déjà en service depuis mai 1872. En juin 1883, le tronçon La ligne Vichy-Darsac est classée comme chemin de fer d'intérêt général. Elle a été ouverte par tronçons successifs : en novembre 1881, les sections de Vichy à Puy-Guillaume et de Puy-Guillaume à Courty sont ouvertes au trafic ; la petite section entre Courty et Pont-de-Dore, qui fait également partie de de Pont-de-Dore à Giroux ouvre à son tour, puis celui de Giroux à Ambert en juillet 1885 (ces deux avoir fait l'objet d'une convention de concession avec le PLM en août 1886, est inaugurée en mai 1893 ; enfin, plus tardivement, en septembre 1902, les tronçons d'Arlanc à Saint-Sauveur-la-Sagne, de Saint -Sauveur à Saint-Alyre-d’Arlanc, de Saint-Alyre à Sembadel et de Sembadel à Darsac ouvrent à l'exploitation (Sembadel - Darsac avait fait l'objet d'une convention de concession avec le PLM bien antérieurement, en août 1886). Avant fermeture de la ligne, le trafic faisait halte dans les gares de Vichy, Saint-Yorre
    Référence documentaire :
    Ligne Vichy - Darsac (archives 03). Fonds d'archives concernant différentes sections de la ligne Ligne Vichy - Darsac (archives 43). Fonds d'archives concernant différentes sections de la ligne Ligne Vichy - Darsac (archives 63) Fonds d'archives concernant différentes sections de la ligne Vue aérienne de la gare de Vichy, 1935. "Vue d'avion : la gare". Photographie noir & blanc, s.n Façade de la gare de Vichy, s.d. "Gare de Vichy. Façade". Photographie noir & blanc, par Collard Elévation sur rue de la gare d'Arlanc, s.d. ARLANC - Extérieur de la Gare, collection "L'Auvergne Quartier de la gare à Mayres, s.d. [début du XXe siècle]. "MAYRES - Quartier de la Gare et Route Nationale", carte postale N & B, catalogue n° 3913, s.n., s.d. [début du XXe s. : la ligne de chemin de fer Viaduc du Merle (commune de Mayres), s.d. [entre 1902 et 1940]. "Viaduc du Chemin de fer près de La Chaise-Dieu", carte postale N & B, catalogue n° 3255, s.n., s.d. [entre 1902 et 1940], VDC éditeur.
  • Ligne Lapeyrouse - Volvic
    Ligne Lapeyrouse - Volvic
    Description :
    La ligne de Lapeyrouse à Volvic n'est plus exploitée. Il s'agissait d'une ligne à voie unique, non électrifiée, implantée sur le territoire du département du Puy-de-Dôme. De Lapeyrouse à Saint-Eloy-les-Mines , la ligne parcourt environ 9 km ; de Saint-Eloy-les-Mines à Gouttières, près de 12 km ; de Gouttières à Saint-Gervais - Châteauneuf, environ 6 km ; de Saint-Gervais - Châteauneuf aux Ancizes - Saint -Georges, près de 15 km ; enfin, des Ancizes - Saint-Georges à Volvic, un peu plus de 16 km. L'ouvrage d'art le plus remarquable le long de la ligne est le viaduc des Fades, à cheval entre les communes de Sauret-Besserve, au nord, et des Ancizes-Comps, au sud, mis en service en octobre 1909, lors de
    Annexe :
    Gouttières - Volvic p. 84 : Ligne de Paris à Royat et à Clermont-Ferrand : De Montluçon à Clermont-Ferrand Clermont-Ferrand, sur un trajet de 30 km, la ligne emprunte le trajet de la grande transversale Bordeaux Guide Bleu 1957 : Lapeyrouse - Volvic p. 26 DE MONTLUCON A CLERMONT-FERRAND,… [Lapeyrouse] La ligne Guide Bleu 1970 p. 35 Variante de Lapeyrouse à Clermont-Ferrand par Volvic, … parcours très Guide Bleu 1920 : Lapeyrouse - Volvic p. 230 DE MONTLUCON A CLERMONT se placer à g. à Volvic pour jouir de la vue. Montluçon - Lapeyrouse, route p.227 La ligne de Clermont oblique vers le S.-O. pour , la ligne de Clermont descend au S. vers la vallée de la Sioule. Saint-Priest-Sauret à 654 m d'alt. A rejoint la ligne de Limoges à Clermont qu'on longe jusqu'à Volvic ; à g. puy de Pauniat (904 m). De la gare de Volvic à Clermont, magnifique descente au flanc de la chaîne des Puys (l'un des plus beaux Guide Bleu 1935 : Lapeyrouse - Volvic DE MONTLUCON A CLERMONT. A / Par Lapeyrouse et Volvic (réseau
    Illustration :
    L'arrêt de Lapeyrouse, au lieu-dit "la Gare" : il est situé à un peu moins de 2 km du bourg de Le viaduc des Fades, à hauteur de tablier. IVR84_20166300299NUC4A La gare de Volvic, implantée à quelque distance du bourg lui-même, côté sud-ouest
    Historique :
    La ligne Lapeyrouse - Volvic, classée "chemin de fer d’intérêt général", s'est développée en plusieurs temps. Le premier tronçon réalisé est celui de Lapeyrouse à Saint-Eloy-les-Mines, avant tout créé privé en janvier 1866 entre le PO (compagnie Paris-Orléans) et les mines de Saint-Eloy, il ouvre en effet au trafic des trains de charbon en février 1866. Une nouvelle convention de concession à la compagnie du PO est signée en juillet 1868, cette fois pour ouvrir cette portion de ligne à tous les trafics , qui s'ouvrent au trafic, ceux de Saint-Eloy-les-Mines à Gouttières et de Gouttières à Saint-Gervais premier de ces tronçons avait été déclaré d’utilité publique encore bien antérieurement, en juillet 1881 ). A l'autre extrémité de la ligne, la section de Volvic aux Ancizes - Saint-Georges est mise en service en avril 1908 (après une déclaration d'utilité publique faite en juillet 1881 et une convention de - Châteauneuf, ouvre en octobre 1909, rejoignant ainsi la première moitié nord de cette ligne ouverte 7 ans plus
    Référence documentaire :
    Ligne Lapeyrouse - Volvic (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes sections de la
  • Voie ferrée
    Voie ferrée Loire
    Description :
    Les gares sont représentatives de l'architecture ferroviaire des années 1860 : murs enduits avec le quai. Les maisons de garde barrière sont construites sur le même modèle. Des remises ferroviaires de la SNCF à été construit sur le même modèle que les cités SNCF de plus grande importance avec toit à croupes, corniche en brique et balcon à garde-corps de ciment ajouré.
    Illustration :
    BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Mesnière ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. IVR82_20024200085XB Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. IVR82_20034200301XB Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. IVR82_20034200300XB . Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY. IVR82_20024200118XB Marcilly-le-Châtel, Lugnieux, 1987 B2 1327-1329. Vue d'ensemble du hangar de trois-quarts gauche Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Entrée Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Vue d'ensemble Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Vue de trois-quarts Leigneux, Chozieux, 1987 A3 1351. Maison de garde barrière (à l'entrée de la ville de Boën
    Historique :
    marchandises, et être à l'origine de la création d'un écart ou "quartier" avec entrepôts, café et hôtels de Dans la 2e moitié du 19e siècle, le chemin de fer aménagé dans la plaine du Forez et les vallées du Lignon et de l'Anzon par la compagnie Paris-Lyon-Marseille apporte un renouveau économique au canton voyageurs : quartier de la gare à L'Hôpital-sous-Rochefort (gare achevée en 1877), à la Gare, sous la Gare à Sail-sous-Couzan, les Places en limite avec Leigneux. Seule la gare de Boën est encore en activité d'habitation (les gares d'Arthun et de Sail-sous-Couzan sont détruites). Des tronçons de voies désaffectés sont
    Référence documentaire :
    Carte postale. BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Mesnière. Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY Collection particulière Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. / Photographie argentique, milieu 20e siècle Collection particulière. Carte postale. ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. / Chave (photographe). Carte postale, 1911 (oblitération Mesnière. Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY. BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de
  • Ligne Arvant - Maurs - (Figeac)
    Ligne Arvant - Maurs - (Figeac)
    Description :
    La ligne Arvant - le Lot (Figeac) est un chemin de fer d'intérêt général, d'une longueur d'environ - Neussargues, un peu plus de 25 km ; Neussargues - Murat, plus de 9 km ; Murat - Aurillac, près de 48 km altiligérienne de la ligne) comprend 5 tunnels sur un parcours de seulement 10 km. La longueur cumulée de ces tunnels correspond à plus de 1,2 km ; le plus long d'entre eux, celui de Torsiac, mesure 652 m. Le point culminant de la ligne (1152 m) se trouve sur le versant muratais, en haut de la vallée de l'Alagnon, à la gare du Lioran (commune de Laveissière), dont l'étendue devait permettre le garage des trains en cas d'obstruction de la voie et la formation de trains de déneigement. Le tunnel du Lioran (1958 m de longueur ), l'ouvrage d'art majeur de la ligne, s'abaisse vers la Cère de 24 mm par mètre. Il permet de passer du bassin de la Loire à celui de la Garonne. A la hauteur de Lacapelle-Viescamp, la ligne franchit le viaduc de Ribeyrès. Les piles de ce viaduc sont désormais en partie immergées, depuis la mise en eau du
    Annexe :
    Guide Bleu 1949 : section Arvant-Maurs p. 27 : DE PARIS à AURILLAC par Clermont-Ferrand et Arvant Guide Bleu 1957 : Arvant-Neussargues p. 28 : De Paris à Aurillac A/ Par Clermont-Ferrand et Arvant Guide Bleu 1970 p.20 VI DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-FLOUR OU A AURILLAC ET A FIGEAC. Clermont déclassement des terrains dépendant des hôtels de Vic-sur-Cère et du Lioran, en vue de les céder à MM l'hôtel de Vic-sur-Cère et ses dépendances font partie de la section C de la commune de Vic-sur-Cère où Projet de construction d'hôtels à voyageurs au Lioran et à Vic-sur-Cère. AD 15 - 5S 22 - "Ligne d'Arvant au Lot. Projet de construction d'hôtels à voyageurs au Lioran et à Vic-sur-Cère. Décision Laveissière. Le Lioran (1152 m) ; hôtel en face de la gare, ... La voie s'enfonce dans le tunnel du Lioran cheminots et deux aubergistes. Arvant n'abritait encore qu'une gare du PLM sur la ligne de Clermont à 4 hôtels, d'un buraliste, d'un épicier et de 2 boulangers alors que les voyageurs en correspondance
    Illustration :
    petit hôtel de 8 chambres. Moins de dix ans plus tard, en 1901, le guide Joanne affirme que "le Lioran est devenu une station de montagne et un centre d'excursions très fréquenté où existent deux hôtels , d'un hôtel situé dans le quartier de la gare et au-dessus des sources "bicarbonatées et chlorurées partir des années 1920) ne décrivent Arvant que comme la gare de jonction entre les compagnies du PO et du PLM. C'est en effet de cette station que partent à la fois la ligne vers le Lot (Cie du PO) et Immeubles de la cité cheminote d'Arvant, logements construits dans les années 1930 par la caisse des retraites du PLM pour les anciens cheminots. En Auvergne, il reste plusieurs exemples de ces cités (mais toutes ne sont plus propriété de la SNCF) : il s’agit parfois d'un seul immeuble ou, aux nœuds ferroviaires les plus importants, de tout un ensemble, comme ici. IVR83_20154300005NUC4A La villa Mézire, dominant de loin le bourg d'Arvant. Si cette villa ne fait l'objet d'aucune
    Texte libre :
    "Cette traversée du Cantal est une des merveilles des chemins de fer français", commentent les
    Historique :
    fer, d'un hôtel de voyageurs à Vic-sur-Cère et d'un "chalet", structure plus modeste, au Lioran, voit établi et approuvé à son tour. Puis en 1902, c'est un projet de véritable hôtel au Lioran qui est mis en oeuvre. En 1931, la compagnie de chemin de fer du PO cède les parcelles où sont établis ces hôtels. (Voir Une convention concernant la concession de tous les tronçons d'une ligne Arvant - Figeac est signée en 1855 avec la compagnie du Grand Central. La construction de la ligne se déroule pour l'essentiel de 1856 à 1861. Le tronçon Arvant - Massiac est le premier à être mis en service, en novembre 1861 . L'ouverture de l'ensemble de la ligne "à tous les trafics" a lieu en 1866 : section de Murat à Aurillac en juillet 1866, sections de Massiac à Neussargues et de Neussargues à Murat en août, et sections d'Aurillac à Viescamp-sous-Jallès et de Viescamp-sous-Jallès à Figeac (Lot), en décembre. Lors de cette ouverture générale de la ligne, c'est la Compagnie PO qui exploite la ligne (le GC n'existe plus depuis 1857
    Référence documentaire :
    Lot. Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand. A10045. Compagnie du chemin de fer d'Orléans Vue du village de Blesle sur une affiche de la Cie P.O., s.d. "Chemin de fer de Paris à Orléans . Blesle. Auvergne (ligne de Neussargues à Arvant)", affiche, papier, Lucien Serre et Cie imprimeurs, Paris Catastrophe ferroviaire à Brugeilles, 1934. "Catastrophe de chemin de fer à Brugeilles, le 28 mars Hôtel des Touristes et chapelle du Lioran, avant 1922. "Le Lioran, panorama. Le Grand Hôtel [sic : en réalité l'hôtel des Touristes] et la chapelle", collection "Le Cantal pittoresque", n° catalogue Le viaduc de Ribeyrès, 1922. " Viaduc de Ribeyrès, près Aurillac", collection "Le Cantal Compte-rendu statistique de la construction de la section Murat-Vic-sur-Cère de la ligne Arvant au . Réseau central. Ligne d'Arvant au Lot. Compte-rendu statistique de la construction de la section de Murat p. 11, 29, 113-117 Canton de Vic-sur-Cère, Cantal Inventaire général des monuments et des richesses
  • Ligne Laqueuille - Le Mont-Dore
    Ligne Laqueuille - Le Mont-Dore
    Description :
    La ligne Laqueuille - Le Mont-Dore, dans le département du Puy-de-Dôme, est une ligne non électrifiée, à voie unique. Elle parcourt, depuis Laqueuille jusqu'à son terminus, une distance de 14 km
    Annexe :
    vallée de la Dordogne. A g. s'élève la banne d'Ordanche. Saint-Sauves. A dr. s'ouvre la profonde vallée de la Dordogne vers laquelle on descend par une combe de prairies. La voie contourne à g. la colline de Murat-le-Quaire avec son vieux château ruiné et s'engage dans une profonde tranchée courbe. La Bourboule. La voie s'élève sur la rive dr. de la Dordogne puis traverse la rivière et court sur la rive g . dans une très belle vallée aux versants couverts de forêts de sapins et de hêtres séparées par des coulées de prairies. Le Mont-Dore. p. 39 [Bourg-Lastic - Laqueuille]. Bourg-Lastic - Messeix, gare isolée dans la gorge, desservant Bourg-Lastic et à 3 km au S. Messeix et ses exploitations houillères. De la haute vallée de la Clidane, la voie débouche sur le plateau (930-950 m) qui forme faîte entre la Clidane (versant de la Dordogne) et la Miouze (versant de la Loire). Laqueuille, où se détache au S . l'embranchement de la Bourboule et du Mont-Dore, ...
    Illustration :
    Vue ancienne de la gare du Mont-Dore. IVR83_19826300300X Au premier plan, la voie ferrée à proximité de Laqueuille-Gare ; à l'arrière-plan le village de Gare de Laqueuille, côté voies. IVR84_20166300148NUC4A L'abri de voyageurs à structure métallique de la gare de Laqueuille. IVR84_20166300149NUC4A Maisons de cheminots dans le quartier de la gare de Laqueuille. IVR84_20166300146NUC4A La laiterie-fromagerie de Laqueuille (société laitière de Laqueuille), à proximité directe de la voie ferrée et de la gare. IVR84_20166300147NUC4A La laiterie-fromagerie de Laqueuille (société laitière de Laqueuille), depuis l'un des quais de la La ville de La Bourboule dominée par la voie ferrée au premier plan. IVR84_20166300240NUC4A La gare de La Bourboule depuis la cour des voyageurs, construite vraisemblablement selon les plans
    Historique :
    La ligne de Laqueuille au Mont-Dore a été déclarée d’utilité publique en mars 1892 et est répertoriée comme chemin de fer d’intérêt général. Elle est ouverte "à tous trafics" sept ans plus tard, en le parcours étaient au nombre de quatre : Laqueuille, Saint-Sauves, La Bourboule et Le Mont-Dore ; celle de Saint-Sauves est désormais fermée. Cette ligne servait essentiellement, à l'époque de son ouverture, à acheminer les curistes et leurs accompagnants jusqu'aux stations thermales de La Bourboule et jusqu'à leur lieu de cure. La ligne est toujours en service actuellement (2015).
    Référence documentaire :
    postale noir & blanc, n° de catalogue 373, Lib. Bougé-Béal, 21, rue de l'Ecu, Clermont-Ferrand, s.d. Ligne Laqueuille - Le Mont-Dore (3) Ligne Laqueuille - Le Mont-Dore, plans, profils, description de la voie et de ses ouvrages, avec provenance des matériaux, etc. 1895-1896,1899 et sans date. Ligne Laqueuille - Le Mont-Dore (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes sections de
  • Ligne Montluçon - Treignat - (Guéret)
    Ligne Montluçon - Treignat - (Guéret)
    Description :
    partie reliant Montluçon à Lavaufranche (Creuse) représente un parcours de près de 30 km, dont 26 km
    Annexe :
    , on va également de Limoges à Lyon par Clermont-Ferrand ; cet itinéraire est plus accidenté mais aussi Guide Bleu 1970 p. 33 DE LIMOGES A CLERMONT A/ par Guéret, Montluçon, Gannat. p. 34 … Treignat , … on laisse à g. deux étangs et on descend le vallon de la Magière. Huriel, … dont on aperçoit à g. le beau donjon. On croise le vallon de Crevant. Domérat. La voie descend la vallée du Cher, longe à g. la Guide Bleu 1920 p.401. De Limoges à Montluçon ... p.409 Treignat. La voie longe à g. deux étangs et suit jusque près d'Huriel la rive dr. de la Magière. Huriel, ... A dr., belle vue sur les montagnes de Combrailles. La voie franchit le vallon de Crevant. Domérat. La voie descend vers la vallée du Cher, qu'elle franchit après avoir joint à g. la ligne de Bourges. Montluçon. étangs et suit jusque près d'Huriel la rive dr. de la Magière. Huriel, … A dr., belle vue sur les montagnes de Combraille. La voie ferrée franchit le vallon de Crevant. Domérat. La voie descend vers la
    Illustration :
    Vestiges de la rotonde ferroviaire en gare de Montluçon. En 1880, deux demi-rotondes avaient été construites pour le nouveau dépôt de la gare de Montluçon, permettant d'abriter 38 machines qui manoeuvraient entièrement démolie en 1975 ; celle restante a été amputée de 7 travées sur les 19 d'origine, et deux des question dans le guide Joanne de 1889 ait été chemisé voire reconstruit. (Photo chercheure Le viaduc de franchissement du vallon de Crevant n'est signalé que dans l'édition de 1881 du Guide -Joanne (notre sondage portait sur un ensemble de guides datés entre 1881 et 1970). Depuis le tablier Le viaduc de franchissement du vallon de Crevant est signalé dans l'édition de 1881 du Guide-Joanne (notre sondage portait sur un ensemble de guides datés entre 1881 et 1970). Détail. (Photo chercheure Joanne puis Bleu, qu'à partir de l'édition de 1949. L'informateur des Joanne, avant cette date, ne devait architecturales de la compagnie ferroviaire du Paris-Orléans (voir à quelques détails près les gares, par exemple
    Historique :
    La ligne Montluçon - Treignat dessert l'extrémité ouest du département de l'Allier,et au-delà, par Lavaufranche puis Guéret, le département de la Creuse en région Limousin. Plus largement, elle fait partie du tracé Limoges - Montluçon. Il s'agit d'un chemin de fer d'intérêt général, toujours en activité auvergnat étaient au nombre de 5 : Montluçon, Domérat, Huriel, Archignat et Treignat, mais seules les gares de Montluçon et Huriel sont encore desservies aujourd'hui.
    Référence documentaire :
    de la ligne Montluçon - Treignat - Guéret.
  • Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Saint-Pierre-Laval - (Roanne)
    Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Saint-Pierre-Laval - (Roanne)
    Description :
    électrifiée, desservant la partie sud-est du département de l'Allier. Sur une longueur de 65, 875 km jusqu'à Roanne, le tronçon de Saint-Germain-des-Fossés à Lapalisse - Saint-Prix parcourt une distance d'un peu plus de 17 km ; celui de Lapalisse - Saint-Prix jusqu'à l'entrée du tunnel de Saint-Martin d'Estréaux , en limite de la région Auvergne, fait environ 15 km. La ligne, dans sa partie est, comprend cinq viaducs ferroviaires importants : viaduc de la Faige, de Nérard, de Montciant et de Lapalisse ou de Saint
    Annexe :
    -Germain-des Fossés (R. 11). Saint-Germain-des-Fossés : on laisse à dr. les lignes de Clermont-Ferrand et ligne de Roanne p. 99 laisse à dr. celles de Clermont et de Vichy, et quitte la vallée de l'Allier, pour de Clermont et de Vichy, pour prendre la direction de l'E. et quitter la vallée de l'Allier. Saint . les lignes de Clermont et Vichy…. Château de Beaumont, station de Saint-Gérand-le Puy ; à dr. Montagne de Clermont et de Vichy, pour prendre la direction de l'E. quitter la vallée de l'Allier et laisser à Clermont, ... Le chemin de fer laisse à dr. les lignes de Clermont et de Vichy, pour prendre la direction Guide Bleu 1920 p. 47 : DE PARIS A ST-ETIENNE : De Paris à Saint-Germain, p. 1. On quitte la vallée de l'Allier, pour prendre la direction de l'E. et gagner la vallée de la Loire en contournant au N . les montagnes de la Madeleine, extrémité septentrionale de la chaîne du Forez ; pays ondulé, fort bien . 49 : de Lapalisse jusqu'à Roanne on découvre à dr. de jolies vues sur les montagnes de la Madeleine
    Illustration :
    Clermont-Ferrand (...) ; au sud-ouest vers Gannat, Clermont-Ferrand et Nîmes (...) ; c'est en outre le La grande halle à structure métallique (fermes de type "Polonceau") et ses verrières, protégeant les voies et les quais en gare de Saint-Germain-des-Fossés. IVR83_20150300108NUC4A Détail de la structure métallique protégeant les voies et les quais de la gare de Saint-Germain-des Vue partielle de Saint-Germain-des-Fossés et de l'un de ses clochers, depuis les voies de chemin de Embranchement de voies ferrées à proximité de Saint-Germain-des-Fossés. Le guide de 1949, en point de correspondance avec les express Nantes-Lyon et Bordeaux Lyon." IVR83_20150300022NUC4A Maison de garde-barrière, au passage à niveau entre les Bruyères et les Nautes Le château des Girauds, à proximité directe de la voie ferrée. Son implantation en bordure de voie fait de cette propriété un élément facilement remarquable depuis le train. Elle n'est cependant citée
    Historique :
    La ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Roanne a été classée à sa création comme chemin de fer Lapalisse-Saint-Prix - Roanne ont fait l'un et l'autre l'objet d'une convention de concession à la compagnie activité en 2015 ; parmi les stations initiales de la ligne sur le territoire auvergnat que sont les gares de Saint-Germain-des-Fossés, Saint-Gérand-le-Puy - Magnet, Lapalisse - Saint-Prix, Arfeuilles - le -Breuil et Saint-Pierre-Laval, seules celles de Saint-Germain et Lapalisse - Saint-Prix sont encore
    Référence documentaire :
    Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Roanne. CROIZETTE-DESNOYERS, Philippe. Chemin de fer de Saint et Chaussées, 1859, 2e semestre, p. 121-197. Viaduc de Lapalisse : p. 138. concernant différentes sections de la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Saint-Pierre-Laval - Roanne. concernant différentes sections de la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Saint-Pierre-Laval - Roanne.
  • Ligne Montluçon - Bort-les-Orgues
    Ligne Montluçon - Bort-les-Orgues
    Description :
    km. Le tronçon nord de Montluçon à Eygurande se signalait tout particulièrement par la présence du viaduc semi-métallique de la Tarde (1884), franchissant les gorges du même nom près d'Evaux-les-BaIns (et qui aurait servi de modèle à celui des Fades, sur la ligne Lapeyrouse - Volvic).
    Illustration :
    Vestiges de la rotonde ferroviaire de Montluçon. En 1880, deux demi-rotondes avaient été construites pour le nouveau dépôt de la gare de Montluçon, permettant d'abriter 38 machines qui manoeuvraient entièrement démolie en 1975 ; celle restante a été amputée de 7 travées sur les 19 d'origine, et deux des
    Historique :
    la ligne Clermont - Laqueuille - Ussel) a été fermée au trafic en mars 2008 pour cause de vétusté. La 1868, puis une convention de concession est signée avec la compagnie Clermont-Tulle en août 1872. En , Feyt, Eygurande - Merlines, Singles (Puy-de-Dôme), Port-Dieu, Bort-les-Orgues. Les gares de Singles et de Port-Dieu ont disparu, englouties par les eaux du barrage de Bort-les-Orgues. L'ensemble de la La ligne Montluçon - Bort-les-Orgues appartenait à la liaison de chemin de fer reliant Bourges (département du Cher) à Miécaze (département du Cantal). Elle est en grande partie située hors des limites de l'Auvergne, et son tracé, globalement nord-sud, ne recoupe les départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme que sur de petits tronçons, aux limites ouest de ces territoires. Le tronçon Montluçon - Eygurande -Merlines (Corrèze), partie nord de la ligne, a été construit en deux temps : la section de Montluçon à partie de la ligne (qui permettait aussi de relier Montluçon à Ussel (Corrèze), par son intersection avec
    Référence documentaire :
    de la ligne Montluçon - Bort-les-Orgues. de la ligne Montluçon - Bort-les-Orgues.
  • Ligne (Saint-Etienne) - Aurec-sur-Loire - Saint-Georges-d'Aurac
    Ligne (Saint-Etienne) - Aurec-sur-Loire - Saint-Georges-d'Aurac
    Description :
    La section auvergnate de la ligne Saint-Georges-d’Aurac - Aurec – Fraisses-Unieux (Loire) est entièrement située dans le département de la Haute-Loire. Exploité à sa création par le PLM, ce réseau a été classé comme chemin de fer d'intérêt général. Le premier tronçon ouvert, celui de Pont-de-Lignon – Fraisses-Unieux (Loire), mesure de près de 24 km (dont une vingtaine côté auvergnat) ; le suivant, celui du Puy à Lavoûte-sur-Loire, environ 12 km et celui de Lavoûte-sur-Loire à Pont-de-Lignon, environ 34 km . Enfin, les derniers ouverts, ceux de Saint-Georges-d’Aurac à Darsac et de Darsac au Puy, font respectivement 32 km et 22 km environ. L'ensemble de la section dessert donc près de 120 km. Les travaux de la
    Annexe :
    Guide bleu 1970 : section Saint-Georges d'Aurac-Le Puy-en-Velay p. 18 : DE CLERMONT-FERRAND AU PUY Clermont-Ferrand et Saint-Georges-d'Aurac. Les trains desservant la section de Saint-Georges-d'Aurac au Puy laquelle passe la route de la Chaise-Dieu ; les tranchées et les remblais se succèdent jusqu'au tunnel de Guide bleu 1957 : Saint-Georges d'Aurac-Le Puy-en-Velay p.17. DE PARIS AU PUY. A/ PAR CLERMONT -FERRAND ET SAINT-GEORGES-D'AURAC. De Saint-Georges-d'Aurac, la ligne du Puy laissant à dr. la ligne de Loire et sur laquelle passe la route de la Chaise-Dieu ; les tranchées et les remblais se succèdent PAR CLERMONT-FERRAND ET SAINT-GEORGES-D'AURAC, ... A Saint-Georges-d'Aurac, la ligne du Puy, se détachent sur l'horizon. Darsac ; bifurc. pour Sembadel, la Chaise-Dieu, Ambert et Vichy. Lissac. Le ch. de Guide Bleu 1935 : Beaumont-Lauriat, station où se détache à dr. la ligne de Saint-Flour. La voie , doublée par celle de Saint-Flour, revient dans la vallée de l'Allier qui s'élargit. Brioude, ... la voie
    Illustration :
    (1935, 1951) que comme gare de correspondance pour Vichy, par Sembadel, la Chaise-Dieu et Ambert Vue générale de la voie ferrée et de la gare de Saint-Georges-d'Aurac. Cette station, à environ 4 km du village de Saint-Georges-d'Aurac, est très souvent nommée par les guides station d'Aurac -Lafayette, en raison de la proximité du château de Chavagniac-Lafayette, un peu plus à l'est. Bien qu'ayant le statut de gare de bifurcation, puisque située à l'intersection des lignes Saint-Georges d'Aurac - Saint- Etienne et Clermont - Nîmes, elle n'a pas favorisé le développement d'une importante Vue du bourg et de l'église de Saint-Georges-d'Aurac, depuis la voie ferrrée. La gare étant éloigné du bourg, celui-ci n'a pas connu de développement particulier lié à l'activité ferroviaire Vue du site de Langeac et de Navat depuis la voie ferrée, à proximité du mont Briançon. "Une longue boucle, allongée vers le sud et de laquelle on a à droite une vue splendide sur le bassin de Langeac
    Historique :
    - Lyon - Méditerranée). De Saint-Georges d'Aurac à Aurec et un peu au-delà, à la limite régionale, ce sont près de 120 km qui sont parcourus par la ligne. Il s'agit d'un chemin de fer d’intérêt général : le premier est celui de Pont-de-Lignon – Fraisses-Unieux (Loire), ouvert en novembre 1863 ; les seconds, ceux du Puy à Lavoûte-sur-Loire et de Lavoûte-sur-Loire à Pont-de-Lignon, ouverts en mai 1866 . Enfin, ceux de Saint-Georges-d’Aurac à Darsac et de Darsac au Puy sont les derniers à ouvrir en mai 1874 . Les stations de la ligne dans sa partie auvergnate sont à l'origine au nombre de 19 (7 sont désormais -Vincent-le-Château, Vorey, Chamalières-sur-Loire, Retournac, Beauzac (fermée), Pont-de-Lignon, Bas
    Référence documentaire :
    "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL, Pascal , FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine concernant différentes sections de la ligne Saint-Etienne - Aurec-sur-Loire - Saint-Georges-d'Aurac. concernant différentes sections de la ligne Saint-Etienne - Aurec-sur-Loire - Saint-Georges-d'Aurac.
  • Ligne (Bort-les-Orgues) - Antignac-Vebret - Neussargues
    Ligne (Bort-les-Orgues) - Antignac-Vebret - Neussargues
    Description :
    d'une ligne à voie unique, non électrifiée, d'une longueur totale d'environ 71 km : près de 23 km entre viaducs (viaducs de Salsignac, de Barajol - inscrit MH -, de Chassagny, de Lugarde et de Saint-Saturnin ) et 4 tunnels (entre autres ceux du Chatelet, 398 m et de Tavelas, 50 m). La ligne présente des
    Annexe :
    , assorties d'un changement de traction obligatoire pour les voyageurs de Béziers-Clermont." CROZES Daniel, "Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central", p. 234 (1). "En 1969 -1971, de nouvelles fermetures intervinrent dans l'Ardèche [...], le Gard [...] et la Haute-Loire. Vingt Cie du chemin de fer de Paris-Orléans 1925 : Auvergne : Puy-de-Dôme et Cantal : anciens volcans - Neussargues. Gorges du Chavanon puis de la Dordogne ; Bort (orgues) ; points de vue Antignac - Vebret et Saint -Etienne - Menet ; Riom-ès-Montagnes (environs ruines Apchon vallée Cheylade) ; Condat (7 km de la gare Neussagues, Roc de Cuze. Neussargues : ville pittoresque proche Garabit. Au S. : Chaudesaigues station 1930 : Paris-Orléans Railway of France. [ n. p. ]Ligne d'Eygurandes - Bort - Neussargues. Gorges de P.O.-Midi : livret-guide officiel 1936 T1 : De Paris à la Loire et à la Garonne : ligne Bort-les -Orgues - Neussargues p. 87 : ligne de Bort-les-Orgues à Neussargues. Cette ligne se détache à Bort-les
    Illustration :
    Vue du chantier de la ligne Bort-Neussargues aux abords du tunnel d'Antignac, au début du 20e Vue de la gare d'Antignac - Vebret, côté voies. Cette station dessert à la fois Antignac, au sud -est, sur la rive droite de la Sumène, et Vebret, au sud-ouest, au confluent de la Sumène et du Violon . Seules des indications géographiques de ce type figurent dans l'unique guide s'attardant sur la description de ce lieu, le guide Bleu de 1920. IVR83_19941502334XA Vue de la ligne de chemin de fer à son passage sur le viaduc de Salsignac. La plupart des guides ferroviaires évoquent cet ouvrage d'art : "on franchit sur un beau viaduc courbe la dépression de Salsignac ", mais le guide Joanne de 1910-1911 est un peu plus précis et donne quelques chiffres : 14 arches, 190 m de longueur, 23 m de hauteur. IVR83_19931501125XA Vue de la voie ferrée à son passage sur le viaduc de Salsignac. IVR83_19921500315X
    Historique :
    La ligne Bort-les-Orgues (en Corrèze, à la limite de l'Auvergne) - Antignac-Vebret - Neussargues est classée comme chemin de fer d’intérêt général. C'est grâce à Fernand Brun, avocat originaire de Riom-ès-Montagnes, fonctionnaire au ministère de l'Instruction publique et très lancé en politique, que la voie ferrée passe, contre toute attente ("techniquement, le rapport d'études de 1893 faisait dans la vallée de la Santoire étaient des facteurs très défavorables" Jacques Vermenouze), par sa localité d'origine. Les trois tronçons qui la composent, c'est-à-dire les sections de Bort-les-Orgues à Riom-ès-Montagne, de Riom-ès-Montagne à Allanche et d'Allanche à Neussargues, traversent en diagonale le nord du département du Cantal. Ils ont tous fait l'objet d'une convention de concession à la compagnie du PO (Paris - Orléans) en juin 1892. Les travaux de construction seraient dus à l'ingénieur en officielle, semble-t-il, le 09/05/1908. En mai 1990, l'ensemble de la ligne est fermée au trafic des
    Référence documentaire :
    , Odile. Viaducs d'Auvergne. Monuments du chemin de fer. Clermont-Ferrand : EPA (coll. "Itinéraires du p. 14-15 Viaducs d'Auvergne. Monuments du chemin de fer, 1992. BELHOSTE, Jean-François, LISBONIS p. 39 "Les chemins de fer du Cantal", 1984. TRIN, Antoine. "Les chemins de fer du Cantal". Aurillac p. 82, 83, 87 "Les chemins de fer de montagne français", 1960. VILAIN, L.M. "Les chemins de fer de "Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central." 2011. CROZES, Daniel. " Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central". Editions du Rouergue, 2011. Riom-ès-Montagnes VERMENOUZE, Jacques. Le pays de Riom-ès-Montagnes. Journal historique. Riom de 1900 à 1910. L'arrivée du chemin de fer. Antignac : Haute-Auvergne éditions, 31 mars 2000. différentes sections de la ligne Bort-les-Orgues - Antignac-Vebret - Neussargues. "Entrée du tunnel d'Antignac", s.d. [début du 20e siècle]. "Entrée du tunnel d'ANTIGNAC. Ligne de
  • Ligne Neussargues - Loubaresse - (Béziers)
    Ligne Neussargues - Loubaresse - (Béziers)
    Description :
    années 1920. Elle est l'une des rares lignes électrifiées en Auvergne (avec celle de Clermont à Paris par La ligne Neussargues - Béziers est classée comme chemin de fer d'intérêt général. Elle traverse le département du Cantal avant de passer, peu après Loubaresse, dans la région du Languedoc-Roussillon. Elle -Flour et 23 km entre Saint-Flour et la limite de région, au sud de Loubaresse. Pendant la guerre de 1914 -1918, relate le Livret-guide officiel du Paris-Orléans-Midi de 1936 ("De Paris à la Loire et à la " (électricité). Un programme d'électrification de lignes présenté au gouvernement par les compagnies avait été approuvé le 29 août 1920. Cette ligne, à voie unique, atteste de la mise en oeuvre du programme dès les
    Annexe :
    Guide Bleu 1970 p.20 VI DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-FLOUR OU A AURILLAC ET A FIGEAC : p . 20 DE ). "[...] les grande lignes relèvent des compétences de la SNCF. Béziers-Neussargues et Clermont-Nîmes désormais Clermont pour terminus. [...] Certes, les conseils régionaux de Midi-Pyrénées, Languedoc l'extrémité duquel est la halte de Garabit (hôtel du viaduc 12 chambres, remis à neuf), ... Le **viaduc ou Cantal (de Clermont à Aurillac), des achats ont été faits à plusieurs reprises pour la boucherie , assorties d'un changement de traction obligatoire pour les voyageurs de Béziers-Clermont." , et le viaduc des Fades, sur la Sioule, ligne de Montluçon à Clermont. - Neussargues, 1871 : " [... La ligne projetée] entraînera la transformation du système vicieux de culture du sol en usage depuis longtemps et dont l'emploi opiniâtre tient précisément à l'isolement de cette pays et pour la Compagnie exploitante que l'amélioration réalisée par la substitution du chemin de fer
    Illustration :
    Vue générale du "noeud ferroviaire" de Neussargues, décrit dans les guides de la deuxième moitié du XXe siècle comme un "riant bassin (...) qui s'épanouit au confluent de l'Alagnon et de l'Allouche". Au loin, la silhouette du château de Merdogne. IVR83_20121500007NUC4A Vue du site et de la gare de Neussargues, depuis les voies. Très vite, la gare de Neussargues s'est retrouvée au carrefour de plusieurs lignes ferroviaires d'importance. Le guide Joanne de 1892 annonce déjà qu'une "gare considérable, spéciale à la Compagnie du Midi [y] est en construction". Le guide de 1936 précise : "De Neussargues, se détachent au nord la ligne de Bort-les-Orgues ; au sud celle de Béziers et des gorges du Tarn par Saint-Flour et le viaduc de Garabit". IVR83_20121500001NUCA Ferme du Vialard en bordure de voie, entre Savignac et le Sailhant. Les bâtiments agricoles ne sont château du Saillans [sic] (...) bâti sur un massif de roc dominant un petit cirque de rochers très curieux
    Historique :
    La ligne Neussargues - Béziers représente (avec la ligne Clermont - Nîmes) l'une des deux grandes artères SNCF du Massif Central. Les deux sections de Neussargues à Saint-Flour - Chaudes-Aigues et de alors exploitées par la compagnie du Midi. En mars 2007, RFF (Réseau ferré de France - actuel SNCF . En septembre 2009, suite à une fissuration apparue sur l'une des piles du viaduc de Garabit (situé sur la commune de Ruynes-en-Margeride - voir dossier IA15000405), tout trafic est à nouveau interrompu ; après intervention sur le viaduc, la ligne est rouverte en octobre de cette même année. A l'origine, la , Saint-Flour - Chaudes-Aigues, Ruynes-en-Margeride, Garabit et Loubaresse. Mais seules les gares de
    Référence documentaire :
    sections de la ligne Neussargues - Loubaresse - Béziers. Le viaduc de Garabit CARTIER, Claudine, RIBEILL, Georges, WOLKOWITSCH, Maurice, et al. Le viaduc de Garabit et le patrimoine ferroviaire en Auvergne. Paris : SNCF, ministère de la culture et de l'éducation
  • Ligne Gannat - Commentry
    Ligne Gannat - Commentry
    Description :
    La ligne Gannat - Commentry, classée comme chemin de fer d'intérêt général, est à voie unique non Commentry (et au-delà jusqu'à Montluçon). Elle est essentiellement située dans le département de l'Allier , même si son tracé fait une incursion dans le département du Puy-de-Dôme, aux environs de Lapeyrouse . Sur une longueur totale d'environ 54 km, le tronçon de Commentry à Lapeyrouse représente 18 km ; celui de Lapeyrouse à Saint-Bonnet-de-Rochefort environ 27 km et celui de Saint-Bonnet-de-Rochefort à Gannat un peu plus de 9 km. Le long de ces 54 km, 7 importants viaducs ont été nécessaires au
    Annexe :
    -Lapeyrouse p. 84 : De Montluçon à Clermont-Ferrand par Lapeyrouse. A la sortie de Montuçon, court tunnel . Observations touristiques. Par la route, on va également de Limoges à Lyon par Clermont-Ferrand ; cet . Après avoir laissé à dr. la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont, le chemin de fer contourne détachent à dr. la ligne de Volvic-Clermont et à g. la petite ligne de Sancoins. La voie descend vers la Guide Joanne 1892 [page de titre : éd. de 1886 avec des renseignements pratiques mis au courant en 1889] : France : Auvergne, Morvan,Velay,Cévennes. p. 79 : Ligne Montluçon-Gannat. R26 : de Montluçon à Gannat. 3 km de Montluçon à Commentry. A g. ligne de Moulins. On franchit l'Œil. A dr., Commentry. Plus loin à g., Malicorne ; à dr. au-delà de la vallée de L'Œil, Colombier,… Hyds. On remonte la vallée de voie franchit en viaducs. Arrivé près de la source, on franchit le ruisseau pour traverser en tranchées l'arête qui sépare l'Oeil, affluent du Cher par l'Aumance, de la Bouble, affluent de l'Allier par la
    Illustration :
    lui sur le réseau et ses bifurcations : "Lapeyrouse, où se détachent (...) la ligne de Volvic-Clermont s'élève le long des collines pour redescendre ensuite dans la pittoresque vallée de la Sioule" (guide Conty de 1914). IVR83_20150300026NUC4A Vue des paysages entre Mazerier et Neuvial : le bourg de l'Anglard. Le passage du chemin de fer passage d'une entité géographique à une autre, en l'occurence, le passage de "l'arête qui sépare les plaines de l'Andelot [et de la Limagne] de la vallée de la Sioule". IVR83_20150300027NUC4A Site de la voie ferrée au passage du viaduc de Rouzat. Le franchissement de la Sioule se fait sur le "hardi viaduc de Rouzat, ouvrage métallique d'une remarquable légèreté où passe le chemin de fer et dont le tablier est à 62 m au-dessus de la rivière" (guides Joanne 1910-1911 et 1912). La belle Site du village de Bellenaves depuis la voie ferrée. Presque toutes les éditions de guides entre la
    Historique :
    La ligne Gannat - Commentry est considérée, de nos jours, comme la ligne Gannat - Montluçon puisqu'au-delà de Commentry elle rejoint la ligne Moulins - Montluçon (désormais désaffectée sur la partie tronçons de la ligne jusqu'à Commentry ont tous été exploités dès l'origine par la compagnie du PO, et ouverts "à tous les trafics" en juin 1871. Ils étaient au nombre de 3 : de Gannat à Saint-Bonnet-de -Rochefort, de Saint-Bonnet-de-Rochefort à Lapeyrouse, et de Lapeyrouse à Commentry. Parmi les 7 stations desservies à l'apogée de la ligne : Commentry, Hyds, Lapeyrouse, Louroux-de-Bouble, Bellenaves, Saint-Bonnet -de-Rochefort et Gannat, celle d'Hyds est désormais fermée, mais la ligne dans son ensemble est encore
    Référence documentaire :
    Ligne Gannat - Commentry (archives 03). Fonds d'archives concernant différentes sections de la
  • Ligne Moulins - Montluçon
    Ligne Moulins - Montluçon
    Description :
    La ligne Moulins - Montluçon parcourt le département de l'Allier, dans une direction globalement orientée nord-est - sud-ouest. Classée comme chemin de fer d'intérêt général et aujourd'hui partiellement . D'une longueur totale de 80 km environ entre Moulins et Montluçon, la ligne a été réalisée en quatre
    Annexe :
    viaduc de 10 arches (26 m de hauteur et 160 m de longueur) l'étang de la Forge-Dieu ou de Massarges, que beau viaduc de 10 arches (26 m de hauteur et 160 m de longueur) l'étang de la Farge-Dieu ou de Guide bleu 1970 section Treignat Commentry p. 33 DE LIMOGES A CLERMONT A/ par Guéret, Montluçon . deux étangs et suit jusque près d'Huriel la rive dr. de la Magière. Huriel, … A dr., belle vue sur les montagnes de Combrailles. La voie franchit le vallon de Crevant. Domérat. La voie descend vers la vallée du Cher, qu'elle franchit après avoir joint à g. la ligne de Bourges. Montluçon. , Montmarault, Le Montet, Tronget, Souvigny, Coulandon, Moulins (montée de 5 km en quittant Montluçon, puis succession de côtes et de descentes très dures jusqu'à Montmarault ; ondulé de Montmarault au Montet et laquelle elle s'élève vers le plateau de Commentry. A dr., le château moderne de Ferrières. Chamblet-Néris . Continuant à remonter le Lamaron, la voie débouche à 375 m d'altitude sur le plateau de Commentry. Commentry
    Illustration :
    Vue générale d'un passage à niveau et de la maison de garde-barrière à Noyant-d'Allier Vue du passage de la voie ferrée à proximité de l'ancien chevalement des mines de charbon de Noyant -d'Allier. Le site d'exploitation houillère de Noyant, objet de concession dès la fin du XVIIIe s. et jusqu'en 1943, date de fermeture définitive de l'exploitation, est cité dans le déroulé du trajet en train , et de manière très laconique, par le guide ferroviaire de la compagnie du PO-Midi de 1936 uniquement Site industriel chimique de Commentry. Les guides ferroviaires mentionnent cette vocation industrielle de la ville et parlent de « Commentry aux cheminées fumantes » (guides de 1901, 1910-1911). Ce dernier évoque aussi le rapide développement de l'agglomération, lié aux usines : « Commentry (...) est une ville toute neuve qui a surgi de terre avec la rapidité des cités américaines La gare de Chamblet, côté voies. IVR83_20150300054NUC4A
    Historique :
    La ligne Moulins - Montluçon est classée comme chemin de fer d'intérêt général, et a ouvert "à tous en décembre 2005. Il reste encore cependant un trafic de fret entre Souvigny et Moulins. La section dossier IA00141324). Les stations desservies avant la fermeture partielle de la ligne, au nombre de 13 , Villefranche-d’Allier, Doyet – La Presle, Commentry, Chamblet, Montluçon - Rimard, Montluçon. Une dizaine de kilomètres de voie, à partir de Noyant-d'Allier, a été ouverte aux vélorails du Bourbonnais en 2008.
    Référence documentaire :
    Ligne Moulins-Montluçon. Archives départementales de l'Allier. 5 S 1231. Tracé, 1847. 5 S 1232 . Avis de l'ingénieur en chef, 1856. 5 S 1233. Plan de l'avant-projet rejeté. Ligne Moulins - Montluçon (archives 03). Fonds d'archives concernant différentes sections de la
1