Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 149 - triés par pertinence
  • Passage couvert : passage de l'Hôtel-Dieu
    Passage couvert : passage de l'Hôtel-Dieu Lyon 2e - rue Childebert quai Jules-Courmont place de la République - en ville - Cadastre : 1999 AL 4
    Titre courant :
    Passage couvert : passage de l'Hôtel-Dieu
    Annexe :
    boucherie dehôtel-Dieu élevée en 1579, l´Administration décida de la remplacer par un passage couvert. Ce ´établir un lavoir à l´intérieur dehôtel-Dieu. Mais où l´installer, sinon dans les locaux du secrétariat , pouvant communiquer avec l´intérieur de l'hôtel-Dieu et connu sous le nom de café des Etats-Unis administratifs ne cessèrent de s´agrandir au dépens des magasins et logements proches et même de l'hôtel-Dieu. En l'Hôtel-Dieu et la direction en est confiée à un régisseur-architecte, employé de l´Administration. En l´étroit passage de l'Hôtel-Dieu fut transféré dans l´ancien immeuble de la Cie du Gaz 3 quai des début de bail). Extraits : nom des bailleurs dont la profession est donnée Passage de l'Hôtel-Dieu Geschel, plissage, ajourage et modèles Passage de l'Hôtel-Dieu, numéros impairs et rue Childebert couronnes, Melle Chenel directrice, 60 passage de l'Hôtel-Dieu l'hôtel-Dieu, en annexant une partie des locaux donnant sur le quai, contigus à ceux déjà existants. Le
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    passage de l'Hôtel-Dieu
    Illustration :
    Plan de l'hôtel-Dieu, 1869. A droite, le passage, avec la numérotation des boutiques sur la rue Plan des bâtiments et du passage de l'Hôtel-Dieu indiquant les boutiques numérotées, l'emplacement A droite, le passage. [Plan de l´Hôpital et du passage deHôtel-Dieu dans le cadre du projet de désaffection partielle non exécuté dehôtel-Dieu, 17 mars 1933.] IVR82_20106903037NUCA la place du passage de l'Hôtel-Dieu IVR82_20126901660NUCA A droite, le passage avec la numérotation des boutiques. [Hôtel-Dieu et Charité : plans des propriétés des hôpitaux et des propriétés étrangères aux hôpitaux sur le quai de l'Hôpital et le quai de la du petit dôme coloré en rouge et le projet d'élargissement de la rue Childebert et du pont Wilson Elévation sur la rue de l'Hôpital, Christôt, 1828 IVR82_20106903058NUCA Démolition du passage, vestiges de la verrière avec la basilique de Fourvière en arrière-plan
    Auteur :
    [architecte de l'entreprise] Christôt
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    travaux du passage de l'Hôtel-Dieu aux architectes Christôt (4 000 fr) et Duboys (2 000 fr). Les travaux Dubuisson de Christôt, architecte des Hospices, dessine en 1828 l´élévation du passage de l'Hôtel -Dieu, remplaçant ainsi la boucherie sur la rue Childebert et une partie de la rue de l'Hôpital. En effet, le nord de l´hôpital abritait les boucheries depuis 1578, soit un abattoir et des boutiques. Avec la création de l´abattoir de Perrache et pour des raisons d´hygiène, on transforme ce lieu en un . Une verrière couvre le passage haut de 15 m et comprenant 2 rangées de magasins. Les anciens murs de pouvoir Pénelon perçoivent 230 776 fr. En 1843, une gratification est allouée pour la conduite des louées et assure à l´hôpital un revenu annuel de 50 000 fr. C'est la société d'éclairage dirigée par Dalbis qui est chargée de fournir les mètres cubes de gaz et d'entretenir les becs de gaz (ainsi que , le ferblantier Villard fournit 66 chapiteaux en zinc. En 1856, le ciel vitré bénéficie de réparations
    Localisation :
    Lyon 2e - rue Childebert quai Jules-Courmont place de la République - en ville - Cadastre
    Référence documentaire :
    Hôtel-Dieu de Lyon. Passage de l'Hôtel-Dieu. Elévation sur la rue de l'Hôpital. Dressé par Hôtel -Dieu de Lyon. Passage de l'Hôtel-Dieu. Elévation sur la rue de l'Hôpital. Dressé par l'architecte des Plan de l'hôtel-Dieu. 1869. Ech. Au 1/200e (AML 2 N 706) Plan de l'hôtel-Dieu. 1869. Ech. Au 1/200e Plan des bâtiments et du passage de l'hôtel-Dieu indiquant les boutiques numérotées, l'emplacement Plan des bâtiments et du passage de l'hôtel-Dieu indiquant les boutiques numérotées, l'emplacement du [Plan de l´Hôpital et du passage deHôtel-Dieu dans le cadre du projet de désaffection partielle [Plan de l´Hôpital et du passage deHôtel-Dieu dans le cadre du projet de désaffection partielle non exécuté deHôtel-Dieu, 17 mars 1933.] (AML 2 OP 925) Passage de l'hôtel-Dieu. Photogr., s.d. [mil. XXe s.] Reproductions de plaques de verre conservées Passage de l'hôtel-Dieu. Photogr., s.d. [mil. XXe s.] Reproductions de plaques de verre conservées aux
  • Ensemble des puits de l'hôtel-Dieu
    Ensemble des puits de l'hôtel-Dieu Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Titre courant :
    Ensemble des puits de l'hôtel-Dieu
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Le puits de la cour de l'Arbre IVR82_20106901632NUCA Le puits de la cour de l'Arbre. Un robinet IVR82_20106901634NUCA Le puits de la cour de l'Arbre. Détail d'un robinet IVR82_20106901635NUCA Le puits de la cour de la Pharmacie IVR82_20106902007NUCA Le puits de la cour de la Chaufferie IVR82_20106902003NUCA Le puits de la cour de la Chaufferie. Vue de 3/4 IVR82_20106902139NUCA Le puits de la cour de la Chaufferie. Vue depuis le nord IVR82_20096905577NUCA Mécanisme de la pompe aménagée sous le passage couvert du bâtiment K, côté nord Cartouche portant la signature du fontainier Vergniette, mécanisme de la pompe du bâtiment K
    Auteur :
    [architecte de l'entreprise] Tissot Barthélémy Antoine
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    Dufour se fait en 1830. En 1842, L. Vergniette est payé pour une pompe le long de la façade dehôtel -Dieu sur un devis de 1841 (au nord du porche nord sur le quai). devis d´une fontaine (très probablement celle de la cour de l´Arbre) ; la fin des paiements au tailleur de pierre Nodet, au maçon Paret, aux ferblantiers Gaillard et Vergniette ainsi qu´au maître-serrurier
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Référence documentaire :
    1829, 1 MP 836 ; 1841, 1 MP 1850 Livres du détail de la dépense des Hospices Civils de Lyon. 1828 -1904 AC Lyon. 1 MP 835-957. Livres du détail de la dépense des Hospices Civils de Lyon sur les fonds
  • Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Annexe :
    1625, 16 février. Délibération des recteurs de l'hôtel-Dieu au sujet de la construction des galeries 1625, 16 février. Délibération des recteurs de l'hôtel-Dieu au sujet de la construction des Rapport sur la visite à Lyon dehôtel-Dieu en passe d´être complètement désaffecté , Pierre-Louis Laget, mars 2010 Rapport sur la visite à Lyon dehôtel-Dieu en passe d´être complètement désaffecté qui se rencontrent même dans des établissement pourtant relativement modestes tel l´hôtel-Dieu de Montreuil-Bellay. Ainsi, à ma connaissance, seuls l´hôtel-Dieu d´Amiens, celui de Brie-Comte-Robert et très une extension dehôtel-Dieu en entamant la construction de nouvelles salles de malades immédiatement . Par la date du projet de construction, l´hôtel-Dieu de Lyon paraît être le premier en France où fut préexistante. Le plan actuel en T dehôtel-Dieu de Tournus procède ainsi d´une construction de salles de reconstruction dehôtel-Dieu de Lyon en 1622, fut fondé en 1634 à Paris un édifice qui, une fois achevé
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général , Grand Hôtel-Dieu
    Illustration :
    [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan des caves IVR82_20106903104NUCA nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan du rez-de-chaussée nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan du premier étage nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], élévation antérieure nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], élévation sur cour Plans dehôtel-Dieu de Lyon, Loyer, sd [entre 1756 et 1761]. papier collé, encre, lavis, 63 x
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Laure César [maître de l'oeuvre] Picquet Antoine [architecte de l'entreprise] Pascalon Paul
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône , Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu
    Murs :
    pierre de taille
    Dénominations :
    hôtel-Dieu
    Texte libre :
    au nord, dans le quartier Saint-Paul et vendu en 1499 (Ibid.). La fondation de l´actuel Hôtel-Dieu Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p.). Mais les revenus de l´abbaye ne Childebert et la reine Ultrogothe. Origine du grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône A partir de 1507, l´hôpital prend le nom d´hôtel-Dieu de enfants et les nourrices (CROZE, p. 39). En 1526, le cimetière deHôtel-Dieu est établi près de l ´actuelle rue Grolée (DAGIER, p. 77). La première description connue deHôtel-Dieu date de 1539 (La police ´hôtel-Dieu de Lyon en 1523). Le plan scénographique de Lyon daté de 1550 environ en donne une possessions de la confrérie de la Sainte-Trinité que l´hôtel-Dieu annexera pour s´agrandir. En 1542, on , 1573 et 1578, et recteur dehôtel-Dieu, a largement participé à la construction de la boucherie et à . BB 107). Le 1er janvier 1583, le consulat confie l´administration dehôtel-Dieu à une assemblée de
    Historique :
    hôtel-Dieu est situé sur la rive droite du Rhône dans le centre historique de la ville de Lyon place de l´Hôpital. En 1507, l´hôpital prend le nom d´hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône. En 1583, le consulat confie l´administration dehôtel-Dieu à une assemblée de 6 notables, le (bâtiments M, O, Q et L) forment le coeur dehôtel-Dieu. Cet ensemble du XVIIe siècle commencé en 1622 est dresser le plan dehôtel-Dieu. Celui-ci dessine, ainsi que ses prédécesseurs du XVIIe siècle, quatre route d´Italie. La rue Serpillière est englobée dans l´hôtel-Dieu et disparaît au cours de cet hôtel-Dieu. Elle est menée de 1887 à 1893 par l´architecte Paul Pascalon et ponctuée d´un patrimoine du XIXe n´est pas encore pris en compte. Or, l´hôtel-Dieu de Lyon est également un témoin de l ´architecture hospitalière de cette époque. Le 22 novembre 2011, l'hôtel-Dieu est classé en totalité, sols des avaient modifié. Conclusion L´hôtel-Dieu est l´un des édifices les plus emblématiques de Lyon tant
    Référence documentaire :
    AC Lyon. D HD 14. Inventaire des parchemins et titres trouvés dans les archives dehôtel-Dieu AC Lyon. D HD 14. Inventaire des parchemins et titres trouvés dans les archives dehôtel-Dieu (1736) AC Lyon. Délibérations des recteurs de l'Hôtel-Dieu. E HD 4 (26 octobre 1578, 24 mai et 3 décembre AC Lyon. Délibérations des recteurs de l'Hôtel-Dieu. E HD 4 (26 octobre 1578, 24 mai et 3 décembre AC Lyon. Registres des mandats de l'hôtel-Dieu. E HD 21 (1606-1608) ; E HD 22 (1609-1610) ; E HD 23 AC Lyon. Registres des mandats de l'hôtel-Dieu. E HD 21 (1606-1608) ; E HD 22 (1609-1610) ; E HD 23 AC Lyon. E HD 1993. Réparations et aménagements des bâtiments deHôtel-Dieu et des maisons qui AC Lyon. E HD 1993. Réparations et aménagements des bâtiments deHôtel-Dieu et des maisons qui lui AC Lyon. 1 NP 266-267. Quai de l'Hôpital et façade de l'hôtel-Dieu. 1ère partie. Boutiques n° 6 à AC Lyon. 1 NP 266-267. Quai de l'Hôpital et façade de l'hôtel-Dieu. 1ère partie. Boutiques n° 6 à 84
  • Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon Lyon 2e - quai Jules-Courmont - en ville
    Titre courant :
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Description :
    Le portail du grand dôme de l'hôtel-Dieu est fermé par une porte cochère surmontée d'un tympan de menuiserie. Les vantaux sont composés de tables pleines en partie inférieure et vitrées en partie supérieure losange dont les croisillons sont masqués à l´extérieur par des motifs de ferronnerie. Les panneaux sont confortés par des ferrures à équerre à tête ornée par des fleurs de lis repercées. Les gonds sont prolongés une targette en partie inférieure. L'ensemble est orné de motifs découpés et repercés. Les ébrasements intérieurs sont recreusés pour permettre le placement des éléments saillants de la serrurerie. Les gonds retournent le long des traverses, et se terminent, à chaque extrémité par un motif de fleur de lis repercé . Dms de la penture inférieure : h = 156,5 ; la (jusqu´au gond) = 39 ; la (de la penture de retour ) = 171 ; h du gond = 29 ; h du motif en fleur de lis = 23 ; la = 22,5 Dms de la penture du milieu : h = 100 ; la (jusqu´au gond) = 34,5 Le système de fermeture est quadruple : une double serrure, une
    Annexe :
    1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel-Dieu 1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel-Dieu (AC Lyon. B HD 85). ... Pour arrêté la corniche en 1763, 24 avril. Bail à prix fait pour la grande porte deHôtel Dieu passé à Guillaume Depayre porte deHôtel Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier de Lyon, par le recteur Jacques en menuiserie de l´entrée principale du dôme dudit l´Hôtel Dieu du côté du quay, laquelle sera en bon dehors deux ape coudée et à plombé de fer plat, deux gros cloux pour les arresté, quatre cloux à vis de cinq pouces de long chaqu´un, deux grande ape à pommelle et à es, pour arretté le dormant et équaire de huits pieds de long chacune, vingt quatre cloux à grosse teste pour les arreste. Arimé l´imposte d´une bande de fert mey plat d´un pouce d´epaisseur et deux pouces et demy de largeur, de long treize pieds . Pour le reste avoir entaillée la ditte armure de son epaisseur dans le bois, une espagniollette de
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Illustration :
    La porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon ouvrant sur le quai Jules-Courmont : vue de Vue d'ensemble de la porte depuis le vestibule du grand dôme IVR82_20106901840NUCA Vue d'ensemble de la serrure IVR82_20106901843NUCA Détail de la serrure IVR82_20106901841NUCA Détail de la targette inférieure IVR82_20106901842NUCA Détail de l'emplacement de la serrure dans l'ébrasement intérieur de la porte IVR82_20106901844NUCA Les clés, collection du Musée des Hospices civils de Lyon IVR82_20106906340NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Dimension :
    Largeur de la porte : la = 440
    Texte libre :
    DESCRIPTION DE LA PORTE DU GRAND DÔME DE L'HÔTEL-DIEU DE LYON Le portail du grand dôme ouvre sur composés de tables pleines dans la partie inférieure et vitrées dans la partie supérieure. Les parties ´extérieur par des motifs ; elles se ferment par un système de crémone, repercée d´un cœur. Le tympan de prolongées par des pentures en S, à la tête ornée de fleurs de lys repercées. Les gonds du milieu sont également maintenus par des pentures en S (fig. 2). Dimensions de la ferrure inférieure : la = 171 cm . Dimensions de la penture : h = 156,5 cm. H du gond = 29 cm ; h du motif en fleur de lys = 23 cm, la = 22,5 cm . Dimensions de la penture du milieu : h = 100 ; la jusqu´au gond = 34,5 cm. Le système de fermeture est quadruple : une double serrure, une targette en dessous sur le battant de gauche, une crémone à tige verticale sur le battant de droite, un loquet en haut de la porte. La double serrure est rectangulaire à repercées. C´est une serrure à trois points avec un système de targette par-dessous (fig. 3). Dimensions d
    Historique :
    l'hôtel-Dieu mentionne un paiement à Marc Chabry pour la sculpture de l'imposte, sans doute les ouverte depuis l'entrée du général de Gaulle à l'hôtel-Dieu en septembre 1944.  : prix-fait passé le 24 avril 1763, payé 1548 livres le 15 août 1764. La ferronnerie et la serrurerie de la porte sont réalisées par le serrurier lyonnais Martin Ray en 1764 pour 1550 livres. Les comptes de moulurations autour de la baie vitrée. Selon des renseignements oraux, la porte du grand dôme n'a pas été
    Référence documentaire :
    Bail à prix fait pour la grande porte deHôtel-Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier pour la grande porte deHôtel-Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier de Lyon, par le de Payre, maître menuisier à Lyon ; 1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel de Lyon, par le recteur Jacques Lambert ; 1764 AC Lyon. B HD 85. 1763, 24 avril. Bail à prix fait -Dieu ; 1764, 28 novembre. Quittance donnée par Martin Ray.
  • hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles, actuellement poste et bibliothèque
    hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles, actuellement poste et bibliothèque Grignan - rue de l' Hôpital - en village - Cadastre : 1835 D 75-76 1968 D 122
    Titre courant :
    hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles
    Étages :
    étage de soubassement
    Description :
    Le bâtiment est constitué de trois corps de plan en U irrégulier, deux corps rectangulaires donnant moellon de calcaire, les encadrements sont en pierre de taille, les élévations recouvertes de crépi, sauf l'arrière du corps central. Deux des trois corps, le corps gauche, à l'angle en haut de la rue, et le corps central sont élevés sur un terrain à double déclivité et s'appuient sur un étage de soubassement ouvrant à l'arrière sur un terrain (ancien jardin). Les toits, à longs pans et à croupes, sont couverts de tuiles creuses et bordés de génoises à trois rangs. Le corps gauche abrite la poste. De plan rectangulaire, il travées régulières et limitées par des chaînes harpées à refends, montrent trois niveaux : un rez-de pilastres ioniques, entablement nu et larmier à denticules. Les fenêtres sur rue et celles de l'élévation en . Ce corps renferme l'escalier en vis (visite non autorisée) de l'hôpital d'origine. La cour qui sépare les deux corps latéraux, côté rue, est surélevée et limitée par un mur, élevé au-dessus du mur de
    Statut :
    propriété de la commune
    Vocables :
    Hôtel Dieu de la Croix
    Destinations :
    école de filles
    Illustration :
    Vue partielle des élévations sur cour, corps de bâtiment de l'école ; à droite, porte d'entrée de
    Dénominations :
    hôtel-Dieu
    Représentations :
    croix § couronnement de la porte sur cour à volutes surmonté d'une croix
    Historique :
    Croix Blanche, qu'ils transforment pour en faire le nouvel hôpital : l'hôtel-Dieu de la Croix entre en renouvelé. Un grand bienfaiteur de l'hôtel-Dieu, le marquis du Muy, devenu comte de Grignan en 1759, y le fils François fit édifier à l'hôtel-Dieu une chapelle dédiée à saint Roch. L'établissement, qui établit deux soeurs hospitalières. Au 19e siècle, l'hôtel-Dieu, appelé l'hôpital ou l'hospice, prend un La bulle papale de 1106 mentionne à Grignan une maison de charité, appelée l'Aumône. Etablie hors de l'agglomération près du cimetière, et tôt disparue, elle aurait été fondée par un des Adhémar, de la famille des seigneurs de Grignan, à son retour de Terre sainte et aurait précédé la construction de la chapelle Notre-Dame-de-Beaulieu. La fondation d'un hôpital intra-muros en 1444 est due au legs d'une maison que dame Alix Auriole, veuve de Bertrand de Vesc, avait fait aménager pour cet usage. Ce premier hôpital, situé dans l'étroite rue d'Or, fonctionna jusqu'à la fin du 16e siècle. Le linteau de sa
    Contributeur :
    Beaulieu Clémence de
    Localisation :
    Grignan - rue de l' Hôpital - en village - Cadastre : 1835 D 75-76 1968 D 122
  • Chapelle Notre-Dame de Pitié
    Chapelle Notre-Dame de Pitié Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Titre courant :
    Chapelle Notre-Dame de Pitié
    Description :
    Elévation antérieure construite en pierre grise de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or (69) pour le soubassement , en pierre blanche du Mâconnais (71), de Pommiers (69) et de Seyssel (01). Inscription : HOPITAL
    Annexe :
    restes dans la chapelle dehôtel-Dieu ; Le Conseil décide de porter ces faits à la connaissance de Mgr Demande de l´Archevêché au sujet de deux tombeaux de la chapelle de la Charité, séance du 26 décembre 1934. Hospices civils de Lyon. Conseil général d´administration. Extrait du registre des délibérations. Archives. Demande de l´Archevêché au sujet de deux tombeaux de la chapelle de la Charité, séance du 26 décembre 1934. AC Lyon, 1 LP 1027. Présidence de M. Delore. Sur la proposition de M. l ´administrateur PIC, Président de la Commission des Archives Vu la lettre en date du 24 décembre par laquelle Mgr le cardinal Maurin, archevêque de Lyon, demande à recevoir et à conserver dans un des caveaux de la Primatiale les cendres des cardinaux-archevêques de Marquemont et de Richelieu, inhumés dans la chapelle de ´exhumation ; Considérant que le cardinal-archevêque de Marquemont, mort à Rome en 1626, ne semble pas avoir élevée en son honneur ne paraissant pas avoir été qu´un témoignage de la reconnaissance des recteurs de
    Vocables :
    Notre-Dame de Pitié
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Modernisation et rénovation. Chapelle, Mortamet, mai 1981, plan du rez-de-chaussée, état des lieux Modernisation et rénovation. Chapelle, Mortamet, mai 1981, plan de l'entresol, état des lieux Modernisation et rénovation. Chapelle, Mortamet, sd, plan du rez-de-chaussée et de la tribune Modernisation et rénovation. Chapelle, Mortamet, sd, plan du rez-de-chaussée et de la tribune : le Vue de situation en 1839 IVR82_19776900251P Façade de la chapelle et entrée de l'hôpital. Photogr., [mil. XXe s.] (A. Musée des HCL Vue d'ensemble de la nef lors d'une cérémonie de mariage. Photogr., [mil. XXe s.] (A. Musée des HCL Façade principale et clocher sud : vue de situation depuis la place de la République Vue de situation du clocher sud depuis la rue de la République : jeu de dômes, d'épis de faîtage et de pots-à-feu IVR82_20116903001NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    mufle de lion
    Historique :
    C'est le 7 janvier 1637 que les recteurs de l'hôtel-Dieu prennent officiellement la décision de construire une nouvelle chapelle. Elle est bâtie de 1637 à 1655 à l'emplacement de l'ancien hôpital du XVe actes du 26 décembre 1639 et 9 février 1653. Hormis la façade, l'église est terminée à la fin de 1644 . Elle est consacrée le 6 janvier 1645 sous le vocable de Notre-Dame de Pitié. L'élévation antérieure , d'abord prévue avec un portail à 3 portes, présente une porte unique sur la place de l'Hôpital ; en noyer , elle est due aux menuisiers Claude Delron et Pierre Coysevox et date de 1652. La façade a souvent été attribuée, sans preuve, au sculpteur Jacques Mimerel, auteur également de la Pietà en bas-relief - offerte par le recteur Godinot - qui ornait le tympan de 1654 jusqu'à la Révolution et remplacée en 1852 siècle par celle du sculpteur Fabisch. L'inscription "LE GRAND / HOSTEL DIEU" est gravée en 1649 par le . Toutes sortes de travaux, parfois menus, parfois conséquents, sont effectués au cours du XIXe siècle. Les
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Référence documentaire :
    La chapelle de l'hôtel-Dieu de Lyon. 1645-2000. Sn, sd, (Département du Rhône. La Conservation du La chapelle de l'hôtel-Dieu de Lyon. 1645-2000. Sn, sd, (Département du Rhône. La Conservation du patrimoine. Pré-Inventaire, dossier 2 : chapelle de l'hôtel-Dieu) Ministère de la Santé publique/HCL/Hôtel Dieu. Modernisation et rénovation. Chapelle. État des Ministère de la Santé publique/HCL/Hôtel Dieu. Modernisation et rénovation. Chapelle. État des lieux : plans Ministère de la Santé publique/hcl/hôtel-Dieu. Modernisation et rénovation. Façade principale de la Ministère de la Santé publique/hcl/hôtel-Dieu. Modernisation et rénovation. Façade principale de la chapelle Ministère de la Santé publique/hcl/hôtel-Dieu. Modernisation et rénovation. Chapelle, coupes Ministère de la Santé publique/hcl/hôtel-Dieu. Modernisation et rénovation. Chapelle, coupes longitudinale COMTE, C. La chapelle de Saint-Joseph dans l'église de l'hôtel-Dieu. Lyon, E. Vitte, sd, COMTE, C
  • Hôpital des Passants
    Hôpital des Passants Lyon 7e - la Guillotière - 41 grande rue de la Guillotière rue Louis-Dansard - en ville - Cadastre : 1825 I 205-206, 211 à 214
    Description :
    L'hôpital des Passants comportait plusieurs corps de bâtiments, cours et jardins, ouvrant sur la Grande rue de la Guillotière, et sur la rue des Quatre Ruelles, aujourd'hui rue Louis-Dansard. Le
    Annexe :
    Guignon, août 1690. Cité par G. Durand. Le patrimoine foncier de l'hôtel-Dieu Description de l'hôpital Georges Durand. Le patrimoine foncier de l'hôtel-Dieu..., p. 106. ...Composé de deux corps de logis, la Description de l'hôpital des Passants, d'après le procès-verbal de visite du recteur Dominique des Passants, d'après le procès-verbal de visite du recteur Dominique Guignon, août 1690. Cité par dans un cabinet particulier en angle de vent et de soir, et un grenier sur laquelle chambre. Le second corps, constitué de même, mais avec deux bas et deux chambres possédait en outre des caves couvertes seulement d'un plancher. Entre les deux corps, une cour où prenaient le degré et la gallerie de pierre pour l'usage des dittes chambres, et au bout duquel corps de logis dernier en l'angle de matin et bize un petit endroit voûté appellé le parfum, les lieux tout proche. Cette description se poursuit au delà de la chapelle et du clocher couvert de fer blanc, garny de sa cloche et corde pour la sonner, par les quatre
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Plan masse et de situation, extrait de http://cadastre.gouv.fr IVR82_20136902110NUDA Plan masse des bâtiments de l'ancien hôpital, extrait du plan général de la ville de Lyon au 1/500 Plan masse des bâtiments de l'ancien Hôpital des Passants, extrait du plan cadastral de Lyon, 1825 Elévation, grande rue de la Guillotière. Photogr. 2e quart XXe siècle (A. Musée HCL Lyon Vue de la rue des Passants depuis le sud. Photogr. 2e quart XXe siècle (A. Musée HCL Lyon
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    pour le jardinier. Le 10 juin 1664, les échevins remettent l'hospice aux recteurs de l'hôtel-Dieu ; il seulement les dimanches et jours de fêtes ; en 1741, les recteurs de l'hôtel-Dieu passent contrat avec les d'acquéreur et est donné aux recteurs de l'Hôtel-Dieu. Les pauvres passants sont désormais accueillis à l'hôtel-Dieu puis, à partir de 1889, dans les asiles de nuit municipaux. Par délibération du 4 juillet munie d'une plaque portant l'inscription "1773 - HÔTEL-DIEU". Sur le plan de 1720, ce premier groupe de jardin, dit "JARDIN DE L'HÔTEL-DIEU", de 6 000 m² environ, s'étendant de la rue des Passants au-delà de HISTORIQUE Cf COLLY, Marcel. Rive gauche, n° 3, p. 4 En 1652, le consulat de Lyon achète à Faure 1673, l'office y est célébré quotidiennement ; en 1726, un vicaire de Notre-Dame de Grâces célèbre religieux de Picpus pour qu'ils célèbrent la messe quotidiennement pour 72 livres annuels. Un frère de voyageurs réalisent leur potage avec les légumes du jardin. A leur départ, ils reçoivent un morceau de pain
    Historique :
    L'hôpital des Passants est créé en 1652 par le Consulat qui en confie la gestion à l'hôtel-Dieu en vendre. Une partie des terrains est vendue lors du percement du cours de Brosses (cours Gambetta) ; les bâtiments les plus vétustes le long de la rue des Passants sont démolis en 1910 ; les bâtiments, grande rue de la Guillotière, sont transformés en habitation, et détruits pour la construction de l'immeuble Le
    Localisation :
    Lyon 7e - la Guillotière - 41 grande rue de la Guillotière rue Louis-Dansard - en ville
    Référence documentaire :
    p. 106 DURAND, G. Le patrimoine foncier de l'hôtel-Dieu de Lyon (1482-1791) DURAND, Georges. Le patrimoine foncier de l'hôtel-Dieu de Lyon (1482-1791). Lyon : Centre d'Histoire économique et sociale de la 1880-1886, 1911, 1979 AC Lyon. 4 S 217. Plan général de la ville de Lyon AC Lyon. 4 S 217. Plan général de la ville de Lyon. Ech. 1 : 500 séance du 9 octobre 1900, p. 192 Recueil des délibérations du conseil municipal de Lyon Recueil des délibérations du conseil municipal de Lyon n° 34, octobre 1970, p. 22-24 BAZIN G. La Grande rue de la Guillotière. Rive gauche BAZIN, Georges . La Grande rue de la Guillotière. Rive gauche
  • Haut-relief : La Ville de Lyon favorisant l'Instruction publique
    Haut-relief : La Ville de Lyon favorisant l'Instruction publique Lyon 7e - - 293-295 avenue Jean-Jaurès - en ville - Cadastre : 2000 CD 56
    Titre courant :
    Haut-relief : La Ville de Lyon favorisant l'Instruction publique
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    La partie supérieure gauche : hôtel-Dieu (façade et dôme de Soufflot) et colline de Fourvière La partie supérieure droite : clocher de l'hôtel de ville et colline de la Croix-Rousse Vue de situation IVR82_20156902782NUCA Vue de situation IVR82_20106901389NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    enseignement groupe de figures cadre urbain fond de paysage vue d'architecture
    Historique :
    occupe l'arrière-plan : au-dessus des garçons est représenté l'hôtel-Dieu dans ce qu'il a de plus colline de Fourvière ; au-dessus des filles se dresse le beffroi de l'hôtel de ville devant la colline de Faisant face au Christ en croix du sculpteur Bertola qui occupe une grande partie de la façade de l'église Saint-Antoine de Gerland sur la rive paire de l'avenue Jean-Jaurès, l'allégorie de la Ville de Lyon favorisant l'instruction publique est traitée comme une Vierge de Miséricorde, version laïque. Ses bras protecteurs se substituent au manteau de la Vierge tandis que les fidèles sont remplacés, à la droite de la Ville, par les garçons et leur instituteur, et, à sa gauche, par les filles (et enfants de la maternelle ?) et leur institutrice. Pour renforcer l'allégorie de la ville, un paysage urbain facilement identifiable (le dôme et la partie de la façade sur le Rhône dus à Jacques Germain Soufflot) et la la Croix-Rousse. Le maître fait la leçon à l'aide d'un livre où sont représentées une grappe de
    Référence documentaire :
    Lyon : la bataille de l’hôtel-Dieu », In Situ, 2017 BELLE, Véronique. « La notion de patrimoine à travers trois liasses du fonds des Hospices civils de Lyon : la bataille de l’hôtel-Dieu », In Situ [En AC Lyon. 476 WP 138. Edifices communaux. Groupe scolaire de Gerland Aristide-Briand. AC Lyon. 476 WP 138. Edifices communaux. Groupe scolaire de Gerland Aristide-Briand. Mémoire de travaux de Note 44 BELLE, V. « La notion de patrimoine à travers trois liasses du fonds des Hospices civils de p. 119-120 DUFIEUX, Philippe. Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960) : de Tony Garnier à Louis Bertola. DUFIEUX, Philippe. Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960) : de Tony Garnier à Louis
  • Haut-relief : Armes de France et de Navarre
    Haut-relief : Armes de France et de Navarre Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville
    Titre courant :
    Haut-relief : Armes de France et de Navarre
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de situation IVR82_20106902049NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    La façade de la chapelle est édifiée de 1645 à 1655. Elle est souvent attribuée, à tort, à l'architecte sculpteur Mimerel. Le fronton est orné des armes de France et de Navarre, timbrées de la couronne royale et soutenues par deux anges aux ailes déployées. S'en échappaient deux guirlandes de chêne et de fleurs. Elles étaient entourées des deux grands colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville
    Référence documentaire :
    pp. 2, 8 La chapelle de l'hôtel-Dieu de Lyon. 1645-2000. Sn, sd, (Département du Rhône. La Conservation du La chapelle de l'hôtel-Dieu de Lyon. 1645-2000. Sn, sd, (Département du Rhône. La Conservation du patrimoine. Pré-Inventaire, dossier 2 : chapelle de l'hôtel-Dieu) p. 22 ROUBERT, Jacqueline. Tradition et modernité. La façade de la chapelle de l'hôtel-Dieu. Le Journal ROUBERT, Jacqueline. Tradition et modernité. La façade de la chapelle de l'hôtel-Dieu. Le Journal
  • Ferme de l'Ecluse
    Ferme de l'Ecluse Saint-Ours - l' Ecluse - isolé - Cadastre : 1732 953, 954, 955 1906 A6 417 2015 A6 1055, 1056
    Titre courant :
    Ferme de l'Ecluse
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Description :
    (au nord-est) délimitant une vaste cour ouverte reliée au chemin communal par une allée bordée de est implanté au milieu de la cour (sur l'actuelle limite de parcelle). Il comprend deux bacs (tringles pour planches à laver dans le grand bac) plus un demi bac ajouté en aval, avec une borne de plan carré sur le côté du premier bac (tuyau en forme de dauphin et barres de seau en bronze). Inscription dans
    Données complémentaires :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue de la grange-étable. IVR84_20187301341NUCA Vue de la grange-étable. IVR84_20187301342NUCA Détail du mur de la grange-étable (pisé). IVR84_20187301345NUCA Charpente de la grange-étable. IVR84_20187301344NUCA
    Historique :
    La ferme de l'Ecluse est citée dès 1719 dans les archives de l’hôtel-Dieu de Chambéry ; elle est l'hôtel-Dieu situées à Cusy, Saint-Ours et Chainaz, pour un cens de 1 500 £ et 52 veissels de froment en alors acensée à Pierre Picollet, de Saint-Ours (AD Savoie, 3 H – dépôt : 21). Ces archives donnent les noms des fermiers tout au long du 18e siècle : Jean Grosjean, de Cusy, qui tient toutes les fermes de 1738 (3H dépôt : 22) ; Jean-Pierre Mugnier dit Glapigny, de Gruffy, qui verse un cens de 1 680 £ et 52 veissels de froment en 1755 pour les mêmes fermes (3H dépôt : 24) ; André Chapuy, de Saint-Ours, qui verse 70 £ et 21 veissels de froment en 1766 pour la ferme de l’Eclusaz (3H dépôt : 25) ; et Joseph Ailloud , de Saint-Ours, fermier de la grange de l’Eclusaz en 1776 (3H dépôt : 26). La ferme est représentée sur la mappe sarde, puis sur le 1er cadastre français de 1906 selon un plan masse similaire à l'actuel : la "maison" au sud-ouest (n° 954 de la mappe), la "grange" au nord-est (n°955) et et four au sud, non
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    l'hôtel-Dieu de Chambéry. AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de l'hôtel-Dieu de Chambéry. Voir RICHARD, Vivien. Archives départementales. Fonds des archives hospitalières. Fonds de l’Hôtel-Dieu de Chambéry : 3 H – dépôt 1-303. Répertoire numérique AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de
  • Statue d'Amédée Bonnet
    Statue d'Amédée Bonnet Lyon 2e - quai Jules-Courmont - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution France, Ile-de-France, 75, Paris
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de situation en 1913 IVR82_20106903232NUCB
    Inscriptions & marques :
    transcription de la dédicace : A / BONNET / CHIRURGIEN EN CHEF DE L'HOTEL-DIEU / PROFESSEUR DE marque de fondeur L'ECOLE DE LYON / ASSOCIE DE L'ACADEMIE DE MEDECINE / CORRESPONDANT DE L'INSTITUT / SOUSCRIPTION PUBLIQUE MDCCCLVIII ; signature : G. BONNET ; date : 1862 ; marque de fondeur : FONDU PAR FD CHARNOD ET SON FILS
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Référence documentaire :
    Rhône. La Conservation du patrimoine. Pré-Inventaire. Hôtel-Dieu, 1 place de l'Hôpital : dossier 1 Département du Rhône. La Conservation du patrimoine. Pré-Inventaire. Hôtel-Dieu Département du
  • Immeuble
    Immeuble Lyon 3e - 171 rue Vendôme - en ville - Cadastre : 1999 AC 55
    Description :
    ferronnerie des garde-corps. Au rez-de-chaussée subsiste l'enseigne du garage. Aujourd'hui, le rez-de-chaussée sert toujours d'entrepôt, mais pour une entreprise de déménagement.
    Typologies :
    immeuble à un corps de bâtiment
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de l'élévation IVR82_20046903452NUCA Enseigne au rez-de-chaussée IVR82_20046903454NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    Cet immeuble, construit par Francisque Bault, appartient à la Michelin Compagnie de Clermont -Ferrand. Il est mentionné comme "immeuble à usage d'habitation et d'entrepôt". Le permis de construire est
    Référence documentaire :
    Arch. mun. Lyon. 339 WP 037. Registre de permis de construire du 1er janvier 1929 au 12 novembre Arch. mun. Lyon. 339 WP 037. Registre de permis de construire du 1er janvier 1929 au 12 novembre 1930
  • Ensemble des statues de Childebert et Ultrogothe
    Ensemble des statues de Childebert et Ultrogothe Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville
    Titre courant :
    Ensemble des statues de Childebert et Ultrogothe
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Statue de Childebert IVR82_20106902175NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    et de sa femme, la reine Ultrogothe, à sa charge et la confie aux sculpteurs Prost (Childebert) et au Musée des Beaux-Arts de Lyon (Childebert par P.M. Prost : modello A 3001, et Ultrogothe par
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville
    Référence documentaire :
    p. 205 CROZE, A. Histoire administrative et topographique deHôtel-Dieu, In : Histoire du grand Hôtel-Dieu de Lyon des origines à l´année 1900, 1924 CROZE, Auguste. Histoire administrative et topographique deHôtel-Dieu. In : Histoire du grand Hôtel-Dieu de Lyon des origines à l´année 1900. Publ . / Conseil général d´administration des Hospices civils de Lyon. Lyon : impr. Audin et Cie, 1924. 462 p.-pl
  • Cimetière : cimetière de la Madeleine
    Cimetière : cimetière de la Madeleine Lyon 7e - la Guillotière - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Cimetière : cimetière de la Madeleine
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    cimetière de la Madeleine
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    Choix de l'emplacement Suite aux dangers que représentent les cadavres des malades de l'Hôtel Dieu ´Hôtel Dieu et dès lors les pauvres qui meurent dans cet hospice sont inhumés dans le champ de la ´Hôtel Dieu. Faute de place dans les cimetières communaux de la ville de Lyon et suite aux délibérations quatre dépôts mortuaires suivants : l´Hôtel Dieu, la Charité, Saint Paul, l'Hôpital militaire. Jusqu´au , inhumés depuis 1672 dans un terrain situé rue Borgchanin, les recteurs de l'hôpital décident d'acquérir un terrain extra-muros en 1696. Il est situé sur la commune de la Guillotière, entre le château de la Motte et l'ancienne maladrerie de la Madeleine. Ce cimetière est contigu à la chapelle de la Madeleine. Ce terrain avait pour limite au nord la rue du Souvenir, à l'est la rue du Repos, au sud le chemin de la Mouche, à l'ouest la rue de la Madeleine et la route de Vienne. Description du terrain et de la porte Ce terrain est de forme rectangulaire et clos de murs. On trouve à l'entrée une porte monumentale en pierre
    Historique :
    la Guillotière. Il appartient à l'Hôtel Dieu qui y inhume seulement ses morts. Il connaît plusieurs Le cimetière de la Madeleine, créé en 1696 sur la rive gauche du Rhône, est situé sur la commune de de la ville de Lyon, suite à un manque de place. Ce cimetière est fermé en 1866 et il est transféré dans un carré au nouveau cimetière de la Guillotière.
    Précision dénomination :
    défunts de l'Hôtel-Dieu
    Référence documentaire :
    AC Lyon. 500.159. [inhumations de civils]. 1794. AC Lyon. 500.159. [inhumations de civils]. 1794. BIROT Joseph (Docteur)..Ancien cimetière des Hospices de Lyon dit Cimetière de la Madeleine BIROT Joseph (Docteur)..Ancien cimetière des Hospices de Lyon dit Cimetière de la Madeleine (1695-1866) . Lyon
  • Médaillons : François Rabelais, Antoine Charial
    Médaillons : François Rabelais, Antoine Charial Lyon 2e - place de l' Hôpital - en ville
    Description :
    Sous la galerie nord est apposé un médaillon en bronze à la mémoire de François Rabelais. Sous la
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Médaillon de François Rabelais, galerie nord de la cour d'Honneur IVR82_20106901611NUCA Médaillon d'Antoine Charial, galerie sud de la cour d'Honneur IVR82_20106901515NUCA
    Inscriptions & marques :
    DE L'HOTEL-DIEU / 1925 -1965 ; signature : P. PENIN RABELAIS / MEDECIN DE L'HOPITAL / DU PONT DU ROSNE / GRAND HOSTEL DIEU / DE 1532 A 1535 ; signature : L transcription de l'inscription donnant l'identité du modèle : RABELAIS / 1553 - 1953. FRANCOIS . Rousselon ; transcription de l'inscription donnant l'identité du modèle : ANTOINE CHARIAL / ADMINISTRATEUR
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    François Rabelais est médecin à l'hôtel-Dieu de 1532 à 1535. Le médaillon est réalisé pour le l'hôtel-Dieu de 1925 à 1965. Il est très actif dans le mouvement coopératif lyonnais, en particulier comme quadricentenaire de sa mort, en 1953, par Louis Rousselon. Antoine Charial (1885-1965) est administrateur de fondateur de la société L'Avenir. Le médaillon est dû à Paul Penin.
    Localisation :
    Lyon 2e - place de l' Hôpital - en ville
  • Verrière figurée (verrière archéologique) : scènes de la vie publique et de la Passion du Christ (baie 6)
    Verrière figurée (verrière archéologique) : scènes de la vie publique et de la Passion du Christ (baie 6) Montbrison
    Titre courant :
    Verrière figurée (verrière archéologique) : scènes de la vie publique et de la Passion du Christ
    Structures :
    jour de réseau
    Description :
    Verrière constituée de deux baies géminées en arc brisé, comprenant chacune deux lancettes polylobées et jours de réseau polylobés. Bordure : frise de feuilles stylisées en verre bleu encadrée d'un filet jaune et d'une frise de perles. Composition du décor : 3 médaillons ronds superposés, contenant bleu avec motifs de croix tréflées.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Auvergne, 63, Clermont-Ferrand
    Statut :
    propriété de la commune
    État de conservation :
    grillage de protection Il manque le panneau de verre de l'un des jours de réseau de droite (remplacé par du verre blanc).
    Illustration :
    Plan de situation des verrières du 1er niveau. IVR82_20104200242NUD
    Inscriptions & marques :
    . THEVENOT 1841 ; résurrection du fils de la veuve : NAIM. Lancette c, guérison du paralytique : SVRGE . MAGNA . EST . FIDES . TVA . / FIAT . SICVT . PETISTI . et CANANEA ; la résurrection de Lazare  : RESVSCITATIO / LAZARI . Lancette d, les marchands du Temple : JESVS . EJICIT . DE . TEMPLO . VENDENTES . OVES guérison de l'aveugle : JESVS . CUM . LVTO . FACTO . EX . SPVTO / APERVIT OCVLOS CAECI / NATI.
    Copyrights :
    © Conseil général de la Loire
    Représentations :
    Instrument de la Passion Noces de Cana La verrière représente 12 épisodes de la vie publique du Christ et de sa Passion. De haut en bas , puis de gauche à droite : lancette a, le Baptême du Christ ; le Christ tenté par le démon dans le désert ; la résurrection du fils de la veuve de Naïm. Lancette b : les Noces de Cana ; Jésus rencontrant croix sur ses épaules) ; la guérison de la Cananéenne ; la résurrection de Lazare. Lancette d : Jésus chasse les marchands du temple ; la guérison de l'aveugle né ; l'Entrée à Jérusalem. Dans les jours de , entouré d'anges portant les Instruments de la Passion (lance, couronne d'épines) et d'anges en prière.
    Historique :
    Clermont-Ferrand. Une grande partie des nouvelles verrières de la collégiale sont commandées dans la décennie 1840 . Selon la description des vitraux de la collégiale par le Dr Rey annexée à l'ouvrage de Renon, celle-ci
    Référence documentaire :
    p. 416 RENON, F. (Dom). Chronique de Notre-Dame d'Espérance. 1847. RENON, François (Dom). Chronique de Notre-Dame d'Espérance de Montbrison, ou étude historique et archéologique sur cette église , depuis son origine (1212) jusqu'à nos jours. Roanne : imprimerie de A. Farine, rue Royale, 1847
  • Ensemble des plaques commémoratives
    Ensemble des plaques commémoratives Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville
    Description :
    De nombreuses plaques commémoratives des XIXe et XXe siècles sont apposées sur les murs extérieurs et intérieurs des corps de bâtiment rappelant les donations et inventions liées à l'hôpital, ainsi que le personnel (administratif, médical ou hospitalier) des Hospices civils (de tous les établissements) mort pour la France au cours des deux Guerres mondiales. Ces dernières ont été déplacées de la cour d'Honneur à la cour de l'Arbre en 1982-1983 lors de la remise en état des façades et des galeries de la cour d'Honneur. Une plaque en mémoire des guerres postérieures à 1945 a alors été réalisée.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Inauguration de la plaque commémorative des morts de la guerre de 1914-1918. Photogr., 18 juin 1921 Plaque commémorative aux noms des souscripteurs pour l'achat de nouveaux lits en 1787 Plaque commémorative aux morts de 1914-1918 apposée contre la façade sud du bâtiment L Plaque commémorative aux morts de 1939-1945 apposée contre la façade sud du bâtiment L Plaque commémorative aux morts de 1939-1945 apposée contre la façade sud du bâtiment L Plaque commémorative des internes morts pendant la guerre de 39-45, apposée contre le pignon nord
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville
    Référence documentaire :
    p. 10 POLINIERE (baron de). Considérations sur la salubrité de l'Hôtel-Dieu et de l'hospice de la Charité POLINIERE (baron de). Considérations sur la salubrité de l'Hôtel-Dieu et de l'hospice de la Charité de Lyon. Lyon : Editions L. Perrin, 1853. 232 p. : ill.
  • Immeuble
    Immeuble Lyon 7e - Guillotière - 2 quai Claude-Bernard - en ville - Cadastre : 2012 AB 56
    Description :
    Cet immeuble composé d'un seul corps de bâtiment sur quai possède une cour et un escalier communs volée d'escalier divergente au premier niveau, par une coursière accolée au mur de clôture sur consoles
    Typologies :
    immeuble à un corps de batiment
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de l'immeuble en 1857, détail du panorama photographique de René-Félix Baumers (AC Lyon, 84 PH Vue générale de l'élévation sur le quai Claude-Bernard IVR82_20156901627NUCA Vue rapprochée de l'élévation sur quai IVR82_20146902668NUCA Détail de l'élévation sur quai : ouvertures du premier et deuxième étages IVR82_20146902669NUCA Détail de l'élévation sur quai : la porte piétonne IVR82_20146902670NUCA Vue de l'escalier IVR82_20146902672NUCA Vue générale de l'élévation sur cour IVR82_20146902675NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Données complémentaires :
    1 corps de bâtiment
    Historique :
    de la rive gauche du Rhône réalisé par René-Félix Baumers.
    Référence documentaire :
    Panorama de la rive gauche du Rhône entre le pont de la Guillotière et le pont de l'Hôtel-Dieu, été le pont de l'Hôtel-Dieu, été 1857 (dit panorama Baumers 1) / René-Félix Baumers. Lyon : 1857. 6 1857 (dit panorama Baumers 1) Panorama de la rive gauche du Rhône entre le pont de la Guillotière et photogr. nég. : assemblage de calotypes. (AC Lyon 84 PH)
  • Ville
    Ville Boën - en ville - Cadastre : 1826 B1 1986 AL
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue de la rue de Clermont depuis la place de l'Hôtel de Ville, de l'est. IVR82_20024202141P Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont" au début du XXe siècle, vues de l'est, avec la BOËN - Hotel du Nord / Rue de Clermont" et, au fond, le carrefour des rues Gustave Labrosse et Vue de la place de l'Hôtel de Ville et de la rue de Clermont à droite, du sud. IVR82_20024202134VE Vue de la rue de Clermont et de la rue Philippe Raymond à gauche, du sud-est. IVR82_20024202131P Boën. - Festival de Musique - Rue de Clermont/ Edition des Docks Foréziens - Boën - A. Durand, phot Vue de la place de l'Hôtel de Ville un jour de marché, du nord-est. IVR82_20024202254V 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. IVR82_20024200098XB Vue de la rue de Clermont (rue de Roanne à droite), de l'est. IVR82_20024202140P Vue de la rue de Clermont et de la rue Philippe Raymond à gauche, du sud-est. IVR82_20024202132P
    Historique :
    la première école de filles (disparue) et l'hospice de Boën. En 1747, installation de l'Hôtel-Dieu anciennes. On restaura et on agrandit l'Hôtel-Dieu grâce au legs de Joannès Rolle versé en 1865. Toujours traversait la ville par la rue du 8 mai 1945, la place Carnot et la rue de Clermont. Les habitants, surtout . Entre 1817 et 1819 fut envisagée l'ouverture de la rue de Clermont, et réalisée aux frais de l'Etat , sous le mandat du maire Claudius Syveton, on construisit la nouvelle halle et l'hôtel de ville avec le Boën s'est développé le long de la voie romaine de Lyon à Bordeaux via l'Auvergne. La route des vignerons et des artisans ou des commerçants de chanvre et de poterie, vivaient des marchés. Les sires de Couzan, seigneurs de Boën, fondèrent, sans doute au 11e siècle, l'église Saint-Jean-Baptiste sur l'axe de traversée. Vers 1250, le seigneur Guy Ier de Damas accorda une charte de franchise à la . En 1314, Boën siège parmi les 13 villes libres du comté. En 1320, Amédée de Couzan obtient du roi et
    Référence documentaire :
    Carte postale. Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont au début du XXe siècle, vues de l'est, avec la halle (détruite) à droite. "Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont" au début Carte postale. BOËN - Hotel du Nord / Rue de Clermont et, au fond, le carrefour des rues Gustave Carte postale. Vue de la place de l'Hôtel de Ville vers 1950, du nord-est. Vue de la place de l'Hôtel de Ville vers 1950, du nord-est. / anonyme. Carte postale ancienne, édition Combier, vers 1950 foire, vers 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. "BOËN. - Place du Marché, jour de Foire." Vue de la place de la République un jour de foire, vers 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. / Durand, A Carte postale. Boën - Rue de Clermont / Edition Jacquemond, Boën. vers 1900, de l'est. "Boën - Rue de Clermont / Edition Jacquemond, Boën." vers 1900, de l'est. / anonyme. Carte postale ancienne, 1919 Carte postale. 5. BOEN. - Rue de Clermont avec la rue Saint-Jean à droite, vers 1903, de l'est. "5
  • Village de Saint-Ours
    Village de Saint-Ours Saint-Ours - Chef-lieu - en village - Cadastre : 1732 Lieux-dits : Chez Vetton, Paroisse de saint Ours, Saint Ours, Chez Mermoz 1906 B3 2015 B3
    Titre courant :
    Village de Saint-Ours
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    Le village, à bâti lâche, occupe un replat situé au pied de la petite colline de Chez Martin (655 m ). Les bâtiments sont majoritairement édifiés en moellon et galets de calcaire enduit. Les encadrements
    Annexe :
    Edifices non repérés du village de Saint-Ours La ferme de l'hôtel-Dieu de Chambéry (2015 B3 971 s'ajoute la "grange" isolée 277 au sud-ouest de l'église. Les archives de l’hôtel-Dieu de Chambéry donnent les noms des fermiers au 18e siècle : Jean Grosjean, de Cusy, qui tient toutes les fermes de l'hôtel -Dieu situées à Cusy, Saint-Ours et Chainaz, pour un cens de 1 500 £ et 52 veissels de froment en 1738 , 972 ; non repérée) Située juste en face de l'église, elle comprend au début du 18e siècle (mappe sarde (3H dépôt : 22) ; Jean-Pierre Mugnier dit Glapigny, de Gruffy, qui verse un cens de 1 680 £ et 52 veissels de froment en 1755 pour les mêmes fermes (3H dépôt : 24) ; Claude-François Bouvier, de Chanaz, en inchangée, à part l'agrandissement de la maison au nord de laquelle est accolée une grange-étable. Les encadrements de la grange-étable sont en brique, en arc. La ferme a sans doute changé de main dans les années 1930 : la famille des propriétaires actuels, originaires de La Compôte (dans le coeur du massif), s'y
    Illustration :
    Détail de la pompe à incendie. IVR84_20187301378NUCA
    Texte libre :
    L'implantation du bâti du village de Saint-Ours a peu changé depuis la mappe sarde (1732), avec un bâti lâche, étalé en plusieurs noyaux : au nord, le mas de Chez Mermoz, traversé par un ruisseau, et composé de plusieurs fermes et granges imbriquées, avec un four à pain dans un bâtiment isolé (n° 491 ) ; au centre, le village autour de l'église dans le cimetière et du presbytère, et qui se résume à deux grosses propriétés rassemblant maison, grange et four autour de vastes cours : la ferme des Hospices de Chambéry (n° 288, 298, 301, plus la grange 277 au sud-ouest de l'église), et la ferme de François Truchet (n°282, 285 et 287, plus la grange 304 au nord de l'église) ; au sud, le mas de Chez Vetton, deux fermes de moindre importance. Ce village peu dense, formé de grandes fermes à bâtiments dissociés autour de cours et de quelques fermes plus petites et mitoyennes, s'étoffe un peu au 19e siècle : au début juxtaposition. L'état de section ne recense qu'un four, mais d'autres sont édifiés au début du 20e siècle (four
    Historique :
    L'essentiel du bâti est datable de la 2e moitié du 19e siècle ou du début du 20e.
    Localisation :
    Saint-Ours - Chef-lieu - en village - Cadastre : 1732 Lieux-dits : Chez Vetton, Paroisse de saint
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    l'hôtel-Dieu de Chambéry. AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de l'hôtel-Dieu de Chambéry. Voir RICHARD, Vivien. Archives départementales. Fonds des archives hospitalières. Fonds de l’Hôtel-Dieu de Chambéry : 3 H – dépôt 1-303. Répertoire numérique AD Savoie. Série 2O : 2658. Saint-Ours. Culte - Fabrique (1871, 1875-1886). Projet de reconstruction du presbytère (1882-1885). Projet de réparations à la maison d'école (1884-1887). AD Savoie . Série 2O : 2658. Saint-Ours. Culte - Fabrique (1871, 1875-1886). Projet de reconstruction du presbytère (1882-1885). Projet de réparations à la maison d'école (1884-1887). Carton. AD Savoie. Série 2O : 2659. Saint-Ours. Projet de construction d'un groupe scolaire avec mairie (1914-1918). Pièces extraites des comptes de gestion (1903-1916). AD Savoie. Série 2O : 2659. Saint-Ours . Projet de construction d'un groupe scolaire avec mairie (1914-1918). Pièces extraites des comptes de
1 2 3 4 8 Suivant