Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fruitière

Dossier IA73004402 réalisé en 2015

Fiche

La Société fruitière (1895-2003)

Dans son procès-verbal du 4 août 1895, le conseil d’administration de la coopérative laitière de Saint-Ours affirme son projet de construire une fruitière à Saint-Ours (A. Fruitière). Le fromage est fabriqué par des fruitiers employés par la coopérative, dont les archives livrent quelques noms : Félix Joseph Cathiard, fromager domicilié à Saint-Ours, qui demande à être dispensé des obligations militaires pour tenir sa fruitière et épicerie (AC, registres de délibérations, 14 juillet 1901) ; Gerber, fruitier au Noyer (dans le massif des Bauges), avec qui un contrat est passé le 25 août 1906 (A. Fruitière) ; on connait par la suite Martin (1921-1933), Chappet (1933-1951), Francis Gruaz (1951-1970) et Robert Chapel (A. Payet-David).

En plus du fromage fabriqué sur place, une partie du lait est vendu à des négociants, par exemple Claude Simond, à Aix-les-Bains, en 1901. Le bâtiment de vente était situé en face du bâtiment de fabrication et d’habitation du fruitier (parcelle 2015 B4 628).

Au début du 20e siècle la fruitière a 60 coopérateurs (les 30 producteurs de Bassa étaient plutôt tournés vers la fruitière de Saint-Offenge). Devant la diminution du nombre de producteurs, la coopérative fusionne en 1981 avec celle d’Epersy-Mognard, pour atteindre 58 coopérateurs. En 2007, malgré la fusion avec la fruitière de Trévignin, il ne restait que 32 coopérateurs. Enfin, la fruitière compte en 2015 22 coopérateurs produisant un peu plus de 5 millions de litres de lait.

La fabrication à la fruitière cesse le 30 novembre 2003. Le bâtiment sert toujours de salle de réunion pour la coopérative. Le lait est désormais revendu à un transformateur-affineur (la société Schmidhauser), qui possède les bâtiments de transformation et de vente et emploie le personnel. Le site de Saint-Ours produit de la tomme de Savoie (avant 2000, il fabriquait de l’emmental), celui de Trévignin de la tome des Bauges. Un nouveau bâtiment de fabrication et vente a été construit dans les années 2010, à Bassa, à proximité de voies de communications importantes (le long de la le long de la RD 211 Chambéry-Albens, à proximité de son carrefour avec la route des Bauges RD 911).

Les bâtiments

Le bâtiment de la fruitière, édifié vers 1895, a été modifié plusieurs fois. Vers 1932, un système de chauffage du lait est aménagé pour la salle de fabrication et une cave est creusée sous le bâtiment, selon les devis de l’entrepreneur Nicollin, d’Annemasse (Haute-Savoie) (A. Fruitière). La porcherie est dessinée sur le plan du 1er cadastre français, en 1906, avec une emprise de plan carré et des agrandissement postérieurs à 1906 (mise à jour du plan).

A l'origine le local de vente était séparé et situé de l'autre côté de la route (il faisait également épicerie). En 1956, un projet de modernisation de ce bâtiment est dessiné par Raymond Stempert, métreur-vérificateur à Aix-les-Bains (il n’est que partiellement ou pas réalisé). Le permis de construire accordé en janvier 1957 à François Nantais (ou Nantet), président de la Société fruitière, pour « achèvement, aménagement et remise en état d’un bâtiment d’habitation », précise le contenu du projet : aménagement du logement du fruitier avec cuisine, douche et salle au rez-de-chaussée, transfert en vue d’extension des services de fabrication, création de nouvelles baies et agrandissement des anciennes au 1er étage ; l’ensemble doit être recouvert d’une enduit tyrolien en chaux lourde (1 805 605,46 F). Ce bâtiment a été ensuite séparé de la fruitière ; il est dénaturé.

Dans le même temps, le 3 mai 1957, l’alimentation en eau de la fruitière est assuré grâce à une convention reçue par H. Julliand, notaire à Cusy, signée par Eugène Mathieu, maire de Saint-Ours, François Nantet, président de la société fruitière de Saint-Ours, Claudius Viviand, secrétaire de la société fruitière de Saint-Ours, et cinq propriétaires-cultivateurs de la commune, qui permet l’alimentation en eau de la fruitière et l’augmentation du débit de l’alimentation en eau de l’école, par création d’une canalisation souterraine (avec division en deux branches pour la fruitière et l’école) depuis le bassin de captation de la source de Griamin. Les propriétaires sont indemnisés et cèdent un droit de passage (plan joint ; AC).

Quelques années plus tard, la société fruitière pose un permis pour agrandir sa porcherie, sur un projet dressé par Raymond Stempert le 16 janvier 1960 (la porcherie a deux niveaux et un comble, le projet prévoit un dallage en brique de grès cérame dite « Spygler », des crèches en grès demi cylindriques, un enduit tyrolien en chaux lourde, une charpente en sapin du pays couverte de plaques de fibrociment ondulé ; 46 258,37 NF). La porcherie a été reconstruite en 1982 (oral). Après l'arrêt de la fabrication sur place, le bâtiment est loué à un éleveur de porcs jusqu'au début des années 2000. En 2013, il est transformé en hangar pour matériel agricole.

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesporcherie
Dénominationsfromagerie
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Ours
Lieu-dit : Au Chêne
Cadastre : 1906 A2 122 ; 2015 A2 1398

La fruitière a été construite vers 1895 ; il y avait une soixantaine de coopérateurs. La cave a été aménagée en 1932 et le bâtiment remanié dans la 2e moitié du 20e siècle. La fabrication sur place a cessé en 2003.

Une porcherie est construite avant 1906 en contrebas du bâtiment ; elle est agrandie en 1960 puis transformée en remise en 2013.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , (?)
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates1895, daté par source
Auteur(s)Auteur : Stempert Raymond
Raymond Stempert

Métreur-vérificateur, 9 rue de Tunis à Aix-les-Bains. Intervient en 1957 à la fruitière de Saint-Ours (Savoie).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
géomètre attribution par source
Auteur : Nicollin
Nicollin

Domicilié à Annemasse (Haute-Savoie), réalise la cave et le système de chauffage du lait de la fruitière de Saint-Ours (Savoie) en 1932.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

L'édifice est situé approximativement au centre de la commune. Il a un étage de soubassement (caves) ouvert côté ouest, un rez-de-chaussée surélevé avec au nord un local pour le refroidissement du lait (reconnaissable à sa rangée d'ouvertures allongées, réalisées ici par assemblage de parpaings de molasse) et et un étage.

Les murs sont en moellon de calcaire enduit (enduit béton), avec des encadrements en calcaire ou en béton. le toit est à longs pans avec demi-croupes, en ardoise.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans demi-croupe
Statut de la propriétépropriété de la commune, à vérifier

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Ours. Registre des délibérations du conseil municipal de la commune de saint-Ours, 25 mars 1897 - 26 octobre 1908. 1 registre, 200 feuillets.

    AC Saint-Ours
  • AC Saint-Ours. Liasses. Boîte fruitière (1957-1960). Permis de construire, plans.

    AC Saint-Ours
  • Archives de la fruitière de Saint-Ours (A. privées).

    - Procès-verbaux des réunions du conseil d’administration de la coopérative [laitière de Saint-Ours]. 4 août 1895-10 mai 1994.

    - Registre de la coopérative [laitière de Saint-Ours].

    - Compte de lait [1934]. Registre. (60 sociétaires à Saint-Ours ; 30 sociétaires à Bassa).

    - 25 août 1906. Contrat entre la Société fruitière de Saint-Ours et M. Gerber, fruitier, fabricant en ce moment dans la commune du Noyer-en-Bauges.

    - 17 novembre 1901. Contrat entre la Société fruitière de Saint-Ours et M. Claude Simond, négociant à Aix-les-Bains, pour la vente de lait pendant 5 ans.

    - 12 juin 1932. Devis supplémentaire pour le creusement d’une cave sous la salle de fabrication et modification de la salle de fabrication, par M. Nicollin.

    Archives privées
Documents figurés
  • Devis d’installation de chauffage de M. Nicollin d’Annemasse [dans la salle de fabrication de la fruitière de Saint-Ours. Plan] / Nicollin, entrepreneur (?). 1 dess. : encre noire et rouge sur papier. Sans éch. 118x85 cm (environ). Sans date, vers 1930 (A. privées).

    Archives privées
  • Société fruitière de la commune de Saint-Ours. Achèvement et aménagement d’un bâtiment d’habitation. [1] Etat existant. Rez-de-Chaussée. 1er étage. Coupe AB [2 Projet] Plan de situation. Rez-de-Chaussée. 1er étage. Coupe AB. Façade principale. Mur de soutènement / Raymond Stempert, métreur-vérificateur. 2 dess. : tirages de plans sur papier. [1] 57,8x51,1 cm et [2] 58,5x70,7 cm. Ech. 1:50 et 1:1000 pour le plan de situation. 28 décembre 1956 (AC Saint-Ours).

    AC Saint-Ours : Non classé
  • Société fruitière de la commune de Saint-Ours Savoie. Agrandissement d’une porcherie [1] Plan de situation. Niveau inférieur. Niveau supérieur. Détail de crèche et balustrade. Portillon. Plan. Elévation. [2] Façades et coupes. Façade sud. Façade ouest. Coupe AB. Coupe CD / Raymond Stempert, métreur-projeteur. 2 dess. : tirages de plans sur papier. [1] 58,7x68 cm et [2] 71,5x52 cm. Ech. 1 :50 et 1 :1000 pour le plan de situation,1 :10 pour les détails. 16 janvier 1960 (AC Saint-Ours).

    AC Saint-Ours : Non classé
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline