Logo ={0} - Retour à l'accueil

Oratoire de Notre-Dame de La Salette

Dossier IA73004303 réalisé en 2014

Fiche

Historique

L'oratoire ou chapelle de Notre-Dame de La Salette a été construit en 1863 par Thérèse Francoz, soeur du maire de Trévignin, en remerciement d’une faveur reçue par l’intercession de Notre-Dame de la Salette. Selon un témoignage oral, Thérèse Francoz aurait été blessée dans un accident de diligence ; elle aurait été guérie des suites de cet accident par une visite au sanctuaire de La Salette (Isère). L'oratoire a été béni le 6 mai 1863 par le chanoine Guillot, supérieur du Grand Séminaire, alors archiprêtre d’Aix.

Dans le dernier quart du 19e siècle, l'oratoire est l'objet de dissensions entre ses propriétaires et les autorités religieuses. En effet, sa fondatrice avait sollicité du cadinal Billiet l'autorisation d'y célébrer la messe, ce qui lui avait été accordé sous les conditions qu'elle donnerait 400 F pour doter la chapelle, la cèderait à la fabrique et y ajouterait un porche en attendant de pouvoir l'agrandir.

Cependant aucune de ces conditions n’était remplie lorsque Mlle Francoz, malade, rédigea son testament par lequel elle léguait l'oratoire à sa famille, le 30 mai 1867. Le curé lui ayant rappelé ses engagements, elle revint sur ce testament dans un codicille passé deux jours plus tard, léguant l'oratoire et une dotation de 300 F à la fabrique. Mais les héritiers de Thérèse Francoz refusèrent de donner leur consentement à ce legs et restèrent propriétaires de l'édifice ; le cardinal Billiet en ordonna le 24 mars 1868 la fermeture et la suppression du tronc pour les offrandes (disposition interdite dans un édifice privé).

En 1895, à l'occasion d'une visite pastorale, de nouvelles tractations ont lieu pour donner la chapelle à la fabrique. Mme Veuve Francoz, belle-sœur de Thérèse, a continué à maintenir la chapelle en bon état, et envisage de la céder à la fabrique, avec 15 F de rente annuelle (on n’y dirait pas la messe, mais la famille ferait une fondation pour dire une messe à l’église paroissiale le jour de la fête de l’apparition de La Salette). L’État n’acceptant plus de valider de donation d’immeubles aux fabriques, archevêché conseille au curé, l'abbé Thomassier, que la famille fonde un service annuel à célébrer à l’église et une rente de 15 F en faveur de la fabrique, avec comme clause que la fabrique aura la garde, l’entretien et l’usage de la chapelle (dont la propriété ne serait pas évoquée). Mais les négociations échouent faute du consentement d'un des héritiers (ce qui se produit de nouveau lors d'un nouvel essai en 1898).

Un mémoire sans date (1er quart 20e siècle ?) indique que les peintures de la chapelle viennent d'être refaites, et qu'un tronc y est installé.

Description

L'oratoire est un édicule d'environ 2 m sur 3 m, en forme de chapelle couverte d'un toit à deux pans, ouverte en façade d'une porte en plein-cintre encadrée de pilastres supportant un entablement et un fronton triangulaire. Les murs latéraux sont pourvus de pilastres à l'angle côté façade (les pilastres des deux façades partagent la même base) et de dosserets à l'angle côté arrière du bâtiment. La porte est fermée par une grille en fonte à deux vantaux (partie inférieure pleine), fermant à clef, et une imposte en fer forgé à décor symétrique de volutes et de fleurettes de tôle. L'intérieur est voûté en plein-cintre, avec au fond un autel-tombeau adossé devant une niche couverte d'une petite voûte en plein-cintre ; les murs latéraux sont creusés de deux niches en cul-de-four de chaque côté. Un bandeau mouluré court au niveau de la ligne d'imposte. Une étoile à cinq branches, en relief et peinte en bronze (ou doré) est fixée au fond de la niche axiale.

Les murs sont en maçonnerie enduite (crépi à relief, sauf sur l'arc d'entrée, l'entablement et le fronton), avec de la pierre de taille calcaire pour les bases des pilastres. le toit est en ardoise. L'intérieur est peint en bleu (voûte, intérieur des niches) et en blanc.

VocablesNotre-Dame
AppellationsNotre-Dame de La Salette
Dénominationsoratoire
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Trévignin
Lieu-dit : la Maladière
Cadastre : 1880 B2 103 ; 2014 B2 115

L'oratoire (dit chapelle) a été construit en 1863 par Thérèse Francoz, habitante de Trévignin, en remerciement d’une faveur reçue par l’intercession de Notre-Dame de La Salette.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , (?)
Dates1863, daté par source

Oratoire en forme de chapelle en maçonnerie de plan rectangulaire, couverte d'un toit à deux pans en ardoise, ouverte en façade antérieure par une porte en plein-cintre encadrée de pilastres sous un fronton. L'intérieur est voûté en plein-cintre et creusé de niches garnies de statues.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couverturestoit à deux pans
États conservationsrestauré
Techniquesferronnerie
sculpture
Précision représentations

Porte en ferronnerie.

Statues à l'intérieur : voir présentation du mobilier.

Mesuresl : 3.0 m
la : 2.0 m
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. 48F : 657. Chapelles. Chapelle Notre-Dame de La Salette.

    AD Savoie : 48F : 657
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline