Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Appellationspassage de l'Hôtel-Dieu
Dénominationspassage couvert
Aire d'étude et cantonLyon Urgences
AdresseCommune : Lyon 2e
Adresse : rue, Childebert , quai, Jules-Courmont , place de la
République
Cadastre : 1999 AL 4

Dubuisson de Christôt, architecte des Hospices, dessine en 1828 l´élévation du passage de l'Hôtel-Dieu, remplaçant ainsi la boucherie sur la rue Childebert et une partie de la rue de l'Hôpital. En effet, le nord de l´hôpital abritait les boucheries depuis 1578, soit un abattoir et des boutiques. Avec la création de l´abattoir de Perrache et pour des raisons d´hygiène, on transforme ce lieu en un passage couvert. La décision est signée par le ministre le 29 septembre 1838, le devis date du 15 décembre. Une verrière couvre le passage haut de 15 m et comprenant 2 rangées de magasins. Les anciens murs construits sans fondation sont repris en sous-oeuvre. En 1840 et 1841, l'entrepreneur Picollet et son fondé de pouvoir Pénelon perçoivent 230 776 fr. En 1843, une gratification est allouée pour la conduite des travaux du passage de l'Hôtel-Dieu aux architectes Christôt (4 000 fr) et Duboys (2 000 fr). Les travaux sont effectués par les frères Vautrin, Dufour, Meynard, Rojon ou Rochon. Ce dernier ouvre 609 soupiraux pour les caves du passage en 1844.

L´ensemble revient à 407 000 fr. Mais, dès 1841, les boutiques sont louées et assure à l´hôpital un revenu annuel de 50 000 fr.

C'est la société d'éclairage dirigée par Dalbis qui est chargée de fournir les mètres cubes de gaz et d'entretenir les becs de gaz (ainsi que Bardot pour le nettoyage) pour l'éclairage du passage (au moins à partir du 4e trimestre 1843). En 1851 sont attestés des "boiserie et agencements" garnissant les lieux occupés par le sieur Gomin. En 1852, le ferblantier Villard fournit 66 chapiteaux en zinc. En 1856, le ciel vitré bénéficie de réparations effectuées par la veuve Badaracco. En 1858-1859, le maçon Gigodot reconstruit une partie du passage sur la place de la République. Le passage couvert est détruit en 1959 pour procéder à l'élargissement de la rue Childebert et à la construction d'un immeuble de rapport dû à l'architecte Jacques Perrin-Fayolle.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Christôt architecte de l'entreprise attribution par source
États conservationsdétruit
Statut de la propriétépropriété d'une personne morale

Annexes

  • Cahier sans date [1934 ?] avec la nomenclature des baux des boutiques liées à l'hôtel-Dieu. AC Lyon, 1 LP 1027

    Sont indiqués le nom du bailleur, sa profession, l´adresse, le début et la fin du bail, le prix, la date de la demande en renouvellement, la durée de l´occupation (reprise de la date de début de bail).

    Extraits : nom des bailleurs dont la profession est donnée

    Passage de l'Hôtel-Dieu, numéros pairs :

    Cerf et Bodenheimer opticiens

    Sté Lyon Musique (Ducret et Cie)

    Mouillet Louis bijoutier

    Collet et Valois bijoutiers horlogers

    Miaz Alphonse graveur

    Lamy timbres primes

    Chambriac graveur

    Egbers timbres pour collections

    Chatain meubles, classeurs

    Desvigne éditeur

    Madame Geschel patrons pour mode

    Geschel, plissage, ajourage et modèles

    Passage de l'Hôtel-Dieu, numéros impairs et rue Childebert :

    Mouillet Louis bijoutier

    Douine bijoutier horloger

    Beyle bijoutier

    Thomas épicier

    Pouillé encadreur

    Aubertin Henry bijoutier

    Comte Marius cafetier

    Maisonneuve imprimeur

    Aubertin Abel horloger bijoutier

    André loueur de garnis

    Melle Rochon confectionneuse

    Orcel photographe

    10 rue Childebert

    Marion et Cochet chausseurs

    Mme Serv?et

    Roche et Cie négociants en tissus

  • Notice historique sur les bureaux de l´administration centrale des Hospices civils de Lyon de 1802 à 1936. M. Colly, archiviste des Hospices, novembre 1936. AC Lyon, fonds des Hospices civils de Lyon, 1 UP 22. Extraits.

    En 1839, la construction des Abattoirs de Perrache ayant rendu inutile la grande boucherie de l´hôtel-Dieu élevée en 1579, l´Administration décida de la remplacer par un passage couvert. Ce passage, établi en 1840 par l´architecte des Hospices du Buisson de Christôt, et mesurant 126 mètres de long sur 7 de large et 15 de hauteur, fut bordé de magasins élégants et devint un des lieux les plus fréquentés de la ville. L´Administration, qui avait dépensé pour son aménagement la somme de 407 700 francs, en retirait un revenu annuel appréciable de 50 000 francs. (...)

    L´administration décida alors d´établir un lavoir à l´intérieur de l´hôtel-Dieu. Mais où l´installer, sinon dans les locaux du secrétariat général ? Il n´y a avait aucun autre bâtiment disponible et, depuis dix ans, on attendait le départ des bureaux pour mettre à leur place une buanderie et même un séchoir. En raison de l´urgence, le déplacement des bureaux fut décidé. L´attention de l´Administration avait été attirée sur « un local vaste, adossé au claustral, ayant deux escaliers, l´un sur le quai, l´autre dans le passage, longeant le passage, pouvant communiquer avec l´intérieur de l'hôtel-Dieu et connu sous le nom de café des Etats-Unis. » (...) dans le courant de l´automne 1862, les bureaux furent transférés dans le local qu´ils occupèrent jusqu´en 1936.

    D´abord à l´aise dans les anciennes salles du café des Etats-Unis, les bureaux administratifs ne cessèrent de s´agrandir au dépens des magasins et logements proches et même de l'hôtel-Dieu. En 1874 le bureau des bâtiments est dédoublé. L´administration crée, à côté du service de l´Architecture, celui de l´Ingénieur, qu´on installera en 1878 dans deux pièces jusque-là occupées par un locataire. (...) En 1878, le bureau des Maisons est créé. La gestion des immeubles était jusque-là confiée à un régisseur indépendant. Le nouveau bureau est installé dans deux magasins sis aux n°s 40 et 42 du passage de l'Hôtel-Dieu et la direction en est confiée à un régisseur-architecte, employé de l´Administration. En 1882, les bureaux administratifs sont reliés par le téléphone avec les différents établissements hospitaliers.

    L´Administration adopta en 1893 une autre solution qui consista à empiéter sur le claustral de l'hôtel-Dieu, en annexant une partie des locaux donnant sur le quai, contigus à ceux déjà existants. Le service des domaines fut installé au 2e étage et tous les autres bureaux décongestionnés. Le seul inconvénient était une légère différence de niveau - ne dépassant pas 50 cms - entre l´ancien et le nouveau local. Ces aménagements, qui ne coûtèrent pas moins de 46 000 frs, furent complétés la même année par la construction de l´escalier principal s´ouvrant sur le passage et conduisant jusqu´au deuxième étage, dont le coût s´éleva à 11 470 frs. (...)

    Au mois de décembre 1936, le siège administratif des Hospices, trop à l´étroit passage de l'Hôtel-Dieu fut transféré dans l´ancien immeuble de la Cie du Gaz 3 quai des Célestins, récemment acquis par les Hospices.

  • Tombes 1944-1949. Etat de l'entretien des tombes des bienfaiteurs des Hospices civils de Lyon. AC Lyon, 2 NP 22.

    Extrait, situé dans le répertoire à la fin du registre

    "Aux Eglantines", manufacture de couronnes, Melle Chenel directrice, 60 passage de l'Hôtel-Dieu

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Lyon. 1 MP 835-957. Livres du détail de la dépense des Hospices Civils de Lyon sur les fonds ordinaires et extraordinaires par exercice et par chapitre du budget et par établissement. 1828-1904

    1 MP 848-854, 858-860, 863, 866-867
Documents figurés
  • Hôtel-Dieu de Lyon. Passage de l'Hôtel-Dieu. Elévation sur la rue de l'Hôpital. Dressé par l'architecte des Hospices. Lyon le 5 mars 1828. Christôt. Vu par les soussignés administrateurs des hôpitaux civils de Lyon, membres de la Commission des Immeubles. Vu au Conseil des Bâtiments Civils. (AML 2 OP 892)

  • [Hôtel-Dieu et Charité : plans des propriétés des hôpitaux et des propriétés étrangères aux hôpitaux sur le quai de l'Hôpital et le quai de la Charité]. 1833. Ech : 0,001 m.p.m. (AML 2 N P 1055)

  • Plan de l'hôtel-Dieu. 1869. Ech. Au 1/200e (AML 2 N 706)

  • Plan des bâtiments et du passage de l'hôtel-Dieu indiquant les boutiques numérotées, l'emplacement du petit dôme coloré en rouge et le projet d'élargissement de la rue Childebert et du pont Wilson. 1902. Ech. au 1/500e (AML 2 N 705)

  • [Plan de l´Hôpital et du passage de l´Hôtel-Dieu dans le cadre du projet de désaffection partielle non exécuté de l´Hôtel-Dieu, 17 mars 1933.] (AML 2 OP 925)

  • Passage de l'hôtel-Dieu. Photogr., s.d. [mil. XXe s.] Reproductions de plaques de verre conservées aux Archives municipales de Lyon (A. Musée HCL. AF 1)

  • Démolition du passage de l'Hôtel-Dieu. Photogr., s.d. [mil. XXe s.] (A. CRMH, MHAAA-99-2392)

Bibliographie
  • POLINIERE (baron de). Considérations sur la salubrité de l'Hôtel-Dieu et de l'hospice de la Charité de Lyon. Lyon : Editions L. Perrin, 1853. 232 p. : ill.

    p. 35-36
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique - Chalabi Maryannick