Logo ={0} - Retour à l'accueil

presbytère, actuellement maison

Dossier IA26000106 réalisé en 1998

Fiche

Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonGrignan
AdresseCommune : Montbrison-sur-Lez
Lieu-dit : les Clots
Cadastre : 1835 A 362-364 ; 1985 A 301, 302, 304

Cette maison est l'ancien presbytère de Montbrison, près duquel a été élevée l'église actuelle, empiétant sur une partie de son jardin. Il a été construit en deux campagnes : d'après l'abbé Fillet, la partie la plus ancienne daterait de 1671. Dans sa visite pastorale de février 1759, Mgr de Plan des Augiers, évêque de Die, trouve la maison curiale dans un état convenable, à l'exception du plancher de la chambre au-dessus de la cuisine. En 1781, le curé Arnaud se plaint qu'elle est insuffisante, qu'il n'y a qu'une chambre en mauvais état, sans chambre de domestique ni bûcher. Au début du 19e siècle, lors de l'établissement de l'ancien cadastre (1835), une partie est occupée par la maison commune (parc. A 362), l'autre partie, consistant en maison, cour et jardin, appartient à André Chauvet. La 2e campagne de construction date de 1863 : l'abbé Ferdinand Vieil, curé, reconstruit la partie correspondant à l'ancienne maison commune, agrandissant son presbytère par l'adjonction de quelques pièces au sol et à l'étage ; des réparations sont effectuées en 1890, notamment la réfection d'un petit porche ou auvent aujourd'hui disparu. Vers le milieu du 20e siècle (autour de 1960 ?), probablement lors de la vente du presbytère, le jardin a été remanié et mis au goût du jour, la toiture est refaite et quelques rénovations sont réalisées en façade : réfection de l'encadrement de la porte d'entrée, garde-corps de la terrasse.

Période(s)Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates1671, daté par source, daté par travaux historiques
1862

La maison est attenante du côté gauche au petit corps de bâtiment accolé à l'église, qui abrite la grosse cloche. Le matériau de construction en moellons calcaires (visibles dans le mur de soutènement de la galerie) est caché sous un épais crépi à relief, le toit est couvert de tuiles creuses mécaniques, souligné de 3 rangs de génoises sur les murs gouttereaux. La façade, exposée à l'ouest, donne sur un jardin, où se touve un hangar-remise ; cette élévation comporte 3 niveaux : un étage de soubassement en partie enterré, un rez-de-chaussée surélevé, précédé d'une galerie de longueur accessible par un escalier extérieur, et un étage carré. Le mur de soutènement de la galerie est percé de deux portes, l'une rectangulaire, l'autre, au ras du sol, où conduit une allée de dalles irrégulières, est carrée (ancienne descente de cave ?) ; l'escalier extérieur, en équerre, situé à l'extrémité gauche de la façade, est en calcaire, le départ bordé d'une rampe d'appui en pierre, tandis qu'un garde-corps fait de morceaux de tuiles borde la galerie. Sur ces deux niveaux, les fenêtres rectangulaires à feuillure sont encadrées de pierre de taille, l'encadrement la porte d'entrée a été refait avec un parement ; le parti d'élévation est régulier à droite (2 travées), tandis que la travée de gauche, légèrement décalée, est constituée de la porte d'entrée accompagnée d'une fenêtre latérale, surmontées d'une fenêtre : cette partie correspond sans doute au presbytère d'origine, avant l'adjonction de 1862. Le logis (non visité) conserve une cheminée de pierre et un potager.

Murscalcaire
crépi
moellon
Toittuile creuse mécanique
Plansplan régulier
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier en équerre en maçonnerie
escalier dans-oeuvre
Jardinsarbre isolé, pièce de gazon, plate-bande
Typologiesmaison de type 2
États conservationsrestauré
Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Bénetière Marie-Hélène - Jourdan Geneviève