Logo ={0} - Retour à l'accueil

Scierie Guelpa

Dossier IA74001019 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéesscierie, maison, bief, barrage, conduite forcée
Dénominationsscierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Thônes
Hydrographiesle), Fier Supérieur Fier
AdresseCommune : Les Clefs
Lieu-dit : le Quart
Adresse : route de
L'Ancienne Scierie
Cadastre : 0A 1 67, 3106, 1666

Attesté depuis le début du XVIIIème siècle, le moulin dit du pont des romains connaît de nombreuses mutations. Par devant M. François Cuillery, notaire de Thônes. M. Victor fils du défunt Jean Marie Gay, propriétaire et de Mme Clotilde Raygagagne vend le 1er juillet 1893, des bâtiments à un scieur demeurant aux Clefs : M. Jospeh-Marie Guelpa. La propriété comprend une maison en mauvaise état avec ses dépendances située au lieu dit du Fier. L' édifice principal comprenait une maison d´habitation et une scierie. Avant la vente, le domaine comprenait un hangar, une turbine, des roues, des vannes, une route privative conduisant à la maison à la route de grande communication de Thônes à Faverges pour une contenance totale de 3 hectares, 97. En 1910, la chute du pont des romains sur le Fier se trouve à 400 mètres en amont du pont des romains. Cette chute dispose d´un niveau légal de 70 centimètres pour un débit dérive de 600 litres sur une longueur de dérivation de 360 mètres. La prise d´eau alimente deux turbines ; une de 23 chevaux, l´autre délivrant une puissance de 16 chevaux avec alternateur pour la production d´électricité. Ce barrage ne constitue pas un obstacle à la remontée des truites car il porte deux échangeurs abaissant la hauteur de chute à 30 ou 60 centimètres. La scierie appartient à Etienne Guelpa. Reconstruit dans seconde moitié du XXème siècle, le bâtiment de la scierie comportait la scie au rez-de-chaussée et la maison d´habitation à l´étage. Par une pétition du 11 mars 1942, M. Guelpa Albin demande l´autorisation de créer une prise d´eau sur le torrent du Fier pour alimenter une scierie au lieu dit des Clefs sur Thônes. Le barrage antérieur construit en rondins et gravier, a été emporté par la crue du 15 septembre 1940. M. Guelpa souhaite alors le reconstruire en béton avec les caractéristiques suivantes : le corps du barrage est en béton armé. En 1950, le niveau légal de la retenue est estimé à 1 mètres 85 pour un niveau de seuil de 1 mètre 50, le débit dérivé se chiffre à 36 mètres cube pour une longueur de dérivation de 300 mètres.

Remploi
Période(s)Principale : 2e quart 17e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates1730, daté par source
Auteur(s)Auteur : Ets. Bouvier ingénieur attribution par source

Situé en creux de vallée sur la rive droite du Fier, la scierie Guelpa occupe une superficie de 5406 m². L´encaissement du relief crée par le Fier permet le maintien du barrage qui se trouve à environ 300 mètres en amont de la salle des turbines. Le seuil comporte une hauteur moyenne de 1 mètre 80 pour une longueur de 17 mètres et pour une épaisseur de 1mètre 70. Pour permettre la remontée des truites, cet ouvrage dispose de nombreuses servitudes : le débit réservé est porté à 1001 litres par seconde, si ce débit est respecté, la hauteur de l´ouvrage ne constitue pas un obstacle majeur. Le bief alimentant la conduite de l´usine longe le Fier sur une longueur de 210 mètres pour une largeur de 2 mètres et une profondeur de 80 centimètres. Une petite salle de mise en charge alimente le bras coudé de la conduite forcée qui conduisait l´eau aux deux turbines Bouvier. Construits dans les ateliers de Grenoble, ces deux mécanismes développaient respectivement une puissance de 23 et 16 chevaux. Une seconde voie d´accès permet de désenclaver l´usine, remontant sur le plateau, le chemin rural du chef lieu fait le lien entre le site et la route départementale de Manigod. Côté chemin de la scierie, un hangar de 18 mètres de côté faisant office de portique ouvre sur la cours de la propriété. Excepté le second hangar en bois qui abrite les deux turbines démontées, les trois autres bâtiments sont rejetés contre les massifs rocheux ménageant un espace de circulation permettant le transport de la matière première. De plan carré et réalisé en pierre de taille et en béton, la scierie reste en partie enterrée. Les espaces privatifs donnent sur une seconde terrasse s´appuyant sur les fondations de l´aqueduc de la conduite forcée. Un second bâtiment referme cet espace sur la partie ouest, d´une longueur de 24 mètres, sur une largeur de 5 mètres, cet édifice comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée et un étage utilisé comme maison et entrepôt à l´époque de l´exploitation du site. Plus au nord, dans le prolongement d´un bâtiment de production, un second bâtiment a été aménagé en immeuble pour les besoins du gîte rural. Les fondations des édifices antérieurs sont visibles près du hangar qui fait office de portique d´entrée.

Murspierre
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsbois de jardin
États conservationsremanié

Le PLU de la commune des Clefs reste consultable en mairie. Transformée en gîte rural, la scierie dispose d'une prise d'eau en rénovation en 2010 qui permettra d'installer un nouveau groupe de turbine permettant au site de produire sa propre énérgie hydraulique. Le barrage et le bief sont en 2010 en cours de réfection.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 W, Rivière le Fier, barrage André. 1942

  • AD Haute-Savoie : 6 W, Rivière le Fier, barrage André. 1942.

Bibliographie
  • Les Amis du Val de Thônes, Chalets, maisons, monuments, villages de la vallée de Thônes : d´hier à aujourd´hui. Thônes : Amis du Val de Thônes. 1981. 104 p.

  • LANTERNIER Pierre, Annecy et son lac. La Balme de Sillingy : Rossat-Mignod. 2000. 48p

  • Les Amis du Val de Thônes, Métiers d´autrefois dans la vallée de Thônes. Thônes : Amis du Val de Thônes. 1987. 110 p

  • Les Amis du Val de Thônes, Métiers d´autrefois dans la vallée de Thônes. Thônes : Amis du Val de Thônes. 1987. 110 p

  • THEVENET Fernand, La Clusaz : mon village d´autrefois. Thônes : Imp. Jacquet. 1990. 119 p.

  • LEPEUDRY Jean Michel, Haute-Savoie d´hier et d´aujourd´hui à travers les cartes postales. Thônes : Tetras, 2003. 209 p.

  • Les amis du musée, Musée du Pays de Thônes Haute-Savoie. Thônes : les amis du musée, 2005. 144 p.

  • GAY Claude, Récits et coutumes antiques des vallées de Thônes (Haute-Savoie). Grenoble : Centre alpin et rhodanien d´ethnologie, 1975, 55 p.

  • France. Département de la Haute-Savoie, Actes du Congrès des Sociétés Savantes, CHALLAMEL J.B. Les scieries de la vallée de Thônes au XIX-XXème siècle. Thônes: Les Amis du Val de Thônes, Baudry et Cie, 1992. n.p.

  • Les Amis du Val de Thônes, Val de Thônes et Aravis : en cartes postales et photos anciennes.Thônes : Les Amis du Val de Thônes. 1998. 199 p.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir