Dossier d’œuvre architecture IA42001270 | Réalisé par
  • enquête thématique régionale, Patrimoine industriel
Usine de tresses et lacets Manutex puis Coffy
Œuvre monographiée
Auteur
Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Rhône-Alpes patrimoine industriel - Ricamarie (la)
  • Commune Saint-Paul-en-Jarez
  • Lieu-dit La Bâtie
  • Adresse route de la Terrasse
  • Cadastre 1999 La Bâtie, route de La Terrasse
  • Dénominations
    usine textile
  • Parties constituantes non étudiées
    cheminée d'usine

Ce bâtiment type "moulinage à vapeur" construit en fond de vallée en bordure de la route de la Terrasse se conforme à ce qui semble être une véritable référence identitaire de ce territoire.

Cette entreprise de tresses et lacets est créée en 1854-1856 (fin de la construction), c'est une usine type "usine pensionnat". En 1921, Louis Coffy épouse la petite-fille du fondateur de cette entreprise Jean-Marie Bourrin.

Le 1er étage est dédié au logement des ouvrières : l’entrée de l’atelier est surmonté d’un fronton triangulaire coiffé d’une croix, au centre du fronton, une vierge entourée de 2 vases métalliques avec des lys très caractéristique de cette typologie usine pensionnat.

En 2014 (date de l'étude), la société est en activité et possède également un atelier à Saint-Chamond et un en Tunisie depuis 10 ans. 45 personnes travaillent sur le site. L'atelier principal se compose d'un ensemble de métiers à tresser métalliques de marque allemande acquis après la Seconde Guerre mondiale.

Principaux clients : chaussures Parabouts ; petit-bateau ; Vuitton ; rayon alimentaire des grandes-surface (planchette) ; la confection toute gamme confondue ; sous-vêtements... (suite historique en annexe)

Visite du site et rencontre/entretien avec le directeur Xavier Coffy : descendant des créateurs de l'entreprise.

Le site de Manutex, encore dans son jus est d'une grande qualité architecturale, l'utilisation des matériaux locaux lui confère une très belle intégration paysagère. Il s'inscrit dans la grande tradition de la fabrication des traces et lacets de la vallée du Dorlay.

Détail de l'historique

HISTORIQUE ENTREPRISE MANUTEX (2)

date : 1893

faits : début ''Chomat Darnon''

observation : fabrication de tressage (dentelles)

personnel : non communiqué

nombre de site : 1

------

1955 : création manufacture saint-chamonaise

achat de matériel ; modernisation : tressage ; tissage

-------------

1965 : 'début gsa : les entités Chomat (40 personnes) - Coffy (35 personnes)- Celeyron (25 personnes )

-------------------

1972 : création : Manutex = Chomat-Coffy-Celeyron

-fermeture Ets Celeyron déménagement

----------

1973 : antenne de production sur l'île Maurice : Comatex partenariat avec un sucrier du nord (25 personnes ?)

-------------------------------------------

1976 : fermeture Comatex - retour matériel

------------------------

1978 : rachat Vuillierme (Lyon)

diversification : chenille-passementerie ; mode et luminaire ; déménagement

---------------------------------------------------------------------

1983 : achat matériel tressage novateur (rapide) disparition des métiers bois

atelier passementerie de ST-CHAMOND

-------------------------------------------------------------------------

1985 : achat sous produit tchèque réduction de la fabrication sur article basique/concurrence chinoise

------------------------------------------------------------------

1988 : achat Cloupet (Lyon)

développement articles funéraires- frange abat jour -déménagement

---------------------------------------------------------------------------------

1990 : achat de 2 dpts MRI (St-Chamond)

reprise fabrication tressage (métier BARMEN)- ce matériel métallique d'origine allemande est apparu sur la zone de St-CHAMOND (fief du métier en bois) après la guerre de 39-45 en dédommagement de guerre (à cette époque les Manufactures réunies étaient un groupe important),secteur ameublement : décoration fenêtre et tapissier ; déménagement- découverte des syndicats FO-CGT-CGC/ cela fait drôle (140 personnes ?)

-------------------------------------------------------------------------------------------------

1994 : dépôt de bilan

plan social -40 personnes fermeture atelier passementerie mode -frange- atelier''la sceauve'' ; 100 personnes

(3 sites ?)

-------------------------------------------------------------------------------------

1996 : passementerie GSB

début Leroy-Saint-Maclou-Conforama ; 35 heures ; embauche de 8 pers-formation

108 personnes

(3 sites ?)

------------------------------------------------------------------------------------

1998 : mise en place système qualité et certification

ISO 9002 vers 1994

------------------------------------------------------------------------------------

2001 : réduction du personnel

98 personnes

(3 sites ?)

---------------------------------------------------------------------------------

2002 : système qualité ; passage ISO 9001 vers 2000

---------------------------------------------------------------------

2004 : début crise surtout en passementerie mais ralentissement sur les autres secteurs réduction personnel

75 personnes

(3 sites ?)

------------------------------------------------------------------

2004 : rachat matériel concurrent liquide augmentation de capacité matériel-récupération part de marché

-------------------------------------------------------------------------------

2005 : mise en place sous traitance Tunisie

réduction personnel-fin des accords avec les tchèques (pb prix)

70 personnes

( 3 sites ?)

----------------------------------------------------------------------------------

2007: fin ; remboursement du passif les engagements ont été tenus

70 personnes

( 3 sites ?)

--------------------------------------------------------------------------------

2008 : plan de sauvegarde ; plan social (tt colleges)-fin du travail à domicile

47 personnes

3 sites ?

système qualité et arrêt système ISO

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

2011 : fermeture unité Chatelard (St-Chamond) ; réduction personnel

40 personnes

2 sites ?

2011 : St Paul en Jarez =tressage

échantillon+petites séries

35 personnes

2 sites ?

-----------------------------------------------------------------------------------------

2012 : St-Chamond tissage ; développement sous traitance

32 personnes

------------------------------------------------------------------------------------------------

2013 : système qualité ; remise en place ISO

----------------------------------------------------------------------------------

2013 : mise en place cellule de rev- commerciale

segmentation marché-client-produit : trouver des marches de niche (luxe

-technique-médical) redéfinition des outils de communication (plaquette,site internet ; intervenant extérieur

2013 : activités

fabrication de textiles étroits rond/plat/rigide/élastique/uni/colore/jacquard en fil teint (pas de teinture intégrée) process tissage sur métier aiguille (simple et jacquard) tressage, câblage (embrasse de rideau),crochet (galons), tricotage, guipage, apprêtage,pliage ,coupe,confection embrasses ; développement en interne des dessins et programmation machine/ développement

atouts ou faiblesses

marché-multi process-multi produit-multi fibres-capacité de production résiduelle

(TX occupation : 35 %)- matériel très varie (ancien plus d’investissement

depuis 10 ans mais pas de progrès avec le matériel actuel)

-gamme de coloris validée ; développement spécifique ; de fil important et produits finis

inquiétude : approvisionnement matières premières-concurrence mondiale-pas de visibilité-cout du travail-

développement de marche de ''niche'' difficile-disparition des acteurs de la

filière textile française et européenne : filature-moulinage-teinturier-négoce de MP ; achat de plus en plus loin en quantité de plus en plus importante avec payement par avance pour des qualités aléatoires

-------------------------------------------------------------------

CHIFFRES

2013 : CA : 3 300 000

personnel : 32 pers: 45 % femmes - 55% hommes (moy age 48 ans)

export : 25%

personnel/recherche : 5 techniciens dont 1 ingénieur textile ; moyenne d'âge 37 ans.

personnel prod : 25 commerciaux

multilangues ; anglais-allemand-espagnol-italien -arabe

poids manipulé : 150 tonnes

muti ; fibre ; coton-viscose ; acrylique-polyester-polyamide techniques

certification: iso-okoetex

----------------------------------------------------------------

salon: 1 Tunisie -fin des salons France et Europe

horaires : 35 h + modulation

2 postes+journée

surface exploitation : 1 siège social+1 établissement

5000 m2

2 sites ?

process/préparation : tissage-tressage-crochetage-tricotage-apprêt-coupe

marché : gsa-gsb : confection-emballage-techniques-decoration

2007 : arrêt site internet (trop ancien)

mais à l étude avec cellule réflexion commerciale

-objectifs : rembourser le passif et pérenniser l'entreprise/diversifier sur marchés de ''niches''-croissance externe pour compenser érosion du CA

management : gestion achat décentralisée-réunions cadres mensuelles (établissement objectifs-lecture résultats financiers-création ,tableau de bord)/ gestion : délégation et consultation de prestataires

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
  • Dates
    • 1855
    • 1930

Bâtiment de 100 m de long : un corps principal allongé (atelier) accosté de deux pavillons carrés (logement du directeur) plus haut.

2 pavillons de 2 étages (habitation du directeur père et fils) accosté d’un jardin pour le pavillon nord et atelier en r-d-c ; 1er étage logement des ouvrières : l’entrée de l’atelier est surmonté d’un fronton triangulaire coiffé d’une croix, au centre du fronton, une vierge entourée de 2 vases métalliques avec des lys, baies cintrées pour l'atelier principal en rez-de-chaussée ; cheminée carrée quadrangulaire en brique sur l’arrière du site d'une hauteur de 25m ; machine à vapeur (plus en place) mais exposé dans la cour, tout le reste est en place et dans son jus. Matériaux : tuiles en couverture, briques cheminée, schiste local. A l'avant de la parcelle se trouvent un garage et un lavoir.

1930 : construction d'une aile supplémentaire sur cote gauche+ local transformateur. Réalisation en ciment : fin de l'usage de la machine à vapeur, remplacée par un moteur électrique mais conservations de tous les systèmes de transmission arbres -pignon de renvoi -poulie.

1960 : couverture cour intérieu ; extension atelier fabrication (André -Paul COFFY directeur)

observations : description

-mur : pierres du pays assemblées au mortier (mica schiste ?)

-encadrement de fenêtre brique/pierre d'angle pierre de taille

(signée par le compagnon pour le décompte de le journée)

poutre en bois (limite de portée :12 ml)

-Couverture: tuile de terre cuite (tuiles Sainte-Foy)

dimensions : 100 ml de long ; largeur 12 ml-hauteur maxi pignon (bat habitation) : 16,00 ml

-bâtiment habitation : rez de chaussée + 2 étages +combles

-caves voûtée

-une cheminée brique carrée (quadrangulaire) 25 m de hauteur.

-eau : percement aqueducs pour captage source-divers bassins pour usage domestique ou industriel-puits en eau de source

-commodités : fausse sceptique + lavoir

-chauffage cheminée puis chauffage central au fioul

-électricité: existait avant branchement réseau : mise en place électricité

-service : écurie-étable-verger-potager-chapelle-statue (vierge)

-usages : hébergement du personnel du dimanche soir au samedi -local de cuisine + dortoir (fin 1930) chant du mois de ''Marie'' (mai).

  • Murs
    • moyen appareil
  • Toits
    tuile creuse mécanique
  • Typologies
    usine pensionnat
  • État de conservation
    bon état
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections

  • Précisions sur la protection

    Le site de Manutex, encore dans son jus est d'une grande qualité architecturale, l'utilisation des matériaux locaux lui confère une très belle intégration paysagère. Il s'inscrit dans la grande tradition de la fabrication des traces et lacets de la vallée du Dorlay.

    Pour cite cette étude :

    HALITIM-DUBOIS N., L'entreprise de Tresses et lacets Manutex- Coffy, 2014. URL:https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/usine-de-tresses-et-lacets-manutex-puis-coffy/a953372e-19da-4548-9f8c-8b54e40f22a8

Entretien oral avec monsieur Coffy directeur de Manutex