Logo ={0} - Retour à l'accueil

Autel et retable de la Vierge dite du Magnificat

Dossier IM42001578 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsautel, retable
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Montbrison
Emplacement dans l'édificechapelle 4

Dans la première moitié des années 1840, la chapelle de la Vierge (chapelle 4, réunie à la chapelle 3 en 1845) est dotée d'un nouveau mobilier par la confrérie du Rosaire. D'après Renon, 'M. Bossan (...) a tracé un plan dont la richesse et l´élégance doivent désespérer les ciseaux les plus exercés' : on peut supposer qu'il s'agit du dessin de l'autel et du retable, que Renon compare aux flammes d'une 'prière pure et brûlante'. Toujours d'après Renon, les sculptures ont été réalisées par Joseph Fabisch ; le tabernacle avait une porte en cèdre portant le monogramme JHS en or sur un écusson azur. Dès 1885, le Dr Rey se plaint que 'les gradins, trop rapprochés du retable, exposent incessamment sa riche décoration et celle des niches qui le couronnent à une détérioration déjà assez accentuée' : la fumée des cierges se dépose en 'couches de plus en plus opaques sur les niches et les statues (...) il faudrait démonter l'autel et ses gradins et les éloigner du retable'. L'autel a en effet été séparé du retable (après le concile de Vatican II ?) et avancé afin de pouvoir dire la messe face aux fidèles : le tabernacle a dû disparaître à ce moment. L'autel a été ensuite re-plaqué contre le mur au milieu (travaux projetés dès 1972, A CRMH Rhône-Alpes).

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Bossan Pierre-Marie architecte
Auteur : Fabisch Joseph sculpteur

Ensemble de style néogothique. Autel constitué d'un autel tombeau placé sur un degré d'une marche. Retable : haute plinthe sur laquelle est plaquée une arcature aveugle à réseau polylobé, rythmée par quatre pilastres (décor en haut-relief), fond peint au pochoir, doré sur fond sombre ; au-dessus, trois niches architecturées (niche centrale plus élevée) avec console et dais ornés d'arcs polylobés à clefs pendantes, séparées par des pilastres dont le cartouche central est peint en faux marbre polychrome ; le fond des niches est peint au pochoir, doré sur fond sombre ; les dais sont surmontés d'architectures décoratives partiellement peinte dorée (lancettes ajourées ou peintes faux marbre) et de pinacles à crochets et feuilles de choux frisé recourbées. Les niches accueillent des statues en ronde-bosse. A l'origine, l'accès était commandé par une clôture en pierre ajourée ; le mur était orné d'un soubassement à arcatures, avec deux crédences. L'autel avait un gradin et un tabernacle. Ces éléments ont été supprimés.

Catégoriessculpture
Structuresd'applique à niche
Matériauxpierre, décor en haut-relief, décor en demi-relief, décor en bas-relief, décor en ronde-bosse, peint faux or, peint, faux marbre, peint au pochoir
Précision dimensions

Iconographiesornement architectural
pinacle
ange, en buste
ornement végétal
écusson
monogramme
rinceau
chien
Précision représentations

Les pilastres sont surmontés de bustes d'anges qui tiennent des écussons bleus ornés du monogramme AM en doré. Le fond derrière les arcades et les niches est peint au pochoir de motifs végétaux (imitation de brocard) dorés sur fond sombre. Une petit rinceau fleuri est sculpté sur la console de la statue centrale. Sur le pinacle sommital du dais de la statue centrale sont sculptés de petits chiens couchés.

États conservationsmanque
salissure
Précision état de conservation

Plusieurs éléments participant de la mise en scène de l'autel retable ont été supprimés (voir description). L'ensemble présente en surface un dépôt de salissure (poussière...).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • A CRMH Rhône-Alpes, Lyon : 3 janvier 1972, lettre de Christian Prévost-Marcilhacy, inspecteur de Monuments Historiques, au curé de Notre-Dame. '(...) dans la chapelle de la Sainte-Vierge (...) l'autel de Fabische [sic] (...) avait été séparé du retable pour dire la messe face aux fidèles. (...) il me semblerait opportun de replacer cet autel à sa place primitive, en retrouvant son ancien tabernacle'. Des lettres identiques sont adressées en même temps au maire de Montbrison et à l'architecte en chef des monuments historiques chargé de l'édifice.

Bibliographie
  • AUDIN, Marius. VIAL, Eugène. Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art du Lyonnais. Paris : Bibliothèque d'art et d'archéologie, 1919

    p. 117
  • RENON, François (Dom). Chronique de Notre-Dame d'Espérance de Montbrison, ou étude historique et archéologique sur cette église, depuis son origine (1212) jusqu'à nos jours. Roanne : imprimerie de A. Farine, rue Royale, 1847

    p. 424
  • REY, Emile (Dr.). Monographie historique et descriptive de Notre-Dame d'Espérance de Montbrison. Lyon : impr. Mongin-Rusand ; Montbrison : Lafond, 1885

    p. 77
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry - Mermet Vincent