Logo ={0} - Retour à l'accueil

Centrale hydroélectrique de Bioge

Dossier IA74001069 inclus dans paysage du bassin-versant des Dranses réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiéesusine, barrage, remise, logement, barrage, canal, conduite forcée
Dénominationscentrale électrique
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Evian-les-Bains
Hydrographiesla); Brevon Dranse de Bonneveaux
AdresseCommune : Vinzier
Lieu-dit : Bioge
Adresse : Bioge
Cadastre : 0C 2 90 ; 2022 ; 2023 ; 2024 ; 0B 1 35 ; 0A 1 2

La centrale hydroélectrique de Bioge naît de la concurrence entre trois grands groupes : la Société Evian- Thonon-Annemasse, la Société Hydroélectrique de Bellevaux et la Société Hydroélectrique des Dranses. Historiquement, la Société Evian-Thonon-Annemasse profite de l´accroissement des villes qui bordent le Lac Léman pour se développer. Cette dernière s´appuie sur l´usine de Chevenoz pour asseoir sa position. La Société Hydroélectrique de Bellevaux peut compter sur son usine pour proposer à ses clients des tarifs défiant toute concurrence. La Société Hydroélectrique des Dranses s´appuie sur les innovations techniques développées dans la chute de Bonnevaux pour alimenter la papeterie Zig-Zag et s´ouvrir une partie du marché électrique de Thonon. Entre 1926 et 1935, la construction de la centrale hydroélectrique de Bioge, permet une redistribution des cartes. Disposant de rendements importants, cette usine devient l´unité de production la plus rentable des trois Dranses. Ce dynamisme explique les nombreuses modifications apportées à cette chute depuis sa création. La Dranse qui arrose la région du Chablais constitue le principal affluent français du Lac Léman. Cette rivière est formée de la réunion de trois torrents : la Dranse d´Abondance, la Dranse du Biot (ou Dranse de Morzine), la Dranse de Bellevaux (ou torrent du Brevon). En ce lieu, la Société Hydroélectrique des Dranses décide d´édifier une nouvelle centrale hydroélectrique dès 1926. Profitant d´une situation favorable, la compagnie confie à l´entreprise Campenon, Bernard et Cie (à l´origine de l´actuel groupe Vinci) l´aménagement d´une chute d´eau de 114 mètres. Depuis sa construction jusqu´à son agrandissement, la centrale partage la force hydraulique des trois Dranses avec d´autres usines. L´usine dite de Bioge est située sur la rive droite de la Dranse d´Abondance, au confluent de cette dernière avec la Dranse de Morzine. Fermant la boucle ouverte par la centrale hydroélectrique de Bonnevaux, la centrale de Bioge est la troisième chute d´eau du groupement électrique géré par Electricité de France. Concédée le 17 avril 1928, cette unité de production connaît de nombreuses évolutions techniques. Dès sa conception, entre 1926 et 1935, l´aménagement comprend : - sur la Dranse d´Abondance un barrage et une prise d´eau ; - une autre sur l´Ugine avec une galerie de 500 mètres déversant les eaux en amont du barrage d´Abondance ; - une galerie d´amenée de 2 194 mètres et une cheminée d´équilibre avec une conduite forcée de 277,5 mètres. Les ingénieurs équipent la salle des machines avec trois turbines de 3 800 CV chacune. En 1943, une quatrième turbine plus puissante est ajoutée. Pour alimenter cette turbine de 12 500 CV, Electricité de France entreprend la construction d´un barrage à partir de 1948. Le but recherché est l´adjonction, aux ouvrages existants, des ouvrages de prise et d´amenée d´eau de la Dranse de Morzine. Le nouvel aménagement comprend donc un barrage voûté de 19 mètres de hauteur en surface avec des fondations de 35 mètres, construit à la confluence du ruisseau Nicodex et de la Dranse de Morzine. Une prise d´eau installée en rive droite vient compléter le dispositif avec une galerie d´amenée de 3 750 mètres pour arriver à la cheminée d´équilibre. Une seconde conduite forcée de 280 mètres de longueur alimente la centrale de Bioge. Très vite, Electricité de France souhaite accroître le potentiel de la chute de Bioge. Pour se faire, la chute du pont de Gys est projetée en complément dès 1962. Ce nouvel aménagement consiste à capter les eaux de la Dranse d´Abondance et son affluent l´Eau Noire et à les amener par une conduite de 595 mètres et une galerie de 4 170 mètres dans la vallée de la Dranse de Morzine où elles seront turbinées dans l´usine de Pont de Gys implantée en bordure de la retenue du Jotty. Géographiquement, l´usine projetée devait se situer à 15 km au sud-est de Thonon et à 12 km au sud d´Evian. Trop ambitieux, le projet n´est pas retenu, aussi en 1982 un barrage est construit sur la Dranse de Bellevaux. La prise d´eau formée permet d´alimenter le barrage du Jotty par une galerie souterraine.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1926, daté par source
1935
1948
1968
1982
Auteur(s)Auteur : Cabinet Campenon, Bernard et Cie ingénieur attribution par source

Considéré à l´époque comme une prouesse technique, le système d´alimentation de la centrale hydroélectrique de Bioge, domine du haut de 120 mètres, la vallée de la Dranse. Dans un aménagement « standard », le circuit qui relie le lac de retenue à l´usine se compose d´une galerie d´amenée de faible pente, d´une chambre de mise en charge puis d´une ou plusieurs conduites forcées qui assurent la jonction entre l´extrémité des ouvrages d´amenée et l´usine. Généralement une conduite forcée est équipée d´une vanne de tête, positionnée vers le sommet du tube. Dans le cas de la centrale de Bioge, elles prennent appui sur le versant de la montagne. Réalisés en béton, les blocages assurent une stabilité à l´ensemble. Si elles sont aussi hautes, c´est parce que, comme toutes conduites d´usine, leur hauteur servait à créer une force hydraulique importante pour animer les turbines électriques. Réalisées en usine, ces deux conduites ont été ensuite soudées sur le site à l´arc électrique. Le diamètre de ces conduites est calculé en fonction de la hauteur de la chute, du dimensionnement des turbines et afin de résister aux outrages du temps. Les conduites forcées aériennes sont en contact permanent avec le milieu naturel, elles sont soumises à des sollicitations importantes et variées. Des pressions peuvent être exercées par la végétation, les mouvements de terrain et les chutes de pierres. Lors de la conception, l´environnement est pris en compte et justifie la qualité de fabrication. Situé sur la rive droite de la Dranse d´Abondance, le site reste fortement contraint par la route et la rivière qui laissent peu de place à la largeur de l´usine. Pour éviter toutes vibrations, les bâtiments surélevés sont désolidarisés des éléments de machinerie. De l´extérieur les lignes simples créent un effet architectural épuré et fonctionnel.

Mursbéton
acier
Toittôle ondulée, béton en couverture
Plansplan symétrique en L
Étages3 étages carrés
Énergiesénergie hydraulique

Autodidacte et ingénieur de génie, Edmé Campenon fonde l´un des premiers bureaux d´architecture spécialisé dans le génie civil. Le cabinet Campenon, Bernard et Cie en charge de la construction de la centrale hydroélectrique EDF de Bioge réalise à la même époque le barrage du Chambon dans le département de l'Isère considéré comme l´un des premiers « grands barrages » français. Grâces ces lignes, cette usine est un très bel ensemble.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • BERGES Aristide, La Houille Blanche. Grenoble : Truc, 1899, 213 p.

  • France, Ministère de l´Agriculture, Annales. Direction de l´hydraulique et des améliorations agricoles. Fascicule 34, Service d´études des grandes forces hydrauliques (région des Alpes). Tome III, organisation et comptes rendus des travaux. Paris : Imprimerie Nationale, 1908, 181 p.

  • Société Hydroélectrique des Dranses, L´aménagement de la chute de Bioge sur la Dranse d´Abondance (Haute-Savoie). Grenoble : Société Hydro-électrique des Dranses, 1932, 17 p.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir