Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château Sainte-Anne

Dossier IA42000729 réalisé en 2001

Fiche

Appellationschâteau Sainte-Anne
Parties constituantes non étudiéesenceinte, donjon, portail, basse-cour, chapelle
Dénominationschâteau fort, château
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Marcilly-le-Châtel
Lieu-dit : le Château
Cadastre : 1827 A1 90, 101 ; 1986 A1 470

La fondation du château de Marcilly remonterait au début du 11e siècle. En 1167, le roi Louis VII cède au comte de Forez Guy II ses droits régaliens sur ce château qui devient une importante châtellenies comtale. Pris par une bande de mercenaires en 1366, le château est réparé en 1382. Il est représenté avec ses deux enceintes dans l'Armorial du Forez de Guillaume Revel. La forteresse est en ruine dès la fin du 16e siècle. En 1827, seule la " masure de la chapelle Sainte-Anne " (dont l'existence est mentionnée dans la 2e moitié du 17e siècle) est notée par le cadastre. En 1872, Hippolyte de Sauzéa, héritier d'une famille de soyeux stéphanois, rachète le site et lance la construction d'une nouvelle forteresse sur l'emplacement du château dont ne subsistent que certaines parties de l'enceinte et l'étagement de l'assiette en cour haute et cour basse. La chapelle Sainte-Anne est reconstruite en style néogothique. A la mort de Sauzéa, le château retourne à la ruine. La réhabilitation du site débute en 1967 grâce à un groupe d'habitants de Marcilly qui s'associent propriétaire (Société Agricole des Geais) dans une Société Civile Immobilière. Le château est déblayé et les remparts sont consolidés mais la chapelle s'effondre presque entièrement en 1975 ; il reste la façade. La Volerie du Forez (élevage et démonstration publique de vols de rapaces) occupe l'enceinte depuis 1988.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates1875, daté par travaux historiques ; daté par source
1986
Auteur(s)Personnalité : Forez Guy II, comte de commanditaire (?)
Personnalité : Sauzéa Hippolyte de commanditaire

Le château occupe une position stratégique sur une butte basaltique qui domine la plaine du Forez au milieu du coteau. La reconstruction du château par Sauzéa s'est faite en dépit de toute considération archéologique, mais on lit encore l'organisation type d'un château fort composé d'une première enceinte formée de tours reliées par une courtine, protégeant la basse cour où passe, à l'est, une gaine défensive, et entourant une seconde enceinte autour du donjon et de la chapelle. Les parties les plus anciennes sont en appareil mixte de moellons de granite et de basalte (joint maigre). Les deux tours reconstruites au 19e siècle sont du même appareil, mais d'un diamètre très important et percées de baies en arc brisé. Les encadrements des ouvertures sont en briques (portail, fenêtres des tours). La seconde enceinte (restituée), la gaine et une partie des rampes aménagées par Sauzéa, sont en appareil irrégulier de moellons de basalte. L'autre partie est appareillée en pierres sèches. La chapelle et les appartements ont des encadrements de baies, contreforts et décors en pierre calcaire. Dans le dernier quart du 20e siècle, on a consolidé l'ensemble des vestiges (joint gras).

Mursgranite
basalte
appareil mixte
moellon
États conservationsvestiges, remanié
Statut de la propriétépropriété d'une société privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Delmotte Emilie - Bardisa Marie