Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure

Dossier IA42003495 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéesécurie, communs, parc, ferme, pigeonnier, puits, remise
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Chalain-le-Comtal
Lieu-dit : la Pommière
Cadastre : [180  ?] D 26 ; 1985 ZB 40

Selon Dufour, la Pommière apparaît dans la documentation en 1444 (mention de Durandus Pomet de Chalaing le Contail). Les éléments d'encadrements moulurés à tore, datables du 15e ou du 16e siècle, remployés dans le portail d'entrée de la parcelle 1984 ZB 71, peuvent être un témoignage de l'existence d'un bâtiment sur le site à cette époque. Une cheminée en granite datable de la fin du 16e ou du 17e siècle est visible au rez-de-chaussée (sans doute remontée). Pour l'abbé Valendru, l'édifice aurait servi de résidence aux châtelains de Chalain après la destruction du château du Bourg ; pour Salomon, il s'agit d'un rendez-vous de chasse, qui au 17e siècle appartient aux Rival, puis à la famille d'Escotay ; en 1686, Jean d'Escotay, prêtre, vend la Pommière à François Goulard de Curraize (voir IA42001504). L'édifice est représenté comme un hameau sur la carte de Cassini (2e moitié du 18e siècle), appelé le Château ; puis sur le premier cadastre, en 1809 : parcelles D 26, maison et bâtiments ruraux (parcelle rectangulaire avec trois corps de bâtiments bordant une cour : à l'est, un bâtiment dont la partie sud pourrait être le rendez-vous de chasse, avec des dépendances contiguës, dont une grange-étable, au nord ; dans l'angle nord-ouest, le bâtiment rural ; dans l'angle sud-ouest, un édifice isolé de plan carré), D 25, jardin et D 24, pigeonnier (isolé, de plan circulaire ; disparu). En 1838, Colette Nicole Goulard de Curraize, épouse de Benoît Tison-Désarnaud, notaire et maire de Montbrison, hérite la Pommière. En 1842, Benoît Tison-Désarnaud fait agrandir le bâtiment initial, de plan rectangulaire à un étage, par la construction d'un pavillon à un étage accolé au sud. En 1843, il fait édifier au nord un pavillon à un étage, symétrique du précédent mais distant de 15 m du bâtiment. En 1883, Edouard Désarnaud vend à Henry Forissier, maire de Chalain-le-Comtal. En 1886, Henry Forissier fait surélever d'un étage (comble à surcroît) le pavillon sud et détruire le pavillon nord, puis, en 1892, surélever d'un étage le corps central. Salomon ajoute qu'il "agrandit encore actuellement [1916] pour pouvoir loger sa nombreuse famille" ; c'est peut-être pendant cette campagne de travaux qu'ont été ajoutées à l'ouest les deux tours de plan octogonal (avec un escalier dans la tour nord) et le vestibule qui les relie. Dans le courant du 19e siècle, les bâtiments agricole sont agrandis avec la construction au nord d'une étable ou écurie et d'un hangar (transformé en habitation au 20e siècle), formant avec la grange-étable existante une seconde cour au nord, avec un clos à l'est. À l'ouest un bâtiment d'habitation est édifié dans la 1ère moitié du 20e siècle (non repéré). En 1982 (renseignement oral), le "château" est vendu à la famille Coiffet, qui y ouvre un restaurant. L'édifice est vendu en 1990 à Gabriel Simon. L'écurie et remise à voîtures était alors en ruines.

Période(s)Principale : 16e siècle , (?)
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1842, daté par source
1843
1886
1892
Auteur(s)Personnalité : Tison-Désarnaud Benoît commanditaire
Personnalité : Forissier Henry commanditaire

La demeure est située au nord-est du Bourg de Chalain-le-Comtal. Elle comprend la demeure, bâtiment isolé, avec un parc s'étendant au sud et à l'est (puits au milieu de la cour, couvert, dans le parc, avec pompe) et une écurie et remise à voitures au sud-ouest (1985 ZB 40) ; au nord, les bâtiments de l'ancienne ferme, autour d'une cour fermée et d'un clos (1985 ZB 70, 71) ; à l'ouest, une habitation (1985 ZB 36, non repérée). La demeure est formée d'un corps principal de plan rectangulaire, avec à l'ouest deux tours demi-hors-oeuvre de plan octogonal reliées par un vestibule, formant l'entrée principale ; la tour sud contient un bureau, la tour nord un escalier tournant à retours avec jour, en pierre, avec rampe en fer forgé. Le corps principal comprend une grande salle et une chaufferie dans l'angle nord-est (emplacement de la cuisine selon un plan du 19e siècle). Au sud du corps principal est greffé un pavillon en saillie vers l'est, comprenant une cuisine (avec une cheminée en granite, sans doute remontée) et un escalier secondaire (rampe sur rampe, en ciment et fonte) à l'ouest, un salon au sud (salle à manger et grande salle selon le plan du 19e siècle). La demeure a un étage carré et un étage de comble à surcroît, éclairé par des lucarnes passantes (jumelées sur le corps principal. Les murs sont enduits (sans doute en maçonnerie de moellon de granite et de mâchefer), avec des encadrements en ciment (lucarnes : linteau cintré, jambages encadrés de volutes décoratives) ; les toits sont en ardoise, à longs pans et croupes, avec des flèches polygonales sur les tourelles. L'écurie et remise à voitures comprend une partie écurie au nord et une partie remise au sud ; elle est en moellon de granite avec encadrements en brique (linteaux en arc segmentaires) ; le toit est à longs pans et croupes, en ardoise. La ferme comprend une grange-étable au sud (en pisé, encadrements en brique, toit à longs pans et croupes, en tuile creuse), un bâtiment d'étable ou écurie (en pisé, toit à longs pans, en tuile) et un hangar au nord (sur piliers en brique), un bâtiment d'habitation à l'ouest. À l'est de la cour de la ferme s'étend un clos (murs en pisé), avec une porcherie dans l'angle sud-ouest, une écurie à chevaux dans l'angle nord-ouest (et une remise au milieu).

Murspisé
granite
résidu industriel en gros oeuvre
enduit
enduit
moellon
Toittuile creuse, ardoise
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours en maçonnerie
Techniquessculpture
ferronnerie
Précision représentations

Rampe de l'escalier principal, en fer forgé : décor de volutes, motifs de tige ornée de volutes et terminée par un trèfle, cercles sous la main courante ; dans le garde-corps des paliers, armoiries dans un écusson, accosté de volutes, dans un médaillon ovale : au premier éyage, armoiries d'Henry Forissier (d'argent à trois cyprès de sinople sur une terrasse du même) ; à l'étage de comble, armoiries de son épouse Marie-Antoinette-Jeanne Onffray de Veret (Salomon), alias Onffroy de Vérez (d'argent accompagné de trois trèfles de sinople 2 et 1 en pointe). Cheminée de la cuisine : en granite, linteau droit à entablement mouluré, piédroits galbés à décor de cannelure, petits chapiteaux moulurés.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bibl. Diana, Montbrison. Série 1 F 42 : 35, n°8. Exemplaire annoté par l'abbé Valendru du Questionnaire historique, archéologique et statistique (Maurice DUMOULIN, Bulletin de la Diana, 1898), entrelardé de feuilles quadrillées où sont écrites ses réponses (son nom est noté sur la 1ère page avec la date 1899, une étiquette "Paroisse de Chalain le Comtal Loire" est collée sur la couverture).

Documents figurés
  • Plan du rez-de-chaussée du château de la Pommière / 1 dess. ; extrait photocopié. Original : 1ère moitié 20e siècle ? (A. SDAP Loire. Document joint à un courrier de M. Gabriel Simon, en date du 11 mai 1990).

  • [Vue aérienne du site de la Pommière, depuis le sud-est] / 1 photogr. pos. : tirage argentique couleur, 4e quart 20e siècle. Coll. Part.

  • Auberge de la Pommière. Cuisine campagnarde. Parc ombragé. Pétanque. Ed. Cellard - 13 rue de l'Economie - 69500 BRON © SPADEM / Editions Cellard (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : coul. 4e quart 20e siècle (Coll. Part.).

Bibliographie
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 732
  • GEREST, Henri. Ainsi coule le sang de la terre... Les hommes et la terre en Forez - XVIIIe-XXe siècles. Saint-Etienne : Université de Saint-Etienne, 2005

    p. 200
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    T. I, p. 270-274
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry