Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure

Dossier IA42003004 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesécurie, pigeonnier, jardin, château d'eau
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Saint-Paul-d'Uzore
Lieu-dit : les Bichets
Cadastre : 1986 A1 108

En 1809, le domaine des Bichets n'est encore qu'une ferme (parcelle 1809 A 45, qui correspond à l'aile nord de la ferme actuelle, voir IA42003005) appartenant à Benoît Boudot, juge à Montbrison, qui possède également la ferme voisine de la Chanal (IA42003002) et une part indivise des étangs du Roi (IA42003000). La maison de maître a été édifiée vers 1845 : en 1843-1845, le registre des augmentations cadastrales (AC) indique la démolition et la reconstruction de la parcelle A 45, appartenant à B. Boudot, sans doute Claude Benoît Boudot, vice-président honoraire du tribunal civil de Montbrison, mort en 1875. En 1898, le domaine (y compris la loge du garde des étangs, IA42003001) est vendu par un héritier Boudot à Antoine Rousset, propriétaire et négociant demeurant à Sail-sous-Couzan : il est alors décrit comme "un vaste tènement de bâtiments de ferme pour habitation et exploitation, bâtiments de maître, cour, deux jardins clos de murs", avec 50 ha de terrain en terres, prés, pâtures et bois au Montd'Uzore. En 1929, le domaine des Bichets fait partie des immeubles cédés par Joseph Demoustier comme apport à la société des Etangs du Roi, créée peu après (voir IA42003000) ; Joseph Demoustier avait racheté les Bichets à l'héritière Rousset en 1928 (A. Privées). Au milieu du 20e siècle, a maison de maître sert de logement à des fermiers. Elle a été restaurée et transformée en résidence dans le dernier quart du 20e siècle. Les petits bâtiments qui fermaient l'angle sud-est de sa cour ont été démolis à cette occasion. Avant réfection, les enduits présentaient des effets de trompe-l'oeil, avec des chaînes d'angles, portes et fenêtres peints en rouge sur les façades est de la grange-étable et du pigeonnier ; l'effet de symétrie, visible depuis le chemin lors l'arrivée au domaine, était accentué par la toiture à croupe du pigeonnier (actuellement refaite avec un faîtage inversé).

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1843, daté par source

Les bâtiments s'organisent autour d'une cour de plan allongé, fermée au sud par un portail à génoise avec porte cochère et porte piétonne. L'habitation, à l'ouest, prolongée au nord par des bâtiments liés à la ferme, sépare cette cour de celle de la ferme (IA42003005). En retour, côté nord de la cour est bordé par une écurie et une grange-étable. Le côté oriental est fermé par un mur séparant la cour d'un jardin clos (parcelle 1986 A1 106). Enfin, un pigeonnier occupe l'angle sud-est de la cour. L'habitation a trois travées, et s'élève sur deux étages. Le rez-de-chaussée est distribué par un vestibule traversant, avec l'escalier adossé au mur est (escalier tournant, en bois, avec une rampe en fer forgé à barreaux terminés en volutes). A l'extrémité sud se trouvait la cuisine, avec une cheminée à piédroit et consoles en doucine, en granite. Les pièces du rez-de-chaussée et du premier étage étaient couvertes en voûtains de brique sur poutres de bois. Un château d'eau en forme de tourelle de plan circulaire est greffé à l'angle nord-est de l'habitation (citerne au niveau supérieur, toilettes aux niveaux inférieurs). Le pigeonnier est de plan carré, avec une remise au rez-de-chaussée et la partie aménagée avec des nichoirs (pots en terre, casiers en planches) à l'étage ; accès par un escalier quart tournant, en bois. Les murs sont en pisé enduit (enduit d'imitation : voir historique), les encadrements en granite ; les toits sont à longs pans et croupes, en tuile creuse, avec des génoises ; flèche conique et tuile en écaille sur la tourelle-château d'eau.

Murspisé
enduit
enduit d'imitation
Toittuile creuse, tuile en écaille
Étages2 étages carrés
Couverturestoit à longs pans
flèche conique
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours en charpente
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 9 février 1929. Dépôt d'origine de propriété par Joseph Demoustier. Acte reçu Berloty notaire à Lyon (A. Privées, les Bichets, Saint-Paul-d'Uzore). Résumé du contenu de l'acte.

    Joseph Demoustier, demeurant à Lyon, dépose l'origine de biens immeubles qu'il entend céder comme apport à une société qui doit être fondée (ou a été fondée ? texte rayé dans l'acte).

    Cela concerne plusieurs domaines :

    - Le domaine des étangs du Roi : situé essentiellement dans la commune de Saint-Paul-d'Uzore, il comprend les étangs du Grand Marais, Petit Marais et de Loibe, ainsi qu'une maison (lieu-dit la Loge) et un pavillon (lieu-dit Réserve du lac).

    Origine de la propriété : elle appartenait au comte de Forez puis au roi de France ; elle a été acquise en 1765 par Pierre Challaye, écuyer, ancien conseiller au parlement des Dombes, qui en a été mis en possession en 1772. La propriété comprenait la prise d'eau sur le Pralong (ou Rangon) située sous la ferme des Buissonnets [Chalain-d'Uzore]. Après le décès de Pierre Challaye (en 1794), ses biens ont été partagés en 1795 entre ses quatre filles, qui avaient épousé, respectivement, MM. Chavanon du Peyron, Bronac de Vazelhes, Ravel de Montagny et Benoît Boudot : les étangs du Roi restent indivis entre ces quatre héritières. Cependant les quatre parts de la propriété sont successivement rachetés par la famille Roux de la Plagne : le premier quart en 1834, deux autres en 1872, par Michel Jean Théobald Roux de la Plagne. Celui-ci fait "liciter la propriété des étangs du Roi à la barre du tribunal civil de Montbrison" en 1873 et devient de ce fait propriétaire du dernier quart (vendu avant 1830 à Claude Boudot puis passé à ses héritiers).

    - Le domaine de la Brûlée : une partie est acquise par Alphonse de Saint-Pulgent, de M. Joseph Dumas (propriétaire demaurant à Saint-Etienne et Mornand) : c'était un morceau du domaine des Granges achété par Dumas à Euphémie Favier de la Chomette et Lorenzo Capella son époux. Le reste venait de sa mère, née Dejoux : de cette propriété dépendait le "vigneronnage (ou vignoble) de la Brûlée".

    - Le domaine des Bichets : 51 ha. Il appartenait à Mme Marquise née Rousset : acquis par son père Antoine Rousset, négociant demeurant aux Places à Sail-sous-Couzan, après 1871, de Claude Boudot (un autre) ancien notaire demeurant à Lyon. Acquis en 1928 par M. Demoustier, en même temps que le domaine du Bois ou de Beauregard, et le domaine de la Côte d'Or (le tout faisait 78 ha et 374 000 F ; l'origine de propriété de ces autres domaines n'est pas faite puisqu'ils ne font pas partie de l'apport cédé à la société à créer). Louis Marius Alexandre Marquise était industriel demeurant à Saint-Paul-en-Jarez.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Paul-d'Uzore. Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties. Augmentations et diminutions. 1829-1914.

  • A. Privées, les Bichets, Saint-Paul-d'Uzore. 2 novembre 1898. Vente Boudot-Rousset [vente du domaine des Bichets]. Acte reçu Avril, notaire à Boën. Claude Henri Ferdinand Boudot, et son épouse Louise Valentine Duchamp, demeurant à Lyon ; vendent à Antoine Rousset, propriétaire et négociant demeurant à Sail-sous-Couzan, la propriété rurale du domaine des Bichets : 50 ha environs (sur les communes de Saint-Paul-d´Uzore, Mornand et Montverdun), avec : - un vaste tènement de bâtiments de ferme pour habitation et exploitation, bâtiments de maître, cour, deux jardins clos de murs (68 ares ; parcelles A 47, 48 et 33) - des terres, prés et pâtures (le Rompey, sous le Rompey, sur les Bichets, sous la Brosse, sous la Route), un bois au Montd´Uzore, - un tènement de petit bâtiment d´habitation et jardin, dit Chez le Garde. La propriété appartenait à Claude Benoît Boudot, son père, vice-président honoraire du tribunal civil de Montbrison, mort en 1875 ; elle a été partagée entre les héritiers indivis après un rapport d´expertise déposé au greffe du tribunal civil de Montbrison le 11 avril 1877 (le domaine des Bichets échoit alors à Claude Henri Ferdinand).

  • A. Privées, les Bichets, Saint-Paul-d'Uzore. 9 février 1929. Dépôt d'origine de propriété par Joseph Demoustier. Acte reçu Berloty notaire à Lyon. Voir annexe.

Documents figurés
  • [Ensemble de photographies du domaine des Bichets, avant restauration] / 18 photogr. pos. : tirages argentiques en couleur (certains sont des assemblages formant des vues panoramiques). 4e quart 20e siècle (A. Privées, les Bichets, Saint-Paul-d'Uzore).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry