Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecart de Marceau-dessous

Dossier IA74001505 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon
HydrographiesBornette
AdresseCommune : Doussard
Lieu-dit : Marceau-dessous

Les archives désignent ce village éclaté par différents noms ; les deux agglomérations du sud sont régulièrement mentionnées sous le nom de village des Terriers, pour celle se trouvant sur les rives de la Bornette, et de village du Crotton pour celle située sous la route de Marceau-dessus. Marceau-dessous est parfois limité à l'agglomération près de l'ancienne chapelle, tandis que le groupe de maisons près du pont menant à Lathuile est parfois appelé Marceau-du-Milieu ou tout simplement Marceau. Cité dès 866, au côté de Doussard (alors dans les marais) et de Verthier, Marceau possédait une chapelle construite en 1685. Cette dernière, placée sous le vocable de Notre-Dame de l´Assomption, de saint Félix et de la décollation de saint Maurice, a été reconstruite au XVIIIe s. puis abandonnée et vendue comme grange. Il n´en reste aujourd´hui que quelques vestiges menacés par la végétation (C7 1054-1055). Il ne reste aujourd´hui que peu de traces de l´important patrimoine hydraulique du hameau. En effet, si l´on part de la limite avec Saury (commune de Lathuile), on comptait six établissements utilisant la force motrice de la Bornette. Ainsi se succédaient une taillanderie, un atelier d´ébénisterie, un atelier de mécanique avec une centrale électrique, une scierie, une huilerie et une forge. L´atelier de mécanique à l´abandon est aujourd´hui le seul témoin de cette activité au fil de l´eau, les autres artifices étant soit détruits, soit en ruine, soit le plus souvent totalement transformés. Le bief est pour l´essentiel recouvert bien qu´il coule encore. Comme à Marceau-dessus, le marbre de Doussard n´est pas aussi présent que dans d´autres villages de la commune et indique toujours des constructions relativement récentes. Quelques dates portées : 1779 : linteau de fenêtre, maison (2008 C8 1305) 1781 : linteau de fenêtre, maison (2008 C8 1113) 1837 : linteau de porte, ferme (2008 C8 1243) 1839 : linteau de porte, ferme (2008 C8 1195) 1844 : bouche du four à pain du Crotton (2008 C8 1196) 1851 : linteau de porte, ferme (2008 C8 1259) 1857 : linteau de porte, ferme (2008 C8 2674) 1858 : linteau de porte, ferme (2008 C8 3143) 1878 : linteau de porte, ferme (2008 C8 1136) 1893 : fontaine d´un bassin (2008 C8 1272) 1894 : poutre, ferme (2008 C8 1336) 1905 : poutre, ferme (2008 C8 1187) 1909 : linteau de porte, ferme (2008 C8 3068)

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Situé en faible pente, sous la montagne du Charbon, entre le Nant du Chêne et la Bornette, le hameau de Marceau-dessous est en réalité un ensemble de quatre petites agglomérations. Si, pour les habitants, "Marceau-dessous" regroupe l´ensemble, le cadastre divise le hameau en deux groupes. Les deux agglomérations les plus aux nord étant réunies sous le nom de Marceau-dessous, les deux les plus au sud sous le simple nom de Marceau. Les fermes de Marceau-dessous, généralement à juxtaposition avec logement en rez-de-chaussée, ne forment pas un tissu urbain aussi resserré qu'à Verthier, Arnand ou Bredannaz. Si la majorité des encadrements sont à angle droit on trouve quelques fermes dotées d´encadrements à accolades ou chanfreinés souvent de réemploi (C8 1175, C8 1160, C8 1134). Les fermes sur cour sont rares et d´organisation plus récente (ferme C8 1243 et 1244). Comme à Arnand, certains alignements peuvent regrouper plus d´habitations que de parties agricoles ses dernières étant accolées à d´autres bâtiments. Bien que le hameau ait comporté quelques artisans ainsi que quelques commerces (mercerie-épicerie C8 1136), il n´y a pas à Marceau-dessous de maisons de maître. La croix datée de 1991 au bord de la Bornette est la seule croix de ce hameau. On compte cependant deux fours à pain. Le premier (C8 1196), situé dans le village du Crotton, date de 1844 et conserve sa voûte en molasse. Le second (C8 1236) date de 1846 et dispose également d´une voûte en molasse. Un troisième four se trouvait au village des Terriers (C8 1122). Il a été détruit et une stèle à la mémoire des résistant fusillés à Marceau-dessous le 2 avril 1944 se trouve sur son emplacement. Le hameau compte encore deux bassins couverts (C8 1121, C8 1238) et deux découverts (C8 1203, C8 1262). A ces quatre bassins, il faut ajouter un ancien bassin privé daté de 1893, cédé à la commune (C8 1272), et un bassin privé dans la cour d´une ferme (C8 1195).

F-JDT-Villages et Ecarts-Bauges

Disposition majoritaire par rapport à la penteperpendiculaire aux courbes de niveau
Trame urbaine dominantevillage à bâti lache
Matériau dominantcalcaire
Habitat permanentsite d'habitat permanent
Environnement du village ou écartprairie
Intérêt patrimonialmoyen

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. Paroissiales Doussard. BIDAL, Pierre-Damase. Etat de l'église paroissiale de saint Maurice, communes de Doussard et de Chevaline. Notice historique sur les églises paroissiales de Doussard et de Chevaline. Manuscrit de 1863 complété par Henri BOCQUET en 1979, Presbytère de Doussard.

Bibliographie
  • MARIOTTE, Jean-Yves, BAUD Henri, CHALLAMEL, Jean-Bernard, et al. Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et le lac d'Annecy. Roanne : Horvath, 1981. 672 p. ISBN 2-7171-0200-0.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme