Logo ={0} - Retour à l'accueil

École primaire et mairie, puis maison

Dossier IA73003215 inclus dans Village de Saint-Offenge-Dessus réalisé en 2013

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • fontaine
    • grange
    • étable
    • porcherie
    • poulailler
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesfontaine, grange, étable, porcherie, poulailler
Dénominationsécole primaire, mairie
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessus
Lieu-dit : chef-lieu
Cadastre : 2013 A2 260

Avant 1866, la commune possède deux petits bâtiments servant d'écoles : une école communale de garçons et une école de fille financée par des donateurs (en particulier le curé F. Richard et l'archevêque de Chambéry). Il y a une quinzaine d'élèves payants, mais ce nombre a déjà doublé en 1868 et la commune compte entre 80 et 90 enfants d'âge scolaire, pour 400 habitants, en 1887. En août 1866, l'architecte Grisard, d'Aix-les-Bains, donne un premier projet de mairie-école (14 227 F ; bordereau de prix, devis estimatif et cahier des charges en décembre 1866), sur lequel le ministère de l'instruction demande des modifications l'année suivante, en particulier la suppression de la salle de mairie qui serait installée dans l'une des deux anciennes écoles, l'autre étant vendue pour financer le projet. Le reste du financement est en partie assuré par un emprunt et par des subventions (le 9 mai 1868, la la commune emprunte 8 000 F à Jean Joris, rentier, demeurant à Saint-Offenge-Dessous, à qui elle avait déjà un emprunté 2000 le 21 août 1865 ; mais elle y renonce le 23 septembre 1866). L'emplacement de la construction est choisi à l'été 1868 (après débat sur trois propositions : les deux plans de localisation conservés dans la série O indiquent des emplacements non retenus) : il s'agit des parcelles n°25, 131, 132 et 42 entier, pré-verger et masures dont les vendeurs gardent les pierres, appartenant à Denis Effrancey, instituteur communal, et François Effrancey, tisserand. L'école est édifiée par l'entrepreneur Joseph Gelloz, charpentier (procès verbal d’adjudication le 23 mai 1868). Les Devis estimatif et devis rectificatifs du 11 octobre 1869 mentionnent, pour les parties en pierre de taille, les seuils et cadres des ouvertures taillés à la marteline avec chanfrein extérieur, en pierre dure ; deux éviers en pierre dure, en terre vernissée ou en bois dur doublé de zinc ; pour la taille de molasse : quatre cheminées et deux potagers à trois trous montés avec grilles ; le toit en ardoise ; les portes d’entrée en noyer et portes intérieures en sapin. L'école est réceptionnée le 4 avril 1871 puis le 15 juin 1871 (par Revel, architecte à Chambéry, en remplacement de Grisard "actuellement sous les drapeaux" en février 1871). A partir de 1872, l'école des filles est assurée par une sœur de l’Immaculée Conception, de Ruffieux (Savoie), grâce à un legs du curé Richard à cette communauté. Les deux anciennes écoles sont achetées par le curé Richard.

Des cabinets d'aisance en charpente (piliers en bois de châtaigner, toiture en ardoise) sont édifiés en 1879, en remplacement de cabinets provisoires. En 1881, la commune décide de remplacer l'escalier d'accès extérieur, en bois, par un escalier en pierre complété par un mur de soutènement au sud, avec deux cabinets d'aisance aux extrémités, et une cave pour l'instituteur ; seuls l'escalier et le mur sont édifiés "gratuitement par les habitants et maçons de la commune", et un garde-corps en fer posé en 1883.

A partir de 1895, la reconstruction de l'école, où le logement de l'instituteur est jugé trop exigu, et dont l'emplacement fait débat (trop excentré, trop prés du cimetière), commence à être évoquée par le conseil municipal. Les inspecteurs scolaires s'opposent à ce projet et préconisent des travaux sur l'édifice existant. Des réparations sont effectuées par Joseph Mermoz, menuisier et maçon au Montcel, et des plans et devis de travaux sont dressés le 9 novembre 1896 par l'architecte départemental Revel (8400 F). Après avoir obtenu des subventions de l'Etat, la commune vote en 1898 l'exécution de ce devis ; cependant, des avis contraires à ces travaux subsistent au conseil municipal (le conseiller François Vibert refuse de signer la délibération du 15 mai 1898 "vu la situation critique de ladite maison communal 1° situé en dehors de la commune pas une seul habitation sur toutes sa longueur du côté nord 2° ne possédant presque pas de cour 3° appuyé au cimitiere"). Une enquête commodo et incommodo est alors réalisée par M. Virand, percepteur du Montcel : la majorité du conseil souhaite le maintient de l’école à son emplacement, mettant en avant la proximité d'une source et celle de l'église, pour les élèves qui vont au catéchisme. Cependant, à la fin de l’année 1898, la commune change d'avis et un emplacement est choisi pour déplacer l'école (voir IA73003235).

Le bâtiment est vendu en 1904 (estimé 1500 F par l'architecte aixois De Bons), et transformé en maison. La partie nord de l'élévation principale était alors dotée d'une grande baie du type devanture de boutique, qui a été modifiée en fenêtre. La fontaine aurait été aménagée au milieu du 20e siècle (renseignement oral).

La grange-étable a sans doute été surélevée et modifiée à la fin du 19e siècle ou au début du 20e : angles en encadrement (portes de la grange) en parpaing de ciment et chaux.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Grisard
Grisard

Grisard, architecte à Aix-les-Bains. Auteur des plans pour le projet d'agrandissement de l'école des filles de Saint-Offenge-Dessous (73), en 1867. Auteur des plans de caveaux pour la mairie-école de Pugny-Chatenod (73) en 1867.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Revel Joseph-Samuel
Joseph-Samuel Revel

Architecte de Chambéry (architecte pour l'administration sarde puis architecte diocésain), a travaillé à la réfection de l'église de Saint-Offenge-Dessous (73) en 1861 et à la reconstruction de celle d'Épersy entre 1859 et 1864. Restaure la façade de l'église Notre-dame de Chambéry en 1864.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte départemental

L'ancienne école et mairie est construite en face de l'église, le long de la route départementale. Elle a une cave en étage de soubassement (accès par la façade latérale sud ; escalier extérieur entre le niveau de rez-de-chaussée surélevé et la cave, contre la façade sud), un rez-de-chaussée surélevé (où se trouvaient les salles de classe, séparées par un couloir axial) et un étage ; elle compte cinq travées. L'édifice est en moellon de calcaire enduit au ciment, avec des encadrements en pierre calcaire marbrière veinée, à linteaux en arc segmentaire délardé. Le toit est à croupes, en ardoise.

Une fontaine (bassin en eau) est aménagé dans la cour, devant la façade. Elle est constituée d'un bas en ciment armé moulé, de plan rectangulaire et élévation en tronc de pyramide à décor de tables échancrée en relief, avec une borne-fontaine en forme de pilier de section carrée, à décor de fleuron en relief sur les faces ; l'eau s'écoule d'un tuyau terminé en mufle de lion. Un vase-corbeille en fonte est posé sur la borne.

Une grange-étable est édifiée derrière l'école. Elle comprend une étable en étage de soubassement et une grange et remise en rez-de-chaussée surélevé, accessible depuis la route (avec une petite rampe maçonnée). Une loge à porc surmontée d'un poulailler et de nichoirs à pigeons est adossée à l'étable. L'édifice est en moellon de calcaire, avec des encadrements en calcaire ou en ciment, et un toit à demi-croupes, en ardoise.

Murscalcaire moellon enduit
calcaire moellon
ciment
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
Techniquesferronnerie
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Projet de construction d'une maison d'école et mairie (1866-1871). AD Savoie. 2O 2652.

    - 18 mars 1866. Délibération du conseil municipal. Projet de construire une mairie-école. Le curé propose de construire l’édifice pour 6500 F [un budget moyen pour ce type de construction est 12 500 F] si la commune fournit le terrain. Le propriétaire du terrain envisagé refuse de le céder. La commune propose de le déclarer d’utilité publique.

    - 11 juin 1865. Délibération du conseil municipal. L’école du village est trop petite. L’état accorde une subvention à la construction jusqu’à fin 1865. Demande au préfet de faire établir des plans et devis par l’architecte du canton.

    - 11 août 1867. Délibération du conseil municipal. Modification du projet de mairie-école. Il faut augmenter la taille du logement de l’institutrice. M. Grisard auteur du projet. Propose de conserver une des anciennes salles de classe pour la mairie et de transformer la salle de mairie du nouveau projet en troisième pièce pour l’institutrice. La vente d’une des anciennes salles de classe devrait produite 500 F (le préfet approuve).

    - 30 août 1868. Lettre du curé F. Richard au préfet. La commune va passer l’acte d’achat de la parcelle pour la mairie école. Le curé donnera 600 F et le maire et lui ont obtenu un don de 200 F du RP de la Grande Chartreuse pour arriver au prix fixé de 800 F. le curé garde l’usufruit du terrain en surplus après construction du bâtiment, cour et jardin.

    - 4 août 1868. Copie de la promesse de vente. Le terrain appartient aux frères Effrancey François et Denis : pré-verger de 14 ares, parties des n°25, 131, 132 et 42 entier, avec des masures dont les vendeurs gardent les pierres.

    - 22 juillet 1868. Lettre du préfet au maire sur le choix du terrain pour la mairie école. L’autre terrain envisagé (propriété Chanvillard, parcelle 65) est près de maisons à toits de chaumes. Proposition écartée.

    - 14 juin 1868. Délibération du conseil municipal. Emplacement de Philibert Pallatin envisagé pour l’école (parties des parcelles 117 et 118).

    - 9 mai 1868. Acte d’engagement de Jean Joris rentier propriétaire demeurant à Saint-Offenge-Dessous, à prêter 8000 F à la commune. La commune avait déjà un emprunt de 2000 F avec lui (21 août 1865).

    - 23 sept 1866. Acte de renoncement aux conditions de ce 2e prêt, par Jean Joris : la commune lui remboursera au plus vite les 2000 F pour lui permettre de se consacrer à l’école.

    - 8 décembre 1867. Lettre du maire au préfet. Demande à pouvoir construire provisoirement les cabinets en bois pour limiter la dépense.

    - 8 août 1869. Procès-verbal d’adjudication de maisons dont la vente est autorisée par le préfet. Maison et cour, actuelle école de filles, au village de l’église. Maison et cour, actuelle école de garçons, au village de l’église. Adjugées 345 F et 400 F à Richard curé.

    - 14 septembre 1868. Vente du terrain de l’école. Reçu Dégallion notaire à Aix. Denis Effrancey instituteur communal, et François Effrancey tisserand. Masure et pré verger (n°25, 131, 132 et 42 entier).

    - 23 mai 1868. Procès verbal d’adjudication de la construction de la mairie-école. 12 913 F 58 c, adjugé à Joseph Gelloz charpentier à Saint-Offenge-Dessous, pour 11 751, 36 F. (autres soumissionnaires : Noël Clerc entrepreneur à Aix, Laurent Allara entrepreneur à Annecy, Guillaume Vigliano entrepreneur à Ruffieux, Jean Daviet maître maçon à Mure).

    11 octobre 1869. Devis estimatif et devis rectificatifs. Signé Grisard. Pierre de taille, pierre dure : seuils, cadres des ouvertures taillés à la marteline avec chanfrein extérieur ; deux éviers en pierre dure, en terre vernissée ou en bois dur doublé de zinc. Taille de molasse : 4 cheminées, 2 potagers à 3 trous montés avec grilles. Toit ardoise. Planchers (plafonds ?) des deux petites caves. Portes d’entrée en noyer, portes intérieures en sapin. Cahier des charges, 3 décembre 1866. Bordereau de prix.

    - 16 mai 1871. Décompte relatif à la construction de la maison d’école. Signé Grisard.

    - 20 mars 1870. Procès verbal de réception provisoire.

    - 4 avril 1871. Procès verbal de réception définitive.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. Série 2O : 2652 Projet de construction d'une maison d'école et mairie (1866-1871).

    AD Savoie : 2O : 2652
  • AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 novembre 1860-24 février 1874. Construction de l'école du chef-lieu.

    - 12 août 1866. Projet de construction d’une mairie avec écoles (14 227 F).

    - 11 août 1867. Modification à apporter au projet de mairie-école, dressé par l’architecte Grisard, renvoyé par le ministre : demande l’agrandissement du logement de l’institutrice (3 pièces au lieu de 2) ; la salle de mairie a été supprimée du projet pour être convertie en logement pour l’institutrice, car « une des anciennes salles de classe pourrait facilement et moyennant une modique réparation être affectée à la mairie ». La commune accepte la demande du ministre, malgré l’absence de moyens ; espère que la vente d’une des anciennes salles de classe rapportera 500 F à la commune.

    - 25 août 1867. Exécution de la loi du 10 avril 1860 sur l’instruction primaire. La commune a moins de 500 habitants : elle conserve l’école spéciale de garçons ; celle des filles est maintenue mais à la charge des donateurs. Il n’y a pas d’école de hameau.

    - 3 novembre 1867. Affectation du prix d’une coupe extraordinaire de 500 sapins pour construire l’école.

    - 9 mai 1868. Acquisition de l’emplacement de l’école. Terrain appartenant à Philibert Pallatin.

    - 21 juin 1868. L’emplacement proposé par M. Pallatin est insuffisant, celui proposé par les frères Effrancey (un verger) ne convient pas à la majeure partie des habitants. Le terrain de Maurice Chanvillard présente les qualités voulues. Il est près de l’église et la commune peut utiliser une pâture communale située au nord pour l’agrandir.

    - 30 mai 1869. Au mois de novembre prochain les classes s’installeront dans la nouvelle école qui est dépourvue de cabinets d’aisance. Demande d’autorisation de coupe dans la forêt communale pour construite des cabinets provisoires en planches.

    - 20 juin 1869. Demande d’autorisation pour vendre deux petits bâtiments actuellement utilisés pour les écoles, pour en allouer le prix à la construction de la nouvelle école.

    - 14 novembre 1869. L’entrepreneur de l’école, Joseph Gelloz, est en retard, impossible d’installer les classes avant mars. L’école aurait dû être achevée pour le mois d’août précédent. La commune demande une indemnité de retard (pour payer le loyer des classes et logement instituteurs provisoires).

    - 19 février 1871. L’Architecte Grisard est actuellement sous les drapeaux et ne peut procéder à la réception définitive des travaux de la maison commune ; M. Revel architecte à Chambéry le fera à sa place.

    - 15 juin 1871 réception définitive.

    AC Saint-Offenge-Dessus
  • AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 novembre 1860-24 février 1874. Ecole de filles

    - 16 février 1868. Dépenses d’instruction primaire. Loyer de la maison Daviet pour le logement de l’institutrice

    - 5 novembre 1871. Le curé Richard a besoin d’un vicaire, qu’il va payer à ses frais : il souhaite arrêter sa contribution annuelle de 100 F au traitement de l’institutrice (augmentation de la contribution scolaire pour les filles).

    - 11 août 1872. Remplacement de l’institutrice laïque par deux sœurs de l’Immaculée Conception, de Ruffieux. Le curé Richard est mort le 8 février et a légué tous ses biens à cette congrégation à condition qu’elle envoie dans la commune deux sœurs dont une munie de son diplôme pour l’enseignement des filles, l’autre pour visiter les malades. Accepté.

    - 14 août 1887. Le conseil souhaite maintenir l’école facultative de filles (et non la réunir à celle des garçons en une école mixte) et s’engage pour cela à payer la moitié du traitement de l’institutrice. L’instituteur ne pourrait se charger seul de tous les enfants, qui sont entre 83 et 90 (la commune compte 401 habitants).

    AC Saint-Offenge-Dessus
  • AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 14 mars 1874-12 août 1888. Travaux à l'école du chef-lieu.

    - 16 mars 1879. La vente de bois a eu lieu (bois coupé et transporté) et les fonds récoltés vont être alloués à la reconstruction des cabinets. Les piliers seront de bois de châtaigner, la toiture en ardoise.

    - 2 novembre 1879. Compte de construction des trois cabinets ; estimation faite par Guérin Gelloz menuisier et charpentier. Exploitation du bois par Alphonse Porral et Pierre Barral, 44 plantes.

    - ? août 1881. Nécessité de réparations aux classes et appartements des instituteurs (90 F).

    - 13 novembre 1881. Travaux et fourniture nécessaires pour l’école : un escalier extérieur en pierre (pour remplacer celui en bois), un mur de soutènement au sud, avec deux cabinets d’aisance aux extrémités, une cave pour l’instituteur et on pourrait construire au-dessus un hangar pour la pompe à incendie qu’on veut acheter, réparer les 6 fenêtres, poser des volets, acheter du mobilier scolaire et pour l’instituteur et l’institutrice. L’école a été construite en 1868 avec un emprunt de 10 000 F contracté auprès de M. Joris rentier à Saint-Offenge-Dessous, le 9 mai 1868. Demande de subvention.

    - 13 mai 1883. Réparations à faire à la maison communale : cheminées, 3 fenêtres, plancher de la classe des filles, mobilier de l’instituteur ; crépir et doter d’un garde-corps en fer le mur de soutènement servant d’escalier pour l’entrée de la classe des garçons et édifié gratuitement par les habitants et maçons de la commune. Demande de subvention.

    AC Saint-Offenge-Dessus
  • AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 9 septembre 1888-31 août 1899. Reconstruction de la maison d’école.

    - 17 février 1895. Dans l’école actuelle, le logement de l’instituteur est trop petit. L’édifice demanderait des réparations. Il est trop rapproché du cimetière. Elle est à une extrémité de la commune. Le conseil propose de la reconstruire sur un emplacement plus central et demande des subventions.

    - 22 septembre 1895. Les inspecteurs scolaires rejettent le projet de proposent la réparation de l’édifice existant pour 1000 F. Refus de la commune.

    - 20 octobre 1895. Joseph Mermoz menuisier et maçon au Montcel a établi un devis de réparation (4886 F). Le conseil maintient sa décision du 17 février.

    - 1er décembre 1895. Dépenses imprévues à payer : blanchissage des logements de l’instituteur et institutrice par M. Mermoz du Montcel, pose de 12 carreaux à la maison commune, achat de tableaux de lecture

    - 29 novembre 1896. Plans et devis dressés le 9 novembre 1896 par l’architecte départemental Revel pour les travaux de réparation à la maison d’école (8400 F). L’état de vétusté de la maison d’école nécessite des réparations urgentes. La commune peut y affecter 1800 F et demande une subvention.

    - 18 juillet 1897. Travaux à l’école. La demande de subvention de la commune lui a été retournée car dans le devis, certains travaux sont des réparations et ne peuvent donc donner lieu à subvention. Le maire a donc fait établir un devis spécial extrait du devis général, de 7350 F (la part de la commune serait donc de 1470 F, soit 20 %), plus 1050 F (pour arriver aux 8400 F du devis général). La commune sollicite en plus 520 F du conseil général et de la commission départementale.

    - 15 mai 1898. La commune a obtenu une subvention de 4200 F sur son devis de 8400 F (dont 1050 F sont des réparations exclues des subventions et 2100 F la part de budget communal disponible). Le conseil vote l’exécution du devis en 1898 et vote l’inscription de 4200 F au budget communal (?). François Vibert, des Vauthiers refuse de signer "vu la situation critique de ladite maison communal 1° situé en dehors de la commune pas une seul habitation sur toutes sa longueur du côté nord 2° ne possédant presque pas de cour 3° appuyé au cimitiere".

    - 21 septembre 1898. Réparation de la maison d’école : enquête commodo et incommodo réalisée par M. Virand percepteur du Montcel. Le conseil rejette les arguments contre le maintien de l’école à son emplacement : elle est située au chef-lieu, près d’une source qu’il sera facile de capter pour l’amener dans la cour. Elle n’est qu’à 500 m du centre de la commune et la route et bonne. L’éloigner de l’église nuirait aux élèves qui vont au catéchisme et pourrait occasionner des conflits entre instituteur et curé. Les cours de l’école peuvent être agrandies par rectification du chemin rural passant devant la mairie. Le cimetière pourrait être déplacé, pour élargir le chemin de grande communication n°11. L’emplacement choisi par les partisans de l’école neuve n’a pas d’eau. Leur but est de déplacer le chef-lieu de la commune. Les habitants du chef-lieu, des Suavets et des Gonnards ne souhaitent pas le déplacement (or payent 5/8e des impositions de la commune) ; les habitants des autres hameaux disent fournir 4/5e des élèves...

    AC Saint-Offenge-Dessus
  • AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 septembre 1899-15 juillet 1946. 13 mars 1904. Vente de l’ancienne école, cour et jardin (A 280, 281), estimé 1500 F par l’architecte De Bons.

Documents figurés
  • Commune de Saint-Offenge-Dessus. Plan local pour l’acquisition d’un terrain devant recevoir la nouvelle maison communale / Grisard (architecte). 1 dess. : encre noire et lavis rose sur papier. Éch. 1:1000. 24,4x16,8 cm. Daté et signé : Aix-les-Bains le 6 mai 1868 Grisard (AD Savoie, 2O : 2652).

    AD Savoie : 2O : 2652
  • Commune de Saint-Offenge-Dessus. Plan local relatif à la construction d’une maison communale avec écoles pour les deux sexes / Grisard (architecte). 1 dess. : encre et lavis rose sur calque. Éch. 1:1000. 27 x 22,1 cm. Daté et signé : Aix-les-Bains le 7 septembre 1866 Grisard (AD Savoie, 2O : 2652).

    AD Savoie : 2O : 2652
  • Commune de Saint-Offenge-Dessus. Projet d’une maison communale avec écoles pour les deux sexes. Façade principale. Façade latérale. Plan des caveaux. Coupe sur AB. Plan du rez-de-chaussée. Plan du 1er étage. Cabinets d’aisance. Façade. Plan. Coupe / Grisard (architecte). 1 dess. : encre et lavis rose sur calque toilé. Éch. 1:100. 56 x 42,3 cm. Daté et signé : Aix-les-Bains le 11 décembre 1865 Grisard (AD Savoie, 2O : 2652). Mention marginale : Double.

    Suite du titre : Population de la commune 417 habitants. Nombre d’élèves garçons 40 filles 40.

    AD Savoie : 2O : 2652
  • Commune de Saint-Offenge-Dessus. Canton d'Aix-les-Bains. PROJET d’une MAISON COMMUNALE avec écoles pour les deux sexes / Grisard (architecte). 1 dess. : encre et lavis coloré sur papier. Ech. 1:100. Dim. non prises. Aix-les-Bains, le 11 décembre 1867 (AC Saint-Offenge-Dessus. Documents concernant l'école).

    Précisions annotées sur le plan : Plan des caveaux. Plan du rez-de-chaussée. Plan du 1er étage. Façade principale. Façade latérale. Coupe sur AB. Cabinets d'aisance. Plan. Coupe. Façade.

    AC Saint-Offenge-Dessus : Non classé
  • Album de photographies d'écoles primaires : arrondissement de Chambéry. Planche n°15. - Saint-Offenge-Dessus : Groupe scolaire / Georges Brun (photographe). 1 photogr. pos. noir et blanc, 24,5 x 31,5 cm. 4e quart 19e siècle, 1888 (AD Savoie, série T : 1266). Album de 56 planches. Les photographies ont été prises entre juillet et décembre 1888, par Georges Brun, photographe du Club Alpin à Aix-les-Bains.

    AD Savoie : Série T : 1266
  • ST-OFFENGE-DESSUS (Savoie) – Ancienne Mairie L. Gervais, phot.-éditeur . Lyon / L. Gervais (éditeur). 1 impr. photoméc. (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (AP Podevin).

    AP Podevin
Bibliographie
  • MENIGAUD, Christian, et al. La traversée des Saint Offenge au fil des siècles. 1ère édition : juin 2004. Albens : Imp. du Marais, 2004.

    p. 12

Liens web

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry