Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole secondaire, dite Ecole supérieure de garçons Bernascon, puis lycée, dit Lycée Bernascon, actuellement siège d'association, dit Maison des Associations

Dossier IA73002337 inclus dans Boulevard des Anglais réalisé en 2014

Fiche

Voir

AppellationsEcole supérieure de garçons Bernascon , Lycée Bernascon , Maison des Associations
Destinationssiège d'association ou d'organisation
Dénominationsécole secondaire, lycée
Aire d'étude et cantonLes Coteaux
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Les Coteaux
Adresse : 25 boulevard des
Anglais
Cadastre : 1879 C 1070 p. ; 1974 BX 119 ; 2004 BX 341

Le conseil municipal décide en 1909 la construction d’une école supérieure de garçons. L’établissement doit alors être implanté sur un terrain appartenant à la Ville, à proximité des rues Vaugelas et Cabias, au nord de l’école primaire de garçons (Délibération du 13 septembre 1909). Le bâtiment est finalement construit sur un terrain situé le long du boulevard des Anglais, acquis par la Ville auprès de Mme Bolliet au prix de 28 500 francs. Cette somme prend la forme d’un don effectué par Jean-Marie Bernascon, conseiller municipal et propriétaire de l’hôtel Bernascon. Conformément à la condition posée par le donateur, l’établissement est baptisé « Ecole supérieure de garçons Bernascon » et accueille ses premiers élèves en 1912 (Délibération du 23 mai 1910).

Dès 1907, le directeur de l’école de garçons, Cecilio Guaniayre, propose de créer une section commerciale au sein de l’établissement. Il s’agit de former un réservoir d’employés disponibles pour l’important tissu commercial et hôtelier de la ville (Délibération du 16 décembre 1907). Bien que ce ne soit pas explicite dans les documents d’archives, la création de l’internat au sein de l’école supérieure de garçons procède certainement de la volonté d’attirer et de retenir des élèves dans cette section commerciale. Malgré ces démarches et l’approbation de l’ouverture d’une section commerciale (Délibération du 10 juillet 1911), la création d’une école hôtelière, ardemment souhaitée par les hôteliers de la ville et soutenue par les directeurs successifs de l’établissement, est régulièrement refusée par la municipalité, pourtant par ailleurs soucieuse du rayonnement et de la réputation de la Ville d’Eaux en concurrence avec d’autres stations thermales. Cette contradiction semble se maintenir au sein des municipalités successives, puisqu’en 1939, le conseil municipal refuse le dédoublement d’une classe de la section générale entraînant la disparition de l’internat et de la section hôtelière (Délibération du 12 juin 1939).

Les plans du bâtiment sont dressés dès 1909 par l’architecte de la Ville, Jules Pin, et modifiés afin d’y intégrer un internat. Afin de limiter les dépenses induites par la construction d’un mur de soutènement et l’importance du remblayage nécessaire lié à la forte déclivité du terrain, l’architecte choisit d’édifier un bâtiment d’une faible surface au sol rachetée par son développement en hauteur. Ces contraintes liées à la configuration du terrain seront vivement critiquées par la suite. En effet, la hauteur du mur de soutènement avait été prévue en fonction du remblayage, qui, faute de finances certainement, n’a pas été réalisé sur la surface de la cour de récréation, créant un « trou ». Par ailleurs, la hauteur du bâtiment s’impose désormais sur les coteaux de la ville.

D’après les plans établis en mai 1911, le sous-sol, le rez-de-chaussée, les premier et deuxième étages sont occupés par les ateliers et les salles d’enseignement tandis que les étages supérieurs abritent le logement des élèves et du personnel. Ainsi, le sous-sol accueille un atelier de mécanique et un atelier de serrurerie ; le rez-de-chaussée comprend une bibliothèque, une classe de lettres et une classe d’étude et de dessin ; le premier étage compte une salle de sciences physiques, jouxtée d’un cabinet de collections scientifiques, une salle de sciences mathématiques doublée d’un cabinet de dépôt de modèles. L’appartement du directeur se situe au deuxième étage ; l’internat est placé au troisième ; les chambres des surveillants et le logement du concierge sont logés à l’étage de comble.

Dès 1911, à la demande de la Croix Rouge et conformément à l’instruction ministérielle du 5 mai 1899, le bâtiment est choisi par la municipalité pour être utilisé comme hôpital militaire dans le cas éventuel d’une guerre (Délibération du 11 novembre 1911). Ainsi, entre 1914 et 1915, l’établissement accueille des blessés militaires avant de rapidement renouer avec sa fonction d’enseignement. En effet, dès 1915, il semble que des cours commerciaux soient assurés auprès des blessés dans l’objectif d’une réorientation professionnelle (Délibération du 22 mars 1915).

Dès les années 1920, l’établissement est confronté à l’augmentation des effectifs et à la nécessité d’agrandir ses locaux. Victime de son succès, la section commerciale, devenue section hôtelière, accueille des élèves issus de l’ensemble du territoire national qu’il est nécessaire d’héberger (AC Aix-les-Bains. 4 M 6. Rapport du Directeur de l’école supérieure de garçons adressé au Maire, 14 mai 1928). Cette pénurie de locaux persiste jusque dans les années 1970 et trouve une solution à l’occasion de la construction du nouvel équipement scolaire édifié à Marlioz. Le lycée Bernascon et les établissements Vaugelas et Lamartine y sont transférés en 1981 (Délibération du 26 février 1981).

L’ancien lycée Bernascon est alors réaffecté pour abriter des associations. Les architectes Rault et Viand effectuent des travaux portant essentiellement sur une mise aux normes de sécurité. Un ascenseur est installé dans le noyau ajouré de l’escalier intérieur et un escalier en vis métallique extérieur est construit contre la façade sud.

Récemment (2014), le bâtiment a fait l'objet d'une importante campagne d’aménagements intérieurs et extérieurs qui en a modifié les accès et les circulations. La création d’une grande structure métallique contre les élévations ouest et latérales (nord et sud) a profondément transformé l’aspect général de l’édifice d’origine. L’organisation extérieure de celui-ci reste visible sur la façade sur rue (façade est).

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates1912, daté par source
1982, daté par source
2014
Auteur(s)Auteur : Pin Jules (aîné) architecte attribution par source
Auteur : Rault Pierre architecte attribution par source
Auteur : Viand Michel architecte

L’édifice prend place légèrement en retrait du boulevard des Anglais. Le muret surmonté d’une grille qui le séparait autrefois de la rue a été démoli à l’occasion des récents aménagements. Une aire de stationnement, située en contrebas de la rue, l’entoure. L'ensemble, par sa hauteur et son emplacement, s'impose dans le paysage des coteaux aixois.

Le corps de bâtiment originel est bâti en moellons de pierre enduits et couvert d’un toit à deux versants et à croupes prolongé d’un avant-toit fermé. Il compte un étage de soubassement, qui rachète l’importante déclivité est-ouest caractéristique des coteaux d’Aix-les-Bains, un rez-de-chaussée surélevé, trois étages carrés et un étage de comble qui prend le jour par des lucarnes (deux sur les élévations ouest et est et une sur chaque élévation latérale). Depuis les aménagements effectués en 2014, ce corps de bâtiment est ceint, au rez-de-chaussée surélevé, d’une large terrasse prenant appui sur une série d’arcades situées au niveau de l’aire de stationnement. Une structure métallique, recouverte d’une résille, habille la totalité de l’élévation ouest et une partie des façades latérales (nord et sud). Elle abrite les circulations horizontales et verticales entre les niveaux par l’intermédiaire de galeries et de deux escaliers latéraux rampe sur rampe. Le dispositif est complété par un ascenseur, montant de fond depuis l’aire de stationnement et logé dans la partie en saillie de l’élévation ouest. Cette saillie de la structure métallique rappelle l’organisation d’origine du corps principal qui présentait une façade ouest divisée en sept travées organisées autour d’une travée centrale en saillie. Cette dernière, aujourd’hui invisible depuis l’extérieur puisque cachée par la structure métallique, a été modifiée et se situe désormais en retrait du reste de l’élévation. Elle est percée d’une porte d’accès à chaque niveau d’élévation. Des baies libres, reprenant les formes des baies du bâtiment d’origine, ajourent la résille métallique.

La façade sur rue (façade est), très peu modifiée par les travaux effectués en 2014, témoigne de la composition des élévations d’origine. Elle est divisée par cinq travées de baies organisées autour d’une travée centrale en saillie, auparavant percée de la porte d’entrée principale. Celle-ci, aujourd’hui condamnée et transformée en fenêtre, adopte une forme cintrée et présente un encadrement orné d’une agrafe et de pendentifs. La travée centrale est couronnée par un attique, couvert d’un chaperon soutenu par des aisseliers en bois et orné de l’inscription en creux « ÉCOLE SUPÉRIEURE DE GARÇONS » et de pointes de diamant. La composition horizontale des façades est assurée par la présence de bandeaux et par un traitement différencié des baies, encadrées de béton, selon le niveau d’élévation. Les fenêtres rectangulaires du rez-de-chaussée, soulignées d’un bandeau placé dans la continuité des appuis, sont encadrées d’un décor architecturé partagé avec les baies en anse de panier du premier étage. Un entablement englobe la partie supérieure de ces dernières. Un bandeau sépare les fenêtres rectangulaires du deuxième étage de celles du troisième étage décorées d’une agrafe. Sur les élévations latérales nord et sud, une travée de baie sur trois a été comblée.

A l’intérieur, dont les accès sont désormais situés sur la façade ouest, les volumes originaux ont été segmentés et les espaces de circulation (escalier, vestibules et couloirs de distribution) ont été entièrement modifiés. L’escalier intérieur d'origine a été déplacé et remplacé et un couloir de distribution longitudinal assure la desserte à chaque étage.

Un corps de bâtiment indépendant, implanté au nord-ouest de la parcelle, complète l’édifice. Cette construction en rez-de-chaussée est bâtie en béton et couverte d’un toit terrasse doté d’un avant-toit débordant décoré de redans. La structure de ce bâtiment repose sur des piliers à chapiteaux cannelés.

Murspierre moellon enduit
métal
Toittuile mécanique (?)
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier tournant en charpente métallique
Autres organes de circulationsascenseur
Techniquesmaçonnerie
ferronnerie
Précision représentations

Décor des élévations en maçonnerie : agrafes, pendentifs, bandeaux entre les niveaux, entablement, panneaux de dessous et de dessus-de-fenêtre.

Variations de couleur de la résille métallique en fonction des conditions climatiques et des points de vue.

PLU 2007 : étoile creuse (bâti intéressant : démolition soumise à permis de démolir)

Hôpital militaire pendant la Première guerre mondiale : Hôpital auxiliaire n°11. Fonctionne entre le 20 août 1914 et le 1er septembre 1916.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • ANNEXE 1 Liste des propriétaires

    ANNEXE 1

    Liste des propriétaires

    1914 : Ville d’Aix-les-Bains

    2004 : Ville d’Aix-les-Bains

  • ANNEXE 2 Liste des matériaux employés d’après le cahier des charges rédigé par l’architecte Jules Pin en 1909

    ANNEXE 2

    Liste des matériaux employés d’après le cahier des charges rédigé par l’architecte Jules Pin en 1909

    (AC Aix-les-Bains. 4 M 6. Cahier des charges, 31 août 1909)

    -les maçonneries sont construites en moellons de premier choix provenant des carrières d’Antogex et en brique des tuileries d’Albens ou similaires

    -la pierre de taille, utilisée pour les soubassements, les perrons, les encadrements, les balcons, les consoles et l’escalier, est issue des carrières de Villebois

    -les encadrements d’ouvertures, les chaînes d’angle et la modénature sont réalisés en béton de ciment composé de ciment artificiel de Grenoble

    -la couverture est en ardoises et tout le zinc à employer doit être issu de la Société de la Vieille Montagne, de la Compagnie Asturienne ou similaire.

  • ANNEXE 3 Liste des entreprises ayant participé à la construction

    ANNEXE 3

    Liste des entreprises ayant participé à la construction

    (AC Aix-les-Bains. 4 M 6)

    -travaux légers, plâtrerie, carrelages cheminées, peinture : Massonnat Jean-Pierre, entrepreneur à Aix

    -menuiserie, planchers : Philippon Jules, entrepreneur de menuiserie à Aiguebelle

    -ferronnerie : Devaux Pierre, entrepreneur de serrurerie à Aix

    -zinguerie, plomberie, vitrerie : Dunoyer Joseph, entrepreneur de plomberie à Aix

    -gros fers, aciers et fontes : Béoni Séraphin, entrepreneur de serrurerie à Chambéry

    -charpente et couverture : Sifflet Eugène, entrepreneur de charpente à Aix

  • ANNEXE 4 Le rayonnement de l’Ecole supérieure de garçons et de la section hôtelière, en 1928

    ANNEXE 4

    Le rayonnement de l’Ecole supérieure de garçons et de la section hôtelière, en 1928

    Extrait de : Rapport du directeur de l’école supérieure de garçons adressé au Maire, 14 mai 1928. (AC Aix-les-Bains. 4 M 6)

    Les raisons qui expliquent la faveur dont jouit l’Ecole surtout en ce qui concerne la clientèle de la section d’Industrie Hôtelière résident d’abord dans la réputation d’Aix en tant que centre hôtelier.

    Les familles savent en effet, qu’Aix-les-Bains possède une gamme d’hôtels exceptionnellement riche, depuis le modeste hôtel-pension jusqu’au plus luxueux palace et que c’est chose précieuse pour les stages pratiques que les élèves y font chaque année au moment de la saison. Elles n’ignorent pas que l’Ecole d’Aix est la seule qui puisse placer tous ses élèves dans sa propre ville et donc d’exercer sur eux, durant leur stage, une surveillance salutaire.

    Aussi le recrutement de l’Ecole est-il national et nous pouvons dire avec quelque fierté que bien rares sont les départements français dont nous n’ayons pas eu à l’Ecole quelques représentant. Nous avons en ce moment en outre des élèves aixois, des jeunes gens originaires des départements suivants : Paris, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Moselle, Pas-de-Calais, Manche, Calvados, Finistère, Cotes du Nord, Seine et Oise, Seine et Marne, Loiret, Cher, Nièvre, Loire, Rhône, Ain, Saône et Loire, Doubs, Jura, Haute Savoie, Savoie, Isère, Drôme, Vaucluse, Bouches du Rhône, Var, Alpes Maritimes, Basses Alpes, Cantal, Gironde, Aude, Hérault, Alger, Oran, Tunisie.

    La réputation de l’Ecole d’Aix déborde maintenant les frontières, témoin la lettre annexée, adressée par M. Smith Reeves Administrateur de la Société des Hôtels Savoy et Claridge de Londres à M. Rossignoli.

    Le recrutement national de l’Ecole apporte une contribution précieuse à la prospérité de la Ville d’Aix :

    1°) Parce qu’il y réunit chaque année des familles qui choisissent notre ville comme villégiature de vacances pour cette seule raison qu’elles peuvent par la même occasion y visiter leurs enfants. Parce que ces familles occupent pour la plupart des situations aisées dans l’hôtellerie et que de ce fait leur influences sur la clientèle touristique est grande.

    2°) Parce que les jeunes gens que nous formons apprennent à aimer les charmes de notre cité dont ils deviennent plus tard les propagandistes bénévoles auxquels leur situation future confère une influences toute spéciale en matière de tourisme.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Aix-les-Bains. 1 D. Registre des délibérations conseil municipal.

    AC Aix-les-Bains : 1 D
  • AC Aix-les-Bains. 4 M 6. Ecole supérieure de garçons Bernascon, 1909-1912.

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • AC Aix-les-Bains. 1 M 33. Transformation du collège Bernascon en maison des associations, 1982-1983.

    AC Aix-les-Bains : 1 M 33
  • AC Aix-les-Bains. 1 M 34. Transformation du collège Bernascon en maison des associations, 1982-1983.

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • AC Aix-les-Bains. 363 W 6, n°8387. Autorisation de bâtir accordée à la Ville d’Aix-les-Bains pour la transformation du lycée Bernascon en maison des Associations, 22 février 1982.

    AC Aix-les-Bains : 363 W 6, n°8387
Documents figurés
  • Ecole supérieure de garçons. Plan d’ensemble et profil en travers. Boulevard des Anglais / Pin Jules, architecte. Aix-les-Bains, mars 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon ; x (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan du sous-sol / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 24 x 30 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan du rez-terre / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 22, 5 x 32, 5 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan du 1er étage / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 24, 5 x 32, 5 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan du 2e étage / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 25, 5 x 30, 5 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan du 3e étage / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 25, 5 x 29, 5 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Plan des combles / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 27, 5 x 33 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Ville d’Aix-les-Bains. Ecole supérieure de garçons. Coupe sur arrière-corps / Pin J., architecte. Aix-les-Bains, mai 1911. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon, encre ; 29, 5 x 23, 5 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6).

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Agrandissement de l’Ecole supérieure de garçons. Classes et ateliers / Crochon F., architecte. Aix-les-Bains, mai 1922. Ech. 1 : 100. 1 plan sur calque rehaussé : crayon, encre ; 57, 5 x 90 cm (AC Aix-les-Bains. 4 M 6)

    AC Aix-les-Bains : 4 M 6
  • Plan du niveau R-1 / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Plan du niveau R.D.C. / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Plan du niveau R+1 / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Plan du niveau R+2 / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Plan du niveau R+3 / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Plan du niveau R+4 / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Coupe AA / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Elévation sud / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Elévation est / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Elévation nord / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • Elévation ouest / Rault et Viand, architectes. [Aix-les-Bains], [1982]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 29, 7 x 42 cm (AC Aix-les-Bains. 1 M 34).

    AC Aix-les-Bains : 1 M 34
  • 1914-1915. Société Française de Secours aux Blessés Militaires. Comité d’Aix-les-Bains. Hôpital Auxiliaire n°11 / S.n. [1915]. 1 carte postale ; n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 12_004).

    AC Aix-les-Bains : Cp 12_004
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. La sortie / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_001)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_001
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. Le tennis / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_008)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_008
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. Salle des machines - Outils / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_002)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_002
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. Atelier de menuiserie / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_005)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_005
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. Atelier d’ajustage / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_007)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_007
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière. Une salle de classe / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 53_006)

    AC Aix-les-Bains : Cp 53_006
  • Aix-les-Bains (Savoie) – Ecole Supérieure Professionnelle et d’industrie hôtelière - Un dortoir / [Combier]. Mâcon : Combier, [vers 1920]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains)

    AC Aix-les-Bains
  • [Maison des Associations. Elévations est et sud. Vue depuis le boulevard des Anglais] / S.n. 1982. 1 photogr. n. et b. ; 12, 5 x 9 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 5_0137)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 5_0137
  • [Vue de la Maison des Associations depuis le boulevard de Paris] / Plassiard Robert. [Aix-les-Bains], 2004. 1 photogr. couleurs ; 10 x 15 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 41_548)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 41_548
Bibliographie
  • PALLIERE, Johannès. Les Ecoles dans l'histoire d'Aix-les-Bains de 1870 à 1914. Aix-les-Bains : Imp. de l'Avenir, 1983. 216 p. ; 24 cm (AC Aix-les-Bains : A2650).

    pp. 117-128 AC Aix-les-Bains : A2650
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Belle Elsa - Gras Philippe