Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fabrique de soieries Berne et Cie puis manufacture de foulards Sabran dit bâtiment de l'horloge actuellement logements

Dossier IA69001574 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationsusine textile
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 9e
Lieu-dit : Adresse : 2 impasse de, l'horloge, 8 rue
Sabran
Cadastre : 2010 CW 50, 51, 91, 89, 66

Cette fabrique de soieries Berne et Cie employait en 1834 plus de 300 personnes. Elle sera reprise en 1930 par la manufacture de foulards Sabran, cette dernière vendra les terrains pour la construction du lotissement de la Sauvagère. Actuellement le bâtiment de cette fabrique est reconverti en logement.

(en cours)

Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle
Dates

bâtiment tout en longueur avec un étage carré, une avancée composée de trois travée composées de trois baies en plein cintre accueille la tour horloge.

Toittuile creuse mécanique
Couvertures
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Recherche archéologique : INRAP Christian Cécillon archéologue et le service archéologie municipale de Lyon.

    Recherche archéologique : INRAP Christian Cécillon archéologue et le service archéologie municipale de Lyon.

    D’après le cadastre napoléonien (1825), la rue René Sabran n’était pas sur la commune de Saint-Rambert ; la limite

    communale passait – selon le sections – soit en limite nord de l’impasse de la l’Horloge (section A2 de St-Rambert ADR 3 P 1049) soit entre la rue de la

    Mignonne et la rue de la Villa (section E de Saint-Cyr ADR 3 P 1050). Il semblerait qu’un remaniement cadastral ait eu lieu.

    Quoi qu’il en soit, en 1825, l’impasse de l’Horloge comme la rue René Sabran (qui n’existent pas encore en tant que rues

    a proprement parlé) sont situées sur le territoire de Saint-Cyr-au-Mont’d’Or. Ce n’est qu’en 1832 que les quartiers de Rochecardon, Dargoire, Vacques et la

    Sauvagère sont annexés à la commune Saint-Rambert l’Île-Barbe avant d’intégrer la commune de Lyon en 1953. Contrairement à ce que l’on

    pourrait croire, ces terrains n’ont jamais appartenu à la commune de Vaise dont la limite nord passait plus bas, au niveau du ruisseau de Rochecardon. Du

    point de vue cartographique, pour le XIXe siècle, il faut donc se référer à la section E dite de Vacques de la commune de Saint-Cyr (aujourd’hui

    classée dans la commune de Lyon avec la cote ADR 3 P 1050).

    Pour les périodes antérieures, et le XVIIIe siècle en particulier, la documentation cartographique fait défaut (dans nos

    bases de données). Il faudrait faire des recherches dans les fonds d’archivesconcernant la juridiction de Saint-Cyr (et ce pour toute la partie du quartier

    de l’Industrie située au nord du ruisseau de Rochecardon). A priori, il n’existe pas pour St-Cyr d’atlas cartographique équivalent à celui du plan de

    mandement de l’Île-Barbe (en tout cas pas aux ADR). Il existe sans doute des plans terriers.

    Sur la feuille 2 du plan de mandement de l’Île-Barbe (ADR 10 G 3279, 1786), le terrain se situe juste à l’extérieur de la dernière parcelle (la n°37) dont la limite sud correspond à l’impasse de l’Horloge. Sur ce plan se trouve toutefois un état des lieux des parcelles voisines. Est à noter la persistance du tracé du chemin de Saint-Rambert à Lyon (déjà remplacé depuis peu par le nouveau quai, aujourd’hui quai Paul Sédallian). Il a probablement traversé des parcelles de la rue René Sabran avant le XVIIIe siècle. Pour repaire, au nord du plan, le sud du bourg de Saint-Rambert entre la rue Gilgain et la rue des Docteurs Cordier.

    Le plan géométral de la paroisse de Saint Rambert de l'Ile (ADR 2 PL 271) de 1791, n’est pas très détaillé mais on

    reconnaitra facilement les maisons de la Mignonne et de la Sauvagère. L’axe de ,l’allée correspond à l’impasse de l’Horloge. Un autre élément historique qui

    pourrait éventuellement venir compléter le contexte : du XVIe au XVIIIe siècle au moins, les bords de Saône, rive droite étaient occupés par le port de la

    Philippe (ou des Cabanes ou port de Saint-Rambert sur le plan de 1791). D’après un acte de 1610 environ, le port de la Philippe s’étendait « depuis la

    rue de la Guimière (secteur place Henri Barbusse ?) jusqu’à la croix de Vacques (croisement rue Joannès Carret, quai Paul

    Sédallian) ». Les occupations de la rue René Sabran se situaient donc à proximité de cette longue zone portuaire. Le document date de 1609-1612 mais il

    fait mention des ports en 1535, 1538 et 1560. (ref : Procédure contre Nicolas, puis Ph. de Langes et leur fermier pour le port de la Philippe

    (1609-1612) [Archives du Rhône et de la Métropole, Loth XVI, 2-5], 1584-1612. 10 G 3159], cité dans Gaillard Ch. (dir)., 2018 – Le monastère de

    l’Île-Barbe et son territoire (69009 Lyon). Rapport de programme collectif de recherches, 2018, p.79).

Références documentaires

Bibliographie
  • Pelletier Jean, Lyon, connaître son arrondissement, le 9e, Editions Lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2007, p.87, 88.

    p. 87, 88 Région Auvergne-Rhône-Alpes, SRI, site de Lyon
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine