Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA42002335 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesfour à pain, cuvage
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : Foin
Cadastre : 1818 (?) E 232 ; 1986 AI 41

L'existence d'une exploitation tenue par des parsonniers est attestée à Foin en 1599, date à laquelle leurs biens sont partagés (Lugnier, p. 33 et 92). Une première division du mas d'origine en deux fermes mitoyennes a sans doute lieu dès le début du 17e siècle, donnant naissance à l'édifice repéré ; cette division a pu avoir lieu dès 1629 (date portée, sans doute sur une pierre en remploi ; remploi de jambage à cavet dans la porte de l'étable), et avant 1688 (déclarations pour le terrier de Châtelneuf, cité par Lugnier) ou 1756 (mention d'un Charles Maisse sur le site, renseignement oral). La ferme est représentée, avec une emprise proche de l'actuelle (cour non figurée) sur le plan cadastral établi avant 1818 : 1818 E 232, maison d'Antoine Maisse (matrice). Une chaîne d'angle dans le mur de la façade sur cour indique que la partie la plus ancienne du bâtiment est la moitié sud-ouest, comprenant la grange-étable est un logement (habitation primitive ? ouvertures remaniées). Un second logis est construit ensuite dans le prolongement (date portée 1819). Antoine Maisse possédait également un petit bâtiment, de la taille d'un pigeonnier, à proximité immédiate de sa ferme (parcelle 1818 E 230, "bâtiment"), ainsi que deux moulins : 1818 E 210 (non repéré, aucun vestige) et 1818 D 288 (IA42002334, repéré). Le hameau possédait une vigne au lieu-dit le Garet dans la commune de Champdieu (renseignement oral). Des stabulations modernes ont été édifiées au sud-ouest du chemin.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Dates1819, porte la date
1629

Ferme à juxtaposition (toiture unique), à cour fermée (portail). Le bâtiment est adossé à la pente et partiellement enterré du côté nord-ouest. Le logis est situé à l'extrémité nord-est ; il a trois travées et trois niveaux (non visité, dispositions connues par témoignage oral). Son étage de soubassement, ouvert côté cour, comprend une cuisine (four à pain démoli) avec une cave voûtée sur l'arrière, et une seconde pièce (porte d'accès percée postérieurement dans le mur pignon), avec un cuvage sur l'arrière (transformé en pièce d'habitation, porte sur le mur pignon modifiée en fenêtre). Un hangar est adossé au logis sur l'arrière. Dans le prolongement se trouve la grange-étable, avec un logement à l'étage de soubassement, puis l'étable ; accès haut à la grange par le mur arrière (et porte piétonne sur cour). En retour est édifié un petit corps de bâtiment à usage de bergerie et de fenil, abrité derrière un hangar. Les murs sont en moellon de granite (enduit à joints tirés à la pointe sur la grange-étable), les encadrements en pierre de taille (arcs de décharge avec planches adossées en mitre sur les ouvertures du logis), les toits à longs pans, en tuile creuse. Inscription gravée : 1819 A M J J M (AM pour Antoine Maisse ? propriétaire en 1818). Date gravée sur une fenêtre du retour sud-ouest : 1629.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
TypologiesType A1: ferme à juxtaposition
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • LUGNIER, Antoine. Cinq siècles de vie paysanne à Roche-en-Forez, Loire (1440-1940). Réimpression de l'édition de l'Imprimerie Dumas de 1962

    p. 33, 92, 93, 95, 158
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry