Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montbrison
  • Commune Roche
  • Lieu-dit Montvadan
  • Cadastre 1818 (?) C 675 ; 1986 AR 73
  • Dénominations
    ferme
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    cuvage

Les bâtiments occupent l'emprise de parcelles bâties sur le plan cadastral dressé avant 1818 : 1818 C 673, maison appartenant à Antoine Masson, tisserand (et C 670, bâtiment appartenant à François Rondel, de Saint-Bonnet-le-Courreau). La partie la plus ancienne (16e siècle ?) du bâtiment est la partie basse (étage de soubassement et rez-de-chaussée surélevé) de la façade sud, qui présente des ouvertures chanfreinées (portes, petites fenêtres, croisée au rez-de-chaussée surélevé), des vestiges de corniche en granite, et devait avoir un aître. Ce logis a été remanié dans le 3e quart du 19e siècle (date portée 1859), avec construction d'une nouvelle façade, sur pignon, à l'est. Enfin un nouveau logis (1986 AR 276) a été édifié dans la 2e moitié du 20e siècle au sud du premier, qui a cessé d'être habité. Les dépendances (en retour d'équerre ?) sont détruites ou dénaturées. Au 20e siècle, la ferme avait une jasserie à Gouttefière (commune de Saint-Bonnet-le-Courreau), et une vigne à Montbrison, dans le quartier de Beauregard (témoignage oral).

  • Période(s)
    • Principale : 16e siècle , (incertitude)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1859, porte la date

Ferme à dépendances en retour d'équerre, à cour ouverte (?), assez largement dénaturée. Logis (non visité, disposition connues par témoignage oral) : partie sud, trois travées : étage de soubassement, cave (utilisée comme étable à certaines périodes) ; rez-de-chaussée surélevé, logis (cuisine avec cheminée à piédroits de granite et linteau de bois, four à pain) ; étage : grenier. Partie est, trois travées : sous-sol, cave à fourme (sous la cuisine, accès par une trappe) ; rez-de-chaussée et étage, logis ; comble à surcroît. Dépendances dénaturées. Les murs sont en moellon de granite, les encadrements sont en pierre de taille (assises de moellon d'appareil plus grand et joints tirés à la pointe sur la façade est). Les toits sont à longs pans en tuile creuse. Inscription dans un cartouche rectangulaire échancré sur une pierre d'angle du second logis : JEAN J.M.P / MASSON 1859 / I.C. 15 AOUT (une croix sur un petit dôme au milieu de l'inscription).

  • Murs
    • granite
    • moellon
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Typologies
    Type B1: dépendances en retour d´équerre
  • État de conservation
    remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2005 ; Dernière mise à jour en 2012
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Conseil général de la Loire
Articulation des dossiers