Logo ={0} - Retour à l'accueil

Filature et carderie Bérard

Dossier IA42000998 réalisé en 2000

Fiche

Appellationscarderie Bérard
Parties constituantes non étudiéesbains publics, bief de dérivation, maison
Dénominationsfilature
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Sail-sous-Couzan
Lieu-dit : Marancey
Cadastre : 1986 C1 255, 1439 (partie)

La carderie, établie à Marancey sur le Lignon en 1848, dont une roue en utilisait la force motrice, par les entrepreneurs Tachon et Messonier, est reprise en 1879 par Rémi Bérard qui la modernise en y ajoutant une turbine de 14 ch., et l'équipe de métiers à filer et à tisser les couvertures. En 1920, afin de s'assurer une source d'énergie supplémentaire, ses descendants achètent à la Société des forces motrices du Lignon de la Loire le site du moulin Dury, où les turbines produisaient de l'électricité. L'usine ferme cependant en 1972. A l'intérieur de la carderie un certain nombre de machines subsistent en place. Quatre salles de bains extérieures, dont l'eau était chauffée par une chaufferie attenante, prennent place dans la cour de la carderie ; elles ne sont plus utilisées. En 1895 (date portée), la famille Bérard se fait construire une importante maison de 4 étages à proximité de leur usine, l'ancien logis était au premier et second étage de la carderie. Les initiales BR et JR sont gravées au-dessus de la porte d'entrée Cette maison est aujourd'hui dépendante d'une maison de retraite attenante.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1848, daté par source, porte la date
1879
1895
1972

La carderie , est constituée de plusieurs corps de bâtiments qui s'organisent en parallélogramme autour d'une cour fermée centrale. Le bâtiment situé au nord est en pisé, plus que partiellement enduit aujourd'hui. La toiture à longs pans avec croupes est recouverte de tuiles creuses, plusieurs escaliers de distribution intérieurs, sont droits et en bois, les baies ont quant à elles un encadrement en bois. L'aile est, en retour d'équerre, est un long bâtiment vraisemblablement construit en pisé, l'ensemble de ses murs est enduit, à l'intérieur plusieurs ateliers de filature, la toiture est à longs pans avec là également des tuiles creuses. Au sud, une remise, en pisé sur rue et en bois sur cour pour l'espace aménagé en partie haute, servait de remise pour le matériel, d'aire de séchage et de transformation des fuseaux de laine en écheveaux. Le toit à longs pans supporte des tuiles creuses. Enfin à l'ouest, plusieurs petits édifices fermaient la cour. Du sud au nord nous y trouvons deux bâtiments abritant des ateliers de filature dont les murs, en brique, ont été à cet endroit, rehaussés en parpaings de béton, avec, sur l'élévation donnant sur le Lignon, des contreforts dans le même matériau ; sous le premier bâtiment s'écoule le bief. La toiture de ces constructions est à longs pans avec tuiles plates mécaniques . Dans le prolongement, 4 salles de bain en brique, dont une est aujourd'hui murée, puis un hangar où l'on trouve une chaufferie et divers matériels entreposés. Le toit en appentis du hangar a également, comme les salles de bain des tuiles plates mécaniques. La nouvelle maison de maître, située à l'extérieur, est entièrement construite en moellons de granite hormis la façade principale qui est en pierre de taille avec chaîne d'angle ; encadrement de baie et corniche en brique agrémentent les façades ordonnancées à trois travées et à deux étages carrés, pour la façade principale.

Mursgranite
pisé
brique
béton
pierre de taille
moyen appareil
parpaing de béton
Toittuile plate mécanique, tuile creuse
Étages2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
appentis
croupe
Escaliersescalier de distribution : escalier droit en charpente
Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Monnet Thierry