Logo ={0} - Retour à l'accueil

Forge ou Martinet d'Usillon ou encore moulin Crozet ou Forge Crozet

Dossier IA74000986 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéesforge, maison
Dénominationsforge
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Thorens-Glières
HydrographiesNant de Bauloz le), Fier Supérieur
AdresseCommune : Thorens-Glières
Lieu-dit : Usillon
Adresse : 3150 route des
Des Glières
Cadastre : 0F 9 0, 1622, 1627

Par arrêté préfectoral du 1er mai 1865, M. Crozet Jean Bapiste domicilié à Thorens est autorisé à détourner au moyen d´un barrage une partie du ruisseau du nant de Bauloz au lieu dit d´Usillon pour établir un martinet. Le barrage est alors établi à cinquante mètres en amont de l´ancien pont de bois du chemin vicinal de petite communication n°3 de Thorens à la Verrerie. La longueur de cet ouvrage est de onze mètres, la prise d´eau se trouve sur la rive gauche immédiatement à l´aval du barrage. On prend soin de disposer une vanne afin de contrôler le débit de l´eau canalisée par un barrage fixe réalisé en charpente appuyé sur les deux rives du ruisseau. Le canal de dérivation est alors établi entre la berge et le lit du ruisseau sur la propriété de M. Crozet qui dispose déjà d´un corps de ferme sur l´autre rive. Un canal de décharge au sorti du bâtiment du Martinet assure l´écoulement des eaux dans le canal naturel. Le précédent barrage se trouvait plus en amont du pont de bois, à environ 65 mètres et à 12 mètres du pont fixe, plus restreint le barrage n´assurait qu´une simple dérivation inclinée. Tout au long du XIXème siècle, la forge connaît un accroissement considérable ce qui permet aux propriétaires d´agrandir l´établissement industriel, ainsi des bâtiments annexes complètent l´ancien bâtiment de la forge qui devient la maison d´habitation. Le nouveau bâtiment de la forge adossé à l´ancien bâtiment se trouvait en devant de parcelle le long du chemin vicinal d´Usillon à la Verrerie de Thorens. Ensuite le martinet est transformé en scierie pour la coupe de bois. En 1906 on estime la hauteur de la chute d´eau à quatre mètres pour un débit de 95 litres par seconde. L´usine appartenant à Monsieur Crozet Maurice, délivre alors une puissance de quatre chevaux, réservés exclusivement pour la production interne de l´établissement. L´activité de l´établissement décline dans l´entre deux guerres mais le site reste un haut lieu de la résistance annexes du plateau des Glières. Dans les années 1960, les propriétaires décident de détruire le second bâtiment de la forge et le remplacer par une maison d´habitation.

Remploi
Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1865, daté par source

Le ruisseau de Bauloz est un cours d´eau de faible débit dévalant les pentes de la montagne de Landray dans la commune de Thôrens, et qui après un parcours de deux kilomètres dans la même commune va se jeter dans la rivière de la Fillière, dont il constitue un affluent de rive droite à environ 500 mètres de l´ancien pont en bois du hameau d´Usillon. Il n´existait encore sur ce cours d´eau qui traversait les propriétés de Messieurs Crozet Jean Baptiste et Héritiers Crozet Joseph aucune autre usine. Le chemin vicinal de Thorens à la Verrerie, traverse le ruisseau de Bauloz sur un pont en bois appelé le pont d´Usillon, c´est à cinq mètres à l´amont de ce pont que se trouve l'ancien martinet. Contigu à cette maison, il existe un canal couvert d´une longueur de quatre mètres ayant une hauteur de cinquante centimètres, destiné à rendre les eaux dérivées au ruisseau de Bauloz. Le bâtiment de la seconde forge a été détruit pour laisser la place à une maison d´habitation des les années 1960. De plan en L cette maison se compose d´un rez-de-chaussée, d´un étage et d´un étage sous comble. Protégé par un toit à plusieurs pans avec noues, la maison comporte une extension en appentis côté ouest qui est en fait le premier bâtiment de la forge. De plan en L, ce bâtiment comporte un rez-de-chaussée et un étage sous comble. Progressivement transformé en maison d´habitation et en garage, ce bâtiment est toujours alimenté par l´ancien bief enterré qui dérive les eaux de la source en 2010.

Murspierre
béton
enduit
Toittuile plate
Plansplan régulier en L
Étagessous-sol
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
toit à plusieurs pans
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsarbre isolé
États conservationsremanié

Le bâtiment du martinet a été reconverti en gagare adossé à une nouvelle maison d'habitation construite dans les années 1960 sur les fondations du second bâtiment de la forge. Au regard du PLU, la maison se trouve en zone Nad.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà étudier

Références documentaires

Bibliographie
  • GERMAIN, Michel. Chronique de la Haute-Savoie pendant la Deuxième Guerre mondiale. Tome 4, Le prix de la Liberté, de la bataille des Glières à la Libération. Montmelian : Ed. La Fontaine de Siloé, 2000, p.50

  • AVEZOU, R. Notes Historiques de la vallée de Thorens, et de références manuscrites (1940-1941). Avec une lettre de la Comtesse de Roussy de Sales. 1946

  • MARREZ, Bernard. Région Rhône-Aples, Les guides du XXème siècle, Edition l´Equerre. 1982

  • MARRIOTTE, J.Y., BAUD, Henri, CHALLAMEL, J.B., GUERRIER, Alain. L´Histoire des communes savoyardes, TOME III : Le Genevois et Lac d´Annecy. Montélian: Fontaine de Siloé, 1976

  • TOMASINI Philippe, Thorens, sans rien perdre de son charme et de sa tranquillité a su sortir de son engouement. 1974

  • Thorens-Les Itinéraires touristiques, Grenoble : Autum Imprimerie régionale, 1933

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir