Copyright
  • © Archives municipales de Lyon

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Lyon Guillotière
  • Commune Lyon 7e
  • Lieu-dit la Guillotière
  • Adresse 28 grande rue de la Guillotière , rue Saint-Michel
  • Cadastre 1999 AC 191-193, 198, 199 partie sud, 211-212
  • Dénominations
    groupe scolaire
  • Appellations
    Gilbert-Dru
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, préau

I - HISTORIQUE

Au début du XXe siècle, la municipalité de la Ville de Lyon décide de construire plusieurs groupes scolaires, dont un à proximité de la grande rue de la Guillotière. Une campagne de repérage est menée sur le terrain, afin de trouver quel emplacement pourrait le mieux convenir. La Ville se fixe alors sur le quartier de Bèchevelin. En 1905, des démarches sont entreprises pour l'acquisition des terrains nécessaires à la construction du groupe (AC Lyon. 923 WP 358/2. Indications d´emplacements dans les quartiers de la Buire, Béchevelin, de la Madeleine, Moncey et Boileau, 28 janvier 1905). La municipalité souhaite profiter de cette construction pour redresser et élargir la rue de la Vierge-Blanche (actuelle rue Gilbert-Dru) qui n´atteint les 12 m fixés par le plan d´alignement que dans sa partie sud (Création de groupes scolaires dans les 2e, 3e, et 8e arrondissements. Acquisition, par voie d'échange d'immeubles ou parcelles appartenant aux Hospices, nécessaires pour former l'emplacement des groupes dits des Jacobins, Béchevelin et de la rue Boileau. Groupe Béchevelin. Plan d'ensemble N° 2, 2 mars 1907. AC Lyon. 0923 WP 355 2). En 1906-1907, Lyon acquiert des parcelles, loties, entre les rues de la Vierge, Saint-Michel et la grande rue de la Guillotière : deux immeubles aux numéros 7 et 9 rue de la Vierge, appartenant respectivement à mesdames veuves Violeau et d'Armencourt, et une autre parcelle au 28 grande rue de la Guillotière, nommée logis de l'Ange, aux mains des Hospices civils ( AC Lyon, 0923 WP 355 2. Lettre aux Hospices proposant l´échange contre divers terrains communaux de Perrache des terrains nécessaires aux Groupes Béchevelin et Boileau, 8 novembre 1905 ; 0476 WP 57. Contrats d´acquisitions, 9 juillet 1906, 23 mars, 10 avril, 1er, 10, 16 mai 1907)

L´architecte Prosper Perrin est sollicité par la Ville pour la construction des bâtiments ( AC Lyon. 476 WP 57). Il a déjà travaillé pour la municipalité à la construction d'autres édifices. Il est notamment connu pour le groupe scolaire place Morel, dans le 6e arrondissement, construit entre 1884-1887. L'étude et le projet pour le quartier Bèchevelin ont lieu entre 1905-1908. Le 4 juin 1908, Perrin transmet au maire le projet définitif et les plans du groupe scolaire. En 1908, la Ville change d'architecte directeur, Perrin étant trop âgé pour conclure. Le 9 novembre, elle propose la reprise du projet et des travaux à Alexis Santu, élève de Perrin. Celui-ci les dirige jusqu'à leur achèvement, en 1924, avec une interruption en 1914-1918 à cause de la guerre.

Dès le 19 novembre, A. Santu transmet les plans du groupe scolaire à la mairie ; on peut donc penser qu´il a repris le projet de Perrin ( AC Lyon. 476 WP 53. Ecole. Groupe scolaire Béchevelin. 1908-1914). Ceux-ci sont approuvés par le conseil municipal le 8 février 1909 ( AC Lyon. 476 WP 58. Ecole. Groupe scolaire Béchevelin. 1908-1926). Le montant des travaux est fixé à 681 865 F ( AC Lyon. 476 WP 57).

En octobre 1910, les travaux de démolition des immeubles situés sur l'emplacement du futur groupe scolaire sont quasiment terminés ( AC Lyon. 923 WP 358 2). Alexis Santu présente le descriptif de son projet, insistant sur les particularités employées pour s´adapter à la forme particulière de la parcelle (annexe 1). Les adjudications sont passées en avril-mai 1911 ( AC Lyon. 476 WP 57) : maçonnerie, Matthey et Combret ; plombiers-zingueurs, Betant de la Société des plombiers-zingueurs ; Garnois de l'Union des plombiers-zingueurs ; menuiserie, Lellois et Pansu ; peinture-plâtrerie, Beverchon et Boretti ; fenestrerie, Gilardi ; serrurerie, Godard, Pelisson et Gerin ; vitrerie, Targe.

En 1912, A. Santu modifie son projet pour y intégrer l´école de dessin qui se trouvait alors rue Vendôme, ainsi que deux cabinets médicaux (annexes 2 et 3).

En 1913, toujours à la demande de la mairie, il dresse le projet d´exhaussement d´un étage du pavillon d´entrée de l´école des garçons, pour y installer un appartement de cinq pièces pour le logement du directeur de l´école : il sollicite pour ce faire l´élargissement de la surface prévue du bâtiment de 0, 50 m et la reconstruction en pierre de l´escalier en bois déjà construit. Il dresse également un devis pour l´installation du dépôt des modèles de l´Ecole de dessin, dans le grenier de l´école des garçons (AC Lyon. 476 WP 59, 7 février 1913, fig.). En janvier 1914, un logement de concierge est aménagé dans l´entresol du bâtiment des filles (Ibid., 12 janvier 1914).

En mai 1914, les travaux sont stoppés, la Ville ayant décidé d´utiliser ces locaux (ainsi que ceux de l´école du cours Lafayette également en construction) pour loger les visiteurs de l´exposition universelle (AC Lyon. 476 WP 55). Puis, en 1916, les salles de classes déjà construites sont transformées en chambres pour l'installation de militaires (AC Lyon. 476 WP 59. Etat estimatif des travaux, 4 janvier 1916). Le 10 juillet 1919, les troupes de la Légion étrangère évacuent le groupe scolaire et un état des dommages causés est dressé (Ibid.). Les projets sur l´installation de l´Ecole de dessin et le logement du directeur sont repris.

Le 11 avril 1921, A. Santu dresse une série de plans concernant les restaurations et l´achèvement du groupe scolaire (AC Lyon. 476 WP 55 ; fig.) et remet un devis le 13 juin 1921 concernant le ravalement des façades sur les rues (déjà ravalées), salies et noircies, le silicatage à deux couches de toutes les tailles des façades pour refaire leur épiderme et unifier le ton, les enduits sur pierre des façades via le lot de ciment, les parquets sur bitume sans chape, une charpente métallique, la serrurerie dont les ferme-impostes d'un modèle spécial (qui ont fait l'objet d'un concours en 1911) et les portemanteaux (Ibid.).

A partir du 4 juillet 1921, une série de marchés est passée avec des entreprises :

Gabriel Targe, entrepreneur de vitrerie, 7 place du Pont ;

Félicien Louis Matthey, entrepreneur de maçonnerie, 7 rue Childebert ;

La Société coopérative des Ouvriers ferblantiers plombiers et zingueurs, 58 rue Saint-Michel ;

André Pansu, entrepreneur de menuiserie, 21 rue d´Anvers ;

David Barnay, entrepreneur de charpente et menuiserie, Ecully.

En novembre 1922, les travaux concernant le corps de bâtiment de la conciergerie sont en cours, mais loin d'être terminés : la pose des planchers de béton est longue à mettre en place.

En mars 1923, des horloges électriques sont posées aux emplacements prévus à cet effet, par A. Drevon, 2 rue Terraille : une sur la travée d'angle des rues Saint-Michel et de la Vierge, une au fronton du grand dôme de l'escalier de l'école de garçons et une dernière sur la façade d'entrée, grande rue de la Guillotière.

En juin de la même année, A. Santu, à la demande de la Ville, établit un projet pour la mise en place de locaux pour le patronage scolaire aux rez-de-chaussée de la conciergerie et du bâtiment des garçons. Un autre projet comporte l'installation d'une clôture démontable, qui permettrait d'utiliser le préau de l'école de garçons en salle des fêtes.

En février 1924, l'architecte propose au maire un dernier projet concernant la plantation d'arbres dans les cours du groupe : dix platanes dans la cour des garçons, ainsi que quatre dans la cour de l'école maternelle, et quatre acacias dans la cour des filles (AC Lyon. 476 WP 56).

Le groupe scolaire du quartier de Béchevelin semble donc être achevé. Il comprend alors quatre corps de bâtiments et trois cours, organisés sur une parcelle en L. L'entrée principale se fait au 28 grande rue de la Guillotière, au niveau de la conciergerie de l'école de garçons. Les locaux des trois autres corps de bâtiments sont affectés aux différentes écoles. L'aile comportant le dôme de la tour d'escalier est destinée aux garçons, celle donnant sur la rue de la Vierge sert pour les filles et la dernière, longeant la rue Saint-Michel, est l'école maternelle. Chacun des bâtiments a son entrée propre.

L'ensemble du groupe est prévu pour abriter 750 élèves environ, répartis en 18 classes. Sept sont destinées à l'école de garçons, regroupant 308 élèves, huit pour l'école de filles, pour 336 élèves en tout, et finalement trois salles pour les 150 enfants de l'école maternelle.

Entre 1955-1960, des travaux sont projetés sur le préau de l'école maternelle. En 1956, l'architecte André Guénard propose l'aménagement de trois nouvelles salles. Il prévoit la transformation du préau en gymnase. Une surélévation permettrait la construction des deux autres salles : une pour des cours de dessin, et une autre pour une bibliothèque. Ces travaux ne sont cependant pas réalisés à cette époque (AC Lyon. 971 WP 12, 27 février 1956).

En 1970, une cuisine et un restaurant d'enfants sont aménagés au rez-de-chaussée de l'école maternelle. Le gymnase et ses vestiaires sont finalement construits au sein du groupe scolaire, comme prévu dans le préau de l'école maternelle (AC Lyon. 425 WP 34, 30 décembre 1969).

A partir des années 1970, jusqu'en 2000, une annexe du Collège d'Enseignement Technique Louise-Labbé est installée dans les locaux de l'ancienne école de filles, donnant sur la rue Gilbert-Dru. Dans ce cadre des stores vénitiens sont installés sur les fenêtres de cette aile en 1974, sur avis très favorable du Service de l'Architecture de la Ville.

Finalement, les derniers travaux ont lieu en 1990-1991 : les locaux de l'école maternelle de la rue Saint-Michel sont entièrement rénovés et réhabilités, et l'îlot entièrement restructuré. C'est à cette époque que la conciergerie et l´entrée de l´école des garçons, Grande rue de la Guillotière, sont démolie pour la construction des immeubles sur la parcelle adjacente. A cette occasion, l'ensemble sculpté de cet ancien bâtiment, aux armoiries de la Ville de Lyon, est déplacé sur le pignon nord-ouest de l'école maternelle, remanié à cet effet.

Les prochains changements du groupe sont prévus pour l'été 2005. Toute l'aile de l'ancienne école de filles sera réaménagée en salles de classes pour l'actuelle école primaire.

II - DESCRIPTION

Le groupe scolaire Gilbert Dru se situe à l'extrémité nord-ouest d´un îlot, sur une parcelle de plan massé, délimitée par la rue Gilbert-Dru au nord-ouest et la rue Saint-Michel au sud-ouest. Les bâtiments sont disposés autour d´une cour centrale, et flanqués d´une autre cour à l´est. L´école se compose de trois corps de bâtiments principaux disposés en U fermé : l´école des garçons orienté est-ouest, en travers de la parcelle, prolongée le long de la rue Gilbert-Dru par l´ancienne école des filles, avec le bâtiment de l´école maternelle faisant retour le long de la rue Saint-Michel. Des constructions annexes (Salle de jeux et restaurant) ferment la cour centrale au sud-est. L´école des garçons est flanquée d´une tour carrée hors-oeuvre abritant l´escalier monumental.

A l´origine, l´accès au groupe scolaire se faisait par trois entrées : l´école des garçons par la grande rue de la Guillotière et un passage abrité le long de la cour conduisant à l´escalier monumentale, l´école des filles par un portail rue Gilbert-Dru (fig.), et l´école maternelle par un portail rue Saint-Michel (fig.).

Depuis la démolition de l´entrée principale grande rue de la Guillotière, l´école ouvre au sud-est sur le square qui a été aménagé en coeur d´îlot dans le cadre de la refonte du quartier.

L´entrée de l´école maternelle a été déplacée dans le pignon sud, autrefois aveugle, et dans lequel un portail d'entrée monumental a été ouvert. Son fronton est orné de l'écusson de la Ville de Lyon déplacé de l´ancienne entrée principale de l´école des garçons, 28 Grande rue de la Guillotière, lors de la démolition de ces bâtiments. Le reste du pignon reprend le parti des façades sur rue, et s'organise dans le prolongement des architectures contemporaines qui entourent le groupe.

Actuellement, ne sont utilisés en salles de classes que les locaux de l'école maternelle ainsi que ceux de l'ancienne école de garçons. Le deuxième étage de l'école maternelle, ainsi que le bâtiment de l'ancienne école de filles sont désaffectés.

Les fondations et locaux en sous-sol sont construits en béton enduit ou en maçonnerie de moellons. Les rez-de-chaussée des façades principales sont en pierres de taille de Villebois ; les étages en maçonnerie revêtue de parements de moellons taillés ou enduites. Les murs pignons, aux angles de la parcelle, sont eux construits en mâchefer.

Les combles du groupe scolaire abritent des charpentes mixtes, en métal et bois. L'ensemble des toitures, à deux pans, est couverte en tuiles mécaniques. Seul le dôme de la tour d'escalier a gardé sa couverture d'origine, à savoir des tuiles plates de Bourgogne.

Les façades de l'ensemble des corps de bâtiments se développent sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage et un étage-attique.

Le corps de bâtiment sur rue côté Gilbert Dru, est subdivisé en huit travées. Celui donnant sur la rue Saint-Michel en comporte sept. Une travée d'angle en pan coupé relie ces deux ailes en retour.

Les façades sur rue sont soulignées d´un bandeau d´étage et d´une corniche saillante qui délimite l´étage-attique.

La tour d´escalier ouvre à l´est par un portail refait sous un arc rampant. Le vestibule conserve les deux colonnes monolithes qui marquaient l´ouverture du préau des garçons, remplacé par la salle de sport (fig.). L´escalier suspendu dessert le premier étage et donne accès au couloir qui distribue les salles de classe des trois corps de bâtiment. Un escalier tournant à retour avec jour, situé à l´angle des écoles de filles et maternelles assure également les communications. Un escalier en équerre en bois, situé à l´extrémité ouest de l´école de garçons, conduit aux combles qui conservent des moulages de l´Ecole de dessin (fig.),et au dernier étage de la tour d´escalier (fig.).

Le premier projet de l'école du quartier Béchevelin est l'oeuvre de l'architecte Prosper Perrin (1905-1908). En 1908, P. Perrin trop âgé laisse la place à son élève Alexis Santu qui construit l'édifice. Les premiers plans sont réalisés dès 1908 ; les travaux de construction, commencés en 1911, sont interrompus par la guerre. Ils reprennent en 1921 et sont achevés en 1924. L'école comprend alors 18 classes : 7 pour l'école de garçons (308 élèves), 8 pour l'école de filles (336 élèves) et 3 pour l'école maternelle (150 élèves). En 1956, Pierre Bourdeix et André Guénard présentent un projet d'agrandissement de l'école avec l'aménagement de 3 nouvelles salles et la transformation d'un des préaux en gymnase ; ces travaux sont en partie réalisés (installation du gymnase en 1969). Enfin l'école est profondément modifiée en 1990 : le corps de bâtiment d'entrée, ouvrant sur la grande rue de la Guillotière, est démoli, l'école ne conservant que les bâtiments formant l'angle entre la rue Saint-Michel et la rue Gilbert-Dru ; l'entrée de l'école maternelle rue Saint-Michel est modifiée et reçoit le fronton sculpté provenant du bâtiment démoli. La partie de l'école affectée à la maternelle est réhabilitée. En 2005, c'est l'ancienne école de filles (bâtiment rue Gilbert-Dru) qui doit être réhabilitée.

Le groupe scolaire Gilbert-Dru se situe en extrémité d'îlot. Il comporte 3 corps de bâtiment principaux en U : école maternelle le long de la rue Saint-Michel, école des filles le long de la rue Gilbert-Dru et école des garçons en retour en travers de la parcelle. Une tour d'escalier hors-oeuvre, couverte d'un dôme, abrite le grand escalier suspendu. Des bâtiments annexes ferment le U à l'est. L'ensemble s'articule autour de 2 cours. Les toitures à longs pans sont couvertes en tuiles mécaniques plates et le dôme de tuiles plates rectangulaires ; des couvertures en zinc raccordent les toitures des bâtiments à la tour d'escalier, plus élevée. Un escalier tournant à retours est situé à l'angle des écoles maternelle et des filles ; un escalier en charpente à l'extrémité ouest de l'école des garçons conduit au dernier étage de la tour. Chaque étage est composé d'une série de classes distribuées par un couloir longitudinal. ECOLE DE FILLES ; ECOLE MATERNELLE (ces 2 inscriptions se trouvent sur les linteaux des portes d'entrées des corps de bâtiment des rues Gilbert-Dru et Saint-Michel

  • Murs
    • béton
    • pierre
  • Toits
    tuile plate mécanique, tuile plate, zinc en couverture
  • Étages
    sous-sol, 2 étages carrés, étage en surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • dôme
    • toit à longs pans
  • Escaliers
    • escalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour suspendu, en maçonnerie
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
    • escalier dans-oeuvre : escalier en équerre en charpente
  • État de conservation
    bon état
  • Techniques
    • sculpture
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune