Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de parlementaire dit hôtel de Tavernost

Dossier IA01000110 réalisé en 1992

Fiche

Genrede parlementaire
Appellationshôtel de Tavernost
Destinationsmaison
Dénominationshôtel
Aire d'étude et cantonTrévoux
AdresseCommune : Trévoux
Adresse : Grande Rue 3
Cadastre : 1823 B 224, 227 ; 1984 AD 137

L'hôtel de Tavernost est mentionné le 15 mars 1770, dans le procès-verbal des visites de l'état des maisons de Trévoux, comme appartenant à monsieur de Tavernost, avocat général au parlement de Trévoux. En 1777, le plan d'alignement de la ville précise que la demeure appartient aux héritiers de monsieur de Briandas. En effet, dans le milieu du 18e siècle, Daniel _Leviste de Briandas, ancien grand bailli d'épée, commandant de Dombes, chevalier d'honneur en 1736, épouse Marie Bellet de Tavernost. Par mariage, l'hôtel revient à la famille de Briandas : la porte piétonne de cette demeure conserve une imposte en ferronnerie ornée du chiffre D.L. (Daniel _Leviste) timbré d'une couronne à sept perles. Lorsqu'en 1777 le plan d'alignement indique comme propriétaire les héritiers de monsieur de Briandas, on peut penser qu'il s'agit, entre autres, de leur fils Louis-Marie Anne _Leviste de Briandas, grand bailli d'épée et commandant de la souveraineté de Dombes. C'est de cette époque que datent plusieurs transformations de l'habitation dont la ferronnerie de la cage d'escalier. L'agrafe figurée, sur le couvrement d'arc de la porte piétonne a été bûchée. Présence de marques lithographiques sur le limon de l'escalier : M, et dans l'étage de comble : D E. Cet édifice fut pendant presque tout le 18e siècle le bailliage, lieu de résidence des baillis d'épée. Il fut ensuite le siège de la justice de paix. Actuellement, maison à logements et parties commerciales en rez-de-chaussée, très remaniées

Période(s)Principale : 18e siècle
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel constitué d'un corps principal avec façade en calcaire et élévation postérieure en pisé, murs de la cage d'escalier à pan de bois dans la partie supérieure ; corps postérieur en pisé ; crépi sur façade principale ; parcelle en lanière avec cour au milieu et puits de lumière éclairant la cage d'escalier, accessible par un vestibule ; jardin en terrasse à l'arrière ; le corps principal sur rue comprend : un rez-de-chaussée, deux étages carrés et un étage en surcroît ; le corps postérieur comprend : un étage de sous-sol, un étage de soubassement avec cave voûtée dans laquelle se trouve un four à pain et un lavoir, deux étages carrés, un étage de comble ; corps principal couvert à longs pans ; corps postérieur en appentis ; escalier, en maçonnerie de calcaire coquillier, rampe sur rampe à deux volées et repos à retour complet à gauche, terminé par une volée droite en bois ; cage ouverte avec arcs rampants sur les deux étages carrés et galeries desservant les appartements situés dans les étages carrés du corps postérieur

Murscalcaire
pisé
bois
enduit
pierre de taille
moellon
pan de bois
Toittuile creuse
Étagessous-sol, étage de soubassement, 2 étages carrés, étage en surcroît, étage de comble
Couvrementsvoûte en berceau segmentaire
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours sans jour
escalier intérieur : escalier droit en maçonnerie, en charpente
États conservationsrestauré
Techniquessculpture
ferronnerie
menuiserie
Précision représentations

tête ; enroulement ; couronne" § "support : agrafe de la porte piétonne ; support : imposte ; support : imposte

Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Hartmann-Nussbaum Simone