Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de voyageurs, Hôtel Mirabeau, actuellement immeuble dit Résidence Mirabeau

Dossier IA73001079 inclus dans Boulevard de Chantemerle réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Voir

AppellationsHôtel Mirabeau, Résidence Mirabeau
Destinationsimmeuble
Parties constituantes non étudiéesparc
Dénominationshôtel de voyageurs
Aire d'étude et cantonLes Coteaux
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Les Coteaux
Adresse : 11 boulevard de
Chantemerle
Cadastre : 1879 D 875, 877-878 ; 1973 BY 197-199

Cet hôtel a été construit par l'architecte parisien, Martinet, pour le vicomte de La Celle qui avait acquit le terrain de Louis-Marius Castellan, notaire à Riom, le 28 janvier 1907, avec l'aide de la société anonyme, Industrie foncière pour hôtels S. A. Sur ce terrain s'élevait, depuis la fin du XIXe siècle, les communs de la villa Gabrielli voisine. Le permis de construire fut déposé le 6 octobre 1908. L'hôtel, dont les travaux avaient été confiés à l'entrepreneur Bonna, fut inauguré en mai 1910. La gestion et l'exploitation étaient assurées par la société anonyme. L'établissement comptait alors 250 chambres et 100 salles de bain ; il comportait un appartement de luxe, dit appartement princier, un salon de style Louis XVI, un salon de lecture peint par Jobbi Duval et un salon de style Empire pour les dames. L'ensemble était complété par un vaste parc avec des cours de tennis, des écuries et un garage pour automobiles. L'occupation par les troupes allemandes lors de la seconde guerre mondiale se termina par l'incendie accidentel de l'hôtel le 21 août 1944, date de la libération de la ville d'Aix. Le vicomte de La Celle confia la reconstruction à l'architecte de Mégève, Henri-Jacques Le Même. Dès 1945-1946, les charpentes et toitures furent réparées et les bâtiments mis hors d'eau, mais des différends à propos de la destination de l'édifice retardèrent l'avancée des travaux, le propriétaire souhaitant convertir les ailes en appartements et conserver un hôtel dans le corps central. En 1953, l'entreprise Léon Grosse débuta la reconstruction des ailes selon les plans de Le Même et Lapeyre, pour y aménager quarante logements en copropriété. Les travaux s'étalèrent sur dix ans. Le projet d'hôtel dans la partie centrale fut abandonné et des appartements y furent également aménagés en 1980. La même année, les anciennes écuries furent transformées en garages.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Dates1909, daté par source
1945
Auteur(s)Auteur : Martinet architecte attribution par source
Auteur : Le Même Henri-Jacques architecte attribution par source
Auteur : Jobbi Duval peintre attribution par source
Personnalité : La Celle Elion de commanditaire

Cet ancien hôtel se situe sur les hauteurs de la ville. L’édifice prend place au sein d’un grand parc paysagé bordé au sud par l’ancien ruisseau des Moulins et parcouru par des promenades. L’entrée, située en contrebas et signalée par un grand portail en fer forgé portant l’inscription MIRABEAU, donne accès à une allée carrossable gravissant la pente en un lacet pour conduire au pied du bâtiment. A l’ouest, celui-ci s’ouvre sur le parc et sur le paysage et, à l’est, il donne sur une cour utilisée aujourd’hui pour le stationnement des voitures.

L’édifice se compose de deux corps de bâtiment disposés de part et d’autre d’un corps central. Le bâtiment compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un entresol, quatre étages carrés et deux étages de combles. L’élévation sur cour (est) est rythmée par vingt-cinq travées amorties par deux rangées de chien-assis (six travées pour les deux ailes latérales nord et sud, neuf pour le corps central et deux pour chacune des parties assurant l’articulation entre les différents corps de bâtiment). La composition verticale de cette façade sur cour repose sur la présence de trois avant-corps (oriels pour les corps latéraux) coiffées de terrasses, placées sur chacun des corps de bâtiment et dans l’alignement d’une porte d’entrée. Sur le corps principal, l’avancée est mise en valeur par son ampleur et par son traitement : couronnée d’une lucarne passante, elle occupe trois travées de baies réparties autour d’une travée de forme convexe percée de triplets.

L’élévation sur jardin (ouest), traitée comme la façade noble, présente une composition légèrement différente. L’articulation entre les différents corps de bâtiment est assurée par deux corps convexes coiffées d’une croupe polygonale. Afin d’offrir des points de vue sur le paysage, une partie du rez-de-chaussée surélevé s’ouvre sur une terrasse ornée d’une balustrade faisant retour sur la façade nord tandis que le quatrième étage est occupé par une galerie soutenue par des colonnes jumelées. Sur le corps central, l’entrée monumentale matérialisée par un porche couvert d’une terrasse se déploie sur la longueur de trois travées de baies faisant saillie et couronnée d’un attique portant autrefois l’inscription MIRABEAU. Le porche, accessible par deux entrées latérales, est desservi par un escalier à première volée droite suivie d’une double volée latérale. Cette entrée n’est aujourd’hui plus utilisée.

La composition horizontale des élévations repose sur le décor et sur le traitement ornemental différencié des baies à chaque niveau d’élévation. Un décor de bossages continus en table se développe sur la hauteur du rez-de-chaussée surélevé et de l’entresol. Deux frises en bas relief séparent l’entresol du premier étage et le troisième du quatrième étage ; une frise peinte, aujourd’hui partiellement effacée, prend place sous l’avant-toit. Des guirlandes et des chutes de fleurs décorent les dessus-de-fenêtre et les consoles des balcons individuels.

A l'intérieur, peu de décors ont subsisté. Dans le corps principal, un escalier monumental tournant à retours avec jour ainsi qu'un décor de moulures sur l'arc d'une baie libre située au premier palier sont encore visibles.

Mursbéton
pierre de taille
Toittuile mécanique
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, entresol, 4 étages carrés, 2 étages de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans brisés
croupe polygonale
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
Autres organes de circulationsascenseur
Typologiesvillégiature
Techniquesferronnerie
vitrail
décor stuqué
sculpture
peinture
maçonnerie

PLU 2007 : étoile pleine (bâti intéressant : démolition soumise à permis de démolir, mais seule la démolition partielle est envisageable)

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesvestibule

Annexes

  • ANNEXE 1

    Inauguration de l'hôtel Mirabeau / DELAUNAY, Emile. La vie d'Aix-les-Bains, 1910

    Développant son immense façade de cent trente cinq mètres sur les côteaux de Chantemerle, le Mirabeau dépasse en somptuosité et magnificence, tout ce que l'imagination peut rêver. On croirait à la réalisation d'une eau-forte de Piranèse, ou d'un des plus merveilleux palais des contes des Mille et Une Nuits.

    Lorsque, par la route en lacets, qui part du boulevard des Côtes, on a traversé le parc en pan incliné qui, verdoyant, s´étend devant la grande terrasse du Mirabeau où on contemple en sa magnificence le vaste panorama qui se déroule devant vos regards étonnés et ravis, on est comme ébloui. Ce panorama est à la fois grandiose et d´une fraîcheur de tons et d´une grâce incomparable ; mirifique tableau dont les yeux ne se lasse jamais :

    Les coteaux de Tresserve où d´épais feuillages sont entremêlés de prairies et de vignes ; les derniers contreforts du Revard, tachetés de sombres sapins, le lac du Bourget qui, sur la droite étend jusqu´à ses dernières limites (16 km), son onde dédoublant le ciel et qui miroite au soleil ; cet ensemble merveilleux a pour toile de fond la longue chaîne si pittoresquement dentelée du Mont du Chat, atteignant une hauteur de 1 700 mètres et les neiges éblouissantes des Alpes Dauphinoises.

    Celui qui, le premier, a appelé Aix-les-Bains la Reine des séjours et le séjour des Reines, pressentait le Mirabeau. Le Mirabeau possède, en effet, des appartements royaux d´une si incomparable richesse, d´un luxe tellement seigneurial que pas un roi, pas un prince, venant à Aix, n´hésitera à les choisir, les trouvant absolument dignes d´eux.

    Le hall, avec ses larges baies cintrées, où la lumière entre à flots, ses balcons en fer forgé, ses colonnes enguirlandées de roses, sa loggia pour les musiciens, évocation de somptueuses salles de banquets de Paul Véronèse, ses piliers d´un goût si sobre et dont le chapiteau a pour seul ornement un triglyphe, ses vasques de marbre remplies de luxuriantes verdures, enfin son pavage, dont la mosaïque est de style antique. Le hall, disons-nous, est d´un goût sobre et sévère : seules des appliques de bronze réchauffent, par leurs tons de vieil or, la blancheur immaculée des murs, la blancheur des marbres de Carrare.

    Précédé de deux petits salons (l´un de lecture, dans le style Trianon le plus pur où, parmi les rinceaux et les entrelacs sont encastrés des médaillons de fleurs signés Jobbé-Duval, l´autre Empire, destiné aux dames), le grand salon Louis XVI, avec sa correction de lignes et son ornementation discrète mais si élégante, est absolument exquis.

    Enfin, la somptueuse salle à manger très vaste et aux tables espacées offre, sur sa large frise, une suite ininterrompue de feuillages et de fleurs. Les peintures, dues aux pinceaux de Mme Louise Abbéma et MM. Landeau, Cesbron, Jouet, Biva et Allouard, n´ont pas coûté moins d´une dizaine de mille francs. Ainsi, dans de légers rehauts d´or d´une élégante richesse, ces fleurs et ces feuillages donnent un aspect riant et printanier à cette magnifique salle qui, le soir, est illuminée par plus de cent ampoules électriques.

    Le Mirabeau, c´est l´incomparable. Rien de plus pimpants, de plus frais, de plus gracieux que la décoration des chambres. Chacune d´elles possède téléphone, eau chaude et froide, électricité, chauffage central à base pression, ventilation spéciale, etc, toutes ayant à leur proximité une salle de bains, munies d´appareils d´hydrothérapie que doit, certainement, leur envier l´Etablissement thermal.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Aix-les-Bains. 24 Z. Fonds Mirabeau, 1908

    AC Aix-les-Bains : 24 Z
  • AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735. Permis de construire. Permis SOREGEP, le Mirabeau, 1979

    AC Aix-les-Bains : 336 W 47, n° 7735
  • AC Aix-les-Bains. 336 W 49, n° 7850. Permis de construire. Permis SCI Le Mirabeau (SOREGEP), le Mirabeau, 1980

    AC Aix-les-Bains : 336 W 49, n° 7850
  • AMH Lyon. Aix-les-Bains (Savoie), Inventaire des Monuments. Dossiers de recensement établis par J.-F. Esnault, 1983

    dossier n° 13
Documents figurés
  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Sous-sol / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 160 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Rez-de-chaussée / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 205 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Entresol / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 70 x 200 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. 1er, 2ème, 3ème étage / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 205 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. 4ème étage / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 205 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Combles / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 205 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Façade principale / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 85 x 210 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Façade d´entrée / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 206 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Façades latérales, côté appartement princier, côté salle à manger / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 101 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Coupe sur l´axe du hall / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 60 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Mirabeau Palace. Aix-les-Bains. Coupe sur l´axe de la salle à manger / Martinet, architecte paysagiste. Paris, 1er mars 1908. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 75 x 56 cm (AC Aix-les-Bains. 24 Z)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 0 rez-de-chaussée. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 1er. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 2e. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 3e. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 4e. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 5e. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Le Mirabeau. Aix-les-Bains. 6e. Aménagement bâtiment existant / Mailnard. Chambéry, 18 mai 1979. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan ; 60 x 105 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 47, n° 7735)

  • Aménagement bâtiment existant. Lotissement le Mirabeau. Aix-les-Bains. Plans, coupes / M. A. Zolnierzak, maître d´oeuvre. Annecy, 1980. Ech. 1 : 10. 1 tirage de plan ; 70 x 100 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 49, n° 7850)

  • Hôtel Mirabeau, [Château Durieux au premier plan]. S. l. : LL, [début XXe siècle]. 1 carte postale : coul. ; 9 x 14 cm (AC Aix-les-Bains : Cp 38_83)

  • Souvenir du Mirabeau Palace. Aix-les-Bains 1909 / G. Brun. Aix-les-Bains : GG. Brun, 1909. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38_74)

  • Aix-les-Bains. Savoie. Hôtel Mirabeau. Grand parc privé ; panorama unique au monde. Lausanne : Musy Frères, [Début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/73)

  • La Savoie Pittoresque. 59. Aix-les-Bains. Grand Hôtel Mirabeau. Aix-les-Bains : ELD, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/94)

  • Aix-les-Bains. Savoie. Hôtel Mirabeau, façade sur le lac, panorama unique au monde. Lausanne : Musy Frère et Cie, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 38/90)

  • 253. Aix-les-Bains. Le Grand Hôtel Mirabeau. Paris : ND, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/82)

  • Hôtel Mirabeau. Aix-les-Bains. La terrasse devant l´hôtel. Paris : Liva, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/185)

  • Hôtel Mirabeau. Aix-les-Bains. Les tennis. Paris : Liva, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/75)

  • 9483. Aix-les-Bains. Hôtel Mirabeau. Terrasse du Restaurant. Genève : J. j. , [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/77)

  • 9486. Aix-les-Bains. Hôtel Mirabeau. Le Restaurant. [S. l.] : [S. n.], [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/88)

  • 9485. Aix-les-Bains. Les garages du Mirabeau. [S. n.] : [S. l.], 1911. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (Coll. privée)

  • Hôtel Mirabeau. Aix-les-Bains. Le garage automobile. Paris : Liva, [début XXe siècle]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains. Cp 38/76)

Bibliographie
  • DELAUNAY, Emile. Inauguration de l'hôtel Mirabeau. La vie d'Aix-les-Bains, 1910

  • ESNAULT, Jean-François. Aix-les-Bains ou la mémoire des pierres. Paris : 1982. 250 p. multigr. : ill. ; 29,5 cm

    p. 147-149
  • ESNAULT, Jean-François, PALLUEL, André. Découvrir Aix-les-Bains et le lac du Bourget. Lyon : Patrimoine Rhônalpin, 1986. 31 p. : ill. ; 21 cm (Guide Rhônalpin du patrimoine méconnu. 7)

    p. 12-14 : ill
  • JOSEPH, Monique, NICOLAS, Adèle. Un palace : le Mirabeau. Arts et mémoire, décembre 1996, n° 7

    p. 15-26
  • Travaux de la région. La Construction lyonnaise, 1er mars 1908, t. 24, n° 5

    p. 58
  • VADAINE, Sylvie. Etude de l'architecture thermale de la ville d'Aix-les-Bains : les grands hôtels. Lyon : 1997. 2 vol. 86-314 p. multigr. : ill. ; 30 cm [Maîtrise Histoire de l'Art. Université Lyon II. 1997]

    p. 235-267
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Jazé-Charvolin Marie-Reine - Lagrange Joël - Belle Elsa - Gras Philippe