Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble résidence et hôtel de voyageurs Le Varet Arc 1 (Arc Extrême)

Dossier IA73000145 inclus dans Immeuble résidence et hôtel de voyageurs Le Varet réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

I. HISTORIQUE

Voir dossier ensemble « Varet A1, A2, A3»

II. DESCRIPTION

A. Implantation dans le terrain

Le Varet Arc Extrême comprend un corps de bâtiment (A1) pour le Club Méditerranée, composé de deux parties, comprenant :

- la partie résidentielle, s´élevant jusqu´à 7 niveaux, et comprenant 11 travées ;

- la partie collective accueil, placée en soubassement de la partie résidentielle.

B. Organisation du plan / répartition des logements

L´édifice est bâti suivant une trame carrée de 5,60, permettant de disposer un niveau de parking de voiture.

Les trois premiers niveaux se développent sous et hors de la partie résidentielle occupant une surface rectangulaire (50,00 m x 34,00 m) :

- 6 travées de 5,60 (travées A à G), + 3 travées de 5,60 (largeur de la résidence) ;

- 6 travées de 5,60 (travées 1 à 7).

La répartition des espaces s´effectue de la manière suivante :

- sous-sol ;

- niveau 1 : locaux techniques : livraison, réserves, lingerie, parking... ;

- niveau 2 : restaurant au sud, deux restaurants au nord, restaurant du personnel, night-club, locaux de cuisines ;

- niveau 3 : salle polyvalente au sud, salons et bar au centre et au nord.

Les 5 niveaux supérieurs (4 à 8) correspondent au gabarit de l´immeuble Varet, et comprennent à chaque niveau des chambres de personnels ou des chambres studios, disposés sans décalage de hauteur entre chaque travée :

- chambres de personnels, aménagées en partageant en trois la travée, soit des espaces de 1,75 m de large (profondeur 5,50 m) ;

- chambres studios, en partageant en deux la travée, soit des espaces de 2,60 de large (profondeur 7,04 m).

Le niveau 4 comprend l´accueil des parties communes, connecté directement sur la passerelle reliant les deux parties du Club Méditerranée.

C. Structure porteuse verticale et horizontale

Dalles et murs de refend en béton armé.

D. Escaliers / coursives : distributions horizontales et verticales

Coursives

La coursive centrale est horizontale, le sol recouvert de moquette, les murs d´un crépis blanc; des éclairages indirects par des lampes néons placées derrière des planches horizontales fixées à distance des murs.

E. Terrasse (garde-corps)

Terrasse

Chaque travée de chambre ou studio se prolonge par une terrasse d´une profondeur de 1,40 mètre.

L´ossature de la terrasse est mixte, en béton armé et en charpente bois, conçue de la manière suivante :

- au droit de chaque refend, une console en béton armé supporte les solives bois ;

- la dalle béton armé du niveau du studio se prolonge à l´extérieur, en forme de U largement ouvert, pour reprendre pour partie les efforts des consoles en béton armé, et structure la sous face de la terrasse supérieure ;

- deux solives bois prennent appuis sur les consoles en béton armé, placées parallèlement à la façade, pour soutenir le plancher. La troisième solive est placée en tête des consoles béton ;

- le plancher est placé perpendiculairement à la façade, sur ces trois solives, avec une très légère pente pour l´évacuation des eaux.

L´ossature des garde-corps est en charpente bois. L´ensemble constitue une « seconde façade » composée des pièces suivantes :

- des poteaux verticaux (section 22/22 cm) placés et fixés au droit de chaque console béton à une distance de 1,40 m des façades (la largeur des terrasses) ;

- une solive fixée en tête des consoles béton , formant cale et protection / habillage des consoles béton armé.

Garde-corps et séparations

Les garde-corps sont maintenus par une « seconde façade » constituée par des poteaux bois verticaux placés au droit des consoles béton.

Les poteaux sont maintenus aux têtes des console par des fixations métalliques, placés au niveau de l´assemblage entre deux poteaux.

Le garde-corps est d´un modèle comparable à celui employé pour les garde-corps déjà installé sur les chantiers précédents sur les immeubles du village du Charvet (Arc 1800), composé de deux parties indépendantes : la main courante en bois, et le barraudage métallique peint en bleu.

Le garde-corps fait en deux parties :

- l´une en ferronnerie (peinte en bleu pour les façades sud, peinte en rouge sombre pour les façades nord), composée d´un barraudage vertical arrondi aux extrémités et fixé au plancher et aux poteaux bois par des équerres métalliques ;

- l´autre en bois : la main courante ; c´est un madrier de bois placé à l´horizontale ; à chaque extrémité, il présente une encoche à mi-bois qui enserre les poteaux verticaux sur lesquels il est maintenu.

Ainsi les deux parties du garde-corps sont indépendantes et permettent de laisser un bandeau horizontal libre pour dégager la vue de celui qui est assis sur l´une des banquettes intérieures.

F. Couverture / toiture

La couverture est un porte-neige en bois, posé sur une ossature en bois, reposant elle - même sur une dalle béton.

Le bâtiment est couvert par une toiture concave, formant signal.

G. Façades et baies

Bâtiment A1

Logements sud et nord

Chaque logement est équipé d´une baie vitrée fixe, d´une porte vitrée qui ouvre sur la terrasse, et d´un panneau de façade recouvert de bardage.

Chaque travée comprend deux façades de logements.

J.-F. LYON-CAEN/C. SALOMON-PELEN

AppellationsLe Varet Arc 1
Parties constituantes non étudiéesparc de stationnement, restaurant
Dénominationsimmeuble, hôtel de voyageurs
Aire d'étude et cantonLes Arcs - Bourg-Saint-Maurice
AdresseCommune : Bourg-Saint-Maurice
Lieu-dit : Arc 2000
Adresse : Varet
Cadastre : 1988 K11 982

Arc Extrême (bâtiment A1) est l'une des trois parties du Varet, 1er programme réalisé dans la ZAC d'Arc 2000. Le projet est élaboré en 1977 pour le compte de la SNC Le Varet (société rattachée à la SMA, présidée par R. Godino, maître d'ouvrage de l'opération). La conception est due à B. Taillefer qui travaille en collaboration avec A. Chedal, du bureau d'études COGEM (bureau d'études de la SMA). C. Perriand est associée à la définition du projet. Le permis de construire est accordé en août 1978. La mise en service du Club Méditerranée a lieu à Noël 1979 dans le bâtiment Arc Extrême (A1 : parties collectives du centre) et dans une partie de la résidence du Varet (A2 : les chambres studios) en attendant qu'en 1984, soient construit deux immeubles à Arc 2000 (Arc 2) face au Varet. Le Club Méditerranée ne conserve alors que l'immeuble Arc Extrême (A1) qui fait l'objet d'adaptations étudiées par l'équipe du Groupe des Arcs, et un permis de construire est accordé en novembre 1984. En 1999, le Club Méditerranée entreprend la rénovation des parties communes (parties inférieures du A1).

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1977, daté par source
Auteur(s)Auteur : Perriand Charlotte architecte attribution par source
Auteur : Taillefer Bernard architecte attribution par source
Personnalité : Godino Roger commanditaire

Arc 1 Extrême est un édifice conçu pour abriter les parties communes du Club Méditerranée. La construction suit une trame carrée de 5,60 m de côté, permettant à la fois de disposer un niveau de parking de voitures en souterrain, d'aménager de vastes espaces collectifs et au-dessus d'aménager des chambres pour les personnels. Les trois premiers niveaux se développent sous et hors de la partie résidentielle occupant une surface rectangulaire. Les 5 niveaux supérieurs correspondent au gabarit de l'immeuble Varet, et comprennent à chaque niveau des chambres de personnels ou des chambres studios, disposées sans décalage de hauteur entre chaque travée. La toiture concave en forme de tremplin de saut de ski, cherche à former un signal, à l'entrée même de la station d'Arc 2000.

Murscrépi
essentage de planches
béton armé
Toitbois en couverture
Étagessous-sol, 7 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à un pan
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit
Autres organes de circulationsascenseur
Typologiesimmeuble perpendiculaire à la pente, coursive centrale
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AM Bourg-Saint-Maurice. Dossier de permis de construire

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Lyon-Caen Jean-François - Salomon-Pelen Catherine