Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)

Dossier IA00141332 réalisé en 2014
Dénominationsvoie ferrée
Aire d'étude et cantonAuvergne
Adresse

La ligne Clermont-Ferrand - Eygurande-Merlines (Corrèze) par Laqueuille en direction de Tulle, classée comme chemin de fer d'intérêt général, est déclarée d'utilité publique en juin 1868.

Après de longues négociations concernant le tracé à choisir pour la création de cette ligne (voir annexes), les différents tronçons, Clermont-Ferrand - Volvic, Volvic - Laqueuille et Laqueuille - Eygurande-Merlines, font tous les trois l'objet d'une convention de concession en août 1872 : ils dépendent alors de la compagnie Clermont-Tulle. En décembre 1877, l'Etat rachète l'ensemble. Toute la ligne est ouverte "à tous trafics" en juin 1881. Elle est alors exploitée par l'Etat qui, par convention, la cède de nouveau, cette fois à la compagnie PO (Paris - Orléans) en juin 1883.

A partir de la gare de Laqueuille, cette ligne permettait l’accès aux stations thermales de la Bourboule et du Mont-Dore pour les voyageurs arrivant en gare de Clermont. Jusqu'au début du 20e siècle, il fallait alors prendre des diligences affrétées spécialement ; à partir de 1900, le tronçon de chemin de fer Laqueuille - le Mont-Dore est ouvert au trafic (voir dossier IA00141335).

Sur les 15 stations auvergnates de la Cellette, Bourg-Lastic – Messeix, Laqueuille, Bourgeade, la Miouze – Rochefort, les-Rosiers-sur-Sioule, Pontgibaud, Saint-Ours-les-Roches, le Vauriat, Volvic, Chanat, Durtol – Nohanent, Royat - Chamalières, Clermont-Ferrand – la Rotonde, Clermont-Ferrand, celles de la Cellette, Bourgeade, les-Rosiers-sur-Sioule, Saint-Ours-les-Roches et Chanat sont actuellement fermées.

L'avenir d'une partie de la ligne, en 2015, est assez incertain : si les trains circulent encore jusqu'à Laqueuille depuis Clermont, la partie ouest de la ligne entre Laqueuille et Tulle par Eygurande - Merlines, a été fermée à la circulation par SNCF Réseau pour des raisons de sécurité en juillet 2014. N'ayant pas fait l'objet de travaux depuis, elle pourrait ne pas être rouverte.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

La ligne Clermont - Tulle parcourt, transversalement, la moitié ouest du département du Puy-de-Dôme. Elle a été classée dès l'origine comme chemin de fer d'intérêt général.

Elle représente, entre Clermont-Ferrand et Eygurande-Merline une longueur d'environ 87 km (et pour la partie auvergnate de la ligne, de Clermont à la sortie de la Cellette, près de 84 km) ; soit, par section, environ 20 km entre Clermont et Volvic ; un peu plus de 44 km entre Volvic et Laqueuille et 22 km de Laqueuille à Eygurande.

Il s'agit d'une ligne à double voie, non électrifiée, de Clermont à Volvic (un peu au-delà de la gare, jusqu'à l'embranchement avec l'ancienne ligne de Volvic à Lapeyrouse), puis à voie unique, non électrifiée, depuis cet embranchement de Volvic jusqu'à la Cellette.

Annexes

  • Guide Joanne 1883 : Clermont-Ferrand-Bourg-Lastic

    p. 375 : Le chemin de fer de Tulle, qui s'embranche à Clermont-Ferrand sur la ligne de Paris à Nîmes, se dirige directement vers le S., puis à Beaumont où il croise la route du Mont-Dore, remonte vers le N. O., en s'élevant graduellement. Royat. La voie ferrée franchit le vallon de la Tiretaine sur un viaduc long de 165 m, haut de 21 m (11 arches), laisse Chamalières à 1 km à dr. et croise la route de Clermont à Rochefort. Durtol. Suivant toujours le flanc de la montagne, la voie oblique à g. en face de Nohanent et passe dans les tunnels du puy Charmont (185 m), de la Tête-Noire (200 m) et de Varrou (384 m) p. 376 Après avoir dépassé Sayat, ... on passe dans le tunnel de l'Etang (104 m) et on croise la route de Volvic à Pontgibaud. Volvic, ... traversant la pointe de la chaîne importante du puy de la Nugère, et, obliquant à g. vers Marcenat, la voie laisse au S. le Puy de la Nugère, ... passe auprès du puy de Pauniat (904 m) et, contournant la ligne des puys, décrits dans la route de terre de Volvic à Pontgibaud (R. 112), arrive sur le plateau et descend vers le S. Vauriat, ham. La voie ferrée, croisant la route de Pontgibaud, traverse le large courant de lave vomi par le volcan de la Louchadière, que l'on aperçoit à g. Saint-Ours-les-Roches, station à peu près à égale distance de Saint-Ours, au N., et du hameau des Roches, au S., sur la route de Clermont à Pontgibaud. Bientôt croisant la route, et traversant l'extrémité de l'importante coulée de lave du puy de Côme, on entre dans la vallée de la Sioule. Pontgibaud. On remonte la charmante vallée de la Sioule, parallèlement à la route de Pontgibaud à Rochefort. Les Rosiers, halte, sur la rive g. de la rivière et en face de Saint-Pierre-le-Chastel, sur la rive dr. Cette station dessert les mines de galène argentifère qui alimentent en partie la fonderie de Pontgibaud. La Miouse-Rochefort, station un peu en aval du point où la Sioule reçoit la Miouse. On quitte la vallée de la Sioule pour celle de son affluent, et laissant à g. la route de Rochefort et à dr. celle d'Herment, on suit la rive g. de la Miouse dont le cours se dirige vers le S.-O. Bourgeade-Herment, ... Saint-Sauves - Laqueuille [voit. de corresp. (chemin de fer en construction) de Laqueuille à la Bourboule et au Mont-Dore.] La voie ferrée passe dans la vallée de la Clidane, puis au port sec des mines de Messeix. Tunnel de Messeix (75 m). Bourg-Lastic - Messeix, ...

  • Royat illustré, 1884 : guide pittoresque et médical en Auvergne.

    p. 262 Ligne Clermont-Tulle : Royat ; Montjuzet ; Durtol ; Volvic ; Pontgibaud ; Chartreuse de Port-Sainte-Marie ; Miouze-Rochefort ; Laqueuille (château).

  • Guide Joanne 1892 : France, Auvergne, Morvan, Bourbonnais, Velay, Cevennes.

    p. 97 Ussel - Eygurande -Laqueuille - Clermont. Bourg-Lastic - Messeix ; la voie ferrée croise la route de Bourg-Lastic, remonte la vallée de la Clidane, passe par le tunnel de Messeix (75 m) puis à côté d'un puits de houillère, franchit 5 fois la rivière dont la gorge très boisée est si étroite qu'il n'y a la place que pour la voie souvent en tranchées et pour le cours d'eau. On croise la Clidane près du hameau de [Close] en laissant sa source à dr. Laqueuille, au pied de la banne d'Ordanche. Cette station dessert la Bourboule et le Mont-Dore auquel elle sera plus tard réunie par un embranchement de chemin de fer... Le chemin de fer suit d'abord à distance puis longe la rive g. de la belle vallée de prairies de la Miouze (vue pittoresque de Laqueuille et de la Banne d'Ordanche) et croise de petits ruisseaux. La vallée se resserre. Bourgeade ... La gorge de la Miouse avec ses rochers, ses beaux bois de hêtres, ses petits bassins de prairies, est très pittoresque ; de distance en distance apparaissent à dr. les grands escarpements noirs des Puys ; à gauche Heume-l'Eglise. Pénétrant dans la région des Puys on quitte la vallée de la Miouse pour celle de la Sioule, qui plus loin se réunissent près de la station de la Miouse. On croise la route d'Herment à Rochefort. La Miouse-Rochefort, station située un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouse dessert Herment ... La voie ferrée suit au N. sur la rive g. la jolie vallée de la Sioule (beaux escarpements à dr.). Les Rosiers-sur-Sioule, cette halte dessert des mines de galène argentifère ... la voie descend la vallée de la Sioule. Pontgibaud (château ... mines ...) La voie ferrée passe devant le château ... Saint-Ours-les-Roches ... vue intéressante des maisons, pâturages du plateau qui porte [les] puys de Louchadières, Chopine, [vue ?] sur le puy de Dôme et son observatoire ; par un temps sombre ou nuageux, ce panorama est sinistre. Le Vauriat ... au-dessous des carrières de Volvic. Volvic ... Vue magnifique sur la Limagne et les Monts du Forez. On borde en corniche la montagne, ... très belles échappées de vue sur la Limagne. Tunnel de l'Etang. A g., Sayat. Franchissant ravins sur ravins (très pittoresques) on passe respectivement dans les tunnels de Var[oux] (384 m), de la Tête-Noire et du Puy-Charmont. En face de Nohanent, on oblique à dr. en descendant toujours le long de la montagne, sapins, hêtres, région très belle, très boisée. Durtol, station à moitié masquée par un fouillis de verdure. En sortant de la gare, on a une vue magnifique de la Limagne, des Monts du Livradois et du Forez ... Viaduc long de 165 m, haut de 21 m (16 arches) sur le vallon de la Tiretaine. Royat, le chemin de fer décrit une grande courbe qui laisse voir Clermont et ses églises sur toutes leurs faces. Cette descente de Royat à Clermont qui est fort belle, est infiniment plus intéressante que le parcours par l'une ou par l'autre route de voiture. On passe dans un petit tunnel. Clermont.

  • Guide Joanne 1893 : Le Mont-Dore et les eaux minérales d'Auvergne, ...

    p. 96 Ligne Paris - Le Mont-Dore via Clermont - Paris. De Clermont au Mont-Dore : chemin de fer : courbe vers le N.-O. et gravit en formant des lacets, les pentes dominées par le puy Montaudou ; Royat on franchit la Tiretaine sur un viaduc long de 165 m ... descente ... Durtol, ... la voie court vers le N. et passe successivement dans les tunnels de Puy-Charmont (185 m), de la Tête-Noire (200 m), de Varrou (384 m), à dr. Sayat, tunnel de l'Etang (104 m) à la sortie duquel on aperçoit un instant, à g. le puy de Dôme et à dr. la ville de Riom. Volvic ; contourne le puy de la Nugère, passe au S. du puy de Paunia, arrive sur le plateau d'où on voit à dr. la ville de Riom (splendide panorama), Vauriat, traverse cheire de la Louchadière, dont on aperçoit à g. le cratère ; Saint-Ours-les-Roches, traverse l'importante coulée de lave du puy de Côme puis atteint la Sioule. Pontgibaud ... Les Rosiers-sur-Sioule dessert les mines de galène argentifères du hameau des Rosiers. La Miouse-Rochefort ... Bourgeade-Herment, à g. on aperçoit le sommet du pic de Sancy ; Laqueuille : station de correspondance avec la Bourboule et le Mont-Dore (omnibus pour chacune de ces stations).

  • Guide Joanne 1901 : Auvergne et Centre.

    p. 145 Ligne Eygurande - Clermont, avec correspondance pour Le Mont-Dore. Bourg-Lastic - Messeix ; ... la voie ferrée remonte la vallée de la Clidane, passe dans le tunnel de Messeix (75 m) et franchit plusieurs fois la rivière dans une gorge étroite et très boisée, la dernière fois près du hameau de Cluze, en laissant sa source à dr. Laqueuille d'où part l'embranchement desservant la Bourboule et le Mont-Dore, est une station ... Le chemin de fer suit d'abord à distance puis longe la rive g. de la belle vallée de prairies de la Miouse (vue pittoresque de Laqueuille et de la banne d'Ordanche. La vallée se resserre. Bourgheade, hameau. La gorge de la Miouse est très pittoresque ; de distance en distance apparaissent, à dr., les grands escarpements noirs des Puys. A g. Heume l'Eglise, ... à dr. château de Rioux. Pénétrant dans la région des Puys on quitte la vallée de la Miouse pour celle de la Sioule, qui plus loin se réunissent près de la station de la Miouse. En avant on aperçoit le puy de Dôme et toute la chaîne des monts Dômes. La Miouse-Rochefort, station située un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouse, dessert Rochefort ... [description]. p. 446 : La voie ferrée suit au N. sur la rive g. la jolie vallée de la Sioule (beaux escarpements à dr.). Les Rosiers-sur-Sioule halte, en face Saint-Pierre-le-Chastel ... Cette halte dessert les mines de galène argentifère alimentant en partie la fonderie de Pontgibaud. La voie descend la vallée de la Sioule parallèlement à la route de Rochefort. Pontgibaud, ... sur le penchant de la coulée de lave du puy de Côme, dont l'extrémité plonge dans le lit de la Sioule, en formant de pittoresques accidents, est dominé par un château féodal ... A g. sur une hauteur pittoresque, château de Pontgibaud et vue du bourg. La voie ferrée quitte la vallée de la Sioule pour couper l'extrémité de la cheire du puy de Côme et monter sur la coulée de lave de Louchadière. Saint-Ours-les-Roches ; vue intéressante sur les maigres pâturages du plateau qui porte les puys de Louchadière, Chopine, etc., sur le puy de Dôme et son observatoire. La voie, s'avançant au N. fait un immense circuit. Le Vauriat (vue très étendue à g.), est dominé à l'E. par le puy de Louchadière (1200 m), volcan ... Contournant les puys boisés dominés par le puy de la Nugère, on revient au S., au-dessous des carrières de Volvic ... Vue magnifique sur la Limagne et les monts du Forez. Gare dominée à l'O.- S.-O. par le puy de la Nugère (994 m) ... On borde en corniche la montagne, et, après avoir traversé les collines de débris des carrières de lave, on suit un plateau offrant de très belles échappées de vue sur la Limagne. Tunnel de l'Etang (104 m), à g. Sayat. Franchissant ravins sur ravins (très pittoresques) on passe dans les tunnels de Varrou (383 m), de la Tête-Noire (200 m) et du Puy-Charmont (185 m). Chanat, hameau. En face de Nohanent, ... on oblique à dr. en descendant (4 tunnels) toujours le long de la montagne, région très belle, très boisée (chataîgneraies). Durtol-Nohanent, château ... En sortant de la gare, on a une vue magnifique sur la Limagne, les monts du Livradois et du Forez ... Viaduc en lave (16 arches) long de 165 m sur le vallon de la Tiretaine. Royat. Le chemin de fer décrit une grande courbe qui laisse voir Clermont et ses églises sous toutes leurs faces. Cette descente de Royat à Clermont, qui est fort belle, est infiniment plus intéressante que le parcours par l'une ou l'autre route de voiture. On passe par un petit tunnel. Clermont.

  • Guide national et catholique du voyageur en France, 1901 : (...) stations balnéaires, (...) : réseaux d'Orléans-Etat et du Midi et lignes en correspondance.

    p. 616 Ligne Eygurande-Merlines - Clermont-Ferrand : Bourg-Lastic - Messeix ; pèlerinage, eaux minérales, promenades - Laqueuille ; Bourgheade, commune de Briffons ; Miouze-Rochefort commune de Gelles (dessert Gelles …, Saint-Pierre-Roche ; Rochefort-Montagne, Orcival, … description ; Nébouzat ; Cisterne-la-Forêt ; Aurières) ; Les Rosiers-sur-Sioule , commune de Saint-Pierre-le-Chastel ; Pontgibaud, au pied de la coulée ou cheire des laves du puy de Côme, fonderie de plomb, porte XIIe s., église. A son hameau de Château-fort, eaux minérales bonnes pour l'anémie et la chlorose, château, fontaine d'Oule : eaux ferrugineuses, fontaine de Javelle, ... eaux de Chalusset, ... (la gare dessert dans le Puy-de-Dôme : Cisterne-la-Forêt, Chapdes-Beaufort, Bromont-Lamotte : eaux minérales gazeuses de Chalusset) ; Saint-Ours-les-Roches, commune de Saint-Ours : puits ... ; Le Vauriat (commune de Saint-Ours) (dessert Chapdes-Beaufort : ... eaux minérales acidulées, Manzat ...) ; Volvic : ... histoire [patrimoine] ... A 4 km de la gare : Enval, eaux minérales, gorges formées par l'Ambène ; 1h5 Saint-Genès-l'Enfant : belles sources, ... ; Chanat-la-Mouteyre ; Durtol ; Nohanent commune de Durtol : viaduc sur la Tiretaine de 21 m de haut et de 11 arches ; Royat : hôtels, sources ... histoire [patrimoine] détail des sources, ... ; Clermont-Ferrand.

  • Guide du voyageur en France, Joanne 1907 : réseaux Orléans, Midi, Etat.

    p. 188 Ligne Eygurande-Merlines - Clermont-Ferrand : Bourg-Lastic Messeix ; tunnel ; on quitte la Clidane ; Laqueuille ; (930 m altitude bourg hauteur ; vallée de la Miouse ; Bourgheade, région des Puys, vallée de la Sioule ; en avant puy de Dôme et chaîne des Monts Dôme. La Miouse-Rochefort ; Rochefort-Montagne ; Rosiers-sur-Sioule ; Pontgibaud (sur le penchant de la coulée de lave du puy de Dôme (...) ; Saint-Ours-les-Roches ; le Vauriat (dominé à l'E. par l'ancien volcan ou puy de Louchadière) ; Volvic ; (vue magnifique dominée par le puy de la Nugère dominé lui même par le puy de Jumes ; Chanat ; tunnels ; Durtol (vue en descendant sur la Limagne) ; viaduc à 16 arches sur le vallon de la Tiretaine ; Royat ; petit tunnel ; Clermont.

  • Guide Joanne 1910-1911 : Auvergne : Bourg-Lastic-Laqueuille

    p. 189 Ligne Paris - Laqueuille - Le Mont-Dore. Eygurande-Merlines : les trains directs venant de Paris-Montluçon font un tête-à-queue en gare d'Eygurande pour suivre à l'est la ligne de Laqueuille ... Bourg-Lastic - Messeix, gare isolée dans la gorge, au croisement d'une route ... La voie continue à remonter la vallée de la Clidane, passe dans le tunnel de Messeix (75 m) et franchit plusieurs fois la rivière par une gorge étroite et très boisée, la dernière fois près du hameau de Cluze, en laissant sa source à dr. On débouche sur le plateau qui forme le faîte entre la Clidane (versant de la [Dordogne]) et la Miouze (versant de la Loire). Laqueuille, ... L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne.

  • Guide Joanne 1910-1911 : Clermont-Ferrand-Laqueuille

    p. 182 [de Clermont-Ferrand à Laqueuille] De Clermont à Volvic : la voie décrit un grand circuit autour de Clermont jusqu'à Royat, puis s'élève au N.-O au flanc des monts Dôme (une des plus belles vues des chemins de fer français ; se placer à dr. dans le wagon ; ce trajet est décrit en sens inverse R.16 B/) A 4 km au-delà de Volvic, la ligne de Laqueuille se détache de celle de Montluçon, au pied du puy de Pauniat (804 m), et, après avoir contourné par un immense circuit l'extrémité N. de la chaîne des Puys, se recourbe vers le S.-O. On découvre toujours des vues très étendues à dr., tandis qu'à g. se profilent les silhouettes caractéristiques des puys. La voie est tracée dans les roches et les scories volcaniques. Le Vauriat, station près de laquelle on croise la grande route de Clermont à Pontgibaud ; à l'E. se dresse le puy de Louchadière (1200 m), volcan qui a contribué pour sa part à la coulée de Volvic et en a envoyé une autre, une des plus considérables de toute l'Auvergne, dans la direction opposée jusqu'à la vallée de la Sioule vers Pontgibaud. Au-delà du Vauriat la voie traverse ces vastes "cheires" de Louchadière. A g. vue intéressante sur le puy de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme et son observatoire, etc. Saint-Ours-les-Roches. La voie descend rapidement en longeant à dr. la coulée de Louchadière ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Côme et débouche sur le versant dr. de la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant (à dr.) une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. La gare est à 1500 m plus loin. Pontgibaud, ... p 184 : la voie remonte la jolie vallée de la Sioule sur la rive dr. et p. 185 passe au pied de Saint-Pierre le Chastel (à g.). Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour en remonter la rive g. la Miouze-Rochefort, station située un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouze, dessert (10 km, ...) Rochefort-Montagne, ... La voie remonte la vallée de la Miouze très pittoresque. Bourgeade. Heume-l'Eglise. La vallée de la Miouze s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la Banne d'Ordenche [sic, = d'Ordanche]. Laqueuille.

  • Guide bleu 1910-1911 : section Clermont-Ferrand Volvic

    [Section Volvic-Clermont R.16 B/] : p. 152, gare isolée à flanc de montagne, à 4 km 5 et à 300 m au-dessus du bourg de Volvic, ... la gare est dominée à l'O.- S.-O. par le puy de la Nugère, ... p. 153 : Ce puy est lui-même dominé au S. par le puy de Jômes (1163 m), l'un des volcans qui ont autrefois vomi les inépuisables coulées de lave de Volvic. De la gare de Volvic, pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, on découvre déjà une vue immense sur Riom, la Limagne et au loin les monts du Forez. Mais cette vue devient plus belle encore et varie à chaque tournant de la descente merveilleuse de Volvic sur Clermont. Dans ce trajet de 20 km, la voie se déroulant en corniche sur le flanc E. de la chaîne des Puys, s'abaisse de plus de 350 m. Tunnel de l'Etang (104 m). A g. Sayat, ... Franchissant ravins sur ravins (très pittoresques), on passe dans les tunnels de Varrou (384 m), de la Tête-Noire (200 m) et du Puy-Charmont (185 m). Chanat. En face de Nohanent, ... on oblique à dr. en descendant toujours à flanc de montagne (4 tunnels) ; région très belle, très boisée (châtaigneraies). Durtol-Nohanent. En sortant de la gare on a une vue magnifique sur la Limagne, les Monts du Livradois et du Forez ; plus loin le regard embrasse dans son ensemble Royat et son viaduc, puis la ville de Clermont toute entière et un vaste vignoble. Viaduc en lave (16 arches), long de 165 m, sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à dr. Royat. Le ch. de fer décrit autour de Clermont une grande courbe qui laisse voir sous toutes ses faces la ville dominée par sa cathédrale. Ce circuit de Royat à Clermont termine dignement cette magnifique descente à flanc de la chaîne des Puys qui est un des plus beaux tronçons des ch. de fer français. On passe dans un petit tunnel. Clermont-Ferrand.

  • Guide Bleu 1920 : Auvergne.

    p. 244 Clermont-Ferrand - Le Mont-Dore : au départ de Clermont le chemin de fer décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre sous tous ses aspects. Royat. On passe sur un viaduc en lave de 16 arches long de 165 m jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de la Limagne, dominant à dr. des panoramas admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic, est l'un des plus remarquables des chemins de fer français ; sur un parcours de 20 km, la ligne, se déroulant en corniche sur le flanc g. de la chaîne des Puys, s'élève de plus de 350 m. L'oeil embrasse d'abord dans son ensemble Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin, l'horizon est fermé par les monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent ... la voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat ; à dr. dans une gorge pittoresque, ombragée de beaux chataigniers, Sayat, ... On franchit de multiples tunnels et de nombreux et très pittoresques ravins. A dr., on découvre une vue immense. Volvic. La gare, isolée à flanc de montagne, est pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, à 700 m d'altitude... On laisse à dr. la ligne de Montluçon et la station de Charbonnières-les-Varennes pour contourner par un immense circuit, l'extrémité N. de la chaîne des Puys. La voie, tracée dans les roches et les scories volcaniques, se développe en direction S.-O. ; vues très étendues à dr., silhouettes caractéristiques des puys à gauche. Le Vauriat, à l'est puy de Louchadière à 1200 m d'altitude, volcan qui a contribué pour sa part à la coulée de Volvic ... ; au-delà du Vauriat, la voie traverse ces vastes cheires de Louchadière, en majeure partie cultivées. A g. vue intéressante sur le puy de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme et son observatoire, etc. ... Saint-Ours-les-Roches : à côté de la gare, importante usine électro-métallurgique. La voie descend rapidement en longeant la coulée de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Côme et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant (à dr.), une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. Pontgibaud, ... sur le penchant de la coulée de lave du puy de Côme, dont l'extrémité plonge dans le lit de la Sioule, en formant de pittoresques accidents, ... La voie remonte la joile vallée de la Sioule sur la rive dr. et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel. Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour remonter la rive g. La Miouze-Rochefort, station un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouze ... La voie remonte la vallée de la Miouse très pittoresque. Bourgeade. Heume-l'Eglise. La vallée de la Miouze s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la Banne d'Ordanche. Laqueuille. L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne.

  • Guide Bleu 1920 (suite)

    [Clermont-Ferrand - Volvic]: p. 244. Au départ de Clermont le chemin de fer décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre sous tous ses aspects. p. 245 Royat. On passe sur un viaduc en lave de 16 arches long de 165 m jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de la Limagne, dominant à dr. des panoramas admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic, est l'un des plus remarquables des chemins de fer français ; sur un parcours de 20 km, la ligne, se déroulant en corniche sur le flanc g. de la chaîne des Puys, s'élève de plus de 350 m. L'oeil embrasse d'abord dans son ensemble Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin, l'horizon est fermé par les monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent ... la voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat ; à dr. dans une gorge pittoresque, ombragée de beaux châtaigniers, Sayat, ... On franchit de multiples tunnels et de nombreux et très pittoresques ravins. A dr., on découvre une vue immense. Volvic. La gare, isolée à flanc de montagne, est pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, à 700 m d'altitude.

  • Chemin de fer de Paris à Orléans, 1922 : Auvergne (Puy-de-Dôme et Cantal).

    [n. p. ] Ligne Eygurande-Clermont : pittoresques gorges du Chavanon et de la Clidane ; Laqueuille (bifurcation) ; Pontgibaud (château) ; Volvic (Tournoël) ; viaduc des Fades ; Châteauneuf-les-Bains ; Royat ; Clermont-Ferrand.

  • Baudelot et Cie, 1928 : Auvergne, chemin de fer de Paris à Orléans.

    [n. p. ]Ligne Eygurande-Clermont : gorges du Chavanon et de la Clidane ; Laqueuille (bifurcation sur le Mont-Dore) ; Pontgibaud (château) ; Volvic (Tournoël) ; Viaduc des Fades ; Châteauneuf-les-Bains ; Royat ; Clermont-Ferrand.

  • Paris-Orléans Railway of France, 1930 : Auvergne.

    [n. p.] Ligne Eygurande-Clermont : "Volvic which is connected with the well-known spa of Chatel-Guyon by a motor car service (...)".

  • Guide Bleu 1935 : Clermont-Bourg-Lastic

    p. 250 : La Cellette, … La voie remonte la gorge rocheuse et boisée de la Clidane. Bourg-Lastic - Meisseix, gare isolée dans la gorge desservant Bourg-Lastic et Messeix. A dr. installation des houillères de Messeix. La voie continue de remonter la vallée de la Clidane, toujours pittoresque, puis débouche sur le plateau (930-950 m) qui sépare le bassin de la Dordogne de celui de la Loire. Laqueuille, bifurc. pour la Bourboule et le Mont-Dore, ... De là à Clermont-Ferrand. p. 311 : [Clermont-Ferrand - Laqueuille] En quittant Clermont, ... la ligne décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre à dr. sous tous ses aspects. Royat, ... On passe sur un viaduc en lave de 16 arches, long de 165 m, jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de La Limagne, dominant à dr. des panoramas* admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic, est l'un des plus remarquables des chemins de fer français ; sur un parcours de 20 km, la ligne se déroulant en corniche sur le flanc E. de la chaîne des Puys, s'élève de plus de 350 m. L’œil embrasse d'abord, dans son ensemble, Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin, les monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohament [sic, = Durtol-Nohanent], station desservant les deux localités. La voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat. On franchit de multiples tunnels et de nombreux ravins. A dr. on découvre une vue immense. Volvic, ... autobus en été pour Châtel-Guyon. La gare, isolée à flanc de montagne, est pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, à 760 m d'alt. Le bourg de Volvic, ... est desservi par le chemin de fer local, ... On laisse à dr., la ligne de Montluçon et la station de Charbonnières-les-Varennes pour contourner par un immense circuit l’extrémité N. de la chaîne des Puys. p. 312 La voie, tracée dans les roches et les scories volcaniques, se développe en direction S.-O. : vues très étendues à dr., silhouette caractéristique des puys à g. Le Vauriat. La voie traverse les vastes cheires de Louchadière, en majeure partie cultivées. A g. vue intéressante sur le puy de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme et son observatoire, etc. ... Saint-Ours-les-Roches : à côté de la gare, importante usine électro-métallurgique. La voie descend rapidement en longeant la coulée de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du Puy-de-Dôme (à g.) et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant à dr. une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. Pontgibaud. La voie remonte la jolie vallée de la Sioule sur la rive dr. et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel (à g.). Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour en remonter la rive g. La Miouze-Rochefort, station un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouze, desservant (10 km S., corresp.) Rochefort-Montagne. La voie remonte la vallée de la Miouze très pittoresque. Bourgeade. La vallée de la Miouze s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la Banne d'Ordanche. Laqueuille, ...

  • P.O-Midi : livret-guide officiel 1936 T1 : De Paris à la Loire et à la Garonne : section Laqueuille -Clermont-Ferrand

    p. 58 : Les grandes transversales A/ Ligne de Bordeaux à Clermont-Ferrand (par Périgueux et Brives) 1- Par la Portière ... p. 59 D'Ussel à Clermont-Ferrand … Eygurande-Merlines : la ligne suit les gorges du Chavanon, remonte la Gorge de la Clidane. Au-delà de Laqueuille embranch. pour la Bourboule et le Mont-Dore la voie descend dans la vallée de la Miouze, puis suit la vallée de la Sioule, avant d'arriver à Pontgibaud, ... 6 km après ce village, vue à dr. sur la chaîne des Puys, que l'on contourne. Volvic, au pied du Puy de la Nugère (994 m) correspondance automobile pour Châtel-Guyon, en saison thermale. De Volvic à Clermont-Ferrand, l'on verra se dérouler maintenant un des plus beaux panoramas de France : la voie court en corniche sur le flanc de la chaîne des Puys, on croise Chanat et Durtol-Nohanent ; cette dernière ville est une station climatique ; on découvre successivement des vues inoubliables sur la Limagne, sur les monts du Livradois et du Forez, sur Royat, ... et enfin sur Clermont-Ferrand.

  • Guide Bleu 1949 : Auvergne.

    p. 22 : De Paris à la Bourboule et au Mont-Dore: A- Par Clermont et Laqueuille. Voitures directes pendant la saison. En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille - Le Mont-Dore décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre à dr. sous tous ses aspects. Royat. On passe sur un viaduc en lave de 16 arches long de 165 m, jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de la Limagne, dominant à dr. des panoramas admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic est l'un des plus remarquables des chemins de fer français, sur un parcours de 20 km, la ligne, se déroulant en corniche sur le flanc E. de la chaîne des Puys, s'élève de plus de 350 m. L'oeil embrasse d'abord dans son ensemble Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin les Monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent. La voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat. On franchit de multiples tunnels et de nombreux ravins. A dr. on découvre une vue immense. Volvic, gare isolée à flanc de montagne, et pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, à 760 m d'altitude. On contourne par un immense circuit l'extrémité N. de la chaîne des puys. Puis la voie, tracée dans les roches et les scories volcaniques, tourne en direction du S.-O. ; vues très étendues à dr. (silhouettes caractéristiques des puys à g.). Le Vauriat. La voie traverse les vastes "cheires" de Louchadière, en majeures parties cultivées. A g., vue intéressante sur le puy de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme et son observatoire. Saint-Ours-les-Roches : à côté de la gare, importante usine électro-métallurgique. La voie descend rapidement en longeant la coulée de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Dôme (à g.) et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant (à dr.) une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. Pontgibaud ; la voie remonte la jolie vallée de la Sioule sur la rive dr. et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel (à g.). Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour en remonter la rive g. La Miouse-Rochefort, station un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouse, ... La voie remonte la vallée de la Miouse, très pittoresque. Bourgeade ; la vallée de la Miouse s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la banne d'Ordanche. Laqueuille. L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne.

  • Guide Bleu 1949 : section Bourg-Lastic Laqueuille

    DE BRIVE A CLERMONT. p. 40 . On remonte la gorge rocheuse et boisée de la Clidane. Bourg-Lastic - Messeix, gare isolée dans la gorge, desservant à 4 km N. Bourg-Lastic et à 3 km S. Messeix et ses exploitations houillères. De la haute vallée de la Clidane, la voie débouche sur le plateau (930-950 m) qui forme faîte entre la Clidane (versant de la Dordogne) et la Miouze (versant de la Loire). Laqueuille, ... où se détache au S. l'embranchement de la Bourboule et du Mont-Dore, ... 64 km de Laqueuille à Clermont-Ferrand, magnifique parcours contournant, sur la dr., la chaîne des Dômes, ... v. p. 22-23.

  • Guide Bleu 1957 : Clermont-Ferrand-Laqueuille

    p. 24 En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille - Le Mont-Dore décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre à dr. sous tous ses aspects. Royat, ... On passe sur un viaduc, en lave, de 16 arches, long de 165 m jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de la Limagne dominant à dr. des panoramas admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic, est l'un des plus remarquables des chemins de fer français ; sur un parcours de 20 km, la ligne, se déroulant en corniche sur le flanc E. de la chaîne des puys s'élève de plus de 350 m. L'oeil embrasse d'abord dans son ensemble, Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin, les monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent, ... La voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat. On franchit de multiples tunnels et de nouveaux ravins. A dr. on découvre une vue immense. Volvic, gare isolée à flanc de montagne et pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys, à 760 m d'alt. ... On laisse à dr., la ligne de Montluçon et on contourne par un immense circuit l'extrémité N. de la chaîne des puys. Puis la voie, tracée dans les roches et les scories volcaniques, tourne en direction S.-O. ; vues très étendues à dr. (silhouettes caractéristiques des puys à g.). Le Vauriat. La voie traverse les vastes "cheires" de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Dôme (à g.) et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant (à dr.) une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. Pontgibaud. La voie remonte la jolie vallée de la Sioule sur la rive dr. et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel (à g. ). Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour en remonter la rive g. La Miouze - Rochefort, ... La voie remonte la vallée de la Miouze très pittoresque. Bourgeade. La vallée de la Miouze s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la Banne d'Oranche. Laqueuille. L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne. A g. s'élève la Banne d'Ordanche. Laqueuille.

  • Guide Bleu 1957 : Bourg-Lastic-Clermont-Ferrand

    p. 42 : On remonte la gorge rocheuse et boisée de la Clidane. Bourg-Lastic - Messeix, gare isolée dans la gorge desservant à 4 km N. Bourg-Lastic et à 3 km. S. Messeix et ses exploitations houillères. De la haute vallée de la Clidane, la voie débouche sur le plateau (930-950 m) qui forme faîte entre la Clidane (versant de la Dordogne) et la Miouze (versant de la Loire). Laqueuille, où se détache au S. l'embranchement de la Bourboule et du Mont-Dore. De Laqueuille à Clermont, magnifique parcours contournant, sur la dr. la chaîne des Dômes, V. p. 24 (en sens inverse). Clermont-Ferrand.

  • Guide Bleu 1970 : section Clermont-Le Mont-Dore

    [id. 1949] p.24 De Paris à la Bourboule et au Mont-Dore: A- Par Clermont et Laqueuille. En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille - Le Mont-Dore décrit autour de la ville, dominée par sa cathédrale, une grande courbe qui la montre à dr. sous tous ses aspects. Royat. On passe sur un viaduc en lave de 16 arches long de 165 m, jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. La voie s'élève au-dessus de la plaine de la Limagne, dominant à dr. des *panoramas admirables ; ce trajet jusqu'à Volvic est l'un des plus remarquables des chemins de fer français, sur un parcours de 20 km, la ligne, se déroulant en corniche sur le flanc E. de la chaîne des Puys, s'élève de plus de 350 m. L’œil embrasse d'abord dans son ensemble Royat et son viaduc, la ville de Clermont tout entière ; au loin les Monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent. La voie monte à flanc de montagne dans une région très belle et très boisée. Chanat. On franchit de multiples tunnels et de nombreux ravins. A dr. on découvre une vue immense. Volvic, gare isolée à flanc de montagne, et pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys [à 760 m] d'altitude. On contourne par un immense circuit l'extrémité N. de la chaîne des puys. Puis la voie, tracée dans les roches et les scories volcaniques, tourne en direction S.-O. ; vues très étendues à dr. (silhouettes caractéristiques des puys à g.). Le Vauriat. La voie traverse les vastes "cheires" de Louchadière, en majeures parties cultivées. A g. vue intéressante sur le puy de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme, son observatoire et sa tour de télévision. Saint-Ours-les-Roches : à côté de la gare, importante usine électro-métallurgique. La voie descend rapidement en longeant la coulée de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Côme (à g.) et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant (à dr.) une très jolie vue sur Pontgibaud et son château. Pontgibaud. La voie remonte la jolie vallée de la Sioule sur la rive dr. et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel (à g.). Les Rosiers-sur-Sioule. On croise la rivière pour en remonter la rive g. La Miouse-Rochefort, station un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouse, ... La voie remonte la vallée de la Miouse, très pittoresque. Bourgeade. La vallée de la Miouse s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la banne d'Ordanche. Laqueuille. L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne. A g. s'élève la banne d'Ordanche. Saint-Sauves. A dr. s'ouvre la profonde vallée de la Dordogne vers laquelle on descend par une combe de prairies. La voie contourne à g. la colline de Murat-le-Quaire avec son vieux château ruiné et s'engage dans une profonde tranchée courbe. La Bourboule. La voie s'élève sur la rive dr. de la Dordogne puis traverse la rivière et court sur la rive g. dans une très belle vallée aux versants couverts de forêts de sapins et de hêtres, séparées par des coulées de prairies. Le Mont-Dore. p. 39 [Bourg-Lastic-Laqueuille]. Bourg-Lastic-Meisseix, gare isolée dans la gorge, desservant Bourg-Lastic et à 3 km au S. Messeix et ses exploitations houillères. De la haute vallée de la Clidane, la voie débouche sur le plateau (930-950 m) qui forme faîte entre la Clidane (versant de la Dordogne) et la Miouze (versant de la Loire). Laqueuille, où se détache au S. l'embranchement de la Bourboule et du Mont-Dore.

  • Guide Bleu 1979 : Auvergne.

    p. 91 Ligne Clermont - Le Mont-Dore. [Description en partie idem à 1949 et années qui suivent]. En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille décrit autour de la ville dominée par sa cathédrale une large courbe qui la montre à dr. sous tous ses aspects. Royat-Chamalières : la voie franchit un viaduc en lave de 16 arches, long de 165 m jeté sur le vallon de la Tiretaine où Royat s'étage à g. ; panoramas sur la plaine des Limagnes. L'oeil embrasse d'abord dans son ensemble Royat et son viaduc, la ville de Clermont toute entière, au loin les monts du Livradois et du Forez. Durtol-Nohanent : la voie monte à flanc de montagne dans une région très boisée. Chanat, nombreux tunnels et ravins, à dr. on découvre une vue immense. Volvic, gare isolée à flanc de montagne, et pour ainsi dire suspendue à l'extrémité N. de la chaîne des Puys ; bifurcation pour Lapeyrouse et Montluçon, ... Variante de Volvic à Lapeyrouse : Charbonnières-les-Varennes. Manzat. Les Richards. Les Ancizes - Saint-Georges. Les Fades : halte établie à la tête du viaduc, côté Volvic. Du viaduc on aperçoit deux barrages établis sur la Sioule, l'un en amont (barrage des Fades), l'autre en aval (barrage de Chambonnet). Saint-Priest-Sauret. Saint-Gervais-Chateauneuf. Goutières. Youx. La Bouble : halte desservant les mines de la Bouble, qu'on aperçoit au fond de la vallée. Saint-Eloy-les-Mines. Lannet. Lapeyrouse. On contourne par un immense circuit l'extrémité N. de la chaîne des Puys. Puis la voie tracée dans les roches et les scories volcaniques tourne en direction du S.-O. Vues très étendues à dr. (silhouettes caractéristiques des puys à g.). Le Vauriat. La voie traverse les vastes "cheires" de Louchadière, le puy Chopine, le puy de Dôme, son observatoire et sa tour de télévision. Saint-Ours-les-Roches : à côté de la gare, usine électro-métallurgique. La voie descend rapidement en longeant la coulée de Louchadière (à dr.) ; plus bas elle coupe l'extrémité inférieure de la cheire du puy de Côme (à g.) et débouche sur la vallée de la Sioule où l'on découvre un instant Pontgibaud et son château. Pontgibaud. La voie remonte la vallée de la Sioule et passe au pied de Saint-Pierre-le-Chastel (à g.). Les Rosiers-sur-Sioule. La Miouse-Rochefort : station un peu en aval du confluent de la Sioule et de la Miouze, ... La voie remonte la vallée de la Miouze. Bourgeade. La vallée de la Miouze s'épanouit en un beau bassin de prairies. A g. apparaissent Laqueuille et la banne d'Ordanche. Laqueuille. L'embranchement du Mont-Dore se dirige au S. pour gagner la vallée de la Dordogne.

  • "Chemin de fer Clermont - Tulle. Rapport de l'Ingénieur en chef", 1864 (AD 63 - S 1031).

    "Chemin de fer Clermont - Tulle. Rapport de l'Ingénieur en chef", 1864 :

    "Un projet de chemin de fer allant de Clermont à Tulle [Corrèze] par Pontgibaud, Ussel [Corrèze] et Egletons [Corrèze], avec embranchement d'Ussel à Bort, a été présenté le 31 juillet 1861 [par un] Ingénieur des Ponts et Chaussées dans l'intérêt d'une Compagnie. Le 23 octobre de la même année, [le] concessionnaire du bassin houiller de Singles présentait un second projet partant également de Clermont, ne se séparant du premier qu'après la traversée des Monts-Dore et suivant la vallée de la Dordogne par Bort [Corrèze], Saint-Projet [?], Argentat [Corrèze], Beaulieu [Corrèze] jusqu'à la station de St-Denis [Lot], sur le chemin de Périgueux à Montauban. [...] Les Ingénieurs [...] ont présenté [...] les motifs qui les portaient à donner la préférence à la ligne de Clermont à Tulle, non plus avec embranchement d'Ussel sur Bort, mais avec embranchement partant d'Eygurande [Corrèze], passant par Singles, Bort [Corrèze], le bassin houiller de Champagnac [Cantal], et finissant à Vendes [Cantal, commune de Bassignac], au pied de la rampe qui conduit à Mauriac [Cantal]."

  • Propositions de différents tracés, 1864 (édition) (BCU Clermont-Ferrand - A 34 961).

    - "Chemin de fer de Clermont à Bordeaux. Tracé par la vallée de la Dordogne et Saint-Denis. Tracé par les plateaux de la Corrèze et Tulle avec embranchement sur Vendes. Rapport de la commission d'enquête du Cantal par Gabriel Dubreuil", Clermont-Ferrand : typographie Mont-Louis, 1864.

    En 1829, l'inspecteur des Ponts & Chaussées, M. Brison, émet l'idée d'un chemin de fer qui devra remplacer le projet de navigation sur la Dordogne.

    En 1830-1848 : des dépenses assez considérables sont affectées, mais sans utilité notable, au balisage de la Dordogne.

    En 1858 : le département du Puy-de-Dôme sollicite une voie ferrée Clermont-Bordeaux par la vallée de la Dordogne.

    En 1860, les premières notes d'études sommaires sont produites. Rapidement, des oppositions naissent sur le choix du tracé de la ligne. Deux projets sont élaborés : 1. ligne Clermont - Eygurande - Tulle - Bordeaux avec un embranchement pour desservir Vendes et le bassin houiller de Champagnac. 2. tracé Clermont - Eygurande - Vendes - Saint-Denis. L'un des arguments essentiels pour le tracé de la vallée de la Dordogne est la desserte du bassin houiller de Champagnac afin de lui permettre des débouchés vers l'ouest et le nord-ouest. Les autres arguments sont : le développement des relations entre la Basse et la Haute-Auvergne, le développement des richesses forestières et agricoles du Cantal, le développement minier, etc.

  • Note pour la Cie du chemin de fer de Clermont à Tulle, 1875 (AD 15 - 5S 53).

    - Note pour la Compagnie du chemin de fer de Clermont à Tulle (par Dareste, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation), 1875 : "[...] tout révèle, de manière à ne laisser aucun doute, que l'établissement de la ligne de Clermont à Tulle a été considéré comme une entreprise d'intérêt public général, et que l'embranchement de Vendes a eu pour objet le trafic du bassin houiller de la haute vallée de la Dordogne, notamment des mines de Champagnac. [...] il n'est pas exact que le transport des houilles de Champagnac n'ait eu pour la Compagnie de Clermont à Tulle qu'une importance accessoire. Il faut dire, au contraire, que la Compagnie attachait à ce trafic une importance capitale, et que, si elle s'est décidée à traiter, c'est précisément en vue de ce trafic. [...]"

  • Mémoires adressés par la Cie de chemin de fer de Tulle à Clermont au ministre des Travaux publics, 1875 (BCU Clermont-Ferrand - A 10 196).

    - 1875 : plaquette renfermant lettres et mémoires adressés par la Cie de chemin de fer de Tulle à Clermont au ministre des Travaux publics. (Paris : impr.Paul-Dupont, 1875).

    Ces lettres ont pour but de s'oppposer à la demande de la Société anonyme des mines de Champagnac qui souhaite faire modifier le projet (retenu) du chemin de fer Clermont - Tulle - Bordeaux afin que celui-ci passe par le bassin houiller de Champagnac (pour qu'il ait des débouchés sur Bordeaux). Le projet retenu initialement par les lois du 19/07/1868 et du 03/08/1872 proposait de relier le bassin de Champagnac à la ligne Clermont - Tulle en reliant ce bassin à cette ligne par une voie industrielle (voie étroite) soit la voie Vendes-Eygurande.

    D'après la plaquette, le ministre des travaux publics semble avoir donné satisfaction à la Société anonyme des mines de Champagnac et d'avoir accordé la construction d'une ligne Champagnac - Saint-Denis-les-Martel.

  • Rapport relatif à la ligne Clermont - Tulle, 1875 (BCU Clermont-Ferrand - A 70 185 / III-8).

    TALLON, Eugène."Chemin de fer de Clermont à Tulle. Rapport relatif à la concession d'une ligne de chemin de fer de Champagnac à Saint-Denis-les-Martel et à l'exécution de la ligne de Clermont à Tulle". Lu au Conseil général du Puy-de-Dôme dans la séance du 08/04/1875. Clermont-Ferrand : Mont-Louis, 1875.

    - 15/02/1875 : présentation à l'Assemblée nationale par le ministre des Travaux publics d'un projet de loi ayant pour objet d'accorder à la Société des houillères de Champagnac la concession d'un chemin de fer à voie étroite entre Champagnac et Saint-Denis-les- Martel, par la vallée de la Dordogne, afin d'exploiter le bassin houiller de Champagnac.

    Vives réactions à ce projet, notamment de la part des administrateurs de la ligne Clermont-Tulle. Point de vue du Conseil général du Puy-de-Dôme sur ce projet.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonds d'archives concernant différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - Tulle.

    Archives départementales du Puy-de-Dôme : S 488, 490, 1031
  • AD du Puy-de-Dôme. 2 O 3970. Durtol. Contentieux avec la compagnie des chemins de fer Paris-Orléans.1912-1938.

    Et pour compléter : AD du Puy-de-Dôme. 2 O 3973. Durtol. Acquisition de la propriété Montchany.1923-1924.

    Archives départementales du Puy-de-Dôme : 2 O 3970
Documents figurés
  • "57. Royat [- Chamalières]. La gare et le panorama sur Clermont-Ferrand, ND", photo N&B, s.n., s.d.

    Archives départementales du Puy-de-Dôme : 561 Fi 3287
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel - Ceroni Brigitte - Renault-Jouseau Delphine - Durin-Tercelin Maryse - Renaud-Morand Bénédicte
Renaud-Morand Bénédicte

Chercheure à l'Inventaire général du patrimoine culturel d'Auvergne-Rhône-Alpes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.