Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mairie-école

Dossier IA74002630 inclus dans Village de Chainaz réalisé en 2016

Fiche

Le projet de construction d’une mairie-école à Chainaz, pour 50 élèves, débute en 1861. En mars, le conseiller municipal Marie Dumarais offre de céder l’emplacement pour le bâtiment et le jardin pour 1,43 F par m² (ou 10 F la toise commune de Savoie), une chenevière au nord-est de l’église. Le budget est évalué à 8000 F minimum, un secours de 6000 F est demandé (délibération du 7 mars 1861). La construction est votée par délibération du 20 mai 1861. Le projet serait financé par un emprunt de 10 000 F pour Chainaz, 5000 F pour les Frasses (délibération du 19 mai 1861). Camille Ruphy, architecte départemental est déjà venu prendre des renseignements et choisir l’emplacement ; ses plans et devis (11 105 F), en date du 12 juin 1861, sont approuvés par délibération du 15 août 1861. Le devis prévoit de la pierre dure taillée à la grosse pointe ou à la grosse boucharde, pour les marches, encadrements de portes et fenêtres, et taillée « à pilastre » pour les angles de la face principale et la lucarne ; de la « pierre tendre dite molasse » pour les huit fenêtres du rez-de-chaussée et les 11 de l’étage (l’inspecteur primaire propose des amendements à ce projet : diminuer la salle de mairie et y ajouter des placards pour les archives, pour ajouter une chambre au logement du régent, déplacer les latrines et boucher des fenêtres).

Le budget prévoit un emprunt de 4000 F, une demande de secours de 4000 F, et compte sur la participation de la commune des Frasses, qui n’est pas encore formellement réunie à Chainaz. Ce dernier point donne lieu à plusieurs tergiversations (dès le 11 août, le conseil des Frasses, à l’exception de son maire et d’un conseiller, vote la construction d’une école aux Frasses…). Jusqu’à la fusion des communes, Les Frasses refusent le projet d’école commune construite à Chainaz.

Le coût de la construction semble également problématique à la municipalité : une lettre du maire au préfet, le 9 janvier 1862, souligne qu’il n’y a pas de matériaux de construction dans la commune, et que leur transport (« environ 4 heures ») provoquera un surcoût, l’autre solution étant de « faire une grande partie en pisé, ce qui ferait qu’aucun entrepreneur ne pourrait le faire aux prix fixés par le devis ». L’idée d’installer l’école dans la maison de Jean Antoine Girod, au nord-ouest de l’emplacement choisi (sans doute 1891 B2 94, 2016 B2 1675, non repérée ; voir IA74002618), qui est à vendre, est proposée, mais l’inspecteur primaire la juge en trop mauvais état et grevée d’hypothèques (l’acquisition de cette maison est de nouveau proposée en 1866). Pour réduire le coût du projet, il propose d’employer la molasse au lieu de la pierre de taille calcaire et de faire les murs en pisé à l’étage, au moins sur les faces nord et est : « ce mode économique est employé dans la localité sans aucun inconvénient » (9 janvier 1862, avis de l’inspecteur primaire sur l’acquisition d’une maison destinée aux écoles et à la mairie).

Le rapport de l'inspecteur primaire Giorgi, du 1er mai 1864, qui a tenté de convaincre la commune des Frasses de s'associer à Chainaz pour le projet d'école, indique que Chainaz veut de ce fait modifier son projet en école mixte afin d'atteindre le nombre d’élèves nécessaire ; de leur côté Les Frasses voudraient adjoindre une salle à la chapelle pour y loger l'école, la mairie et le logement d'un instituteur qui s'occuperait des 20 élèves potentiels à la mauvaise saison, et cultiverait un terrain à la bonne, projet que l’inspecteur juge irréaliste.

Il faut donc attendre 1866, après la réunion des deux communes, pour que le projet d’école reparte. Ruphy donne de nouveaux plans et devis le 1er octobre 1866 (18 275,71 F ), qui prévoient deux caves en sous-sol, deux classes, deux vestibules d’entrée soit préaux et une salle de mairie avec deux armoires à archives au rez-de-chaussée, deux logements de trois pièces avec lieux d’aisance au 1er étage, des latrines dans la cour. Le bâtiment doit être en pierre calcaire jusqu’à au moins 1 m au-dessus du sol, le reste pouvant être en molasse, avec charpente sapin, brique pour conduits de fumée, cloisons et voûtes, ardoise de Saint-Julien en Maurienne pour le toit. La cheminée de cuisine est en molasse avec manteau en brique et potager en molasse avec grilles, la cheminée de la mairie est en marbre. Pour diminuer la dépense, il est proposé d’utiliser la tuile au lieu de l’ardoise, de supprimer la corniche, de faire tous les murs intérieurs en pisé, voire ceux de l’étage, au moins au nord et à l’est ; ces aménagements sont acceptés par Ruphy (lettre du 3 octobre 1866), sauf pour les murs extérieurs en pisé qui exigent selon lui trop d’entretien, avec une réduction de la dépense 1700 F environ. Le terrain est acheté le 12 juin 1873 (un champ situé au Crêt, n°127 et partie 128 de la mappe, vendu par Louis Desmarais 492,35 F). Les travaux sont adjugés à l’entrepreneur Antoine Chalansonnex domicilié à la Biolle, le 25 avril 1872, pour 15 064,95 F. Le devis instructif du 24 mai 1872 indique que les voûtes ont été remplacées par une poutraison, et le pisé ajouté aux matériaux (60 m à 5 F le m3). Le décompte des travaux est réalisé le 23 octobre 1873 et le procès-verbal définitif signé le 25 janvier 1876

Le 13 mars 1886, Eugène Dénarié réalise un rapport sur les travaux de consolidation et de réparation à exécuter à l’école communale de garçons et de filles : pose dans chaque classe d’une colonne en fonte destinée à soutenir la poutre maîtresse sur laquelle reposent toutes les solives et cloisons du 1er étage (la poutre s’est affaissée), réfection des enduits intérieurs (sable de mauvais qualité), pose d’une poutre de consolidation dans la cave de l’instituteur, remplacement d’ardoises endommagées par la grêle). L’adjudication est donnée à Antoine Pianta, entrepreneur à Albens, le 2 octobre 1887, mais il abandonne le chantier ; un nouveau devis pour l’achèvement des travaux est dressé par Dénarié le 21 mars 1892. Ces travaux restant sont adjugés à Napoléon Lanternier, charpentier à Gruffy, et Marcellin Vittet propriétaire demeurant à Chainaz-les-Frasses ; le décompte est réalisé le 16 novembre 1892.

Enfin, des préaux couverts, des toilettes et un bûcher sont édifiés en 1937, sur un projet de Louis Luquet, architecte à Annecy, du 3 mai 1928, approuvé le 23 novembre 1936 (59 781,18 F), l’adjudication ayant été passée en faveur de l’entrepreneur Ange Boffa, de Saint-Félix, le 11 août 1936.

Parties constituantes non étudiéespréau
Dénominationsmairie, école primaire
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Chainaz-les-Frasses
Lieu-dit : Chainaz
Cadastre : 1891 B2 133 ; 2016 B2 83

Le premier projet pour l'école de Chainaz-les-Frasses, établi par l'architecte départemental Camille Ruphy, date de 1861, mais le désaccord avec la commune des Frasses sur le lieu de construction retarde la construction. Le projet est mis à jour en 1866, après la fusion des communes, mais il n'est exécuté qu'en 1872, par l'entrepreneur Antoine Chalansonnex, de la Biolle. En 1886, des travaux de consolidation sont réalisés selon le projet établi par l’architecte Eugène Dénarié. Le chantier est commencé en 1887 par Antoine Pianta, entrepreneur à Albens, et terminé en 1892 par Napoléon Lanternier, charpentier à Gruffy, et Marcellin Vittet propriétaire demeurant à Chainaz-les-Frasses. Les préaux couverts avec toilettes sont édifiés en 1937 par Ange Boffa, entrepreneur à de Saint-Félix, sur les plans de Louis Luquet, architecte à Annecy, du 3 mai 1928. Le bâtiment a été agrandi sur l'arrière dans la 2e moitié du 20e siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Ruphy Joseph Camille, dit Camille
Joseph Camille, dit Camille Ruphy (1819 - 1893

Petit-fils et fils des architectes annéciens Thomas Dominique Ruphy (1760-1840) et Jean Louis Ruphy (1791-1859) (source : notice Wikipédia de Thomas-Dominique Ruphy).

Architecte départemental de Haute-Savoie, actif en 1865 (AD Haute-Savoie, 2O 2166, travaux à l'église de Chainaz-les-Frasses), 1886 (AD Haute-Savoie, 2O 2414, transfert du cimetière communal de Cusy). 1877 et suivants (AD Haute-Savoie, 2O 2411, Construction groupe scolaire - mairie de Cusy), 1883 (AD Haute-Savoie, 2O 2413, église paroissiale Saint-Christophe)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte départemental attribution par source
Auteur : Chalansonnex Antoine
Antoine Chalansonnex

Entrepreneur de bâtiments demeurant à La Biolle (Savoie). Construit l'église et la mairie-école de Saint-Ours (Savoie) en 1866-1868. On trouve également les orthographes Chalansonney ou Chalansonnet, et la domiciliation à Saint-Ours.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source
Auteur : Dénarié Eugène
Eugène Dénarié (1832 -

Né à Chambéry d'un père architecte, il descendrait d'après certains généalogiste d'une famille de tailleurs de pierre originaire de Morillon installée dans le quartier de Lemenc au début du XVIIIe siècle. Le nom de famille Denériaz aurait évolué en Dénarié entre 1730 et 1780.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Pianta Antoine
Antoine Pianta

Entrepreneur à Albens. Adjudicataire de travaux à l'école de Chainaz-les-Frasses (74) en 1887.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source
Auteur : Lanternier Napoléon
Napoléon Lanternier

Charpentier demeurant à Gruffy, achève les travaux de consolidation de l'école de Chainaz-les-Frasses en 1892.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier attribution par source
Auteur : Luquet Louis
Louis Luquet

Architecte à Annecy. Donne le projet des préaux couverts de l'école de Chainaz-les-Frasses (74) en 1928. Il dresse les plans du monument aux morts de Cusy (Haute-Savoie) en 1920.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Boffa Ange
Ange Boffa

Entrepreneur à Saint-Félix. Adjudicataire de travaux à l'école de Chainaz-les-Frasses (74) le 11 août 1936.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

Edifice comprenant un rez-de-chaussée sur caves en sous-sol et un étage carré, en maçonnerie enduite, avec soubassement et angles en pierre calcaire, encadrements en molasse. Toit en pavillon, en ardoise.

Murscalcaire moellon enduit
pisé enduit (?)
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, sous-sol
Couvrements
Couverturestoit en pavillon
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie. Série 2O : 2166. Chainaz-les-Frasses. Travaux aux édifices religieux. 1861-1937.

    AD Haute-Savoie : 2O : 2166
Documents figurés
  • Commune de Chainaz-les-Frasses. Mairie avec salles d’écoles et habitations [1 Plan] Rez-de-Chaussée. 1er étage [2] Face principale. Face latérale [3] Coupe longitudinale. Coupe transversale / Camille Ruphy, architecte. 3 dess. : encre et lavis coloré sur papier. Echelle 1:100. 40x27,3 ; 40x25,7 ; 39,7x26,8 cm. Annecy 12 juin 1861 (AD Haute-Savoie. Série 2O : 2166).

    AD Haute-Savoie : 2O : 2166
  • Commune de Chainaz-les-Frasses. Préaux et privés des élèves. Plan. Coupe suivant AB. Coupe suivant CD / Louis Lucquet, architecte. 1 dess. : ronéotype sur papier. Echelle 1:50. 34,2x42 cm. Annecy, 3 mai 1928 (AD Haute-Savoie. Série 2O : 2166).

    AD Haute-Savoie : 2O 0 2166
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline