Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, café, mairie (maison Chamarel)

Dossier IA42002282 inclus dans Village de Roche réalisé en 2005

Fiche

Destinationscafé, école primaire (?)
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1818 (?) E 541 ; 1986 AM 42

La maison occupe déjà la même emprise en 1818 (parcelle E 553) ; elle appartient alors à Jean Chamarel, cordonnier (matrice de 1818 ; AD Loire). Les éléments remployés dans les maçonneries, d´exécution soignée, et l´emplacement de la maison à proximité de l'entrée sud de l´église, laissent penser qu´elle était peut-être l´une des maisons de prêtres sociétaires dont A. Lugnier mentionne l´existence au bourg à l´époque moderne (p. 89). En 1852, la commune projette de l´acheter afin d´y installer la maison commune et l´école de garçons, avec un local pour la réunion du conseil (qui se tient alors dans un des cafés du bourg), un dépôt pour les archives de la mairie, le logement de l´instituteur communal et une salle de classe. La maison appartient alors à Claude Chamarel, cabaretier, et comprend une cuisine, une salle, un grenier, une cave et une étable (délibération) ; la place publique entre la maison et l´église pourra servir de cour de récréation. La maison est expertisée par Pierre Collombier, maître maçon natif de la commune, et par Jean Mervillon, géomètre, qui en dresse un plan de situation (doc. figuré ; AD Loire) ; son prix fixé à 2500 F, puis 2100 F. Cependant cette acquisition ne semble pas avoir abouti. La maison a sans doute été largement reconstruite en 1910 (date portée sur le linteau de la porte), avec une élévation à travées régulières en pignon, et le remploi d´éléments d´encadrements du 16e siècle sur les gouttereaux (Lugnier, p. 97 : la maison Plagne au bourg possède un "dessus de porte en accolade élégante, avec monogramme du Christ et écusson fruste"). Une photographie de la fin du 19e siècle ou du début du 20e (Bibl. Diana, fonds Brassart) montre l'angle sud-ouest du bâtiment, avec le petit appendice en saillie sur la rue (poulailler ? Détruit), une petite fenêtre à encadrement mouluré et linteau à accolade à deux ressauts, qui semble avoir disparu, et avant le remontage à cet endroit de la porte signalée par Lugnier). Le projet d´achat pas la commune semble avoir été repris en 1952 (délibération : projet d´achat de la maison Mollin ou Plagne-Mollin pour logement des maîtres d´école). La mairie y a été définitvement installée en 1971-1972 (renseignement oral).

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 16e siècle , (?)
Dates1910, porte la date

La maison est construite à la bordure sud du replat sur lequel est édifié le bourg. Elle comporte ainsi un étage de soubassement, ouvert côté sud, sans doute autrefois à usage de cave et d'étable (actuellement toilettes publiques). La façade principale, sur pignon, est située à l'est ; elle comporte trois travées, avec un rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés et un comble. Les murs sont en moellon de granite, avec des encadrements en pierre de taille. Le toit est à longs pans, en tuile creuse. Inscription gravée sur le linteau de la porte d'entrée : PJ - 1910 - GJ. Monogrammes IHS et AM, en relief, de part et d'autre de l'accolade sur le linteau de la porte de la cave.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Couverturestoit à longs pans
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1210. Roche. 6 avril 1852. Estimation d´un corps de bâtiment que se propose de vendre le sieur Chamarel à la commune de Roche pour l´école et la mairie. Pierre Collombier, maître maçon et expert en bâtisses demeurant alternativement au chef-lieu de la commune de Verrières, et Jean Mervillon, géomètre, demeurant à Saint-Bonnet-le-Courreau, experts nommés M. Claude Chamarel, cabaretier et propriétaire demeurant à Roche, et par le conseil municipal (voir doc. figuré).

  • AC Roche. Registres de délibérations du conseil municipal, 20 août 1848-24 décembre 1876. Délibération du 7 mars 1852. Le maire rappelle au conseil municipal l´importance d´avoir un bâtiment pour y établir la mairie et l´école, avec un logement pour un instituteur communal. Claude Chamarel, cabaretier, accepte de vendre pour cet usage la maison qu´il possède au bourg, joignant de matin la place publique, de midi le chemin de la place publique, de soir la maison de Benoîte Chambon veuve Serre et de bize du cimetière, un chemin entre les deux. La maison comprend une cuisine, une salle, un grenier, une cave et une étable. Prix fixé à 2500 F.

  • AC Roche. Registres de délibérations du conseil municipal, 20 août 1848-24 décembre 1876. Délibération du 4 avril 1852. Acquisition d´un bâtiment pour servir de maison commune, local pour la réunion du conseil, dépôt des archives de la mairie, logement de l´instituteur communal et lieu pour faire la classe aux enfants. Les conseils se tiennent actuellement dans un cabaret ce qui est très inconvenant. Le corps de bâtiment que se propose de vendre le sieur Chamarel est placé près de l´église, ce qui est d´une grande commodité pour conduire les enfants de l´école aux offices divins, et est limité sur trois côtés par la place publique qui est assez vaste pour faire la récréation des enfants. Chamarel a nommé comme expert le sieur Pierre Collombier, maître maçon et expert en bâtisses natif de la commune.

  • AC Roche. Registres de délibérations du conseil municipal, 20 août 1848-24 décembre 1876. Délibération du 9 mai 1852. Coût de l´acquisition d´une maison commune : 2100 F. Coût estimatif des réparations : 566F. Les revenus de la commune sont insuffisants. Une imposition extraordinaire est décidée après convocation des 12 plus imposés de la commune.

  • AC Roche. Registres de délibérations du conseil municipal, 20 août 1848-24 décembre 1876. Délibération du 20 août 1867. Suite aux circulaires préfectorales du 14 juin et 7 juillet au sujet de l´exécution de la nouvelle loi sur l´instruction primaire, le conseil municipal délibère : la commune ne possède pas de maison d´école et il est impossible pour le moment de s´en procurer une convenable ; la commune possède une école mixte dirigée par les religieuses de Saint-Joseph, dont trois sont continuellement occupées à l´enseignement tant des garçons que des filles, par conséquent l´instruction des enfants ne laissent rien à désirer. La commune prie le préfet de la dispenser de créer une école communale avec un instituteur, et de pouvoir continuer à disposer de l´enseignement des religieuses du moins pendant quelques années.

  • AC Roche. Registres de délibérations du conseil municipal, 29 octobre 1911-22 juin 1952. Délibération du 27 mai 1951. Création d´une 3e classe à l´école publique et projet d´achat de la maison Mollin ou Plagne-Mollin pour logement des maîtres d´école.

Documents figurés
  • Plan géométrique du corps de bâtiment que se propose de vendre sieur Claude Chamarel, à la commune de Roche pour servir de Maison d´école et de mairie. / Jean Mervillon (géomètre). 1 dess. : encre noire, lavis rose sur papier. 26,2 x 20,2 cm. Ech. 1:625. 1852. Bâtiment estimé à la somme de 2100F. "Auquel plan figure une partie du chef-lieu de la commune, levé par le géomètre soussigné qui le certifie conforme aux localités qu´il représente. Ce jourd´hui 6 avril 1852". Signé J. Mervillon. (AD Loire. Série O : 1210. Roche).

  • [Bourg de Roche, vue de la rue sous l'église, depuis l'ouest] / Brassart (?, photographe). 1 photogr. pos. : tirage sur papier argentique. (Bibl. Diana. Fonds Brassart. Boîte Montbrison II (5080 à 5110) : cote 5097).

Bibliographie
  • LUGNIER, Antoine. Cinq siècles de vie paysanne à Roche-en-Forez, Loire (1440-1940). Réimpression de l'édition de l'Imprimerie Dumas de 1962

    p. 89, 97
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry