Logo ={0} - Retour à l'accueil

Métier à tisser à bras

Dossier IM69001203 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsmachine à tisser
Appellationsmétier à bras
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon
Adresse : 41, 43, 49 cours du Général-Giraud
Emplacement dans l'édificeau rez-de-chaussée

Si la technique du tissage a fait de gros progrès, il reste toutefois certains tissus, notamment ceux destinés à l'ameublement qui requièrent impérativement l'usage du métier à bras. La vitesse lente et la douceur manuelle permet le travail de fils délicats, que le métier mécanique ne peut accepter. Dans leur aspect général tous les métiers lyonnais ou touraugeaux se ressemblent. Ils sont plus larges, suivant la largeur de l'étoffe à fabriquer ; systématiquement, ce sont 4 poteaux de bois fixés au sol et reliés entre eux à leur partie supérieure par des traverses de bois, de section similaire à celle des poteaux. Sur ce cadre sera installé la mécanique Jacquard, ou Vincenzi ou Verdol. Chacun d ces noms de constructeur représente une évolution moins dans le principe de fonctionnement que vers une réduction dimentionnelle. Avec la mécanique Jacquard, les cartons mesurent 10/12 cm et sont reliés entre eux par une lacette, pour constituer une suite sans fin. Avec la mécanique Verdol, il n'y a pas de carton, ni lacette, c'est un papier fort dont on colle les 2 extrémités pour avoir aussi une continuité sans fin du dessin. La différence entre 2 métiers réside donc dans la façon dont sont montées les cordes, et dans la différence de la trame.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Les 4 métiers présentés au classement sont des métiers à bras, système Jacquard : 2 avec des mécaniques Vincenzi et 2 avec des mécanique Verdol. Ils représentent par leur montage, tous les 4 différents, les grandes familles de tissu façonnés. Un montage permettant de faire du Damas ; un montage permettant de faire du Lampas lancé ; un montage permettant de faire du Broché ; un montage permettant de faire du Velours. Dans leur aspect général tous les métiers lyonnais ou touraugeaux se ressemblent. Ils sont plus larges, suivant la largeur de l'étoffe à fabriquer ; systématiquement, ce sont 4 poteaux de bois fixés au sol et reliés entre eux à leur partie supérieure par des traverses de bois, de section similaire à celle des poteaux. Ces métiers ont été démonté et mise en caisse.

Catégoriesindustrie textile
Matériauxbois
Précision dimensions

l = 250 ; h = 400

États conservationsen état de marche
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre objet, 1996/11/19

Références documentaires

Bibliographie
  • BARRE, Josette. La colline de la Croix-Rousse, histoire et géographie urbaines. Ed. Lyonnaises d'Arts et d'histoire, Institut des études rhodaniennes, 1993

    p. 361-362
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine