Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin dit Battoir Fantin

Dossier IA73002698 inclus dans Paysage du bassin-versant du Lac du Bourget et tributaires réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Grésy-sur-Aix
HydrographiesRuisseau de la Monderesse
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessous
Lieu-dit : le Touvet
Adresse : Cadastre : 2007 E2 131 ; 1880 E2 150 ; 1956 E2 131

En 1879, une demande d'autorisation est accordée à Jean Fantin pour la construction d'un battoir. Il construit ce nouveau battoir après en avoir vendu un autre en amont. La matrice cadastrale de 1880 précise que sous le numéro E2 150 figure un gruaire (un moulin à eau qui transformait le blé en "gruau" d'où le nom dérivé de "gruaire") au lieu-dit le Touvet et appartenant à Fantin Jean. Il a fonctionné au cours du XXe siècle. Ce dernier appartient toujours à la famille Fantin, dans un état relativement correct ; la toiture serait à refaire.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1879, daté par source

Au niveau de l’intersection du ruisseau de la Monderesse, et du nant des Nantets, un moulin dit battoir à trèfle est implanté sur une déviation du ruisseau. Une réserve d'eau (intitulée écluse sur le cadastre ancien), aménagée en amont du moulin, et d'un second situé sur la commune de Saint-Ours, permet d'obtenir un débit plus important du ruisseau pour les faire fonctionner. Le moulin étudié, de plan carré, est placée au centre d’une voûte en arc segmentaire maçonnée qui enjambe le bief. L’eau du canal d’amenée passe sous la voûte par une ouverture située en amont, puis est canalisée dans un tuyau métallique (en bois à l’origine ?) pour être déversée, trois mètres plus bas, sur une roue à godets horizontale. Cette roue, en bois et métal, comporte en son centre un axe vertical en fer qui s’élève, traverse la voûte, puis la meule dormante. Au sortir de celle-ci, un système d’accrochage métallique est fixé autour de l’axe pour entrainer la meule tournante. Cette dernière, de 0,60 m de longueur est de forme tronconique ; un axe métallique la traverse et se fixe autour de l’axe central précédent. La meule dormante, monolithe et en calcaire, a 0,75 m de hauteur pour 2,25 m de diamètre. La hauteur de sa rive est de 0,25 m, et la partie travaillante centrale est concave. Autour de l’axe central vertical de celle-ci, un bras en bois horizontal maintien verticalement deux petits balais, situés aux extrémités de la partie travaillante et en arrière de la meule tournante, pour ramener les graines au centre de la meule. Une toiture en pavillon, couverte d’ardoises, et reposant sur 4 poteaux en bois, abrite les meules.

Toitardoise
Plansplan carré régulier
Couverturestoit en pavillon
Énergiesénergie hydraulique
États conservationsdésaffecté

Le battoir se situe sur la berge gauche du ruisseau de la Monderesse et fait parti d'un ensemble comprenant deux moulins, une scierie et un second battoir. Les quatre autres artifices sont sur la berge droite du ruisseau, sur la commune de Saint-Ours. Le tout appartient à la famille Fantin. La famille propriétaire de l'ensemble n'a pas accordé de visite dans le cadre de l'inventaire.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073 sous-série 81S67, Service hydraulique. Saint-Offenge-Dessous

    Battoir Fantin, 1879
  • AD Savoie. Série S ; sous-série 81 S 67. Plan du nouveau battoir de Jean Fantin, 1879

    AD Savoie : 81 S 67
  • Premier cadastre français. Cadastre de 1880

    AD Savoie : 3P 7258
  • Cadastre rénové. Cadastre de 1956

    AD Savoie : 3P 7259
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 27 août 1882 au 21 août 1898. Prise des eaux de la Monderesse par Aix-les-Bains.

    * 30 mai 1897 : la société des eaux de la ville d'Aix-les-Bains est dans l'intention de prendre les eaux de la Monderesse, celle dite de l'étang et celle de l'Eau Noire pour la conduire à Aix. Le conseil s'oppose formellement à la captation des dites eaux pour les motifs suivants : les habitants de la commune n'ont pas d'autres scieries pour faire scier leur bois que celles établies sur ces cours d'eau. En captant les eaux de la Monderesse, celle dite de l’Étang et celle de l'Eau noire on forcerait les habitants à se rendre à une distance de 7 ou 8 kilomètres pour faire scier le bois, ce qui augmenterait beaucoup le prix du sciage. La captation de ces eaux porterait aussi un grave préjudice à tous les habitants de la commune qui n'en ont pas d'autre pour laver le linge de lessive. De plus en temps de sécheresse, ces eaux servent à l'alimentation en eau des hommes et des animaux.

    * 28 novembre 1897, malgré la protestation de la commune, la compagnie des eaux d'Aix-les-Bains prend définitivement les eaux des sources de la Monderesse et de l’Étang pour les conduire dans cette ville. Considérant que certains hameaux seront complètement privés d'eau pour leur alimentation après la captation, demande à ce que la compagnie des eaux d'Aix, donne de l'eau potable aux habitants des villages intéressés. La captation des dites eaux prive les usines de la commune dont les artifices sont mus par celles de leur gagne pain et les réduit à la misère, demande à ce que la compagnie leur accorde des indemnités

    AC Saint-Offenge-Dessous
Documents figurés
  • Cadastre actuel, consulté en 2007 (Accès internet :

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Milleret Yannick - Monnet Thierry