Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin Mugnier, moulin Chez Mugnier dit moulin des Tavenettes puis Etablissement des frères Mugnier puis Taillanderie des frères Mugnier

Dossier IA74000981 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • moulin
    • bief
    • bief de dérivation
Parties constituantes non étudiéesmoulin, bief, bief de dérivation
Dénominationsmoulin
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Thorens-Glières
Hydrographiesla), Fier Supérieur Fillière
AdresseCommune : Charvonnex
Lieu-dit : les Tavernette
Adresse : route de
la Passerelle
Cadastre : AC 5 6, 235, 237, 538, 549, 571

Héritier d´une ancienne famille de cultivateurs demeurant dans la commune de Charvonnex, M. Pierre Mugnier dispose le long du torrent de la Fillière, d´un moulin à blé en activité depuis le XVVIIIème siècle. Cette petite unité de production assurait l´approvisionnement en blé et en planches aux paroisses alentours. L´arrivée de concurrents qui établissent des moulins en aval du moulin de la Pelle au lieu des Aimes, poussent sans cesse les propriétaires à établir de nouveaux équipements le long du bief qui se trouve en rive droite du torrent de la Fillière. La famille Mugnier décide alors de construire des nouvelles unités de production et de céder à la famille Romand, le premier moulin qu´ils possédaient à la Pallaz à la fin du XIXème siècle. La construction d´un nouveau moulin des Tavernettes situé en amont du moulin originel est complétée en 1878 par une nouvelle dérivation faite au ruisseau de l´Etang. Par la même occasion la canalisation de ce ruisseau va aussi servir à l´alimentation du second moulin de la Pallaz (la Pelle) puisque le canal de fuite est le canal d´amenée de ce dernier. Avant les travaux du second bief, Claude Mugnier cultivateur, signale qu´il possédait au hameau des Tavernettes, un établissement de moulins à trois paires de meules avec mécanique à huile et qui n´est pas suffisamment alimenté par les eaux du canal. Il réalise la dérivation d´une partie du nant des Etangs pour augmenter le débit du bief afin d´obtenir une plus grande force motrice. A partir de 1886, Claude Mugnier laisse progressivement ces trois fils Joseph, Célestin et Jean Claude s´occuper de l´entretien des artifices. En 1906, la taillanderie des frères Mugnier gérée par Alexis dispose d´une chute en eaux moyenne d´une hauteur de 1m20 pour un débit de 354 litres par seconde. Les prériode d´étiage de la Fillière poussent une partie de l´année, à laisser les ateliers au chômage. Quand le débit reste suffisant, l´usine développe alors une puissance de 4 cheveaux-vapeur. En 1911, Jean-Claude décède suite à la chute de la roue du moulin. La propriété est alors rachetée par François Dupont qui maintient l´affaire six années. En 1926, Louis-Claude Decoux installe dans le bâtiment une turbine à eau alimentée par le bief afin de faire fonctionner sa fabrique de crochets. La propriété reste dans la famille Decoux jusqu´au rachat en 1960 par M. Vaille Robert.

Remploi
Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1872, daté par source
Auteur(s)Auteur : Claude Mugnier ingénieur attribution par source

La première dérivation qui alimentait le moulin des Tavernettes était établie sur la rive droite du torrent de la Fillière et la prise d´eau se trouvait sur la commune de Groisy pour alimenter le canal qui descendait suivant un axe nord-sud le long de la frontière est de la commune de Charvonnex. Les trois anciens moulins de la famille Mugnier sont situés sur la rive droite du Fier, deux édifices étaient situés le long de la dérivation d´eau alimentée par la Fillière dont il reste des traces près du moulin du lieu des Tavernettes. En 1876, la dérivation du torrent de la Fillière des familles Mugnier et Romand, serpentait le long de la rive droite du torrent la Fillière et son barrage se trouvait sur la commune de Groisy à 488 m en amont du torrent des Tavernettes qui servait de limite entre les communes de Groisy et Charvonnex à cette époque. Les eaux dérivées traversaient les propriétés des usiniers Mugnier Claude et arrivaient après un parcours de 505 mètres dans la propriété de M. Romand Joseph. Côté Fillière, une partie des maçonneries de la digue et du bief, protégée par la végétation est encore visibles. A partir de 1878, la puissance de ce moulin augmente grâce à une seconde dérivation puisée dans le torrent de l´Etang pour alimenter le Moulin des Tavernettes. Le torrent de l´Etang est alimenté par deux petits cours d´eau dénommés l´Alouette et le Milieu [?], qui se réunissent à 400 mètres environs de la route nationale 203 d´Annecy à Thonon. Le ruisseau de l´Alouette prend sa source dans la commune de Groisy à 5 km environ en amont de sa jonction avec la Milien. A 100 mètres à l´aval du dit point le torrent de l´Etang faisait mouvoir un battoir à chanvre appartenant aussi à la famille Mugnier. Ce cours d´eau traverse ensuite à 300 mètres plus loin la route nationale n°203, sous le pont des Tavernettes pour passer sous une dérivation de la Fillière qui fait mouvoir les usines Romand Jospeh, Romand Jacques et Dupont François pour se jeter dans la Fillière à 180 mètres à l´aval du pont des Tavernettes. Une partie du bief, de la structure de l´ancien pont, certains massifs, le canal de fuite et le radier solidement construits dans le ruisseau des Tavernettes témoignent de l´ancien emplacement des artifices. Sur une parcelle octogonale, la disposition du bâtiment se fait à la jonction des deux biefs de dérivation. Le bâtiment en plan en L se compose d´un sous sol, d´un rez-de-chaussée et d´un étage sous comble. A l´origine le bâtiment de plein pied possédait très peu d´ouvertures, les différentes baies ont été percées lors de la transformation de l´édifice en maison d´habitation. Les transennes aérant l´étage sous comble donne un rythme à l´ensemble. Les corbeaux situés sur la façade postérieure Nord forment le début d´une corniche mais témoignent surtout de l´emplacement des roues. Un toit à long avec deux longs pans avec noues et croupes protège l´ensemble. Située en contrebas de la route départementale, la maison se trouve dans un écrin de verdure composé de deux jardins, l´un donnant sur la route départementale, l´autre sur le cours d´eau.

Murspierre
enduit
Toittuile mécanique
Plansplan régulier en L
Étages3 étages carrés, sous-sol
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à plusieurs pans
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsarbre isolé
États conservationsremanié

Le moulin a été transformé en maison d'habitation et se trouve en zone UB.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 10 FS 303, Demande en autorisation de construction d'une digue en bois pour protéger la Scierie et les moulins. 1816-1824

  • AD Haute-Savoie : 6 S 40, Défense contre le torrent la Fillière au Moulin chez Mugnier. 1841

  • AD Haute-Savoie : 6 S 40, Règlement d'eau autorisant M. Mugier Claude à dévier les eaux de la dérivation du torrent de la Fillière pour servir au fonctionnement des deux moulins à grains et un battoir. 1873

  • AD Haute-Savoie : 6 S 226, Demande en autorisation pour la construction d'épis. 1875

  • AD Haute-Savoie : 6 S 40, Construction d'un battoir à chanvre. 1876

  • AD Haute-Savoie : 6 S 40, Demande en autorisation pour l'établissement d'un barrage et prise d'eau sur le torrent de l'Etang pour servir au fonctionnement de moulins à trois pairs de meules avec mécanique à l'huile de M. Mugnier Claude au hameau des tavernettes. 1878

Bibliographie
  • Haute-Savoie. Société d´histoire et d´archéologie. Mémoires et documents. Volume 5-6. 1861, p.15

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir