Logo ={0} - Retour à l'accueil

Peintures monumentales (4) : la Crucifixion ; l'Annonciation ; Vocation de saint Louis de Gonzague ; Vierge de Pitié

Dossier IM42001933 réalisé en 2008

Fiche

Annexe : description des peintures de la chapelle

La Crucifixion

La peinture monumentale de l´abside montre au premier registre plusieurs figures locales martyrisées pour leur foi, encadrant le Christ en croix. De gauche à droite, un premier groupe rassemble, aux côtés d'un ange vêtu d'une dalmatique, le père Bouchand, père blanc massacré au Sahara en 1878, le père Jean-Pierre Néel, dont le chapeau chinois rappelle son martyre en Chine en 1862, puis le père Tamet décapité en 1884 au Tonkin. Sont également présents, agenouillés au pied de la croix, le Curé d´Ars et le père Champagnat, séminaristes à Verrières-en-Forez. De l'autre côté de la croix du Christ, se trouve l´abbé Contancin, ancien professeur de rhétorique de l'Institution Victor-de-Laprade, tué à Verdun en 1916, soutenu par l´archange saint Michel. Derrière cette scène viennent ensuite deux enfants de chœur, le père Rival en soutane noire et le père Satre en soutane blanche, tous deux martyrisés au Laos. Un autre ange, vêtu d'une dalmatique, termine ce cortège de martyrs régionaux auquel s'ajoute Jeanne d´Arc, revêtue de son armure. Tous les regards convergent vers le Christ dont la croix est lumineuse. Le deuxième registre est occupé par quatre anges qui prolongent la dynamique ascensionnelle, intermédiaires entre la sphère terrestre et la sphère céleste ; ils offrent à Dieu le sacrifice du Christ et ceux de ses disciples.

L'Annonciation

L´œuvre du Père Couturier se poursuit avec une Annonciation qui préfigure la Crucifixion. Ici, l'iconographie de Marie annonce celle d'une Vierge de Douleurs. L´Ange, par sa main gauche bénissant la terre et sa main droite levée vers le ciel, dévoile le plan de Dieu : l'arrivée de Jésus dans le monde, son sacrifice et sa Résurrection pour sauver l´humanité entière.

La Vocation de saint Louis de Gonzague

Avec la vocation de saint Louis de Gonzague, les regards se croisent : celui du passé, symbolisé par la famille Gonzague restée dans l'ombre et celui de l´avenir, avec le Christ accompagnant le jeune Louis, tous deux éclairés par un halo de lumière. Faut-il y voir aussi une identification du peintre qui représente en arrière-plan, la vallée du Vizézy dans l'ombre, et sa maison familiale à l'Estiallet baignée de lumière.

Vierge de Pitié

La Vierge de Pitié, quant à elle, semble suspendue dans l´espace et dans le temps. Les teintes utilisées, l´intensité du contraste coloré figent le motif et lui ôtent toute expression. Le dessin est moins souple, plus géométrique ; alors que dans les peintures précédentes, les personnages sont représentés très étirés en hauteur, ici les bras de la Vierge constituent une horizontalité démesurément longue. Cette peinture murale est dédiée au Père Charmet, ancien professeur, fait prisonnier en 1940 puis organisateur, avec ses compagnons de captivité, d'un groupe d´action catholique ; il est déporté au camp de Buchenwald.

Dénominationspeinture monumentale
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Montbrison
Adresse : 12 rue du Collège
Emplacement dans l'édificeabside
murs de la nef

Réalisées à l'occasion de travaux entrepris dans la chapelle en 1933, ces peintures sont l’œuvre du Père dominicain Marie-Alain Couturier, montbrisonnais et ancien élève de l'Institution Victor-de-Laprade. En 1933, il peint la Crucifixion de l'abside, puis les deux toiles marouflées des chapelles latérales, l'Annonciation, en 1935, et la Vocation de saint Louis de Gonzague en 1936. Enfin en 1945, il exécute, sous la tribune, une Vierge de Pitié pour l'autel des morts de la Seconde Guerre mondiale. Ancien élève de Maurice Denis dans les Ateliers d'Art sacré, le Père Couturier devient en 1937 co-directeur de la revue L'Art sacré ; il souhaite ouvrir l’Église alors totalement hermétique aux récentes productions artistiques. Le père Couturier est sans conteste à l'origine de la relation entre les artistes modernes et l'architecture religieuse. C'est pour ces raisons qu'il invitera plus tard Francisco Borès à réaliser les vitraux de la chapelle.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1933
1935
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Rhône-Alpes, 42, Montbrison
Auteur(s)Auteur : Couturier Marie-Alain peintre

La peinture monumentale de l'abside utilise une polychromie chaude : fond orangé et lumière jaune autour du Christ en croix. Les personnages qui entourent la Crucifixion sont majoritairement vêtus de blanc. Les toiles marouflées dans les murs des anciennes chapelles latérales sont polychromes. Au-dessus de l'autel des morts, la peinture monumentale est monochrome, dans un dégradé de brun.

Catégoriespeinture, peinture murale
Structuressupport surface
Matériauxtoile, support marouflé, peinture à l'huile, polychrome
enduit, support peint, polychrome, monochrome
Précision dimensions

la = 390. dimensions de la peinture de l'abside ; dimensions de la peinture de l'Annonciation : h = 230 ; la = 193 ; dimensions de la peinture de la Vocation de saint Louis de Gonzague : h = 229 ; la = 193 ; dimensions de la peinture de la Vierge de Pitié

Iconographiesfigures
Christ en croix
Annonciation
saint Louis de Gonzague
Vierge de Pitié
Précision représentations

Peinture 1 : La Crucifixion témoigne de l'histoire religieuse locale. Elle montre un Christ en croix entouré de missionnaires, martyrs de la foi, anciens étudiants des séminaires de Verrières-en-Forez et de Montbrison conduits vers Dieu par des Anges. Peinture 2 : Dans l'Annonciation, Marie en prière reçoit l'Ange à demi prosterné qui lui dévoile un Christ crucifié, en bas à droite le clocher de la chapelle des Pénitents. Peinture 3 : La peinture de saint Louis de Gonzague met en scène sa vocation : saint Louis est conduit par le Christ vers le noviciat des Jésuites, en arrière-plan à gauche, la vallée du Vizézy et la maison familiale du peintre : le moulin de l'estiallet (?). L'austérité de l'habit du Christ contraste avec la richesse des vêtements dont sont dotés les Gonzague. Peinture 4 : La Vierge de Pitié se détache sur un fond sombre et tourmenté. Elle étend ses bras et accueille le corps de son fils mort, soutenu par saint Pontique, martyr en 177, à l'âge de quinze ans.

Inscriptions & marquesinscription concernant l'iconographie, latin, français, sur l'oeuvre
date, sur l'oeuvre
signature
inscription, latin, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Peinture de l'abside, transcription de l'inscription en bas à gauche : ADIMPLEO EA QUAE DESUNT PASSIONUM CHRISTI // et dans l'angle inférieur droit FR. M. C / P. D. / 1933 // ; peinture de l'Annonciation, transcription de l'inscription dans l'angle inférieur gauche : AVE MARIA DOMINUS TECUM et dans l'angle inférieur gauche 1935 // ; peinture de l'autel des morts, transcription de l'inscription en bas au centre dans un cartel peint : EN MEMOIRE / DE L'ABBE CHARMET / ET DE NOS MORTS / POUR LA PATRIE / 1939-1945 // et sur une banderole : ST PONTIQUE //

Statut de la propriétépropriété d'une société privée
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série 1111 VT : 129, fonds Louis Bernard

    dossiers 42 72 664 et 42 76 2467
Périodiques
  • DREVET, Pierre. Victor-de-Laprade. Petite histoire d'un collège. In Village de Forez, 2006

    p. 98-100, 135-136
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Blanchon Laetitia - Hartmann-Nussbaum Simone