Logo ={0} - Retour à l'accueil

Pont de la Boucle puis Pont Winston-Churchill

Dossier IA69004341 réalisé en 1982

Fiche

HISTORIQUE

Le pont Winston Churchill dit « pont de la boucle » doit son nom à la montée de la Boucle et la place de la Boucle aujourd´hui appelée place Adrien Godien. Louis Maynard précise l´origine du nom de la montée de la Boucle dans le Dictionnaire des lyonnaiseries, Lyon, 1932, t.1, p.279 : « c´est là que passait la grande route de Bresse, devant une hôtellerie très renommée sous le Premier empire, qui portait le nom d´Auberge de la Boucle ».

1. édifice antérieur

Une affiche du 13 décembre 1871, signée Edmond Valentin précise à l´article 1er, qu´« il est ouvert une enquête sur le projet de construction d´un pont en fer avec concession de péage à établir sur le Rhône entre la place de la Boucle et le part de la Tête d´Or, et d´une passerelle provisoire ayant la même destination pendant la construction du pont » (A.D. Rhône : VI S).

« D´après le rapport du ministre de l´Intérieur, la construction d´une passerelle fixe métallique avec piles également métalliques, dite passerelle de la Boucle, a été déclarée d´utilité publique et la concession en a été faite à Paul Martin, par un décret du 11 mai 1872 » (A.D. Rhône : VI S, rapport de l´Inspecteur général du 8 mars 1880). Dès le 9 août 1872, Paul Martin, ingénieur civil à Lyon, 6 rue de la Préfecture, dresse un projet de construction de la passerelle (A.D. Rhône : VI S).

Un devis estimatif du 24 novembre 1872 fixe le montant des dépenses à cent mille francs pour une « passerelle provisoire en fer fondu sur pieux à vis à établir sur le Rhône entre la place de la Boucle et l´entrée principale du bâtiment de l´exposition universelle de Lyon en 1872 » (ibid.).

Mais « le 22 mai 1875, sous le choc d´un radeau, la seconde pile de rive droite fut renversée, entraînant avec elle les deux travées adjacentes. Depuis cet accident, la compagnie concessionnaire tombée en faillite n´a pris aucune disposition pour réparer la passerelle, ni même pour enlever les débris qui gênaient la navigation. Le travail ayant du être exécuté d´office, elle a été condamnée par le conseil de Préfecture à rembourser à l´état une de 5065F avancée par lui » (A.D. Rhône : VI S, rapport de l´Inspecteur général du 8 mars1880). Puis le 11 octobre 1880, un rapport des ingénieurs en chef du service de la navigation du Rhône et du service ordinaire du département proposent d´enlever les débris de la passerelle de la Boucle (cf. annexe A).

2. édifice actuel

Selon Guy et Marjorie Borgé dans Lyon de naguère, 1978, p.167, une pétition, signée par les habitants du quartier réclame en 1892, un moyen de rallier à pied sec la rive opposée, si bien qu´un nouveau pont est mis en chantier au mois d´octobre 1901. Dès 1893, l´ingénieur Eugène Resal dresse des avant-projets ; l´étude de la construction va se poursuivre de 1895 à 1901 avec la collaboration des ingénieurs Hivonnait et Fabrègue (Bernard Marrey, Rhône-Alpes, 1981, p.264).

Le 2 mai 1898, Fabrègue ingénieur des Ponts, et Resal directeur de la voierie dressent un devis estimatif et les détails descriptifs des travaux à exécuter pour la « construction du pont de la Boucle, pont métallique à 3 arches, en acier, de 10,80m de largeur...devis estimatif de 340 000 francs » (A.C. Lyon : 30 42).

Le 11 avril 1900, le cahier des charges pour cette construction dont le montant des dépenses s´élève à 1 200 000 francs, est approuvé par le Ministre de l´Intérieur et le Préfet du Rhône (A.C. Lyon : 30.42). Les travaux commencent en 1901 et se terminent en 1904.

On peut lire quatre inscriptions gravées sur les parapets du pont :

Rive droite :

1/ parapet gauche : PONT DE LA BOUCLE / construit par la ville de Lyon / Mr VICTOR AUGAGNEUR / étant MAIRE / -1903-//

2/ parapet droit : PONT DE LA BOUCLE / MMrs HIVONNAIT ET E. RESAL / Ingénieurs en chef / Mr FABREGUE Ingénieur / -1903-//

Rive gauche :

1/ parapet gauche : PONT DE LA BOUCLE / constructeurs / La C. de FIVES-LILLE / pour les maçonneries / La Sté des const. Mécaniques / pour la parure métallique //

2/ parapet droit : PONT DE LA BOUCLE //

En 1904, les travaux étaient terminés, cependant ce « nouveau pont métallique fut mis en service sans connaître les honneurs d´une inauguration officielle, car son architecture soulevait vraiment trop de controverses ». Borgé, p.167.

Le 2 septembre 1944, les armées allemandes bombardèrent l´ensemble des ponts de Lyon à l´exception du pont de Serin (protégé par la gendarmerie). Le pont de la Boucle, alors endommagé, est mis hors d´usage. Il ne sera remis en état que quelques années plus tard. (cf. renseignement oral).

Le pont est démoli en 1982-1983.

AppellationsPont de la Boucle puis Pont Winston-Churchill
Dénominationspont
Aire d'étude et cantonLyon Urgences
AdresseCommune : Lyon 4e
Adresse : cours d', Herbouville , quai
Achille-Lignon
Cadastre : 1999
Précisionsoeuvre située en partie sur l'arrondissement Lyon 6e arrondissement

Cet emplacement connut plusieurs systèmes de traversée éphémères : pont de bateaux pour desservir le camp militaire de Grand Camp, passerelle métallique pour l´exposition universelle de 1872, bac à traille de 1874 à 1898. Le projet de pont est arrêté en 1898, mais les travaux ne commencent qu'en octobre 1901. Sa faible largeur est un inconvénient face à l'augmentation du trafic. Remonté à l´identique après le dynamitage de 1944, il est limité à 7t 5. En 1965, il prend le nom de Winston-Churchill. Il est démoli en 1981.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1898, daté par source
Auteur(s)Auteur : Fabrègues Ernest David ingénieur des Ponts et Chaussées signature
Auteur : Résal Eugène ingénieur des Ponts et Chaussées signature
Auteur : Hivonnait P. ingénieur des Ponts et Chaussées signature

C´est un pont métallique, composé de trois grandes arches aériennes en acier, de 10 m 50 à la flèche, reposant sur deux piles intermédiaires en maçonnerie. Le tablier repose sur les piles, et est suspendu aux arches par des barres métalliques rigides, espacées de 2 m 50. Le pont, d'une longueur totale de 279 m 50, n'avait que 10 m 80 de large, dont 5 m 40 de chaussée.

Mursacier
calcaire
États conservationsmauvais état, détruit après inventaire
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Rapport des ingénieurs en chef du service spécial de la navigation du Rhône et du service ordinaire du département tendant à proposer d´enlever les débris de la passerelle de la Boucle (...), AD Rhône, série VI, S, n°11, rapport du 11 octobre 1880

    «Les débris de la passerelle doivent être enlevés dans tous les cas car l´expérience a fait reconnaître que le système de construction de cet ouvrage est essentiellement défectueux et l´administration ne saurait tolérer qu´aucune des parties de l´ouvrage soit maintenue en cas de reconstruction d´un pont sur le même emplacement.

    Nous croyons devoir observer de nouveau que tout est à rejeter dans le système employé. L´insuffisance des piles a été démontrée d´une manière péremptoire par l´accident qui s´est produit, les défectuosités du système des arcs métalliques ont été mises en lumière par l´impossibilité où l´on s´est trouvé de faire subir à la passerelle les épreuves prévues par le cahier des charges, enfin l´insuffisance de l´ouverture des arches a été démontrée, soit par l´accident qui s´est produit, soit d´autres accidents antérieurs qui, sans avoir eu des conséquences aussi graves, ont néanmoins fait voir que les bateaux se jetaient sur les piles, ne pouvant pas passer facilement sous des arches de 28m d´ouverture.

    Nous croyons devoir insister de la manière la plus formelle sur la nécessité de porter à 40 mètres au minimum l´ouverture des arches de l´ouvrage qui pourrait être reconstruit à la place de la passerelle de la Boucle...»

  • Description du pont par les ingénieurs Resal et Fabrègue en 1898 (AC Lyon. 3O 42)

    « ...Le pont aura entre parapets une largeur totale de 10,80m, qui se subdivisera en une chaussée de 5,40m et de deux trottoirs de 2,70m chacun. Il sera formé de trois travées métalliques s´appuyant sur des piles et des culées en maçonnerie. Chaque travée sera portée par deux arcs métalliques. Le tablier placé entre la clé et le niveau des retombées sera traversé par les arcs vers les reins. Il reposera sur ceux-ci, par des montants rigides vers les retombées et sera suspendu par des tiges dans la partie médiane. Les pièces du pont seront fixées aux montants et aux tiges. Elles seront réunies longitudinalement par des longerons, lesquels seront entretoisés par des pièces de pont secondaires, formant ensemble un quadrillage sur lequel on fixera un platelage formé de tôles embouties. C´est sur ce platelage que reposera la chassée en pavage de bois sur forme de béton et les trottoirs en asphalte posés également sur forme de béton. Les pièces de pont dépasseront les points d´appui en porte à faux et les trottoirs seront en partie en encorbellement. Les extrémités des pièces de pont seront reliées par une corniche en fonte supportant un garde-corps également en fonte. Les piles et les culées seront fondées à l´air comprimé. L´axe du pont de la Boucle rencontrera sur la rive droite l´angle de la maison située entre les rues de Dijon et Joséphin Soulary, et il formera avec le quai d´Herbouville, du côté aval, un angle de 82°55´ ; il passera sur la rive gauche par un point pris sur le parapet du quai Tête d´Or à 6,61m en aval du pavillon servant de bureau d´octroi, et il formera avec le quai Tête d´Or, du côté aval, un angle de 90°10´30´´. Les ordres de service détermineront cet axe d´une façon précise...Chaque travée métallique sera formée de deux arcs en acier espacés de 7,35m d´axe en axe.

    La hauteur des arcs en élévation croîtra des naissances jusqu´à la clef. Pour la travée centrale, cette hauteur mesurée entre semelle sera de 1,40 aux naissances et de 3m à la clef. Pour les travées de rives, ces dimensions seront réduites respectivement de 1,387m et 2,833...

    Les garde-corps en fonte d´art évidée seront formés de pilastres placés à 2,50m d´axe en axe qui correspondront aux montants verticaux des tympans et entre lesquels seront placés les panneaux de remplissage.

    Les pilastres reposeront, au moyen de patins, sur les extrémités des pièces de pont principales ; ils seront de plus reliés aux longerons de rives au moyen de boulons. Les dessins d´exécution seront donnés au cours des travaux...

    Deux cartouches seront placées à la clef des arcs principaux de la travée centrale. La décoration comprend aussi des appliques sur des retombées des arcs.

    Les dessins d´exécution de ces ouvrages seront notifiés au cours des travaux. »

    Dressé par l´Ingénieur du Service des Ponts, Fabrègue, conformément aux instructions de M. le Directeur de la voierie, Resal."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Arch. dép. Rhône. 6 S. Passerelle de la Boucle. 1871-1882

  • Arch. mun. Lyon. 3 O 42. Pont de la Boucle.

Documents figurés
  • Compagnie nationale du Rhône. Voie navigable du Haut-Rhône. Traversée de Lyon. Elévation des différents ponts avec profils en travers du Rhône.CNR., Lyon, 7 janvier 1943. Ech. 1 : 500. Mise à jour avec documents des P. C. et nivellements CNR, (A. CNR. N° 11120)

  • Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Profil en long des ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. D´après plan Ponts et Chaussées, service navigation Rhône Saône, complété avec documents Ville de Lyon, P. et C. service ordinaire, et relevés C.N.R. P.B.S., Saint-Fons, 21 juin 1962. Ech. 1 : 500 (A. CNR. PB_689)

  • Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. Détails des piles. M.T. dessinateur, M.P. ingénieur, Saint-Fons, 21 juin 1962 (A. CNR. PB_690)

  • Ensemble de photogr. nég. sur verre, [s.n.], [1902-1903]. 18 x 24 cm (Arch. mun. Lyon. 15 Ph 1/792 à 15 Ph 1/853)

  • Lyon. N° 55. Pont de la Boucle s/ le Rhône (en construction) Avril 1903. Carte postale, P.M., Lyon, 1903 (Arch. mun. Lyon. 4Fi-11041) Ajouté à la main "Le passage est assuré par la traille privée Huguet du 26 mars 1886 jusqu'à fin décembre 1903".

  • Pont de la Boucle. Arches. Photogr. / Séeberger (frères), [1er quart 20e s.] Négatif noir et blanc, support verre (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques). AP1FS00823)

  • Vue prise de la Croix-Rousse en direction du nord. Le pont de la Boucle et à l'arrière le Palais de la Foire. Photogr. / E. Poix, 1938. Nég. sur verre. 18 x 24 cm (Arch. mun. Lyon. 15 Ph 1685)

  • Le pont de la Boucle détruit par l'armée allemande. Photogr., septembre 1944. Nég. sur verre. 13 x 18 cm (Arch. mun. Lyon. 3 Ph 178)

  • Le pont de la Boucle détruit par l'armée allemande. Photogr., septembre 1944. Nég. sur film. 6 x 6 cm (Arch. mun. Lyon. 3 Ph 195)

Bibliographie
  • BORGE, Guy, BORGE, Marjorie. Lyon de naguère. Editions Payot, 1978.

    p. 167
  • Rhône-Alpes. Dir. Bernard Marrey. Paris : l'Equerre, 1982. 440 p. : ill., carte ; 21 cm (Les guides du XXe siècle)

    pp. 264-265
Périodiques
  • Le pont de la Boucle découpé au chalumeau. Le Progrès, 31 décembre 1982

  • Pas de soupirs pour le pont de la Boucle. Le Progrès, 27 novembre 1982, Rubrique Le Journal de Lyon

  • Voie sur berge : la démolition du pont Winston-Churchill perturbe la circulation. Le Progrès, 4 février 1983

  • Les acrobaties du pont de la Boucle. Le Progrès, 9 février 1983, rubrique Le Journal de Lyon

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Bourdiol Camille - Hartmann-Nussbaum Simone