Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation du mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean

Dossier IM42001601 inclus dans Église paroissiale Saint-Jean réalisé en 2006

Fiche

Mobilier

Tableau commémoratif des Morts. Cadre en chêne ; décor sculpté en bas-relief, en relief en creux (feuilles recourbées, fleur à 4 pétales). Partie supérieure trilobée. H=116, la=60.

Intérieur du cadre : feuille imprimée (noir et rouge orangé). Texte encadrant une image (héliogramme ?). En partie basse, le nom des morts sur deux colonnes, séparées par une tige d´iris, le tout à la plume et à la main.

Texte et décor imprimé : R.I.P des couronnes de laurier et chêne.

HONNEUR / A CEUX QUI SONT / MORTS POUR / VENGER LE DROIT, / SAUVER NOS / LIBERTES ET / DEFENDRE / LA PATRIE

ILS SONT / LA GLOIRE DE / LEUR PAROISSE

VENERONS / LEUR SOUVENIR / ET PRIONS / POUR LEURS / ÂMES

SOUVENEZ-VOUS DANS VO PRIERES DES SOLDATS DE CETTE PAROISSE / GLORIEUSEMENT TOMBES EN CHAMP D´HONNEUR / DURANT LA GUERRE EUROPEENNE DE 1914 - 1918

Le « 18 » est ajouté à la main, chaque début de paragraphe commence par une lettrine.

L´image : soldat étendu au pied du crucifix ; une femme s´apprête à poser un rameau sur sa poitrine.

Signature : L. ANGLAS © 1914 ( ?). La gravure est très détériorée.

Verrière (baie n°4). Une lancette brisée ; verre coloré, grisaille. Fond : quadrilobes en grisaille ; bordure : feuilles recourbées. Au centre de la composition, quadrilobe avec saint Joseph représenté à mi-corps (nimbe, lys, équerre).

Verrière (fenêtre de la sacristie). Une baie rectangulaire ; verre coloré, grisaille ; h=168 ; la=85. Fond : rinceaux de vigne en grisaille ; bordure : côté, mandorles avec feuilles de vigne ; haut et bas : feuilles enroulées. 2 quadrilobes superposés : en bas, l´Annonciation (ange à genoux sur une nuée ; vase avec lys ; palmier) ; en haut, le couronnement de la Vierge par le Christ tenant un sceptre, sous la colombe su Saint-Esprit. 2e moitié 19e s.

Ensemble des deux autels latéraux : autel de la Vierge (sud), autel de Saint-Jean (nord). Autel, gradin, tabernacle ; marbre veiné gris clair, décor en bas-relief, décor gravé et peint ; h=200 ; la=212 ; p=150.

Un degré de pierre rouge et carreaux de terre cuite. Autel de forme parallélépipédique, tables rectangulaires échancrées sur chaque face, décor en bas-relief avec des parties peintes sur la face avant ; gradin, tables rectangulaires échancrées avec au milieu un décor gravé sous le tabernacle ; tabernacle encadré de colonnettes engagées, porte en arc brisé (encadrement en laiton doré, vantail en marbre avec décor en bas-relief) surmonté d´un décor gravé et peint.

Iconographie, autel nord : devant d´autel, croix entourée d´une écharpe (inscription gravée : ECCE AGNUS DEI), sur une nuée et encadrée de rameaux de chêne et de laurier (ou olivier) gravés et peints en vert ; gradin, deux rameaux gravés (olivier ou laurier) ; tabernacle, vantail : calice et hostie ; sur la porte, rameaux de vigne entrecroisés. Iconographie, autel sud : devant d´autel, monogramme AM ; gradin, deux rameaux gravés (vigne) ; tabernacle, vantail : Sacré-Coeur ; sur la porte, rameaux de laurier.

Les statues de la Vierge à l´Enfant et de saint Jean posées sur les tabernacles ont été étudiées.

Objets

Vase d´autel. Porcelaine peinte polychrome et dorée, décor en relief, h=26, 19e siècle.

Forme cornet. Pied quadrangulaire. Décor plastique : feuilles de lierre soulignées de nervures dorées ; feuilles sur le col. Décor doré : peigné, semi d´étoile. Décor polychrome sur la panse : bouquet de roses, pâquerettes, dahlias. Inscription sous le pied : 134 (en relief) ; 10 (gravé à la pointe) ; 31 A 55 (à l´encre). Lèvre cassée.

Chandelier pascal (n°1). Laiton repoussé, doré, décor en bas-relief, rapporté, h=81, l=30. 1ère moitié ( ?) 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds à griffes de lion terminées par une feuille sur l´angle (rapportés) ; faces bordées par des volutes carrées avec au centre de la ceinture un motif à feuilles recourbées ; au centre des faces, décor en bas-relief : triangle du tétragramme (nuée, rayons). Décor de rameaux feuillagés, rosaces, fleurons. Fût triangulaire à pans coupés, chapiteau ionique à guirlande de feuilles. Noeud aplati (feuilles d´eau). Bobèche : godrons à la base, faisceaux liés par des feuilles d´acanthes sur le bord.

Chandelier pascal (n°2). Laiton ou bronze fondu, en plusieurs éléments, doré, décor en bas-relief, en haut-relief, rapporté, h=88,5, l=29. 1ère moitié ( ?) 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds à griffes de lion terminées par une feuille sur l´angle (rapportés) ; faces bordées par des volutes carrées avec au centre de la ceinture un motif à 3 feuilles d´acanthes et une boule ; au centre des faces, décor en bas-relief rapporté : médaillon ovale à fond amati encadré de feuilles, avec le triangle du tétragramme (nuée, rayons) ; la Vierge à l´Enfant à mi-corps ; IHS (lettres formées par des guirlandes) avec une croix dans le H et 3 clous ; sur les côtés des faces, chutes de fleurs rapportées. Décor de frise de triangles, chapiteau ionique, corbeille d´acanthes inversée. Fût : base cannelée puis partie concave (médaillons avec rosette, tresse et boutons de feuilles autour, acanthes imbriquées sur les côtés) ; chapiteau ionique, urne avec guirlande de fleurs rapportée tout autour. Bobèche : cannelures à la base, feuilles d´acanthes rapportées sur le vase, bord cannelé.

Ensemble de 2 chandeliers, disparus. En laiton (?).

Ensemble de 6 chandeliers et une croix d´autel. Laiton (alliage cuivreux) doré, décor en demi-relief, en bas-relief. Croix : h. 80 ; chandeliers : h. 56. 1ère moitié ( ?) 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds à griffes de lion terminées par des ailes (ou demi palmettes) et une feuille recourbée ; sur les faces, personnages à mi-corps en demi-relief sur fond amati : le Christ au roseau (couronne d´épines) ; la Vierge (mains croisées sur la poitrine) ; saint Joseph (lys). Fût et bobèche cannelés. Croix : lisse à rebords, palmette à la base et aux extrémités. Christ et titulus (linge porté par un angelot) rapportés.

Ensemble de 6 chandeliers et une croix d´autel. Laiton (alliage cuivreux) doré, décor en haut-relief, en bas-relief, ajouré, peint. Croix : h. 70 ; chandeliers : h. 60. 2e moitié ( ?) 19e siècle, style du 14e s.

Base : plan triangulaire ; pieds à griffes de lion ou de griffon ; base ajourée (rinceaux d´acanthes). Fût à décor quadrillé (fond peint émaillé bleu, fleur dans chaque carreau), noeud aplati (cannelures, dents de loup, bobèche cannelée à bords festonnés. Croix : extrémités en fleurs de lys à pétales latérales recourbées et renflement à la base, décor de feuilles, perles, mandorles ; à la croisée, quadrilobe à pointes ajourées. Christ (périzonium long à motif de fleurettes et bordure) et titulus (tablette à extrémités trilobées) rapportés.

Ensemble de 6 chandeliers d´autel. Laiton (alliage cuivreux) doré, décor en bas-relief, ajouré, h=60. 2e moitié 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds en forme de feuille enroulée, acanthe ; base ajourée, faces bombées (rinceaux de vigne, cadre perlé). Fût : frise de feuilles de vigne et de pastilles sur fond strié, noeud aplati (feuilles d´acanthes), bobèche très creuse, décor d´arcatures brisées, feuilles de vigne, palmettes.

Ensemble de 4 chandeliers d´autel. Laiton (alliage cuivreux) doré, décor en bas-relief, h=35. 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds en acanthes recourbées ; au milieu de la ceinture, coquille et volutes. Sur les faces, buste sur fond strié : le Christ, la Vierge, saint Joseph. Chapiteau vaguement ionique avec des perles sur la corbeille. Fût et bobèche cannelés.

Ensemble de 4 chandeliers d´autel. Laiton (alliage cuivreux) doré, décor en bas-relief ; 2 grands, h=33,3 ; et 2 petits, h=29,3. 19e siècle.

Modèle proche du précédent : différences : pieds en griffes de lion et acanthes enroulée ; le Christ a une couronne d´épines ; pas de chapiteau.

Ensemble de 2 chandeliers d´autel à 5 lumières. Laiton (alliage cuivreux) fondu, doré, décor en bas-relief, ajouré, découpé, h=60. 19e siècle, électrifié.

Base ronde, 3 pieds en feuilles enroulées ; décor : feuilles, croix trilobée dans quadrilobe ajouré, rinceaux de vigne rapportés perpendiculairement ; sur le fût, ruban torsadé et frise de vigne, noeud aplati à feuilles de vigne, corolle de lys. Les bobèches sont portées par des tiges de vigne.

Ensemble de 2 chandeliers d´autel à 3 lumières. Laiton (alliage cuivreux) fondu, doré, décor en bas-relief, ajouré, h=34,5. 19e siècle.

3 pieds en feuilles d´acanthes, volutes ; médaillon rond avec IHS (croix dans le H) et une couronne, bobèches supportées par des tiges torsadées mêlées à des tiges de lys.

Croix d´autel. Laiton repoussé, doré, décor en bas-relief, en ronde bosse, ajouré ; h=49,5, milieu 19e siècle.

Base : plan triangulaire ; pieds à griffes de lion terminées par une feuille sur l´angle ; faces bordées par des volutes carrées avec au centre de la ceinture un motif à feuilles d´acanthes et palmette ; au centre des faces, décor en bas-relief sur fond amati : triangle du tétragramme (nuée, rayons) ; bouquet de blé ; raisin et feuilles de vigne attachés par un ruban. Fût : frise , acanthes recourbées. Croix : lisse à rebords ; acanthe à la base, extrémités ajourées (feuilles). Christ et titulus (phylactère) rapportés. Croix vrillée.

Encensoir. Laiton (alliage cuivreux) fondu, argenté, h=23, 19e siècle. Cannelures ; partie supérieure ajourée.

Navette à encens (n°1). Laiton (alliage cuivreux) fondu, argenté, h=7,8 ; d (pied)=6, 19e siècle.

Pied, vase et bord du couvercle cannelés ; couvercle à charnière à décor de rinceaux en réserve. Anse attachée sur deux volutes sur la partie fixe du couvercle.

Conservée avec une cuillère en métal argenté ; estampée ou moulée (revers lisse), l=10 ; cuilleron en coquille, manche strié, extrémité ajourée.

Navette à encens (n°2). Tôle de laiton repoussée, argenté, h=9 ; l=15,5 ; d (pied)=5,2, 19e siècle.

Pied rond mouluré, vase cannelé ; couvercle à charnière à décor d´acanthes et lambrequins autour d´un médaillon. Bouton de préhension sur la partie mobile du couvercle. Tordue.

Reliquaire. Bronze fondu, doré, décor en bas-relief, en demi-relief ; h=31,5, l=10. 19e siècle.

Pied à 6 lobes à décor d´acanthes ou de cartouches de cuirs (alternativement). Collerette, noeud piriforme (acanthes) ; logette ovale encadrée de 2 anges (celui de gauche tient une palme et a l´index levé, celui de droite tient un livre et a la main sur le coeur). Encadrement de volutes, feuillages ; croix trilobée au sommet. La logette à relique est vide.

Plat à quêter. Cuivre étamé, bois noirci (manche). L=39, d=27. 19e siècle.

Réserve aux saintes huiles. Coffret en carton ou bois léger recouvert de moleskine noire, intérieur cuir rouge à 3 alvéoles ; h=13, l=19,2, p=7,5 ; ampoules en argent, h=10,5, d=3,8. 2e moitié 19e siècle.

Ampoules : corps cylindrique, col resserré puis couvercle vissé terminé en sphère aplatie et croix pattée. Inscriptions gravées sur le corps et le couvercle : O I / O S / S C (lettres séparées par trois petits traits). Poinçons sur la croix : 1er titre argent 1838-1973 (différent de Lyon) ; Favier.

Croix de procession (n°1). Laiton argenté, h (hampe seule)=139,5 ; h (croisillon)=47,5 ; l=22,5. Milieu 19e siècle. Hampe : âme en bois recouverte de plaques métalliques (4 tronçons) ornées de frises de croix grecques pattées et d´étoiles ; le fond est strié, encadré d´une frise de cercles. Croisillon : douille, collerette, noeud à cannelures, collerette cannelée, palmette ; la croix lisse est à rebords et aux extrémités ajourées (feuilles et fleurs de lys). Le Christ avec le titulus (phylactère) et la Vierge à l´Enfant portant une petite couronne haute sont fondus et rapportés sur les deux faces.

Croix de procession (n°2). Laiton doré (dorure pratiquement toute disparue) ; h (croisillon)=65 ; l=27.5 ; milieu du 19e siècle.

Décor en bas-relief, en demi-relief rapporté et ajouré. Le noeud : base à godrons puis cannelures et frise de fleurs dans une tresse avec chapeau festonné. La croix : la base constituée de deux angelots et de boutons d´acanthe ; la croix lisse est à rebords et aux extrémités ajourées (volutes, fleurs et feuilles) mais aujourd´hui cassées. Le Christ et le titulus (cartouche avec acanthes) au verso, et la Vierge au verso, en prière, portant une couronne identique à la Vierge de la croix de procession n°1, sont fondus et rapportés.

Crèche. Sujets en plâtre peint polychrome et doré ; Enfant Jésus en cire (l=30), vêtement textile ; 1ère moitié ou milieu 20e siècle. La Vierge (h=51) et saint Joseph (h=53) : inscription gravée à la pointe sous le pied : L° 903 / CB ; étiquette papier sous saint Joseph : FIGURINE / ...SIE. 2 rois mages et un berger (h. max=40,5) ; 1 berger joueur de cornemuse (plus récent ou repeint) (h=35) ; 1 petit berger (h=19,5) ; âne et boeuf avec gerbes de blé, oreilles et cornes cassées, h (boeuf)=20.

Ornements

Ensemble chasuble, étole. De couleur rouge, fonds velours, doublure satinette rouge, galon doré (feuilles, palmettes) ; 19e siècle.

Décor brodé au fil de soie jaune, rouge et fil métal, frisé doré, frisé, cannetille or. Chasuble : croix dorsale à redents ; décor : mandorles quadrilobes avec fleurs (marguerite, lys) ; au verso une croix trilobée, avec à la croisée un IHS, blé et vigne.

Aire d'étude et cantonMontbrison
LocalisationCommune : Bard

Annexes

  • Fabrique de l´église de Bard. Inventaire des meubles et objets affectés au culte dans l´église de Bard au 1er janvier 1905 (AD Loire)

    - Calices en argent (2), 1 en argent et un en vermeil en sacristie et presbytère (chacun de ces calices a été donné par deux prêtres natifs de la paroisse. Mr le curé Menaide et M. le curé Gorond)

    - Ciboires en argent (2), 1 en argent et un en vermeil en sacristie et presbytère (l´ostensoir et un ciboire ont été le don personnel du même curé Gorond, ces dons ne remontent pas au-delà de 90 à 40 ans. En munissant l´église de Bard d´un ciboire, d´un calice et d´un ostensoir neuf, M. le curé Gorond retirait les 3 objets analogues et les faisait restaurer pour les offrir à la fabrique de Lérigneux).

    - Ostensoir en vermeil (1) au presbytère.

    - Custode pour les malades en sacristie.

    - Reliquaire pour la Vraie Croix (1) en cuivre au presbytère.

    - Chasubles et accessoires : or mi-fin (1) bon état ; blanc (2) vieux et usés ; rouge (2) vieux et usés ; violet (1) vieux et usés ; vert (1) vieux et usés ; noir (2) vieux et usés

    - Etoles pendantes (3)

    - Chapes : blanc (2) (l´une de ces chapes blanches a été donnée par le curé des églises pauvres à Saint-Etienne il y a 7 ans) ; noir (1)

    - Voile huméral (1)

    - Aubes pour prêtres brodées ou simples (7)

    - Surplis (5)

    - Aubes d´enfant de choeur (5)

    - Rochets (7)

    - Nappes d´autel (3)

    - Napperons (6)

    - Garnitures d´autel (12)

    - Pales (4)

    - Purificatoires (70)

    - Amicts (25)

    - Lavabos (90)

    - Soutanes d´enfants de chœur : rouges (7) ; noires (3) ; calottes (3) ; ceintures (4)

    - Bannières (2) dans l´église

    - Dais (1) chez les soeurs

    - Draps mortuaires (2) à la sacristie

    - Pièces de tenture deuil (6) à la sacristie

    - Dessus d´autel (10) chez les soeurs

    - Tapis d´autel (4) dans l´église

    - Burettes - poires (2)

    - Encensoir (3)

    - Navette (1)

    - Chandeliers d´autel (18)

    - Candélabres (4 paires : 8)

    - Missels (3)

    - Livres pour chantres (10)

    - Statues (4) (les statues sont le résultat de dons et des économies de la Fabrique. Toutes sont très récentes, sauf peut-être la statue de la chapelle de la Vierge.

    - Chemin de croix (1)

    - Représentations pour les services (1)

    - Chaire (1) les boiseries du choeur et de l´église, ainsi que la chaire et le confessionnal datent d´une trentaine d´années. Le tout par souscription, dons et dernières économies de la Fabrique.

    - Bancs d´oeuvre (2)

    - Confessionnal (1)

    - Crédence (1)

    - Chaises (207)

    Dressé le 15 mai 1905.

  • Paroisse de Bard. Oeuvres et mobilier [1908-1937] (A Paroissiales)

    Paroisse de Bard. Oeuvres et mobilier [1908-1937]. 1 cahier, papier, 21,6 cm (Archives paroissiales)

    - [feuille volante] : 4 juillet 1841. Prix-fait pour les autels latéraux. Barjaux maître marbrier à Saint-Etienne. Conformes aux plans signés. 5 pieds d´entablement, 6 pieds 2 pouces pour la tablette des gradins, en marbre blanc excepté les marchepieds qui seront en rouge jaspé (3 pieds de large, 6 pieds 2 pouces de long). L´un de ces autels en l´honneur de la sainte Vierge portera son emblème dans le milieu, un ave Maria, et sur la porte du tabernacle un coeur de notre Seigneur couronné d´épines. L´autre en l´honneur de saint Jean aura dans le milieu une croix entrelacée d´un ruban et sortant d´un nuage, et sur la porte du tabernacle un calice. Tous les emblèmes doivent être s... (manque). Suit la quittance des travaux, le 2 septembre 1841.

    - 3 avril 1842 : procès verbal de vérification des comptes (dimanche de Quasimodo 1841 à celui de 1842) : recettes : don de 300 F par Menaide curé de Saint-Nizier ; produit des bancs et « ferme du clocher » ; dépenses : 1000 F pour les autels en marbre des chapelles collatérales.

    - 23 avril 1843 : compte du trésorier de la fabrique pour 1842 : achat d´une lampe et de chandeliers d´autel (169 F), réparations par Alberti plâtrier (64 F), entre autres. Budget de la fabrique en 1843 : 150 F pour l´achat d´un lustre.

    - 2 juillet 1843. Réparations récentes au cimetière. Pour embellir le devant de l´église il faudrait changer l´escalier de la tribune.

    - 14 avril 1844 : approbation du budget pour 1845 : 150 F pour l´escalier de la tribune. 200 F pour l´achat d´ornement ou de linge (250 F l´année suivante).

    - 19 mars 1846. Budget de1847 : recettes extraordinaires provenant du non emploi des sommes votées en 1845 pour le dallage de l´église fait en 1846

    - 28 septembre 1848, le cardinal de Bonald visite l´église

    - 7 janvier 1849 : bancs de Pierre Soleillant et de Michel Gorand (et sa femme Jeanne-Marie), concédés à vie aux susdits, le premier (banc à côté du confessional) pour avoir fait présent d´un calice en vermeil, le second (banc sous la chaire) pour avoir fait faire la table de communion en fer. Concession du temps du curé Alirot. Le curé à cette date est Mure. (À quand remonte la concession ?). Les susdits sont encore en vie en 1853 (rappel de la concession). Gorand encore en 1855. Plus d´allusion aux bans privilégiés à partir de années 1860.

    - 7 avril 1850 : 583 F alloués pour contribuer au placement des 3 vitraux à placer dans le choeur.

    - 5 janvier 1851 : adoption des dons (à la fabrique) faits par Menaide curé de Saint-Nizier de Lyon (300 F), Menaide directeur à l´Argentière (200 F), Madame de Meaux, d´Ecotay (100 F), les abbés Gorand (200 F), pour la construction des vitraux du choeur.

    Sabrin Cieryer ( ?), à Montbrison, fournisseur de la fabrique.

    - 18 avril 1852 : grillage pour les baies du choeur.

    - 3 avril 1853 : nécessité de crépir le clocher, réparations à l´église, au presbytère et chez les soeurs.

    - 22 juin 1853 : visite pastorale du cardinal de Bonald, et confirmation ; les paroisses de Roche, Essertines, Ecotay et Lérigneux s´étaient rassemblées à Bard.

    - 23 avril 1854 : nécessité de boiser la sacristie, faire faire un nouveau confessionnal, faire reconstruire le four à cuire le pain du presbytère.

    - 15 avril 1855 : les travaux budgétés en 1854 n´ayant pas été réalisés (boiser la sacristie, faire faire un nouveau confessionnal), ils sont reportés en 1855. Idem en 1855

    - En 1855 la ferme du clocher est payée par les frères Dumas (dit aussi droit de sonnerie ?).

    - 5 octobre 1856 : acquisition de la petite maison adossée au presbytère côté soir, appartenant à Mathieu Dumas dit cadet ; pour éloigner tout voisin de la cure´.

    - 19 avril 1857 : réparations nécessaires au presbytère et au couvent des religieuses (une partie est encore à faire en 1859). La maison des religieuses appartient à la fabrique.

    - 11 avril 1858 : une partie des fonds alloués aux réparations du presbytère et couvent a servi à acheter une chape et étole.

    - 12 avril 1863 : le surplus des recettes doit être employé à l´agrandissement de l´église, devenue trop petite.

    A la suite : les dépenses faites par la fabrique dans le courant de 1863 pour la prolongation des deux nefs collatérales : 2625,50 F. payées par la fabrique et par des dons : Jean-Baptiste Brunel de Jambin, Gorand prêtre, Menaide supérieur de la maison de Saint-François-de-Salles à Vernaison. Les réparations ont commencé le 15 mai et ont été achevées le 20 novembre. Charrois de briques, tuiles, pierre de taille pour le dallage et la croisée, fourniture de bois et gore, par les habitants.

    - 28 août 1864 : reçu de la fabrique de l´église de Bard 80 F pour honoraires d´architecte relatifs à l´agrandissement de l´église, signé A. Favrot architecte.

    - 8 avril 1866 : acquisition d´une petite parcelle (34 m x 10) joignant la maison des religieuses de Saint-Joseph chargées de l´instruction des filles, achetée à Jean Menaide.

    - 11 novembre 1866 : ostensoir et calice en vermeil « style gothique », don de M. Gorand, curé et chanoine d´honneur de l´église Saint-Pierre de Lyon, décédé à Saint-Bruno à Lyon.

    - 28 avril 1867 : vote du budget de 1868 : 60 F pour acquisition d´une bannière de procession, 70 F pour ornements et linge, 80 F pour deux sottot ( ? ?) pour la procession du St Sacrement.

    - 5 juillet 1868 : lettre du sous-préfet au maire pour savoir la fabrique voulait concourir à payer « le prêtre auxiliaire qu´on désire procurer à M. le desservant de la paroisse qui est au milieu de nous depuis 1830 » [donc l´abbé Mure est là depuis 1830 donc le curé Alirot, la construction du nouveau presbytère et les dons - calice, table de com -, c´est avant]. Voté.

    - En 1869, 1870, 1870, 1875 Gorand donne encore 100 F.

    - 1er octobre 1871 : cession à Antoine Cordonnier de 2 m de terrain joignant sont bâtiment pour y construire un four à pain. Cordonnier devra réparer à ses frais le conduit des eaux qui sortent du fossé qui est autour de l´église et qui passe sur le terrain cédé.

    - 29 septembre 1872 : bénédiction de la croix érigée sur le pic de la paroisse de Bard par la munificence de M. Gorand prêtre, curé de Saint-Pierre de Lyon et chanoine d´honneur de la primatiale.

    - 5 octobre 1879 : nécessité de remplacement de la boiserie du choeur qui tombe en lambeaux. La fabrique n´a pas les fonds et propose de tenter une souscription.

    - 1879 : encore Mure comme desservant ; 1880 : Tachon (nouveau desservant à la place de Mure ? ou vicaire ?)

    - 4 avril 1880 : vote de 300 F pour les vitraux de l´église.

    - Mission du 9 au 27 mars 1897. C´est la 1ère. Abbé Michalon curé de Bard. RP Thimothée et Damacène. Procession au pic puis à l´endroit où on a érigé la nouvelle croix de mission, financée par une quête parmi les paroissiens.

    - 1er janvier 1899 : dons de l´abbé Michallon : chape blanche (la fabrique a voté les fonds nécessaires pour l´expédition) et un tambour « c´est à dire une seconde porte intérieure » côté nord « monsieur le curé a quêté les planches dans la paroisse et couvert tous les frais.

    1900 curé Cognat.

  • Conflit entre le sieur Gaspard Depingon chamarier, Comte de Lyon, prieur de Bard et les sieurs curé et marguillers de la paroisse de Bard. Mémoire pour ester en justice, 1785 (A privées)

    Relations entre le prieur et le curé

    Les relations du curé de Bard et des marguilliers avec le prieur sont souvent conflictuelles : Griefs, en 1785, du curé et des paroissiens envers le sieur prieur Gaspard de Pingon chamarier Comte de Lyon.

    Après une visite canonique de l´église de Bard effectuée le 14 septembre 1784, l´archevêque de Lyon ordonne que l´église soit pourvue d´objets du culte manquants ou en mauvais état. Il veut également que des réparations soient effectuées. Pour couvrir ces frais le curé et les marguilliers se retournent vers le prieur de Bard qui est le principal décimateur de la paroisse et à qui reviennent pour partie ces charges. Ce dernier fait la sourde oreille.

    ' ...La paroisse de Bard fait cette triste expérience tant que les habitants l´ont put, ils ont fait les plus grands efforts pour décorer leur églize sans s´adresser au prieur qui jouit de la dixme des fruits de cette paroisse et qui indépendamment a une directe assez considérable...Il y eut en conséquence une ordonnance du sieur archevêque de Lyon à la datte du 30 avril 1785 qui détermina les objets nécessaires, plusieurs sont à la charge de la paroisse et d´autres à la charge du seigneur décimateur tels par exemple...en la fourniture d´une boîte pour l´huile des infirmes, il y est également que la coupe du ciboire, le croissant de l´austensoir et la coupe de la pixcide seront dorés intérieurement.

    Par le second article il est ordonné que le retable du maître autel sera consolidé et redoré par tout ou besoin sera, et les statues placées sur le dit retable seront réparées ou enlevées.

    En troisième lieu que le vitrage du coeur qui est à l´est sud sera garni de rideaux et la roue à sonnette placée dans le dit coeur sera enlevée

    Il est ordonné en quatrième lieu que l´on pourvoira incessamment ladite églize de cartons d´autels, missel graduel et antiphonaire et processional nouveaux publiés à l´usage du diocèse...'

  • Fabrique de l´église de Bard. Inventaire des meubles et objets affectés au culte dans l´église de Bard au 1er janvier 1905 (AD Loire)

    - Fin 1908 : achat de 3 petites statues : curé d´Ars ; la Vierge et saint Joseph (personnages de la crèche).

    - 1909 : préparation pour la mission de 1910. Achat d´une croix pour le cimetière nouveau aux ateliers Saint-Joseph à Buxy (Saône et Loire).

    - Mission 1910 : missionnaires : MM Gonachon et Coury (laz. pour lazaristes je suppose). Don (500 F) du curé Lafond, de Quincié (69), ancien vicaire de Bard. Bénédiction de la croix du cimetière par l´abbé Soleillant, propriétaire de la concession. Croix achetée 300 F rendue à Montbrison´, achat du terrain (80 F), plafond ( ?) et marches en pierre de Moingt prises à Moingt´, caveau pour les prêtres de la paroisse et les bienfaiteurs par Chaland maçon (197 et 60 F). Dons de l´abbé Soleillant, des abbés Louis et Jean Vray, de l´abbé Brunel, de Mme de Meaux et de M. de la Plagne.

    - 1912 : érection d´un chemin de croix en souvenir du retour de la mission (du 11 au 21 avril 1912, par les mêmes missionnaires). Ancien chemin de croix de l´église de Verrières, acheté 50 F, don de Mme Robert au curé de Verrières ; réparation, dorure et pose.

    - 1913 : visite de M. Vindry vicaire général qui ordonne de mettre un coffre fort dans le tabernacle. Livré par M. l´abbé Boisard 112 cours Gambetta à Lyon. Pose, réparation de l´autel et des petits autels.

    - Toussaint 1916 : bénédiction du mémorial des soldats de la 1ère guerre mondiale. Tableau et drapeaux. [NB dans ce paragraphe, la date de la fin de la guerre a été rajoutée après coup dans une encre de couleur différente]

    - 1919 : visite du cardinal Maurin archevêque de Lyon.

    - 28 septembre 1919 : bénédiction de la statue de Jeanne d´Arc. Statue offerte par la paroisse ; promesse faite en mai 1915 et les noms des soldats déposés entre les deux tabernacles´

    - 30 août-13 septembre 1925 : mission ; frais couverts par un cousin du curé Pierre Galland directeur du petit séminaire d´Oullins, par MM. Farjon et Favier prêtres de Saint-Irénée communément appelés Chartreux. Collecte pour l´achat d´une bannière souvenir de la mission et du jubilée, confectionnée par la maison d´ornements F.D. Arnaud 17 rue Emile Zola Lyon, bénie le 15 août 1926.

    - 1930 : Gabretty plâtrier à Montbrison pose le chauffage dans l´église (gaine en boisseaux de terre cuite). Le curé achète en 1924 un Enfant Jésus, un ange volant, un berger, et en 1933 un mage, en cire, fabriqués par la maison Mazzoni 68 rue Saint-Jean à Lyon (pour remplacer des personnages « trop détériorés ou grotesques »).

    - 1932 : mission (financée par un legs) ; par MM A.( ?) J. Farjon et C. Lavenir.

    - 1933 : vitrail de sainte Thérèse : un donateur anonyme voulait faire ériger une statue de la sainte, il consent à ce que ce soit un vitrail. Adrien Jacqui, jeune peintre verrier (Ecole des Beaux-Arts de Lyon, puis ouvrier chez Mauméjan à Francheville-le-Haut, puis à son compte) réalise le vitrail. Don de 2200 F, plus forte somme pour la pose (rejointoiement, verrière protectrice), nouvelle grille (avant, la verrière était en verre blanc ; elle est située dans la partie agrandie en 1863). Le curé profite de la présence de Jacqui pour lui faire enlever le vitrail à moitié démoli comportant un médaillon de saint Joseph près de l´autel de saint Jean, ainsi que 5 panneaux des vitraux de saint Luc et saint Jean pour restauration. Les maçons en profitèrent pour consolider les deux contreforts nord de l´église (bases ravinées) et réparer les autels des chapelles et leurs marchepieds (le bois de l´autel de saint Jean était pourri).

    - 5 mai 1934 (article de journal). Pose d´un vitrail de l´apparition de la Vierge à Bernadette, à la place de 2 vitraux déteriorés quoiqu´assez récents (1879) dont les restes serviront à d´autres ouvertures. Vitrail commandé à Jacqui grâce à une promesse de don de 1000 F ; finalement don de 2500 F. Article signé par Joannès Epinat, professeur d´histoire au petit séminaire de Montbrison ?). Les débris du vitrail précédent (chapelle de la Vierge donc), deux médaillons et des grisailles, ont été réparés par Jacqui qui unit les médaillons par une grisaille romane´ et les entoure de bandeaux inspirés de la cathédrale de Chartres. Posés dans la sacristie avec une verrière de protection. Au même moment, verres de couleur pour le portail.

    - Février 1935, prédication d´un jubilée. Des images et un Christ (maison Carton et Motte de Lille) sont remis aux participants.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AP Bard. Registre de délibérations de la fabrique de la commune de Bard, 3 avril 1842-22 avril 1900. (1 cahier, papier, 22,4 cm).

  • AD Loire Commune de Bard / Fabrique de l´église de Bard / Inventaire / des meubles et objets affectés au culte dans l´église / de Bard au 1er janvier 1905.

  • A paroissiales de Bard. Paroisse de Bard. Oeuvres et mobilier. [1908-1937]. (1 cahier, papier, 21,6 cm).

Documents figurés
  • Bibl. Diana. Soubassement 6. Chemise GRAS. Pour une histoire de Montbrison. Liasse 5F 93, n°6.« Deux chandeliers de Bard ».. Dessin au crayon au revers d´une carte de visite d´Octave de la Batie, 3ème quart 19e siècle.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry