Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation du mobilier de l'église paroissiale Saint-Julien

Dossier IM42001679 inclus dans Église paroissiale Saint-Julien réalisé en 2006

Fiche

Sommaire objets mobiliers de l'église paroissiale de Moingt : Liste des objets non étudiés

Ensemble du mobilier fixe en béton brut. Mobilier datant des années 1960. Le mobilier du choeur est placé sur des degrés recouverts de galets et sur une plateforme carrelée. Dessiné par Lazar ?

1 - Autel. Table d´autel en granite gris, de plan rectangulaire. La = 110,5

2 - Ambon. Une équerre avec une découpe sur le côté. H = 92

3 - Banc de choeur. Au sud de l´autel. Assise en bois résineux. H = 111,5 ; La = 236

4 - Siège de célébrant. Encadré de deux sièges. L´assise du siège de célébrant et les accoudoirs sont en béton, le dossier est en bois. Les assises des sièges latéraux sont en bois, les dossiers et accoudoirs sont en béton. Sièges situés au sud de l´autel. H = 166,5 ; La = 191 ; Pr = 70,5

5 - Piscine baptismale. Dans l´absidiole nord, de plan rond en forme d´entrée de serrure, le fond de la cuve et les 3 degrés sont recouverts de galets. Une étagère au-dessus, fixée au mur, en béton. H = 95,5 (profondeur de la piscine) ; La = 211 ; D = 141.

6 - Bancs d´églises. Piètement en béton, assise et dossier en bois et métal.

Chapiteau. Pierre calcaire. Décor en bas-relief. Evidé au centre pour servir de bénitier ( ?). Corbeille ornée de pommes de pin au centre des faces et aux angles, et serpentins. Partie supérieure avec deux filets. De forme carrée en plan, en forme de pointe aux angles et arêtes carrées au centre des faces.

Inscriptions : sur le dessus, gravées : MA / ZET et / ETIE / [NNE, ?] et 18 / 03

Dimensions : H = 27 ; La = 35 ; Pr = 35.

Plaque funéraire. Placée à l´entrée du choeur. Granite.

Inscriptions : CI GIT / MESSIRE IEAN / GI( ?)RAUDIER / PASTEUR DE CETTE PAR[O] / [I]SSE 1810(ou 1816) / REQUIESCAT / IN PACE / S[...] [une fleur] [trois jambages] / [une ligne illisible] ON / [une fleur] PAS [une fleur] DECEDE LE 15 / OCTOBRE ( ?) 1861 (ou 1831) / [une croix]

Dimensions : H = 155 ; La = 63

Plaque funéraire. Placée dans l´allée centrale. Granite.

Inscriptions : CHAWOV.C / IEAN . POU [...]

Dimensions : H = 156 ; La = 80

Dalle funéraire. Placée dans la nef, bas-côté droit, vers l´entrée. Granite.

Inscriptions : IEAN / GAV / VAIN / 1743

Dimensions : H = 143 ; La = 82

Monument aux morts. Pierre calcaire gravée. Table de forme cintrée, décor d´arcature sur deux pilastres cannelés.

Inscription : AUX MORTS / POUR LA PATRIE / 1914 1918 / [nom des officiers par grade] / [nom des officiers et soldats par ordre alphabétique]

Signature : gravée en bas à droite : CHEUZEVILLE

Dimensions : H = 171 ; La = 112

Plaque commémorative (2). Marbre avec inscriptions gravées et dorées. Plaque de forme brisée.

Première plaque : arcature trilobée gravée, croix. Inscription : LA PAROISSE / A SON / REGRETTE PASTEUR / M. LE CURE BREUIL / 1904 - 1937.

Seconde plaque : croix plate avec cercle entre les bras. Inscription : PERE JEAN DUCROS / 1962 - 1992 / LA PAROISSE / RECONNAISSANTE.

Dimensions : H = 100

Lustre d´église (4). Fer forgé, boule en verre.

Datation : milieu 20e siècle.

Confessionnal. Chêne. Trois travées, de plan rectangulaire, porte ajourée : treillage. Croix latine au sommet du confessionnal.

Dimensions : H = 263

Datation : milieu 20e siècle

Bénitier. Granite. Vasque de plan ovale avec cannelures. Pied en balustre.

Dimensions : H = 107 ; La = 81 ; Pr = 67

Datation : limite 18e siècle 19e siècle

Chandelier pascal. Laiton doré, estampé ou fondu, ciselé, ciselé au mat. Base triangulaire avec trois pieds (feuilles d´acanthe et enroulement), coquille sur la ceinture, personnages en bas-relief sur chacune des faces (Vierge à l´Enfant, femme avec calice, saint Jean (jeune homme) ou jeune femme ?, coquilles, acanthe, volutes et enroulements. Bobèche découpée : médaillons, perles, feuilles.

Dimensions : H = 62,5

Datation : seconde moitié du 19e siècle.

Goupillon. Manche en bois noirci, arbre fruitier. Extrémités en argent avec un décor de perles.

Inscriptions : poinçon de maître : Favier, garantie gros ouvrages 1er titre départements 1838-1973.

Datation : seconde moitié du 19e siècle.

Seau à eau bénite. Cuivre doré, tôle martelée, anse fondue, décor en bas-relief : croix.

Datation : milieu 20e siècle.

Croix de procession. Laiton et bronze argenté, gravé, ciselé, décor en bas-relief, ajouré, rapporté en ronde bosse. Manche en chêne ou noyer, deux bagues en métal argenté (stries et perles). Croix avec douille et noeud aplati, décor maladroit gravé, feuilles d´acanthe et rinceaux de vigne sur le noeud. Inscription sur la douille : JT. Le croisillon a sa base formée de feuilles d´acanthes, les bras de la croix sont lisses à rebords et aux extrémités ajourées (sorte de vase et de feuilles) et aux côtés avec feuilles. Le titulus : un cartouche en cuir. Le Christ fixé par 4 clous, périzonium de cordes, rapporté.

Dimensions : H = 210,5 ; La = 22 ; D noeud = 9

Datation : milieu 19e siècle

Verrière (baie 0). Baie géométrique en plein-cintre, pierre tranchée et translucide.

Dimensions non prises

Datation : 20e siècle.

Verrière (baie 1). Baie géométrique en plein-cintre, pierre tranchée et translucide.

Dimensions non prises

Datation : 20e siècle.

Aire d'étude et cantonMontbrison
LocalisationCommune : Montbrison
Lieu-dit : Moingt le bourg

Annexes

  • Extrait des éléments historiques concernant les objets mobiliers de l'église, relevés dans les archives communales et départementales (série O 1060)

    Le 16 nivôse an II (4 janvier 1794), les objets de l´église de Moing, « les dépouilles », sont remises à l´administration de Boën qui signe un reçu pour 2 calices avec leurs patènes, un ostensoir, 2 ciboires, une petite boîte, une petite croix d´argent ; un autre reçu est signé pour une aune de galon or et linge.

    22 floréal an II : (11 mai 1794) vente des ornements de l´église de la commune de Moingt. Le produit de la vente revient aux pauvres et indigents de la commune.

    - Une chape avec galons

    - Une chape blanche et noire

    - Une chape citron

    - Une chape en soie

    - Une chape noire

    - Deux chasuble

    - Une chasuble cramoisie garnie de ses galons 7 £

    - Une chasuble cramoisie en laine garnie de ses galons 5 £

    - Une chasuble gris de fer, doublure toile rouge 5 £

    - Une chasuble à grands ramages à fond blanc 24 £

    - Une chasuble violette 8 £

    - Une chasuble blanche 3 £

    - Une chasuble à grand bouquet, fond blanc 7 £

    - Une chasuble verte

    - Une chasuble de différentes couleurs

    - Une chasuble avec étole

    - Trois chasubles blanches

    - Trois chasubles noires

    - Une chasuble rouge et blanche

    - Un devant d´autel « mauvais » 1 £

    - Un devant d´autel des morts

    - Sept devant d´autel

    - Cinq robes d´enfants de choeur

    - Deux étoles

    - Une étole cramoisie

    - Une étole blanche

    - Une étole et manipules blancs

    - Quinze étoles et manipules

    - Deux manipules

    - Cinq bourses

    - Un devant d´autel cramoisie

    - Un devant d´autel violet et sans doublure

    - Un devant d´autel noir et sans galon

    - Un devant d´autel avec bouquet

    - Coussins

    - Cinq voiles de calice

    Un voile de calice 4 £

    - sept robes de chandelier

    - Un rideau de devant d´autel

    - Un drap de mort plus un vieux

    - Une bannière

    - Un tapis ou couvre autel

    - Une robe de

    - Dix-huit rideaux d´indienne ou de toile

    - Six robes de la Vierge

    - Une robe de Vierge ancienne usagée

    - 3 robes d´enfant Jésus

    - 2 voiles bleus

    - 4 voiles cramoisis

    - cinq voiles

    - deux voiles violet

    Le 12 Nivôse XII. (3 janvier 1804) Inventaire des objets qui se trouvent dans les armoires de la sacristie :

    - 3 chasubles avec étole et manipules, unis, usés, pouvant servir. 1 chape, 2 aubes, 2 surplis, 2 cordons.

    - 6 chandeliers d´autel arquemis et une croix très anciens.

    - 2 nappes, 2 lavabos

    - un encensoir arquemis

    - calice, ciboire, ostensoir ou soleil loton ou arquemis soufflée en argent [sic]. Ces trois objets sont des prêts d´habitants.

    - un mauvais crucifix en bois, mais pas de croix de procession.

    Le conseil de fabrique dans une délibération du 6 mai 1838, précise que pour la restauration, la décence et propreté de l´église; l´autel et la statue de la sainte Vierge ne se trouvant plus dans un état décent, par vétusté et par défaut de goût ; ces objets seront renouvelés avant la Toussaint. Une somme de 200F est engagée pour l´achat de 2 autels pour les chapelles des nefs latérales, les anciens étant pourris par l´humidité.

    Le 22 août 1838, dans le cadre des travaux à réaliser à l´église, Le sieur Croza, maître plâtrier, réalisera, au lieu d´un galandage en briques posées sur champ et une voûte, exécutera une voûte à voile à quatre arceaux dont la naissance sera vers le Christ placé au dessus du maître-autel et qui se terminera à la rencontre de la chaire à prêcher. La même personne transportera le maître-autel vis-à-vis des chapelles de Saint-Julien et de la Vierge. Il changera la table de communion et fera le dallage de toute la partie comprise entre les stalles et la chaire.

    Le 13 avril 1841, le devis descriptif et estimatif des ouvrages à réaliser à l´église précise que M. Croza réalisera le décor des chapelles de la Vierge et de Saint-Julien : décoration au plâtre avec les niches et moulures nécessaires (pilastres et chapiteaux) qui seront ensuite marbrées au vernis. Le 3 septembre 1842 Etienne Trabucco, architecte reçoit les travaux exécutés par André Croza pour diverses réparations à l´église dont le changement de place du maître-autel et de la table de communion.

    Le 15 avril 1849, le conseil de fabrique précise que le 16 novembre de la même année plusieurs dépenses ont été effectuées : argenture par galvanisation de la croix de procession, la croix et la bannière et la petite pour la procession, deux lampes, deux chandeliers des acolytes, le bénitier et l´encensoir.

    Le 16 juin 1875, un legs du 22 novembre 1870 est acceptée et affectée à la chapelle de la Vierge, un autre, du 21 mars 1877, pour fabriquer des ornements de la même chapelle, est refusé.

  • Extrait des éléments historiques relevés dans les archives communales et départementales concernant l'horloge de l'église (AC Moingt et AD série O 1060)

    Le 20 pluviôse an II (8 février 1794) Gabriel Berthollet promet de monter et graisser l´horloge de la commune pour 42 F par an. Le remontage de l´horloge est affermé à Benoît Charles le 18 pluviôse an IV et à Jacques Berthollet le 4 Messidor an XIII.

    Le 22 décembre 1840, une lettre du préfet au maire en réponse à celui-ci concernant une demande d´autorisation de faire réparer l´horloge. Burdin aîné, fondeur de cloches, rue de Condé n°22 à Lyon, répond à Morel, horloger de Monbrison concernant sa demande d´achat d´un timbre pour l´horloge de Moingt ; il lui demande des précisions sur son choix : veut-il un timbre à calotte dans la forme de ceux des petites horloges, ou une cloche avec son battant comme celle qu´il a vendue à Saint-Just-sur-Loire ? Le prix des timbres sont à 3,40 F le kg ; il en a trois qui sont prêts, le plus gros pèse 116 kg ; les cloches valent 3,10 F le kg, il en a de toutes prêtes « superbes.

    Entre temps, le 6 février 1841, un horloger constate que le retard de l´horloge est dû au fait que celle-ci est fixée au beffroi et donc ébranlée par les cloches, elle doit donc être changée de place. Aussi, le conseil municipal décide-t-il de mettre en vente l´église et le cimetière Saint-Jean pour faire face aux dépenses des réparations de l´église et de l´horloge. Décision que reprend le conseil municipal le 5 mai 1841.

    Echange de courrier entre Burdin et Morel concernant la livraison d´une cloche de 99 kg (sans le battant) pour 308,45 F. Morel réclame une autre cloche et Burdin propose 'un timbre à calotte, dans la forme de celles des petites horloges, de 116kg'. Mais Morel souhaitait une cloche, pas un timbre (échanges confus entre les deux hommes).

    Le 23 août 1844, une lettre du maire au préfet précise que l´horloge a depuis longtemps cessé de marquer les heures, le conseil municipal veut la faire réparer et demande alors un devis : il faut supprimer toute communication entre la cloche et le clocher car l´ébranlement de la cloche dérègle l´horloge située dans le clocher. On décide de placer une petite cloche sur le toit du clocher, comme timbre. L´horloger Morel promet de fournir cette cloche et les ferrures nécessaires pour l´installer sur le clocher, surmontée d´une croix de fer. La cloche sera protégée par un petit toit en tôle avec une girouette placée dessus. Morel réparera aussi l´horloge.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry