Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tuilerie

Dossier IA42002986 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéesfour à pain, cuvage, étable à chevaux, cellier
Dénominationstuilerie
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Chalain-d'Uzore
Lieu-dit : Lot des Pierres
Cadastre : 1809 B 103, 104 ; 1987 B2 252, 253

Une tuilerie est implantée sur ce site au moins dès le 18e siècle, puisqu'elle figure sur la carte de Cassini (2e moitié 18e siècle). Il s'agit peut-être de la "tuilerie de la Corée", mentionnée en 1766 dans les registres paroissiaux de Champdieu (AC ; voir aussi Paul Robert, qui fait remonter cette tuilerie au 17e siècle, avec des artisans venus de la province de Marche). Sur la carte de Cassini, un chemin bordé d'arbres relie en effet la ferme des "Buissonets" et celle du "Haut des Pierres", toute proche de la tuilerie, au château de la Corée (Champdieu, IA42003123), racheté en 1785 par Antoine Orizet, procureur au baillage de Montbrison (Salomon, p. 112). La matrice cadastrale de 1809 confirme que ce dernier est également propriétaire de la tuilerie : parcelles 1809 B 103, "tuilière", B 104, maison, B 105, étang et terre, et B 98, jardin (le lieu-dit est alors appelé les Pierres sur le plan cadastral ou le Rompey sur la matrice), ainsi que du domaine rural des Buissonnées (IA42002982). Un plan réalisé lors du creusement du canal du Forez (A. SMIF), en 1887, donne le plan-masse des bâtiments de la tuilerie à cette date, qui est totalement différent de celui de 1809. Il représente une habitation avec un four accolé, une "écurie", un hangar et séchoir, et à l'est, un bâtiment allongé et un autre plus petit de plan carré (séchoir et four ?) qui ne sont pas identifiés. La tuilerie appartient alors à Marien Saintrapt (mentionné à partir de 1877 dans les listes de propriétaires de chevaux conservées aux AC). Le plan-masse de 1887 correspond approximativement à celui des bâtiments actuels, qui ont cependant été remaniés au 20e siècle. Le bâtiment signalé comme "écurie" est actuellement une habitation avec grange, étable et cuvage ; l'édifice peut remonter au début du 19e siècle (après 1809), avec des remplois plus anciens (encadrements chanfreinés) et des remaniements avec changement de fonction selon les époques (logis et parties agricoles ou seulement usage agricole). Le bâtiment signalé comme habitation et four est une habitation (limite 19e siècle 20e siècle ? Le plan-masse actuel est différent de celui de 1887), dont la partie nord, correspondant à l'emplacement du four, est en ruine. On distingue encore l'emplacement des piliers du hangar. Le séchoir a disparu. Le bâtiment de plan allongé situé à l'est (atelier ou séchoir ? 2e moitié 19e siècle) subsiste en élévation, en ruine ; le second bâtiment situé à côté a disparu. Selon un témoignage oral, le site était une briqueterie dans la seconde moitié du 20e siècle ; les briques fabriquées sur place étaient cuites à Sainte-Agathe-la-Bouteresse (Loire ; voir IA42001208). Cette briqueterie aurait fermé en 1973.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle

Les bâtiments de la tuilerie s'organisent autour d'une cour bordée au sud par un chemin joignant la route principale (D 8) au Bourg de Chalain-d'Uzore, à côté duquel passe le canal du Forez. L'étang situé à proximité occupe une cavité laissée par l'extraction de la glaise. Le bâtiment situé en fond de cour se présente comme une ferme à juxtaposition, avec un logis de deux travées, à un étage, composé au rez-de-chaussée d'une cuisine (avec évier dans une niche, four à pain et escalier droit, en bois) et d'un cellier. Dans le prolongement se trouve une étable avec fenil (et de l'autre côté, une petite écurie adossée, ajout postérieur). Sur l'arrière sont aménagés un hangar-cuvage et un cellier, ainsi que des petites étables (à poules, lapins...) derrière l'écurie. Le second logis, au sud-ouest de la cour, a deux travées, avec un sous-sol voûté et un étage. Le séchoir situé à l'est est un bâtiment ouvert sur ses deux faces par quatre arcades en anse de panier, avec une fenêtre sur les faces latérales. Son état de conservation n'a pas permis de connaître ses dispositions intérieures ; il a été réutilisé en étable. Les bâtiments sont en pisé enduit, avec encadrements en brique, en granite (porte d'entrée de la ferme) ou en bois (fenêtres non remaniées de la ferme, fenêtres latérales du séchoir). Les toits sont à longs pans, avec croupes sur la ferme, en tuile creuse.

Murspisé
enduit
Toittuile creuse
Étagessous-sol, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Chalain-d'Uzore. Recensement militaire des chevaux. La 1ère liste date de 1876. 5 à 8 juments dans la commune ; 21 certaines années. En 1891 et 1893, une jument est déclarée par Marien Saintrapt, tuilier au lieu-dit lieu dit "l'Eau des Pierres" ; en 1895, tuilier, il est dit tuilier à la Corée. Il est mentionné à partir de 1877.

  • AC Champdieu. Registres paroissiaux. Dépouillements réalisés en 2004 par Anne Carcel, pour documenter le rapport de présentation de la ZPPAUP. Registre de baptêmes, mariages et sépultures, 1755-1770. 28 septembre 1766. Sépulture de (...) François Fouras (?), maître thuilier ... à la thuilerie de la Corée. 13 novembre 1766. Baptême d'un fils de Pierre Colomb, maître pottier de la Corée ; parrain et marraine, les seigneurs de la Corée, Joachim Bulliod et Anne Madeleine Parent.

Documents figurés
  • Ministère de l'Agriculture. Ponts et chaussées. Canal du Forez. Branche principale. 6e partie dite de Montverdun. Communes de Champdieu [et] Chalain-d'Uzore. Expropriation pour cause d'utilité publique. Enquête parcellaire. Plan parcellaire sur une longueur de... / Peniguel (ingénieur ordinaire). 1 dess. : encre et lavis colorés sur calque toilé ; éch. 1:1000 ; h. 30 cm, la. 21 cm x 32 plis. 1887 (A. SMIF, Montbrison. Carton 233. Dossier 4031. Liasse 1. Pièce 2). Annotations : "éch. 0,001 par mètre soit 1/1000e. Dressé par l´ingénieur ordinaire soussigné, à Montbrison le 13 août 1887 ; signé Peniguel". - plan-masse de la tuilerie de Lodépierre (Chalain d´Uzore) appartenant à Marien Saintrapt. - plan-masse de la ferme de Lodépierre (Champdieu).

Bibliographie
  • ROBERT, Paul. Briques pressées-marquées, briqueteries vers 1900. Montbrison : cahier spécial de Villages de Forez, 1997. Accès internet :

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry