Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine de confection Rasurel puis MJC et piscine de Monplaisir

Dossier IA69001452 réalisé en 2015

Fiche

Parties constituantes non étudiéesjardin, piscine, logement patronal
Dénominationsusine de confection
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 8e
Lieu-dit : Adresse : 19, 25, 29 avenue des, Frères Lumière, rue
Saint-Hippolyte
Cadastre : 1999 AC 23, 75

Localisé avenue des Frères Lumière, ce site constitué d’une villa, de 2 bassins de nage, d’un bâtiment théâtre et d’un parc arboré, était l’ancienne propriété de la Famille Neyron Champollon, créateur de l’entreprise Rasurel. Située dans une des plus vastes propriétés du quartier, la maison est implantée sur une parcelle du lotissement des Tournelles, là où le baron avait fait bâtir sa « maison témoin » dont il ne reste a priori rien aujourd’hui. Pierre Neyron de Champollon industriel et grand sportif (1896-1974), créateur des usines Rasurel, fabricant de sous-vêtements et de maillots de bains habita la demeure et fit construire dans les années 1930, deux piscines une d’été et l’autre d’hiver qui ont été en fonction jusqu’à la fin de l’année 2013 ainsi qu’une salle prévue pour les défilés des collections. Les bassins créés servaient de bancs d’essais. La grande salle rattachée à la piscine avec sa scène permettait l’organisation de défilés.

En 1962, cette demeure bourgeoise est totalement rénovée et très largement modifiée dans son aspect intérieur et extérieur, dépose de la toiture et création d’un niveau supplémentaire, pour accueillir la Maison des Jeunes et de la Culture du quartier Monplaisir. Ce projet s’inscrit dans un projet global de développement des M.J. C. au niveau national, initié en 1959 par Maurice Herzog (alpiniste lyonnais) devenu secrétaire d’Etat à la jeunesse et aux sports.

En 1997, (cet équipement devenant obsolète devant l’afflux des adhérents), est réalisée une extension de 1 400 m² à l’ouest de la parcelle sur l’ancien tènement des usines de salaisons Morey par les architectes Anne Burlat et Gérard Cuzin, dans le même temps la véranda de la villa est démolie. Cette extension comprend, une salle de spectacle, des salles de sport et d’activités, d’un bar-restaurant. Aujourd’hui, 22 administrateurs, 17 permanents, 2 300 adhérents (venant de toute la ville de Lyon) accompagnent ce grand équipement de quartier. Deux bassins de nage pratiqués différemment : celui d’été a un usage de piscine municipale et celui d’hiver est géré par la MJC pour les cours de natation des adhérents et d’un public scolaire (beaucoup de succès : 500 adhérents rien que pour cette activité).

Contexte : 2 bassins, un extérieur et un intérieur amenés à disparaître dans un projet de restructuration des espaces extérieurs de la MJC. Fermeture de la piscine au regard de contraintes de sécurité, en effet le bassin intérieur ne répond plus à la réglementation EPR (Etablissement Recevant du Public).

Deux bassins de nage qui disparaissent du 8e arrondissement, où il ne restera que la piscine d’été de Mermoz.

Pour quel programme ? Evolution du bâti pour l’accueil d’activités de la MJC sans activités de natation comblement des deux bassins.

(dossier en cours : saisie photos)

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates1930, daté par source

Datation de l’espace de nage : vers 1930

Dimensions des 2 bassins de plan rectangulaire et d’une capacité de 100 m².

Bassin intérieur en béton : 20 m x 5 m

Bassin extérieur en béton : 25 m x 5,6 m

Des bassins de qualité de part leur dimension mais souffrant de nombreux désordres structurels, ils ont été utilisés par le public jusqu’à fin 2013.

Caractéristiques : le bassin intérieur-couvert n’a pas d’espace connexe, il est littéralement enfermé dans l’espace bâti, ce qui correspondait à un usage privé et commercial : test des maillots de bains produits par la société familiale Rasurel.

En revanche le bassin extérieur, de même qualité est localisé dans un espace ouvert et arboré, il reste un très bel espace de baignade. L’espace en accroche sur l’espace urbain correspond à un haut mur en alignement sur l’avenue des frères Lumière qui ferme cet espace et serait à traiter de façon plus ouverte sur la MJC. Reste la grande salle années 1930, rattachée à la piscine, avec sa scène permettant l’organisation de défilés et qui sert aujourd’hui de salle de cours de danse, de théâtre de la MJC.

Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives direction centrale de l’immobilier ville de Lyon

    Service Urbanisme et Architecture Ville de Lyon
Bibliographie
  • CHAMBON, Catherine. Lyon 8e arrondissement, Histoire et métamorphoses. Edition Lyonnaise d'Arts et d'histoire, 2009.

    p. 59, 60 Région Rhône-Alpes
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine