Usine de construction électrique, La Savoisienne, puis Alsthom-Savoisienne, puis Alsthom-Atlantique, puis Alsthom, puis GEC-Alsthom, puis Alstom, actuellement AREVA T et D Aix-les-Bains
Copyright
  • © Archives privées Entreprise AREVA T et D Aix-les-Bains

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Les Plonges
  • Commune Aix-les-Bains
  • Lieu-dit Les Plonges
  • Adresse 1 rue Paul Doumer
  • Cadastre 1879 E 343, 343 bis, 346-347, 349-350 p., 359-359 bis, 360-362 bis, 363-363 bis, 364-373, 400-403 bis, 404-404 bis, 405, 407-411 ; 2006 AX 17, 21, 69, 82, 95-96, 104, 135-137
  • Dénominations
    usine de construction électrique
  • Appellations
    Société Savoisienne de Constructions Electriques, Alsthom-Savoisienne, Alsthom-Atlantique, Alsthom, GEC-Alsthom, Alstom, AREVA T et D Aix-les-Bains
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de conditionnement, laboratoire, conciergerie

La Société Savoisienne de Constructions Electriques (SSCE), spécialisée dans la fabrication de transformateurs, a été fondée le 9 mars 1921 par Léon Jean Egger et Claudius Forest, ingénieurs français, employés à Genève. Les premiers bâtiments, soit deux halles (A et B, cf dossier), un hangar (S1) et un bâtiment administratif (J1, cf dossier), sont élevés au sud de la ville entre 1920 et 1921, sur les plans de Jean Luya, par l´entrepreneur Léon Grosse. La Compagnie Générale d´Electricité (CGE) prend le contrôle du conseil administratif en 1923. Avec les usines de Delle à Villeurbanne et de Câbles de Lyon à Gerland, la SSCE appartient désormais à un groupe français spécialiste du matériel d´équipement des lignes électriques haute tension. La production est destinée aux réseaux électriques ainsi qu´aux industries électrochimiques et électrométallurgiques des marchés national et européen. L´augmentation de capital, responsable du changement de propriété, permet à la Savoisienne d´acquérir de nouvelles parcelles et d´agrandir ses locaux : entre 1923 et 1930, 5 halles de montage et de fabrication (halles C, D, E, Z, Y), 10 ateliers (H1, H2, H3, H4, H5, H6, H7, K, L, M), et des extensions du bâtiment administratif (J2, J3) sont réalisés. Au milieu des années 1930, la surface couverte est de 12 500 m2. Malgré la seconde guerre mondiale, un plan d´équipement pour la production électrique mis en place par la Défense Nationale explique la construction d´une nouvelle halle de montage (1ère partie de la halle X, X1) et d´un atelier (N) en 1940. La même année, un bâtiment abritant l´infirmerie, le réfectoire et des douches (J5) est érigé. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la relance économique liée à l´effort de reconstruction, à la nationalisation de l´électricité et à la création d´EDF, se traduit sur le site d´Aix-les-Bains par l´édification d´un atelier de bobinage (bâtiment V), sur les plans de l´architecte R. Perrot Boissier, et par l´agrandissement de la halle X (X2) en 1949. Le bâtiment V sera prolongé puis raccordé à la halle X. Les évolutions techniques dans le domaine de l´électrotechnique mondiale expliquent les nombreux aménagements réalisés à partir de 1953-1954 : une halle (U) puis un laboratoire d'essais (T) en 1958, un magasin de stockage du bois (G2a) et un atelier de peinture (G3) sont construits. Le centre d´apprentissage, créé en 1946 dans les locaux de l´usine, s´installe dans un bâtiment spécifique en 1954. Suite à un rapprochement entre la CGE et Alsthom, la SSCE devient Alsthom-Savoisienne en 1964. Tout en poursuivant la production de transformateurs de puissance, elle développe la fabrication de réducteurs de mesure. Ces orientations expliquent la construction d'un atelier de fabrication (UT) en 1968 puis l´édification d´une nouvelle halle de montage (RM1), en deux étapes : en 1975 par le cabinet E et J. L. Tonello, en 1978, par l´architecte Georges Noiray. En 1984, l´intégration du site d´Aix-les-Bains au groupe Haute Tension entraîne l´arrêt de la fabrication de transformateurs et le début de la production de postes blindés haute tension. Un plan directeur de rationalisation prévoit la construction en 1985, sur les plans de l´architecte Jacques Hervet, d´un vaste bâtiment (BHT1) regroupant des ateliers de montage et de fabrication, un laboratoire d'essais, des bureaux et des magasins de stockage. Le chantier nécessite la démolition partielle du hangar de peinture (G3). Les sheds de ce bâtiment sont modifiés en 1986. En 1989, l´usine rejoint la division Transmission et Distribution (T et D) du groupe GEC-Alsthom : le laboratoire d´essai (T) est transformé en centre de formation pour les clients de l´usine et, en 1991, la production de réducteurs de mesure est transférée. Cette spécialisation accrue entraîne la desaffection puis la démolition de vastes superficies entre 1988 et 1992, soit 8 halles de montage (A, B, C, D, E, Z et Y partie nord du bâtiment V et bâtiment W), 11 ateliers (K, L, M, N, P, H1, H2, H3, H4, H5 et H6), des hangars (S1, S2 et S3) et trois bâtiments annexes (le réfectoire, G7, le local incendie, G5, et le bâtiment social, J5). La halle X, datant de 1940, est désormais la plus ancienne. Parallèlement, afin de concentrer l´ensemble des bureaux disséminés sur le site, un nouveau bâtiment administratif (BHT2, cf dossier) est élevé en 1992. En 2004, AREVA devient propriétaire de l´usine dans le cadre du rachat de la division T et D d´Alstom. Le site d´Aix produit des sous-stations électriques isolées au gaz (GIS) pour des clients internationaux. Après la démolition des anciens bâtiments administratifs (J1, J2, J3 et J4) et d´un atelier (V), de nouvelles constructions seront inaugurées en septembre 2008 : des ateliers (montage, cablâge et emballage) et magasins de stockage, des locaux administratifs, sur les plans du cabinet Patriarche, par l´Entreprise Générale Léon Grosse, ainsi qu'une extension d'un atelier de fabrication dans le bâtiment BHT1. Jusque dans les années 1950, les principaux bâtiments de l´usine ont été réalisés sur les plans de l´ingénieur Jean Luya, par l´entrepreneur Léon Grosse. A sa fondation, la SSCE employait 18 personnes dont 2 femmes. Les effectifs du site ont rapidement augmenté : 60 personnes en 1923, 500 en 1930, environ un millier entre 1950 et 1965. Le nombre d´employés a ensuite progressivement diminué pour atteindre 450 en 1989. Ce chiffre s'est stabilisé jusqu'en 2005. D'ici 2009, un doublement des effectifs est prévu : près d'un millier d'employés devrait à nouveau travailler sur le site. Le personnel était majoritairement issu d´Aix-les-Bains. Depuis les années 1990, le bassin de recrutement s´étant élargi, la construction d´un restaurant d´entreprise est prévue. Entre 2000 et 2007, la production de l'usine a presque quadriplée (273 unités en 2000, 1005 en 2007, sachant qu'une unité correspond à une travée de 145 kV de sous-station électrique).

La parcelle s´étire du nord au sud, entre l´avenue de Marlioz et la voie ferrée. Les premiers bâtiments (halles A et B) ont été implantés selon cette orientation et agrandis à l´est (halles C et D, bâtiment E) et au sud (halles Z, Y, bâtiment W, inter-halls YZ, XY). L´occupation de la partie nord de la parcelle s´est réalisée avant 1950 tandis que la partie sud l´a été après. L´ensemble du bâti antérieur à 1940 ayant été démoli, la surface couverte est aujourd´hui concentrée au sud. L´entrée du site est signalée par le poste de garde (PG), à l´est. Les ateliers de fabrication et de montage sont répartis selon deux ensembles : le premier au nord (halles X, U, hall de jonction XU, bâtiment UT), le second au sud (BHT1) donnant sur la rue Général Ferié. Ils sont séparés par une halle (RM1) aux diverses fonctions (infirmerie, maintenance, réfectoire, contrôles-tests, magasins). Un centre de formation (T) est attenant à la façade sud des ateliers de fabrication X, XU, U. La partie nord est réinvestie par les nouvelles constructions qui occupent l´emplacement d´ateliers (H1, H2, H3, H4, H5, H6, V), d´un hangar de stockage (H7) et d´une chaufferie (H8). Le poste de garde (PG), construit en parpaings de béton et couvert en terrasse, présente un plan rectangulaire. Au rez-de-chaussée, la façade principale, orientée au nord, est précédée d´une rotonde en verre sur structure métallique en aluminium. L´étage carré, desservi par un escalier intérieur en équerre, est en avancée au dessus de la rotonde. Deux colonnes en béton supportent ce surplomb. Les ateliers de fabrication X, XU et U, d´une surface approximative de 7000m2, s´étendent sur 150 mètres de long pour 50 mètres de large. Ils se composent de deux grandes halles (X, montage et fabrication, U, traitement de surface) et d´un hall de jonction (XU, traitement de surface), orientés à l´est. La halle X est structurée par des piliers en béton armé avec remplissage, en parpaings de béton pour les élévations nord et sud, en parpaings de mâchefer pour les murs pignons. L´ancien pignon de X1, sur lequel la date 1940 est portée, interrompt à mis parcours le toit à longs pans en tuiles, soutenu par une charpente métallique composée de fermes apparentes. Celui-ci est brisé sur sa face nord, couverte par une verrière. La façade principale, à l´est, percée d´une grande baie en plein cintre, s´anime d´un décor architecturé à redents et chaînes d´angle en bossage. Le logo de l´usine, « SSCE », peint sur le pignon, est aujourd´hui effacé. La façade postérieure, aveugle coté voie ferrée, présente le même décor. L´intérieur est constitué d´un seul vaisseau. Les rails d´un ancien raccordement ferroviaire sont encore visibles dans le sol en partie pavé. Le hall de jonction XU et la halle U sont construits de manière similaire à la halle X : piliers et remplissage en parpaings de béton. Ils sont couverts respectivement par un toit à longs pans en tuile et une série de trois sheds, masqués par des façades principales rectangulaires. Celle du hall de jonction est divisée en trois registres de cinq baies horizontales chacun, dont les dimensions croissent de bas en haut. On accède à ce bâtiment par les halles mitoyennes. Celle de la halle U est entièrement percée de six baies verticales avec porte charretière. L´inscription du logo de l´usine et de la date de construction « CGE-1955-SAVOISIENNE-CGE », a aujourd´hui disparu. L´atelier de galvanoplastie (UT), en rez-de-chaussée, est construit en métal avec remplissage en parpaings de ciment. La structure métallique supporte la terrasse, revêtue de céramique cellulaire. La façade est percée sur la partie supérieure d´un rang de baies horizontales encadrant la porte centrale. Le bâtiment BHT1, construction métallique avec remplissage des murs en ciment expansé, s´étend sur une surface de 14000m2. Il comprend plusieurs ateliers accessibles de l´extérieur, et deux tours dans oeuvre derrière la façade nord, comprenant deux étages et abritant une partie des bureaux. Les sheds en acier reposent sur une charpente métallique, apparente pour la partie atelier. Deux blocs vitrés avec châssis métallique rouge, dont l´un formant surplomb au dessus de l´entrée principale, animent la façade nord. Un parement en métal revêt le reste des élévations. La halle RM1, couverte par quatre longs sheds, est constituée par une charpente métallique apparente avec hourdi de ciment expansé. Le vaisseau d´origine, de 4000m2, est coupé transversalement par une cloison. Au revers de la façade principale, des piliers métalliques portent des mezzanines, trois au sud, une seule au nord, communiquant entre elles. Elles sont desservies par un ascenseur central et un escalier droit. Cette distribution se reflète en façade dans la disposition des baies. Des jeux sur les différents matériaux, essentage de tôle, mur-rideau en pierre et surfaces vitrées, animent le décor de la façade principale, à l´est. Le centre de formation (T), de plan rectangulaire, a été conçu pour être un laboratoire d´essais des transformateurs, impliquant une isolation électrique et une importante hauteur sous plafond. Le soubassement est en béton tandis que le reste des élévations et la toiture sont en acier galvanisé. Les nouveaux bâtiments se présentent comme un ensemble formé de deux parties : les locaux administratifs, de plan rectangulaire allongé orienté nord-sud et couvert par une terrasse, auxquels sont raccordés, par l´élévation postérieure, les ateliers, de plan carré, présentant des lanterneaux. La façade principale des locaux administratifs, à l´est, est divisée en travées de deux niveaux de baies. Cette partie, accessible par un perron situé au centre de la façade, comprend un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré. Les ateliers, à quatre vaisseaux, sont constitués d´une structure composée de piliers métalliques avec hourdis d´acier galvanisé, supportant une charpente métallique.

  • Murs
    • béton
    • métal
    • résidu industriel en gros oeuvre
    • bossage
    • enduit
    • essentage
    • mur-rideau
    • moellon
    • parpaing de béton
  • Toits
    tuile mécanique, matériau synthétique en couverture, verre en couverture
  • Étages
    1 vaisseau, 2 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • terrasse
    • toit à longs pans brisés
    • shed
    • lanterneau
  • Escaliers
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AC Aix-les-Bains. 1 O 260, n° 1606. Permis de construire demandé par Jean Luya, ingénieur, pour la Société Savoisienne de Constructions Electriques. [Construction de la halle X et du bâtiment N], 4 décembre 1939

  • AC Aix-les-Bains. 1 O 238, n°443. Permis de construire accordé à M. Forest, Directeur de la Société Savoisienne de constructions électriques à Aix-les-Bains pour : la construction d’un bâtiment à usage d’ateliers de serrurerie, mécanique, etc. à accoler au hall n°5 ; la construction d’un hall Y et d’un hall de jonction, 29 octobre 1929.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 238, n°443.
  • AC Aix-les-Bains. 1 O 57. Dossier rue chemin des Plonges, 1948.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 57
  • AC Aix-les-Bains. 184 W 6, n° 265. Permis de construire demandé par la Société Savoisienne de Constructions Electriques. Prolongation de la halle X dite de grand montage, 1er septembre 1949

  • AC Aix-les-Bains. 184 W 118, n° 4241. Permis de construire demandé par Alsthom-Savoisienne, construction du hall UT, 19 février 1968

  • AC Aix-les-Bains. 336 W 25, n° 6231. Permis de construire demandé par M Arlhac pour Alsthom-Savoisienne, construction d´un hall atelier, 25 septembre 1974

  • AC Aix-les-Bains. 336 W 32, n° 6701. Permis de construire demandé par M Arlhac pour Alsthom-Savoisienne, construction d´un bâtiment, atelier et stockage, 5 novembre 1975

  • AC Aix-les-Bains. 336 W 38, n° 7204. Permis de construire demandé par M. Arlhac pour Alsthom-Savoisienne, extension du hall-atelier RM1, 26 janvier 1978

  • AC Aix-les-Bains. 363 W 17, n° 84 C 1030. Permis de construire demandé par Bernard Crugnola pour Alsthom-Atlantique, construction d´une nouvelle unité d´appareillage blindé haute tension, 3 septembre 1984

  • AC Aix-les-Bains. 184 W 14, n° 84 C 3002. Permis de démolir demandé par Bernard Crugnola pour Alsthom-Atlantique, démolition de deux bâtiments pour construire une nouvelle unité, 3 septembre 1984

  • AC Aix-les-Bains. 363 W 23, n° 86 C 1052. Permis de construire modificatif accordé à Alsthom-Atlantique pour la modification de l´unité d´appareillage blindé haute tension [Modification des scheds], 27 août 1986

  • AC Aix-les-Bains. 183 W 14, n° 88 C 4008. Permis de démolir accordé à Alsthom SA. [Démolition d'ateliers, corps de bâtiment G, de hangars et bâtiments S], 22 septembre 1988

  • AC Aix-les-Bains. 183 W 14, n° 88 C 4012. Permis de démolir accordé à Alsthom-Savoisienne, 4 novembre 1988

  • AC Aix-les-Bains. 89 C 1058. Permis de construire demandé par GEC-Alsthom pour la création de niveaux supplémentaires à l´intérieur d´un bâtiment existant. [Projet de création de bureaux supplémentaires dans le bâtiment d´appareillage blindé haute tension, BHT1], juillet 1989

  • AC Aix-les-Bains. 184 W 16, n° 91 C 4018. Permis de démolir demandé par M. Couteret pour GEC-Alsthom SA. [Démolition des derniers corps de bâtiments G], 18 février 1992

  • AC Aix-les-Bains. 183 W 17, n° 93 C 6005. Permis de démolir accordé à GEC Alsthom SA. [Démolition du réfectoire], 1er juin 1993

  • AC Aix-les-Bains. 183 W 17, n° 93 C 6006. Permis de démolir accordé à GEC-Alsthom SA. [Démolition de la partie nord de l'atelier V], 1er juin 1993

  • AC Aix-les-Bains. 184 W 17, n° 93 C 6004.