Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chalets Mermet

Dossier IA73003232 inclus dans Les alpages de Saint-Offenge-Dessus réalisé en 2014

Fiche

Précision dénominationchalet d'alpage
Parties constituantes non étudiéesfontaine
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessus
Lieu-dit : Chalets Mermet
Cadastre : 1880 C2 56, 57 ; 2013 C2 87

Le chalet Mermet (ou chalets à Mermet) est représenté sur le premier cadastre français, en 1880 : à cette époque, l'étable sud n'existe pas, et les deux bâtiments existants ont chacun un numéro de parcelle. Ils appartiennent en 1881 (matrice) à Pierre Mermet, propriétaire au Mouchet (Saint-François-de-Sales).

L'habitation est datée du 4e quart du 19e siècle : inscription IPH 1876 (I ou L ; la lecture du P est incertaine) gravée sur une poutre de rive en façade de l'habitation). Le chalet a été agrandi au début du 20e siècle : l'inscription I I [deux rameaux] PERRE PETIT . MARIUS AM 1900 (gravée sur le linteau de la fenêtre de l'habitation) peut correspondre à la construction de l'étable sud, et de la fontaine-abreuvoir orientale. La première étable a peut-être été transformée en porcherie à cette occasion. Une seconde fontaine-abreuvoir a été construite dans la cour au milieu du 20e siècle. L'édifice est actuellement désaffecté.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1876, porte la date
1900, porte la date

Chalet d'alpage à deux bâtiments dissociés (alt. 1140 m), comportant un bâtiment d'habitation et fabrication et deux étables, qui délimitent une cour bordée sur son troisième côté par une fontaine abreuvoir en ciment (à deux bacs, en ruine). L'habitation et la seconde étable sont édifiées perpendiculairement à la pente, la première étable parallèlement. Le chalet d'habitation est subdivisé par des cloisons en bois. Sa partie est comprend une cuisine-salle de fabrication (table d'égouttage sous la fenêtre) sur l'avant et un garde-lait ou freidi sur l'arrière (au nord), identifiable à l'extérieur par son mur nord percé de fentes d'aération horizontales et par une poulie en façade latérale, utilisée pour entraîner la baratte ; la partie ouest, semi-enterrée dans la pente, est une cave. La première étable comprend deux rangées (sol en ciment) séparées par une allée centrale ; la partie sous l'avant-toit est fermée par des tôles, et un appentis (à usage de cave ?) est greffé contre son angle nord-ouest. L'étable sud comprend deux rangées séparées par une allée centrale. Une seconde fontaine-abreuvoir, en ciment, est édifiée dans la cour.

Les bâtiments sont en moellon de calcaire enduit à pierres vues, avec des pignons en bardage de bois ou de tôle et des encadrements remaniés (pas d'encadrement, ou montants en ciment, linteau bois) ; le mur sud du freidi est en parpaing de ciment disjoints pour ménager des fentes d'aération verticales. Les toits sont à longs pans, avec croupes sur l'habitation et l'étable sud (une seule croupe, à l'ouest), en tôle ondulée et bac acier (habitation, avec faîtage désaxé).

Murscalcaire moellon enduit
Toittôle ondulée, ciment amiante en couverture
Étagesrez-de-chaussée, étage de comble
Couvrements
Couverturestoit à longs pans croupe
Typologiesferme d'alpage à deux bâtiments dissociés (étable ; logis, freidi et cave)
Techniquesferronnerie
Précision représentations

Une niche de forme triangulaire est aménagée dans le mur ouest de l'étable à chèvres ; elle a été peinte en bleue, pourvue d'une statuette de la Vierge de Lourdes et fermée par une grille en fer forgé, à décor de volutes, croix et cercle, en 2004 ; inscription sur la grille : MP 2004 RC (initiales du couple propriétaire).

Statut de la propriétépropriété privée
Protections
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry