Dossier IA74001724 | Réalisé par
Chapelle Saint-Martin (ancienne église paroissiale)
Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
  • © Parc naturel régional du Massif des Bauges

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays de Faverges et du Laudon - Faverges
  • Commune Chevaline
  • Lieu-dit Chevaline
  • Adresse chemin de la Grande Combe
  • Cadastre 1905 A2 242  ; 2008 A2 209
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Vocables
    Saint-Martin
  • Destinations
    chapelle

L´histoire de l´ancienne église de Chevaline est peu connue. Une église est mentionnée à Chevaline dès 1145 dans une bulle du pape Eugène III énumérant les biens du prieuré de Talloires. Le bâtiment actuel daterait du XVIIe siècle d´après Raymond Oursel. Saint François de Sales y effectue une visite pastorale le 19 octobre 1607. En 1648, le curé Jean-François Barrucand fait construire une chapelle dédiée à saint Blaise correspondant peut-être à la chapelle latérale nord. En 1750, le clocher est refait par l´architecte faucignerand Pierre Chenaval ; il a été remplacé par l'actuel clocheton. En 1802, l'église est réduite au rang de chapelle, la paroisse de Chevaline étant unie à celle de Doussard.

La petite église de Chevaline, érigée sur un léger relief, est située au centre de son cimetière. Elle est formée d´une seule nef rectangulaire dotée d´un plafond à la française. Le chœur, au chevet droit, est voûté d´arêtes ; Il est relié à la nef par une large arche en plein-cintre. Une chapelle latérale est implantée au nord de la nef. Elle correspond probablement à la chapelle saint Blaise érigée en 1648 et abrite un antépendium en cuir de Cordoue. Les maçonneries en moellon de calcaire sont enduites au ciment. La façade principale orientée à l´ouest ne comporte qu´une porte d´entrée, avec un encadrement en arc sur imposte, et flanquée d´un bénitier inséré dans la maçonnerie. Deux jours en forme de trèfles donnent sous le toit. La face nord n´est ouverte qu´au niveau du chœur par une fenêtre en plein-cintre. La chapelle latérale est quant à elle éclairée par deux fenêtres dont une en accolade. Le chevet plat est aveugle. Enfin, la façade sud comprend une fenêtre en plein-cintre donnant sur le chœur et deux fenêtres simples donnant sur la nef, ainsi qu´une porte latérale surmontée d´un linteau droit orné de deux blasons de Savoie encadrant une étoile. Le toit à deux pans est couvert en tuile écaille. Le clocheton, de fût carré surmonté d'une pyramide basse, est recouvert de tuiles écailles et percé de baies doubles sur ses faces nord et sud.

  • Murs
    • calcaire
    • moellon
  • Toits
    tuile en écaille
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    rez-de-chaussée
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    bon état
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • armoiries, étoile
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Bibliographie

  • MARIOTTE, Jean-Yves, BAUD Henri, CHALLAMEL, Jean-Bernard, et al. Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et le lac d'Annecy. Roanne : Horvath, 1981. 672 p. ISBN 2-7171-0200-0.

    p. 303
  • OURSEL, Raymond. Les chemins du sacré. Montmélian : La Fontaine de Siloé, 2011. 394 p. ISBN 978-2-84206-350-4

    p. 186
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2012
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Parc naturel régional du Massif des Bauges
Articulation des dossiers