Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château fort d'Ecotay

Dossier IA42002470 inclus dans Ancien village d'Ecotay, dit le Vieil Ecotay, actuellement hameau réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesdonjon, enceinte
Dénominationschâteau fort
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Écotay-l'Olme
Lieu-dit : Ecotay
Cadastre : 1808 C 44 ; 1998 AN 55

Le mandement d'Ecotay est cité à la fin du 12e siècle, et le château n'apparaît nommément dans les textes que dans la seconde moitié du 13e siècle (chatel d'Escotay, Charte du Forez n°903, 1260-1317 ; Dufour). La construction d'un château fort sur le site d'Ecotay remonte cependant au moins au 12e siècle (et sans doute au courant du 11e siècle), date à laquelle sont attribuables les vestiges existants. L'édifice est peu documenté dans les textes. Il appartient au comte de Forez. Des personnages portant le nom de cette seigneurie sont cités dès la fin du 11e siècle, puis surtout aux 12e et 13e siècle, dans l'entourage du comte (en particulier Bernard d'Ecotay, sacristain et chanoine de l'église collégiale de Montbrison, qui accompagne Guy V à la 7e croisade et obtint en Terre Sainte des fragments de la Vraie Croix ; voir IM42002138). En 1324, le comte cède Ecotay (échangé contre les terres de Vaudragon et de Pizay) à Hugues de Lavieu (Sonyer du Lac). La seigneurie d'Ecotay, que certains auteurs citent comme la troisième baronnie du Forez (Broutin, Dufour), comprend alors les paroisses de Bard, Lézigneux et Verrières, dont la rente noble de Quérézieux et la seigneurie de Beauvoir (Sonyer du Lac). A la mort de Jean de Lavieu (avant 1478), époux de Marguerite de Balzac, ses biens sont partagés entre les Lévis-Couzan et les Talaru-Chalmazel, qui possèdent Ecotay jusqu'en 1619. Mais le château a sans doute été délaissé dès le 15e siècle. A la fin du 18e siècle, la seigneurie appartient à une famille d'origine Sarde, à qui les biens dépendant d'Ecotay sont restitués en 1793, et qui les revend en 1801 à des marchands de biens. Ils revendent Ecotay à la famille de Meaux en 1804 (voir château de Quérézieux, IA42002471). En 1842, la partie orientale de l'enceinte, dont le tracé est visible sur le cadastre de 1808, est détruite et le rocher de la plateforme du donjon creusé afin de permettre l'agrandissement de l'église, devenue paroissiale quelques années plus tôt (article du Journal de Montbrison, cité par Barou, 1981). En 1981, la famille de Meaux cède les ruines du château fort à la commune, pour le franc symbolique. Des travaux de consolidation et mise en sécurité (reprise générale des maçonneries du donjon et de l'enceinte : mise hors d'eau des faîtages des murs, rejointoiement, réfection des chaînes d'angle du donjon, construction d'un plancher en béton au sommet du donjon avec escalier d'accès, reprise des ouverture avec création de linteaux en béton) ont été menés sous la direction du Service départemental de l'architecture et du patrimoine de la Loire en 1988 (A. SDAP Loire).

Période(s)Principale : 12e siècle

Le château est construit sur un éperon rocheux qui domine le confluent des vallées profondément découpées du Cotoyet et du Bouchat (dont la réunion donne le Moingt). Il n'est situé qu'à quelques kilomètres au sud-ouest de Montbrison. Il se compose d'un donjon de plan quadrangulaire, dont subsistent quatre (?) niveaux en élévation (sur environ 15 m de hauteur ; toutes les ouvertures ont été remaniées) : un niveau de basse-fosse, sans ouverture à l'origine (porte percée côté ouest) ; un 1er étage dont le plancher était posé sur un retrait du mur (sur les quatre côtés), avec un accès à l'est (?), face à l'église, ou au sud (actuellement : deux percements de la taille de portes à l'ouest et au sud, une fenêtre à l'est) ; un 2e étage dont le plancher était posé sur un retrait des murs nord et sud, avec une ouverture à l'ouest et une fenêtre en forme de lancette (?) à l'est) ; un 3e étage dont le plancher reposait sur des consoles (niveau totalement ruiné, dalle béton coulée au niveau de son plancher ; il est impossible de connaître le type de couronnement de la tour). Des traces d'un toit à deux pans appuyé contre le mur ouest sont encore visibles sur les clichés avant restauration. Le donjon est entourré d'une première enceinte polygonale, qui n'a plus de porte visible : elle se trouvait peut-être à l'est, vers l'ancien portail de l'église, dans la partie démolie en 1842. Aucune construction ne subsiste dans cette première enceinte, ou est creusée une citerne (ouverture au pied du donjon, côté est). Une seconde enceinte englobait l'église et quelques maisons du village qui s'est développé au-dessous du château et se cantonne aujourd'hui au fond de la vallée. Son tracé est encore perceptible sur le cadastre de 1808 ; elle utilisait sans doute les murs arrière des maisons. Il en reste peu de vestiges en élévation, envahis par la végétation. Les murs du donjon et de la première enceinte sont en moellon de granite, ponctués de trous de boulin, avec des chaînes d'angle en pierre de taille (refaites ; au sud-est, angle chanfreiné avec un congé en forme de feuille). La seconde enceinte n'a pas été repérée.

Mursgranite
maçonnerie
Escaliersescalier intérieur : escalier en vis en charpente métallique
États conservationsvestiges

Site comparable à celui d'Essertines-basses.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Inscription gravée sur une plaque apposée sur le château :

    CE CHATEAU FORT CONSTRUIT / AU XIIe SIECLE FUT LE SIEGE DE LA BARONNIE D'ECOTAY JUSQU'A / SON TRANSFERT A QUEREZIEUX / AU XVIIIE S. / IL APPARTINT AUX FAMILLES CHAUDERON D'ECOTAY / DE LAVIEU DE TALARU / DE LA ROUE / DE RIVAROL / DE MEAUX / CETTE DERNIERE EN FIT DON / A LA COMMUNE EN 1982.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A SDAP Loire. Dossier Château d´Ecotay L´Olme : grosses réparations. - Extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Délibération du 5 février 1988. Approbation du dossier de grosses réparations au château (devis de J.-C. Demars (Sculpture sur pierre, restauration de monuments et maçonnerie générale, à Marcilly-le-Châtel, Loire), daté de janvier 1988, 380 000 F). Demande de subvention. - Extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Délibération du 25 mars 1988. Rapport du maire. Le château d´Ecotay-L´Olme a été cédé à la commune le 25 août 1981, par M. de Meaux, pour le prix symbolique de 1 F. Vers juin 1986 des fissures sont apparues et des pierres se sont détachées. M. Lazar, architecte départemental des bâtiments de France, a visité le site et préconisé des travaux. Des entreprises ont été consultées. L´état du château s´aggrave fin 1987. Le devis de l´entreprise Demars, sur les indications de M. Lazar, (445 870,77 F) est approuvé et des subventions doivent être obtenues.

Documents figurés
  • Ministere de la Culture. Ministere de l´Urbanisme et du logement. Service départemental de l´architecture de la Loire. Commune d´Ecotay-L´Olme (Loire). Restauration du château. Projet : plan, coupes. Plan de l´ensemble : donjon et mur ; Coupe LL ; Coupe TT ; Mur côté sud, mur côté ouest, mur côté nord. / H. Lazar (architecte des bâtiments de France). 1 dess. : encre sur calque. Ech. 1:100. 78,5x101,2. 31 mai 1988 (A. SDAP Loire).

  • Ministère de la Culture. Ministere de l´Urbanisme et du logement. Service départemental de l´architecture de la Loire. Commune d´Ecotay-L´Olme (Loire). Restauration du château. Façades. Vue nord (1) ; Vue ouest (2) ; Vue sud (3). / H. Lazar (architecte des bâtiments de France). 1 dess. : encre sur calque. Ech. 1 :100. 74x100 cm. 5 mai 1988 (A. SDAP Loire).

  • [L'église, les ruines du château d'Ecotay et la croix, vues depuis le nord-ouest] / Abbé Bégonnet (?, photographe). 2 photogr. pos. : 2 tirages (du même cliché) sur papier argentique (sans doute du papier Lumière au citrate d'argent), mal fixés ; 13x18 cm. Limite 19e siècle 20e siècle. (Bibl. Diana. Fonds Brassart. Cote 5073).

  • [Vue du château d´Ecotay-L´Olme depuis l´ouest]. / Justin Dusser (photographe). 1 photogr. pos. : plaque de verre, limite 19e siècle 20e siècle. Coll. Part. G. Fougerouse.

  • 134 - MONTBRISON (Loire) - ECOTAY - Les ruines. B. F. [Vue d´ensemble du donjon depuis l´ouest]. / B. F. (éditeur ?). 1 impr. Photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle. Coll. Part. L. Tissier.

  • [Photographies du donjon d'Ecotay avant restauration. Vue ouest. Vue sud-est. Vue nord-est. Vue est.]. / Service départemental des bâtiments de France. 4 photogr. pos. : tirages argentiques couleur, 1988 (A. SDAP Loire).

  • Commune d´ECOTAY L´Olme (Loire). Vue aérienne du Vieil Ecotay. Impression GRAPHI-PRINT 04 77 36 45 88 Reproduction interdite. [Vue du site depuis le sud-ouest]. / GRAPHI-PRINT (imprimeur, éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. Limite 20e siècle 21e siècle.

  • Commune d´ECOTAY L´Olme (Loire). Le vieux château (XIe siècle) L´église (XIXe siècle). Impression GRAPHI-PRINT 04 77 36 45 88 Reproduction interdite. [Vue aérienne de l´église et du donjon depuis le nord-est]. / GRAPHI-PRINT (imprimeur, éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. Limite 20e siècle 21e siècle.

Bibliographie
  • BAROU, Joseph. Restauration et agrandissement de l'église d'Ecotay (1841-1860). Village de Forez, n°8, Montbrison : Village de Forez, 1981.

  • BROUTIN, Auguste. Les châteaux historiques du Forez. Mably : Ed. Honoré d'Urfé, 1977 (réed. de l'ouvrage publié en 1883 et 1884), 2 vol.

    p. 349-363
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 299, 300
  • HENRY, Roland. Ecotay-l'Olme, 900 ans d'histoire. Village de Forez, n°11, juillet 1982 et n° 12, octobre 1982 Montbrison : Village de Forez.

  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    T. I, p. 132-133
  • SONYER DU LAC, Jean-Baptiste. Les fiefs du Forez ; d'après le manuscrit inédit de M. Sonyer Du Lac, premier avocat du roi au siège domanial de Montbrison, ressort et comté de Forez, en 1788 ; avec notes, carte et une table raisonnée des noms de lieux et de personnes jointes audit recueil par M. P. d'Assier de Valenches,... Lyon : Impr. L. Perrin, 1858

    p. 77
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry