Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure dite Palais Mimard

Dossier IA42000011 inclus dans Ville réalisé en 1996

Fiche

AppellationsPalais Mimard
Destinationsimmeuble
Parties constituantes non étudiéescour, serre, jardin, garage
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonSaint-Etienne Centre
AdresseCommune : Saint-Étienne
Adresse : 5 place
Anatole-France
Cadastre : 1996 ET 53A

En octobre 1892, le fabricant de rubans André-Thomas dit Adrien David commande cette demeure à Léon Lamaizière. Les premières esquisses datent de 1892, l'avant-projet de 1893 et la construction s'effectue pendant les années 1893 et 1894. Les entrepreneurs sont stéphanois. Les cheminées ont été commandées au lyonnais Beauregard. L'entreprise Cabeauty et fils a réalisé la ferronnerie extérieure, l'entreprise parisienne Schwartz et Meurer la ferronnerie d'art. L'atelier sur cour a été conçu pour François David, le fils du commanditaire qui poursuivait des études de peinture à Paris. Lamaizière a également construit l'immeuble de rapport, mitoyen sur la place, au numéro 7, pour la belle-mère et l'épouse d'André David qui était alors propriétaire de plusieurs terrains aux alentours. L'édifice est signé du côté du bow-window : L. LAMAIZIERE, ARCHITECTE, 1893-1894. En 1905, Etienne Mimard, fondateur et directeur de la Manufacture Française d'Armes de Saint-Etienne, achète cet hôtel particulier et commande à Léon Lamaizière une transformation de la disposition intérieure et la création d'un jardin d'hiver dans l'ancien atelier de peinture. C'est essentiellement Marcel Lamaizière, architecte DPLG, qui dessine la décoration intérieure raffinée. Etienne Mimard a occupé les deux derniers étages ; au rez-de-chaussée se trouvaient des logements pour le jardinier et le concierge et au 1er étage un appartement bourgeois. Cet édifice est aujourd'hui divisé en logements.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1893, daté par source, porte la date
Auteur(s)Auteur : Lamaizière Léon architecte attribution par source
Auteur : Lamaizière Marcel architecte attribution par source
Auteur : Schwartz ferronnier attribution par source
Auteur : Meurer ferronnier attribution par source
Auteur : Cabeauty et Fils ferronnier attribution par source
Personnalité : David André-Thomas, dit: Adrien commanditaire
Personnalité : Mimard Etienne commanditaire
Auteur : Beauregard
Beauregard

Actife à Saint-Etienne, fin 19e siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie

Le style néo-gothique de cette demeure est luxueux, avec une influence néo-renaissance italienne ; c'est un des rares exemples d'architecture de ce genre à Saint-Etienne. Les matériaux utilisés sont la pierre de Villebois pour le socle et le rez-de-chaussée, la brique et la pierre de Saint-Paul-Trois-Châteaux pour les étages. Le plan régulier en U permet la disposition d'un corps principal aligné sur la place Anatole-France, avec deux ailes latérales de longueur différente sur cour. Le fond de parcelle est occupé partiellement par un garage à voitures et un jardin. L'entrée s'effectue soit par la porte cochère à l'extrémité droite, accessible aux véhicules, soit par un porche voûté d'ogives ouvrant sur le vestibule. Ce dernier donne accès à l'escalier tournant avec rampe en fer forgé, qui dessert un appartement au 1er étage et l'appartement de Mimard aux 2e et 3e étages. Le palier d'accès à cet appartement est couvert d'un plafond vitré à caissons. Le hall est la pièce centrale ; il distribue les pièces d'habitation et côté cour, le jardin d'hiver. L'escalier intérieur en équerre donne accès aux chambres du 3e étage ; l'escalier en vis, sur cour, conduit aux chambres de domestiques de l'étage de comble. La décoration est art nouveau ; il existe une harmonie de traitement dans le dessin du mobilier en bois de la bibliothèque, de la cheminée et des motifs floraux des fenêtres. Pour le jardin d'hiver, Marcel Lamaizière a utilisé les matériaux modernes de l'époque qu'il laisse apparents, comme l'ossature métallique dessinant des réseaux décoratifs visibles sur les deux murs extérieurs. Les murs pleins sont revêtus de mosaïque en céramique jaune avec dessin triangulaire bleu. Les briques sont apparentes dans les chaînes d'angle.

Murscalcaire
brique
fonte
carrelage mural en céramique
brique et pierre
pierre de taille
Toitardoise, zinc en couverture
Plansplan régulier en U
Étages3 étages carrés
Couvrementsvoûte d'ogives
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
toit polygonal
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier en équerre en maçonnerie
escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
État de conservationrestauré
Techniquesvitrail
sculpture
ferronnerie
céramique
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesserre
Protectionsinscrit MH, 1991/04/29
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Saint-Etienne © Ville de Saint-Etienne - Sanquer Cendrine