Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA42000648 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Jean-Baptiste
Parties constituantes non étudiéescrypte
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Boën
Lieu-dit : la ville
Adresse : place
Carnot
Cadastre : 1826 B1 358 ; 1986 AL 697-699

L'église ancienne semblait dater 14e siècle et du début du 16e. En 1578, le maçon Mathieu Basset, de Chalmazel, s'engage à construire le clocher. En 1693, la fabrique décide de la faire agrandir en construisant un bas-côté au sud, contre le mur d'enceinte de la ville. Cette église a été détruite au terme d'une longue procédure qui dura pendant toute la deuxième moitié du 19e siècle, le débat portant en particulier sur l'emplacement de la nouvelle église. Après le rejet d'un premier projet de l'architecte Léo, en 1855, un deuxième projet fut établi en 1874 par Journoud, architecte diocésain du Belley, mais repoussé sur l'avis de Vincent Durand en 1875. Un nouveau projet, daté de 1881, fut finalement réalisé après avoir été revu à la baisse (réduction des dimensions générales et de la crypte). La nouvelle église fut consacrée le 16 décembre 1884. De l'église ancienne, on conserve le portail et la porte du clocher, remontés à la commanderie de Verrières à Saint-Germain-Laval (42).

Parties déplacées àCommune : Rhône-Alpes,42,Saint-Germain-Laval
Période(s)Principale : 14e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 16e siècle
Dates1578, daté par source
1693
1881
Auteur(s)Auteur : Basset Mathieu maître maçon attribution par source
Auteur : Journoud Louis Etienne architecte diocésain attribution par source

L'ancienne église se présentait comme un bâtiment de forme irrégulière, à trois nefs voûtées d'ogives donnant sur un choeur de plan polygonal encadré de deux travées plus larges que la nef et ses bas-côtés, celle du côté sud, occupant l'emplacement d'une tour d'enceinte, ayant une extrémité arrondie. Le clocher était situé en façade, avec des contreforts obliques. L'église était couverte de toit à longs pans, avec une croupe polygonale sur l'abside. Le clocher avait un toit en pavillon et une flèche en maçonnerie devait couvrir l'escalier du clocher. La façade présentait une forme incurvée, une porte desservant chaque nef. La façade semble en granite, en pierre de petit appareil. L'église actuelle est construite en petit appareil de granite, gris pour les murs, jaune pour le soubassement, partiellement enduit sur la façade. Elle est couverte de toits à deux pans en tuile plate mécanique, avec une croupe ronde sur l'abside, et une flèche polygonale en ardoise sur le clocher, encadré de deux petites flèches en maçonnerie sur les tours d'escalier. La nef présente 3 vaisseaux, avec un niveau de fenêtres hautes (oculi) éclairant directement le vaisseau central, un transept débordant et une abside à 5 pans. Le clocher situé en façade ménage une entrée au rez-de-chaussée et une tribune à l'étage. Sous le choeur se trouve une crypte qui rachète la dénivellation du terrain, à laquelle on n'accède que par une porte extérieure. Elle comporte deux travées avec collatéraux et une abside à pans, voutés d'arêtes sur des arcs très surbaissés. Les encadrements des baies de la crypte, ainsi qu'un lit de pierre au dessus du soubassement, sont en pierre de Volvic.

Mursgranite
pierre
pierre de taille
moellon
Toittuile creuse, tuile mécanique, ardoise
Plansplan allongé, plan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
voûte d'arêtes
Élévations extérieuresélévation ordonnancée sans travées
Couverturesflèche en maçonnerie
toit en pavillon
toit à longs pans
flèche polygonale
croupe polygonale
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquespeinture
sculpture
sculpture
Précision représentations

Le portail de l'ancienne église possède un rouleau d'archivolte portant une frise de chardons ; sur les ébrasements, au niveau de la ligne d'imposte, sont sculptés des têtes : 2 semblent des têtes de femme, une tête de diable et une très érodée. Le choeur présente un décor peint, polychrome et doré, sur l'enduit. Sur les murs de l'abside, une frise de feuilles de vigne et grappes de raisin encadrées de dents-de-loup, et des cordons de motifs géométriques. Sur le mur haut des deux travées droites du choeur, 4 croix latines chargées respectivement, au nord, d'une gerbe de blé, d'une ancre et d'un poisson ; au sud, d'un pied de vigne, d'un calice d'ou sort une hostie.

Statut de la propriétépropriété privée
propriété de la commune
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline