Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montbrison
  • Commune L'Hôpital-le-Grand
  • Lieu-dit le Bourg
  • Cadastre 1808 B 15  ; 1983 B1 110

L’église de L’Hôpital-le-Grand est mentionnée en 1209 (Dufour) ; elle dépend de la commanderie d’hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem fondée en 1154 à Montbrison (Saint-Jean-des-Prés). Dès 1378, elle est citée comme annexe de la paroisse voisine d’Unias (visite pastorale ; Bull. Diana, 1937), et le reste jusqu’à la Révolution ; elle est sous le vocable de la Sainte-Croix au moins depuis le début du 15e siècle (Dufour). En 1614 (AD Rhône, Visites pastorales... 1926), c’est le prieur de Saint-Romain-le-Puy qui présente à la cure, mais la majeure partie des dîmes et des revenus de justice vont au commandeur de Saint-Jean-des-Prés. La commune est érigée en paroisse le 28 août 1808 ; l’église est alors sous le vocable de Saint-Laurent.

Les parties les plus anciennes de l’édifice peuvent remonter au 15e ou au 16e siècle (la petite fenêtre étroite percée dans le mur nord de la nef, entre le clocher et le chœur, correspond peut-être à un état plus ancien de l'église ; sa partie supérieure est masquée par le plafond actuel, certainement situé plus bas que le couvrement initial) et sont les seuls vestiges de l’implantation des hospitaliers ; le mur qui borde l’église au nord est peut-être un vestige de l'enceinte qui entourait la ville neuve de L’Hôpital (Bull. Diana, 1883).

Le chœur a sans doute été reconstruit en 1842. En effet, une délibération du conseil municipal de 1840 (AC) indique que des fonds sont disponibles (300 F demandés pour des travaux au presbytère et arrivés après leur règlement) et que l’église exige des réparations immédiates, "les murs étant atteints par le chancre dans plusieurs endroits de leur fondation" ; des ouvriers avaient déjà été envoyés sur place en 1839, et avaient trouvé "le pisé des murs enfoncé dans la terre par l’exhaussement du cimetière", mais "dégouttés et effrayés sans doute", ils n’avaient quasiment rien fait. Une délibération de mai 1841 indique que le chœur, lézardé en plusieurs endroits et menaçant de s’écrouler, doit être démoli et reconstruit, après établissement de plans et devis approuvés par le préfet. La sacristie a sans doute été édifiée vers le milieu du 19e siècle. Par la suite, l’édifice ne subit que des travaux de second œuvre (par exemple au clocher, en 1846, lors de l’installation d’une nouvelle cloche) et n’a pas été reconstruit, malgré sa modestie : c’est ainsi l’une des rares nefs en pisé subsistant dans le canton. Ainsi les projets de travaux du dernier quart du 19e siècle (en 1883, le sous préfet encourage la commune à vendre une terre, léguée par le sieur Henri Garnier à la fabrique, afin de financer la restauration ou la reconstruction de l’église paroissiale, qui est "dans un état pitoyable et peu convenable à la dignité du culte" ; en 1894, la commune approuve l’aliénation de rentes appartenant à la fabrique afin de faire construire un nouveau clocher, projet inutile qui ne donne pas lieu à réalisation, voir C. Halm, p. 32) sont restés lettre morte. En 1912, des travaux sont réalisés par MM. Boudol et Cigobelli (badigeons, reprises en maçonnerie, toiture, peintures de boiseries ; 539,69 F) ; puis des travaux de toiture sont effectués en 1927 (clocher) et 1967 (nef). L’entreprise Berry, de l’Hôpital-le-Grand, fait des travaux de maçonnerie en 1969 et une restauration globale est menée en 1978.

  • Période(s)
    • Principale : 15e siècle
    • Principale : 16e siècle
    • Secondaire : 2e quart 19e siècle
    • Secondaire : 20e siècle
  • Dates
    • 1842, daté par source

L’église, édifiée en périphérie du village, sans doute contre l’ancienne enceinte, est orientée. Elle présente un plan allongé, avec une nef de deux travées, avec un portail à l’ouest, en arc brisé chanfreiné, et un chœur de plan rectangulaire plus étroit, au sol surélevé d’un degré. Sur le flanc nord de la nef est greffé un clocher de plan carré, avec une chapelle au rez-de-chaussée, surmontée d’un étage puis du beffroi (accès par un escalier extérieur maçonné) ; dans l’angle entre le clocher et le chœur est édifiée une sacristie (porte dans le mur nord du chœur). La nef n’est éclairée que par deux fenêtres (en arc brisé ou en plein-cintre), du côté sud, et un oculus circulaire au-dessus du portail occidental ; elle avait également une petite fenêtre étroite au nord, entre le clocher et le chœur, dont le linteau n’est plus visible. Le chœur a une fenêtre au sud et une dans l’axe, à l’est. La chapelle a une fenêtre à remplages, au nord ; ses murs sont percés de deux placards (niches avec encadrement chanfreiné à congé à l’est, encadrement à feuillure à l’ouest). La nef et le chœur sont couverts d’un plafond, la chapelle, d’une voûte d’ogives (clef de voûte sans motif). Le sol est en carreau de terre cuite, avec une bande centrale en dalle de pierre dans la nef, et des carreaux de ciment polychromes dans le chœur.

Les murs de la nef sont sans doute en pisé (un enduit ciment très couvrant masque les matériaux), avec des contreforts de part et d’autre de la façade, et montrent un fruit assez marqué. Le clocher est en moellon de granite (laissé visible à l’intérieur du rez-de-chaussée lors de la dernière restauration) enduit, avec des contreforts angulaire, et un cordon de moulure en pierre entre l’étage et le niveau du beffroi, ouvert sur chacune de ses faces par des baies géminées ; le chœur et la sacristie ont sans doute été construit en moellon de granite ou peut-être en pisé (les travaux réalisés dans le 2e quart du 19e siècle sont très peu documentés), avec une corniche en brique sur le chœur. Les toitures sont en tuile creuse, à longs pans, avec une croupe sur le chœur ; le clocher a un toit en pavillon, et la sacristie, en appentis.

  • Murs
    • granite moellon enduit
    • pisé enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    1 vaisseau
  • Couvrements
    • voûte d'ogives
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • toit en pavillon
    • appentis
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier de distribution extérieur : escalier en équerre en maçonnerie
  • État de conservation
    restauré
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • AC Hôpital-le-Grand (L'). Registres des délibérations de la commune de l'Hôpital-le-grand, 1838-1882 ; 1882-1908 ; 1908-1973. 30 novembre 1840. Travaux au presbytère. Tout l´argent disponible (300 F de secours demandés pour travaux au presbytère et arrivés après règlement des travaux) doit être utilisé pour réparer l´église, "les murs étant atteints par le chancre dans plusieurs endroits de leur fondation" ; en 1839, des ouvriers avaient déjà été envoyés sur place : ils trouvent "le pisé des murs enfoncé dans la terre par l'exhaussement du cimetière", mais se retirent après avoir fait fort peu de travaux, "dégouttés et effrayés sans doute". 10 mai 1841. Le choeur de l´église est lézardé en plusieurs endroits et menace de s'écrouler. Il faut démolir et reconstruire (on ne peut pas réparer). Les 300 F en caisse seront affectés à ces travaux, quand on aura fait établir des plans et devis approuvés par le préfet. 29 octobre 1844. Devis pour le presbytère... or les fonds libres ont été dépensés pour "solder les réparations faites à l'église" (en 1842 ?) 8 septembre 1846. Vote de l'imposition nécessaire pour les réparations du clocher, la refonte de la cloche et la charpente : 450 F. 15 septembre 1848. La commune doit 528 F : 360 F restent dus au fondeur de cloche, à payer pour octobre ; 168 F de loyer pour la maison de l'instituteur communal. 8 février 1883. Lettre du sous-préfet : il est d'avis que la terre léguée par le sieur Henri Garnier à la fabrique de la dite commune soit vendue, le produit devant être de préférence employé à la restauration ou à la reconstruction de l'église paroissiale, qu'il reconnaît dans un état pitoyable et peu convenable à la dignité du culte. 12 mai 1887. Une lettre du préfet en date du 23 avril 1887 demande à la commune de s'occuper de la translation du cimetière qui se trouve autour de l'église. Le conseil décide que la translation du cimetière est renvoyée au moment où l'église, qui menace ruine, nécessitera de grandes réparations. 20 octobre 1894. Présentation des comptes de gestion de la fabrique. L'aliénation de six titres au porteur des rentes appartenant à la fabrique, afin de faire construire un nouveau clocher, est approuvée par le conseil municipal. 21 mars 1912. Réparations urgentes à l'église, à réaliser par MM. Boudol et Cigobelli, pour 539,69 F (badigeons, reprises en maçonnerie, toiture, peintures de boiseries). 16 juin 1912. Reprises au mur limitant la propriété d'Henri Emonet, marchand de vin en gros. 27 novembre 1927. Réparations à la toiture du clocher (4450F). 23 juin 1967. Il y a lieu de refaire une partie de la toiture de l'église ; un mur de soutènement a besoin de réfection. 18 décembre 1969. Des gros travaux sur les murs de l'église sont à réaliser ; entreprise Berry, de L'Hôpital-le-Grand.

    AC L'Hôpital-le-Grand

Bibliographie

  • Archives départementales du Rhône. Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Tome I. Visites de 1613-1614. Lyon : aux Archives départementales, 1926

    p. 405-406
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 448
  • GARDES, Gilbert (dir.). Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire. T. 4. Montbrison et sa région. Le Coteau : Horvath, 1985

    p. 132, 133
  • HALM, Cindy. Les églises du Forez au 19e siècle et leur importance dans le tissus social. T. 2. canton de Montbrison et Noirétable. Montbrison : la Diana (Recueil de mémoires et documents sur le Forez ; 43), 2006

    p. 32
  • MERLE, abbé. Visite pastorale du Diocèse de Lyon par Jean de Talaru (1378-1379). Bulletin de la Diana, t. 26, n°3, 1937

    p. 319
  • Acquisitions. Terrier de la seigneurie de L'Hôpital-le-grand, 1555-1561. Copie du temps. Bulletin de la Diana, t. II, n°5, 1883.

    p. 338, 339
  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 280
  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    p. 180

Documents figurés

  • Lhopital [élévation de l'église d'Hôpital-le-Grand] / Louis-Pierre Gras (dessinateur). 1 dess : crayon sur papier, 3e quart 19e siècle. (Bibl. Diana, Montbrison. Album Gras n°4).

    B Diana Montbrison : Album Gras n°4, p. 16
Date d'enquête 2007 ; Dernière mise à jour en 2010
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Conseil général de la Loire