Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, dite la Nouvelle Pommière

Dossier IA42001565 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsNouvelle Pommière
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Précieux
Lieu-dit : la Pommière
Cadastre : 2003 ZE 17

Le domaine de la Nouvelle Pommière est issu de la division de l'ancien fief de la Pommière, situé sur le territoire des communes de Précieux, Grézieux-le-Fromental et L'Hôpital-le-Grand, et qui appartient au 17e siècle aux Chirat de Montrouge, puis aux Duguet et enfin aux Lachèze à partir de 1770 (Salomon). Au début du 19e siècle, le domaine appartient à Antoine Lachèze, avec une ferme située sur la commune de Grézieux (non repérée, voir IA42001388) ; les parcelles bâties de ce lieu-dit situées dans la commune de Précieux (1809 B 215, maison, et B 218, bâtiment rural sur la matrice ou "serre" sur le plan cadastral) appartiennent à un autre propriétaire, Chavanon, de Montbrison. En 1824, Antoine Lachèze fait établir un plan de sa propriété de la Pommière par l'architecte du département Guillaume ("Plan des propriétés que M. Lachèze Antoine (...) possède sur le territoire des communes de Précieux, Grézieux et L'Hôpital-le-Grand" ; cité par Découverte... n°5) : le plan-masse des bâtiments de la Nouvelle Pommière figure sur l'extrait reproduit, on peut situer leur construction entre 1809 et 1824. Le domaine (123 ha au total) passe en 1841 à sa fille Jeanne Marie Armande Lachèze (épouse de Charles Wangel Bret, voir IA42001517). En 1870, elle en vend une partie à l'Hôpital de Montbrison, qui constitue le domaine de la Nouvelle Pommière. Les bâtiments sont reconstruits en 1873. En 1874, les époux Antoine Dalicout et Louise Fraisse vendent à l'Hôpital, pour le domaine de la Vielle Pommière, 50 ha de terrain et les bâtiments B 215 et B 218 (détruits ; AH Montbrison). Le domaine de la Nouvelle Pommière compte 113 ha en 1919. Il est irrigué par le canal du Forez. Un bail de 1901 indique que les fermiers devront planter 200 jeunes plants de peupliers ou de saule chaque année (AH Montbrison). En 1902, un lavoir est édifié sur le canal à l'ouest des bâtiments d'habitation ; une chambre à coucher est aménagée dans le grenier au-dessus de la chambre du rez-de-chaussée, un portail est ouvert à l'ouest de la cour entre la grange et la maison d'habitation. En 1903 l'écurie à moutons est transformée en porcherie (AH Montbrison). Le domaine est vendu par l'Hôpital de Montbrison en 1972 (acheté par le fermier). La ferme est toujours en exploitation (vaches laitères).

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle

Ferme à cour fermée à bâtiments disjoints. La cour a deux portails, dans le côté ouest (entre le logis et l'étable, agrandi en 1902 : jambage en granite au sud, avec la marque I en relief, jambage en brique au nord) et dans le côté est (un jambage en granite subsiste). Le logis est situé au milieu du côté ouest ; un bâtiment lui est accolé au nord (poulailler, transformé en logement au 20e siècle). Le logis a un étage carré et un comble à surcroît. Le rez-de-chaussée a une porte au sud, qui donnait dans l'ancienne cuisine (avec four à pain, détruit) et une au nord. L'étage était à usage de grenier (on distingue sur la façade l'ancien seuil de la porte centrale modifiée en fenêtre), puis a été transformé en chambres (quatre chambres et un espace de grenier). Le côté nord de la cour est occupé par une grande grange-étable, avec un hangar en retour à l'est. Le côté sud est fermé par une remise ouverte par quatre arcades en plein-cintre, en brique, en façade, et encadrée de bâtiments plus bas (poulaillers, bûchers). Le bâtiment dans l'angle sud-est de la cour a été refait. Les bâtiments sont en pisé enduit, avec des encadrements brique (linteaux en arc segmentaire, en briques, appuis et seuils en granite sur le logis, avec la marque L en relief sur la porte d'entrée ; encadrement en arc segmentaire, matériau non visibles mais sans doute en brique, sur la grange-étable). Les toits sont à longs pans, en tuile creuse (remise à arcades), plastique ondulé rouge (grange-étable) et tuile plate mécanique (autres bâtiments), avec des croupes sur le logis ; corniche en brique sur le logis. Les bâtiments sont complétés au nord par des stabulations modernes et une laiterie.

Murspisé
enduit
Toittuile plate mécanique
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
TypologiesType B2: dépendances en retour d´équerre avec hangar dans l´angle
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Liasse Domaines - Locations - Donations, 1848 à 1903. Domaine la Nouvelle Pommière (Précieux, L'Hôpital-le Grand, Grézieux-le-Fromental). 1901. Suivant acte du 6 mai 1901, reçu Me Chialvo, notaire, le domaine a été affermé aux mariés Jean-Louis Mogier, meunier, et Marie Duport, demeurant à L'Hôpital-le-Grand, au prix de 4310 F, pour 9 ans. La première année du bail, les fermiers devront souscrire un abonnement aux eaux du Canal du Forez pour l'irrigation de 8 ha de pré et devront augmenter leur souscription d'un hectare chacune des quatre années suivantes et payeront le prix de l'abonnement. Ils planteront chaque année 200 plançons saules ou peupliers. 1902. Création d'une chambre à coucher dans le grenier au-dessus de la chambre du rez-de-chaussée, construction d'un lavoir sur le canal à l'ouest des bâtiments d'habitation, construction d'une cour dans la grange, ouverture d'un large portail à l'ouest de la cour entre la grange et la maison d'habitation. Réfection de la vanne d'échange de la prise d'eau. 1903. Transformation de l'écurie à moutons en porcherie.

Bibliographie
  • GACON, Marie-Claude. BRUNET, Marie-Laure. Et alii. Découverte et patrimoine de Précieux. [Les fermes de la commune]. Bulletin de l'association Découverte et patrimoine de Précieux, n°5, 2006

    p. 50-55
  • ROCHIGNEUX, Th. Notes et matériaux pour servir à la monographie de Précieu (Loire). Nice : imprimerie du patronage Saint-Pierre, 1922

    p. 46-47
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    T. I, p. 274-276 ; T. III, p. 335
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry