Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme du domaine des Aureaux

Dossier IA42003665 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsdu domaine des Aureaux
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : L'Hôpital-le-Grand
Lieu-dit : Horods (les)
Cadastre : 1808 B 68, 69 ; 1988 ZB 4

Le domaine des Horods, existait déjà sur le cadastre ancien de 1808, avec quasiment la même implantation. Pour autant, les bâtiments de la ferme actuelle ne semblent pas dater d’avant la moitié du 19e siècle (ont-ils été reconstruits, remaniés ?). Sur la cadastre dit napoléonien, il existait un pigeonnier au nord-est des bâtiments ; au dire des propriétaires, celui-ci était de type « chauffoir », de plan rectangulaire, avec une toiture à deux pans en décalé, en pisé, et avec une échelle tournante à l’intérieur pour accéder aux nichoirs des pigeons ; il a disparu entre 1970 / 1975.

Cette ferme, en fermage (elle appartenait à un soyeux de Fougerolles (42)), était tenue depuis quatre générations par la même famille. Le domaine était de 90 ha ; 170 bêtes étaient établies sur les terres : un cheptel de 80 animaux au milieu du 20e siècle, des laitières (puis des vaches à viande), des porcs (10 à 12 truies et autres porcs), 6 bœufs pour les travaux, au moins 4 juments, des poulets pour le marché de Feurs… Une vigne d’1,5 ha vers la route de Boisset était attachée au domaine (elle a été arrachée vers les années 1950) ; un pressoir ambulant, acheté par un artisan de Saint-Thomas-la-Garde était loué pour presser le raisin.

Le logis abritait anciennement le grenier à l’étage pour y stocker le blé, l’avoine, l’orge et le seigle. On y trouvait également un saloir (6 à 8 porcs étaient tués par an). Au milieu du 20e siècle, la mouture des céréales s’effectuait au moulin de Boisset-lès-Montrond. Au rez-de-chaussée, dans la cuisine, se trouvaient deux petites chambres séparées par des rideaux et servant à la bonne et aux aides. Il y avait 12 employés fixes à la ferme, et il pouvait y en avoir jusqu’à 24 lors des moissons (la majorité des terres comportait des céréales). A l’époque, une batteuse équivalait à 18, 20 personnes. Certains employés étaient mariés et vivaient au village (des journaliers), ils étaient loués le dimanche matin à Sury-le-Comtal. Le couple fermier détenait deux caisses, l’une était tenue par la femme pour la volaille, le beurre (le beurre était fait tous les 8 jours) et le ménage ; l’autre par l’homme pour payer les ouvriers et le reste des dépenses.

Autour des bâtiments principaux qui encadrent la cour centrale, des hangars et des stabulations plus récentes ont été construites.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle , (?)
Principale : 1ère moitié 19e siècle

La ferme des Aureaux est de type à cour fermée. Quatre corps de bâtiments encadrent l’espace central ouvert et accessible au sud-est. Le premier, à l’est, abrite le logis. Le deuxième comprend deux étables encadrant une grange centrale accessible par une importante porte double ; au-dessus de chacune des doubles portes des étables, une porte permet d’accéder au fenil ; les baies ont leur encadrement en pierre de taille, brique, et bois pour les linteaux. Le corps de bâtiment ouest est une porcherie avec un toit en appentis. Sept portes sont aménagées dans son mur pignon (encadrement brique et linteau en bois) ; les fenêtres sont probablement percées dans la façade arrière, aujourd’hui accolée à une importante stabulation moderne. Sur le côté sud de la cour prend place une seconde grange-étable (partiellement aménagée en habitation). Ce bâtiment comprend également un espace abritant un four à pain ouvrant dans une cheminée, et un escalier en bois tournant permettant d’accéder à l’étage de la construction. En retour d’équerre de cette seconde grange-étable, au sud-ouest, se trouve une remise, avec, sur sa face est, quatre poteaux en brique pour soutenir le toit.

Le logis comprend cinq travées. La porte centrale est accessible par quelques degrés en pierre. Elle est surmontée d’une autre porte à l’étage, et est encadrée à sa gauche de deux travées de fenêtres, et d’une première travée de fenêtres et d’une seconde travée avec fenêtre à l’étage et porte au rez-de-chaussée à sa droite. La façade du logis, sur cour, comporte un sous-sol (une cave) au droit des deux premières travées de gauche, puis un rez-de-chaussée et un étage carré pour l’ensemble du corps de bâtiment. La porte centrale distribue les pièces de gauche (cuisine et salle à manger au rez-de-chaussée, chambres à l’étage desservies par un escalier droit en bois). La partie droite de la façade abrite un second logement, secondaire et distinct, peut-être pour des membres de la famille (les parents ?). Les matériaux de construction de cette ferme sont le pisé (enduit) reposant sur un soubassement maçonné, également enduit. Les toitures à longs pans (hormis pour la porcherie) des bâtiments sont couvertes de tuiles creuses. La stabulation est couverte de tôle ondulée.

Murspisé enduit
pierre enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, sous-sol
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans
appentis
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit en charpente
escalier dans-oeuvre : escalier tournant en charpente
TypologiesType B1: dépendances en retour d’équerre
État de conservationremanié

F-TMT-Fermes-Canton Montbrison

Situation du logissur cour
Mitoyenneténon applicable
Type de courouverte
VENELLEnon
Puits de lumièrenon
Passage couvertnon
Murs enduitsoui
Matériaux principaux gros-oeuvre façadepisé
Métariaux secondaires gros-oeuvre façadepierre
Matériau encadrementpierre
Non visiténon
Logis 1 - Rez-de-chaussée surélevénon
Logis 1 - Elévation dissymétriqueoui
Logis 1 - Porte cochère en façadenon
Logis 1 - Balcon façade principalenon
Logis 1 - Nombre étages carrés sur façade principale < 61
Logis 1 - Nombre travées sur façade principale < 114
Logis 1 - Emplacement façade principalesur gouttereau
Logis 1 - Porte d'entrée du logiscentrée
Logis 2 - Rez-de-chaussée surélevénon
Logis 2 - Elévation dissymétriquenon
Logis 2 - Porte cochère en façadenon
Logis 2 - Balcon façade principalenon
Logis 2 - Niche à statuettenon
Logis 2 - Nombre étages carrés sur rue < 6non
Occupation actuelle des bâtimentsen activité
Mode d'accès à la grangepar la cour
Présence d'une cheminéenon
Présence d'un four à pain dans le logisoui
Présence d'une cave voûtéenon
Dépendance éloignée : logenon
Dépendance éloignée : vigneoui
Dépendance éloignée : jasserienon
Dépendance éloignée : autrenon
Dépendance éloignée : étangnon
Dépendance éloignée : pigeonnieroui
Dépendance éloignée : moulinnon
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Monnet Thierry