Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme n°1

Dossier IA74001650 inclus dans Ecart du Cruet réalisé en 2011

Fiche

DestinationsRésidence secondaire
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon - Seynod
AdresseCommune : Saint-Eustache
Lieu-dit : le Cruet
Adresse : chemin rural du
Cruet
Cadastre : 1866 B1 299, 300, 301 ; 2008 B1 92
Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates1757, porte la date

Le bâtiment actuel a subi de profondes transformations du fait de son changement de nature. D´exploitation agricole de dimension familiale, il est passé à résidence secondaire. On détecte plusieurs parties rajoutées postérieurement à la construction du bâtiment originel. On remarque que le noyau architectural ancien se trouve au centre de la construction actuelle et que les rajouts se sont greffés sur sa façade est dans un premier temps et plus récemment sur la façade ouest. On peut cependant encore lire les différents organes de l´édifice primitif. Relevé des inscriptions. 1757

Mursciment
béton
pierre
calcaire
bois
enduit
pierre de taille
pan de bois
Toitardoise
Couverturestoit à longs pans
demi-croupe
État de conservationremanié

ATTENTION FICHE NON FINALISEE C'est un bâtiment qui a évolué dans le temps du fait de son changement de fonction. De ferme active il est passé à maison secondaire occupée périodiquement. De plus la parcelle de terrain qui est mitoyenne possède une bâtisse plus tardive qui s'est construite dans la continuité de l'ancienne ferme, de sorte qu'on pourrait croire qu'il s'agisse d'une extension, alors qu'il s'agit de deux propriétés différentes.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Description architecturale de la ferme n°1 du Cruet

    1/Orientation et évolution

    Bâtiment qui s´implante dans le relief perpendiculairement aux courbes de niveau. Il est orienté au sud sur la façade principale, ouverte sur le mur gouttereau, et possède des ouvertures secondaires à l´ouest et au nord.

    La partie la plus ancienne du bâtiment est identifiable par la présence d´une date gravée dans un linteau de porte. C´est inscription indique 1757. Mais les nombreuses modifications apportées à l´édifice rendent difficile une identification des différentes parties du bâtiment. Cependant plusieurs indices sont toujours détectables.

    2/Organisation

    Le bâtiment d´origine était une ferme possédant les attributs d´une exploitation agricole de petite envergure. Comme les nombreuses fermes de la commune de Saint-Eustache cette ferme possédait ses parties agricoles accolées au logis. Aujourd´hui, l´abandon de l´activité agricole et la reprise du bâtiment pour en faire un logement secondaire habité sur une seule saison a quelque peu modifié son organisation. Sur une structure organisée en longueur le bâtiment d´origine possédait un logis disposé à l´extrémité ouest du bâtiment avec une ouverture au sud, tandis qu´au nord, au même niveau se trouvait l´étable. Le logis devait se développer sur un étage mais les modifications modernes ne permettent pas de comprendre l´organisation entre les différents niveaux d´origine. A l´autre extrémité du bâtiment ancien, à l´est, se trouvait l´emplacement de la grange. L´originalité de cette ferme par rapport à celles de cette commune réside dans la répartition des différents organes de la ferme qui ne sont pas intégralement distribué dans la longueur du bâtiment. L´étable ne se trouve pas dans la continuité du bâtiment mais est disposée dos au logis.

    3/Elévation : maçonnerie et bardage de bois

    La répartition des différentes parties de la ferme se traduit également dans la nature de l´élévation. La partie logis/étable est maçonnée, on distingue encore les pierres de taille des chaînages d´angles harpés ainsi que les encadrements des portes et fenêtres. On ne peut plus identifier la nature de l´appareillage du fait d´un crépissage récent. Cependant il laisse les pierres apparentes ce qui permet de reconnaître le travail de taille.

    Sur la façade sud on distingue une fenêtre à proximité de la porte du logis, ses encadrements sont en pierre de taille calcaire blanche, le linteaux et les piedroits sont monolithes et chanfreinés. Cependant les raccords des différentes pierres sont mal ajustés, ce qui peut laisser comprendre que ces pierres ne sont pas à leur place d´origine mais qu´il s´agit d´un remploi. La porte, elle aussi, est encadrée de pierre de taille mais là encore le linteau et les piédroits semblent avoir été réutilisés. Ce qui est perceptible par la présence d´un mortier au ciment entre les différentes pierres de l´encadrement, ce que l´on ne retrouve pas ailleurs.

    Sur la façade nord la partie maçonnée qui correspond à l´étable possède une porte et une petite ouverture qui, elles semblent d´origine, bien que le revêtement du mur est été réalisé à base d´un enduit au ciment et que les jointures entre les pierres soient par endroit renforcées avec cet enduit. Les pierres apparentes sont en calcaire et sont taillées moins finement que les pierres que l´on retrouve sur des bâtiments du XIXème. L´arête des pierres est droite, les linteaux de la porte et de la fenêtre sont monolithes et les piédroits sont assemblés. Le chainage d´angle est à moitié apparent et laisse apercevoir la boucharde grossière de la pierre. C´est sur ce linteau que la date : 1757, est inscrite. Là encore il n´y a pas de fioriture, la date n´est pas stylisée n´y inclut dans un cartouche comme on l´a vu dans cette commune.

    La partie qui correspond à la grange est en bardage bois, tant sur la façade sud que la nord. On remarque cependant qu´au sud la partie bardage possède deux portes, l´une à double vantaux et l´autre à triple vantaux. Cette dernière, le plus à l´ouest, est surmontée d´une ouverture de fenil. La deuxième porte qui est accolée à la première n´est pas sur le même niveau, car devant suivre le terrain en pente, elle se trouve sur un étagement supérieur. Au nord la partie en bardage bois recouvre plus de surface sur la façade qu´au sud. Elle s´étend à l´ouest, au-dessus de l´étable à l´emplacement du fenil. Tandis qu´à l´est on observe la présence d´un mur de soubassement maçonné qui indique également un niveau semi-enterré pour s´adapter à la pente.

    4/Toiture

    On remarque un débord de toit désaxé au nord et au sud avec cependant une avancée plus prononcée au sud par une extension, ce qui permet d´appuyer la thèse du logis avec des ouvertures sur ce versant. La toiture est à quatre pans à demi-croupes couvert en ardoise.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie. 3 P 3/7339-7349 Commune de Saint-Eustache. Premier Cadastre Français. Premier cadastre français de la commune de Saint-Eustache réalisé entre 1865 et 1866.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Serve Clémence