Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montbrison
  • Commune Roche
  • Lieu-dit le Montet
  • Cadastre 1986 AL 2
  • Dénominations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    fournil, abreuvoir, cuvage

La ferme n'existe pas lors de l'établissement du premier cadastre avant 1818. Elle aurait été édifiée à la suite de l'incendie d'une fermesituée au bourg. Le logis (désaffecté) porte la date 1880. La chaudière et le fournil ont été édifiés au milieu du 20e siècle. L'édifice actuel remploie des pierres taillées provenant d'édifices plus anciens : linteau à accolades jumelées à l'arrière du logis, fragment de corniche en granite (faîte d'un pignon) avec une croix sculptée sur le pignon de la grange-étable. Un nouveau logis (pavillon) et une stabulation ont été construits à proximité (1986 AL 1 et 270) dans le dernier quart du 20e siècle. La ferme possédait une vigne, avec une loge, au lieu-dit Montaud (commune de Montbrison ; renseignement oral). Le fragment de corniche sculpté d'une croix peut être rapproché d'un autre remployé sur une ferme à Néel (IA42002322).

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1880, porte la date

Ferme à juxtaposition (toiture unique), à cour fermée (passage couvert). Logis de trois travées à un étage et un étage de comble ; le rez-de-chaussée comprend un couloir latéral occupé par un petit vestibule puis par l'escalier (droit, en bois), deux pièces en façade (cuisine avec cheminée à piédroits et consoles en doucine en granite, en partie démolie, et bretagne) et deux pièces sur l'arrière (un "fournier" (pièce contenant autrefois un four à pain ?) derrière la cuisine et un débarras derrière la bretagne, avec une cave semi-enterrée au-dessous, accessible par un escalier partant du "fournier") ; l'étage se compose de chambres et d'un charnier au-dessus du "fournier"). Dans le prolongement du logis est édifiée la grange-étable, pour 10 à 15 vaches (porte de communication avec le vestibule du logis ; accès haut à la grange par montoir sur l'arrière. En retour de la grange-étable est édifiée un passage couvert (bûcher au-dessus) et un cuvage utilisé également comme remise à voitures et clapier, et contenant un abreuvoir alimenté par une source. En face du logis, un petit corps de bâtiment contient une chaudière pour la cuisson des aliments du bétail et un fournil (four à pain détruit) et atelier, puis une porcherie. Les murs sont en moellon de granite (enduit à joints tirés à la pointe sur l'étable, enduit ciment sur le logis), les encadrements en pierre de taille (ouvertures à encadrement en ciment sur l'étable), les toits à longs pans, en tuile creuse (corps du passage couvert), tuile plate mécanique (fournil-atelier, porcherie, logis) et ciment-amiante (grange-étable). Niche à statuette en façade du logis (linteau monolithe cintré). Deux poiriers sont plantés devant le logis. Inscription gravée sur le linteau de la porte d'entrée, dans un cartouche rectangulaire avec des amorces de volutes aux extrémités : DG 1880 MC (pour Damien Goure et Marie Coste, renseignement oral).

  • Murs
    • granite
    • moellon
  • Toits
    tuile creuse, tuile plate mécanique, ciment amiante en couverture
  • Étages
    1 étage carré, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier droit en charpente
  • Typologies
    Type A1: ferme à juxtaposition
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2005 ; Dernière mise à jour en 2012
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Conseil général de la Loire
Articulation des dossiers