Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA42002291 inclus dans Village de Roche réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1818 (?) E 521 ; 1986 AM 46

La ferme occupe pour partie l'emprise d'une parcelle du premier plan cadastral, 1818 (?) E 521 ; elle appartient alors à Antoine Giraud). Au début du 19e siècle, elle comprenait sans doute un logis isolé, dans l'angle sud-ouest de la parcelle, datable du 16e siècle (?) par le style des encadrements, et un bâtiment de dépendances, au nord. En 1886 (date portée) un nouveau logis est édifié en bordure de rue, en retour de la grange-étable ; l'ancien logis est partiellement démoli (et un hangar construit à la place), plusieurs encadrements provenant de la démolition sont réutilisés dans la nouvelle construction (élévation ouest, sur rue). Le toit du logis actuel et de la grange-étable ont été refaits à la fin du 20e siècle (génoise préfabriquée). La ferme avait une jasserie (détruite) à Chanteclauze, et une vigne avec loge (remise en rez-de-chaussée, détruite) à Champdieu, lieut-dit Epinasse (renseignements oraux).

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 16e siècle
Dates1886, porte la date

La ferme semble avoir été une ferme à bâtiments distincts, sur cour fermée (portail) au début du 19e siècle, transformée en ferme à dépendances en retour d´équerre en 1886. Il ne subsiste du logis de la ferme d'origine qu'une partie de la cuisine, précédée d'une remise ouverte utilisée comme atelier de menuiserie et située au-dessus d'une cave voûtée destinée à l'affinage des fourmes (renseignement oral). La cuisine est dotée d'une grande cheminée à linteau en claveaux de pierre (en ruine), appuyée sur un côté sur un massif de maçonnerie en pierre de taille creusé de placards ; un four à pain ouvre dans la cheminée (voûte en saillie à l'extérieur), détruite). La cuisine est éclairée par une fenêtre à linteau à accolades géminées et montant chanfreiné à base prismatique (agrandie en hauteur et sans doute en remploi, avec un appui soigneusement mouluré dans un granite d'une autre couleur), pourvue d'un profond ébrasement en arc segmentaire à l'intérieur. Une loge à cochon a été contruite en retour de ce logis. Le logis édifié en 1886 a un étage de soubassement (accès au niveau de la cour, par la façade sud : façade principale, à trois travées, avec niche à statuette), un rez-de-chaussée surélevé (accès au niveau de la rue, par la façade est : porte d'entrée, à linteau en accolade, en remploi), et un étage carré (ou de comble selon les élévations). Un poirier en espalier est planté devant la façade est du second logis. La grange-étable est en retour du logis, avec les ouvertures de l'étable sur la cour et une porte de grange, avec montoir, sur l'arrière. Un abreuvoir alimenté par une source est installé contre le mur est de l'étable. Les murs sont en moellon de granite (enduit à pierres vues à assises gravées sur le mur ouest), avec des encadrements en pierre de taille (arcs de décharge en pierre sur les linteaux du logis). Les toits sont à longs pans et croupes, en tuile creuse (génoise préfabriquée). Inscription gravée sur une pierre de chaîne d'angle (angle sud-ouest du logis neuf), dans un cartouche allongé avec un creux à l'extrémité droite et deux volutes à l'extrémité gauche : GJP 1886 GNJ. Le G correspond au nom Giraud.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier droit en charpente
TypologiesType C1: logis et grange-étable dans des bâtiments distincts, sur cour ; Type B1: dépendances en retour d´équerre
Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry