Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA42002353 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesfournil, cuvage
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : Rochéberanne Durel
Cadastre : 1818 (?) E 500 ; 1986 AK 248 à 251

En 1818, la parcelle bâtie est cadastrée comme un simple "bâtiment" appartenant à "Mathieu Gourou de Durelle" (qui semble donc être un homonyme du Mathieu Gourou propriétaire de la ferme voisine du Creux, IA42002356, repérée). Le lieu de Durelle, ou Durel (IGN) n'est mentionné dans la matrice de 1818 que pour distinguer ce Mathieu Gourou de ses homonymes (le nom de famille Gourou, ou Goure, est très répandu dans la commune), et n'a pas été repris sur le plan cadastral de 1986 ; il figure cependant sur la carte IGN pour désigner cette ferme, le lieu de Rochéberanne (Roche Béranne sur le plan cadastral) regroupant les deux fermes situées un peu plus au nord (IA42002354 et IA42002355, repérées). A l'origine l'édifice était donc peut-être un simple bâtiment agricole : la partie la plus ancienne (chaîne d'angle) est la grange-étable sud (parcelle 1986 AK 249, partie sud), contre laquelle a été adossé dans le 3e quart du 18e siècle un autre bâtiment agricole (? date 1772 gravée sur un linteau de porte double sur l'élévation ouest de ce bâtiment), construit en deux fois (rupture des maçonneries), et dont la partie nord a été transformée en logis au milieu du 19e siècle (? d'après le style de la porte d'entrée), peut-être en même temps qu'était mise en place la toiture unique et la génoise. Au nord de ce logis est édifié par la suite (4e quart 19e siècle ?) un second logis de trois travées avec grange-étable dans le prolongement sur l'arrière (parcelle 1986 AK 250), peut-être après un partage successoral. Une remise et un pressoir (parcelles 1986 AK 248) ont été ajoutés au sud dans le 2e quart du 20e siècle (date portée 1928). Selon un témoignage oral (non précisé dans le temps), la ferme aurait d'abord abrité une seule famille (avec une seule porte d'entrée, un escalier unique et pas de séparation dans le grenier) puis deux. La propriété comprenait une vigne au Pas-de-la-Mule à Moingt (commune de Montbrison-Moingt), avec une loge de grande taille (en pierre, comprenant un cuvage, actuellement transformée en habitation ; renseignement oral). Suite du relevé des inscriptions : Inscription gravée à l'angle sud-est de la remise : C / BREUIL / JEAN (nom du maçon, originaire du hameau de Néel, selon un témoignage oral). Inscription gravée sur l'élévation sud de la remise : G C / 1928 / + (initiales de Goure Claude, selon un témoignage oral). Inscription gravée à la jonction remise-pressoir (élévation sud) : 14 / SEPTEMBRE / G M.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1772, porte la date
1928

Ferme à juxtaposition et ferme à juxtaposition en profondeur, à cour ouverte (à l'ouest, délimitée par les bâtiments ; la façade des logis est cependant tournée vers l'est). La ferme à juxtaposition comprend un logis de deux travées et une grange-étable (bâtiment intermédiaire au sud du logis : porte refaite au rez-de-chaussée, fonction difficile à déterminer ; accès à la grange par la cour), à laquelle sont accolés une remise et un cuvage (commun aux deux fermes) en retour au sud-ouest. La ferme à juxtaposition en profondeur comprend un logis de trois travées et une grange-étable (accès au fenil par montoir dans la cour). A l'angle nord-est de ce logis est édifié un fournil. Les logis ont un étage carré et un étage de comble ; la partie ouest des rez-de-chaussée était occupée par des caves non voûtées partiellement enterrées. L'escalier d'origine était en bois et droit (il a disparu). Les bâtiments sont en moellon de granite (enduit à joints tirés à la pointe sur le bâtiment jouxtant le premier logis au sud), avec des encadrements en pierre de taille (quelques encadrements refaits en béton ; arcs de décharge en pierre sur planches adossées en mitre visibles sur la partie édifiée vers 1770 : premier logis et bâtiment au sud de ce dernier) ; les toits sont à longs pans, en tuile creuse (génoise sur la partie édifiée vers 1770). Date gravée sur le linteau de la porte double de l'élévation postérieure du logis : 1772. Initiales sculptées dans l'imposte de la porte d'entrée du logis : F G. Autres inscriptions : voir Historique.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
TypologiesType A1: ferme à juxtaposition, Type A2: ferme à juxtaposition en profondeur
Techniquesmenuiserie
Précision représentations

Vantail de la porte du premier logis : partie supérieure, décor de carré sur la pointe sur fond strié ; partie basse, deux tables en relief chantournées. Imposte ajourée à décor de lettres en bois découpé, frise de denticules sur le dormant.

Lieu-dit: IGN : Durel Cadastre de 1818 : Roche Berraine Cadastre de 1986 : Roche Béranne

Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry